Navegación – Mapa del sitio

Pierre Masson, On a marché sur la Terre. Essai sur les voyages de Tintin

Pirathees Sivarajah
On a marché sur la Terre
Pierre Masson, On a marché sur la Terre. Essai sur les voyages de Tintin, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2016, 130 p., ISBN : 978-2-7297-0910-5.
Inicio de página

Texto completo

1Dans le contexte d’une forte instabilité géopolitique, à la fois au Moyen-Orient, en Centrafrique et en Europe, l’engouement pour le reporter fictif le plus connu, Tintin, n’en étonnera pas plus d’un. À la fois énonciation et dénonciation du régime soviétique, l’album de Tintin au pays des Soviets, paru initialement en 1930, vient de faire « peau neuve » avec une édition en couleurs. L’exposition Hergé du Grand Palais de l’automne 2016 était consacrée à la poïétique d’Hergé, à sa technique de la « ligne claire », à sa rencontre avec Tchang et à son travail de documentation sur les différents espaces du monde qu’il a dessinés et réinventés. Mais la publication, plus discrète, d’On a marché sur la Terre par Pierre Masson, professeur d’université, mériterait tout autant de retenir l’attention.

2Dans cet ouvrage, Pierre Masson fait le choix d’explorer et déconstruire la représentation hergéenne du monde, d’en analyser les évolutions chronologiques, au fur et à mesure des évènements historiques du XXe siècle, et d’articuler une herméneutique tant politique que symbolique des aventures de Tintin. Ni diplomate, ni écrivain, Tintin est donc un détective-reporter, qui cèdera progressivement le « devant de la scène » au capitaine Haddock, au professeur Tournesol et, bien sûr, à la Castafiore.

3Les premières aventures, ce que Pierre Masson appelle « la recherche du réel », débutent pour Hergé et pour Tintin, dans les années 1930. Cette époque se caractérise par les doutes de l’homme occidental, se considérant encore le détenteur des valeurs universelles qu’il a tenté d’imposer partout. Gide et Céline, par exemple, s’interrogent sur les supposés bienfaits de la colonisation. Et c’est pour éviter le repli sur soi européen que le voyage s’impose. Les premières aventures présentent le jeune reporter comme un conquérant pacifique, sûr de lui et de ses origines : Tintin est célèbre avant d’avoir rien fait, et sa réputation le précède. La première vignette de son aventure chez les Soviets le présente comme l’un des meilleurs reporters du Petit Vingtième. Cependant, cette gloire n’empêche pas le ridicule de Tintin, car il évolue dans un monde carnavalesque, avec rebondissements, où les ennemis sont sans consistance. La Russie est en effet un décor de théâtre : les usines sont des trompe-l’œil, le repaire des chefs communistes est maquillé en maison hantée, avec des voix de fantômes enregistrées sur un phonographe. Dans ces premières aventures, il n’y a pas de vérité à rapporter : Tintin est le miroir chargé de représenter la fausseté du monde non-européen, barbare. Au Congo, Tintin joue au photographe, et sa caméra lui sert à dénoncer devant les Noirs les supercheries de leur propre sorcier.

  • 1 En 1934, Hergé rencontre l’étudiant chinois Tchang à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. C’est (...)

4Selon Pierre Masson, Le Lotus bleu incarne dans la découverte du monde hergéen une véritable révolution « hérocentrique » ; cette révolution n’est pas seulement expliquée par la rencontre d’Hergé avec le vrai Tchang1 et son souci de se documenter sur la Chine. Elle s’explique également, dans la progression narrative, par l’humanisation de Tintin, sa capacité à nouer des relations affectives. Après le survol caricatural des grands blocs politiques dans les premières aventures, Hergé montre désormais la perte en crédibilité d’un monde devenu complexe et en proie aux profiteurs et exploiteurs, du Lotus bleu à L’Or noir. Ces profiteurs et exploiteurs peuvent être des faux-monnayeurs, des marchands de pétrole, des trafiquants d’opium, ou encore des Bordures, facilement identifiables en suppôts d’Hitler et de Mussolini. La falsification est décrite comme l’arme favorite des tyrans : contrats et faux documents de Chicklet dans L’Oreille cassée ; faux attentats de Müller dans l’Or noir ; ou encore poison-qui-rend-fou détenu par Mitsuhirato dans le Lotus bleu. Au milieu de ces fausses valeurs, seuls les Dupond et Dupont se méprennent sur l’apparence des différents peuples en se travestissant à leur tour, mais sans succès.

5Les albums de la période 1940-1950 font abstraction de toute référence au monde réel : Tintin est propulsé soit hors du temps – vers le passé du chevalier de Hadoque ou chez les Incas – soit hors de l’espace – vers le pôle, la Lune ou dans des régions inaccessibles comme le Sahara et les Andes. Au factice succède donc l’idéal, sans pour autant le remplacer. Le domaine clos de la vie citadine est le lieu du mensonge, du carnavalesque auquel s’oppose le vaste monde, celui des « chemins tracés dans l’inconnu » (p. 30), qui exige des héros qu’ils improvisent des attitudes authentiques, que ce soit dans Le Crabe aux pinces d’or, L’Étoile mystérieuse, ou Le Secret de la Licorne. D’initiateur des voyages, dans les premières aventures, Tintin se retrouve accompagnateur du capitaine Haddock et du professeur Tournesol, et c’est lui qui assume le rationalisme que ses camarades délaissent, par son sens de la déduction.

6L’aventure lunaire marque un point limite dans les voyages de Tintin. Le retour sur Terre traduirait une sorte de renoncement : les héros doivent désormais se contenter de ce monde réel, pourtant reconnu comme décevant et factice. Plusieurs conséquences découlent de ce retour. Tintin est de plus en plus bousculé par ses camarades, et s’efface devant la Castafiore. De plus, la perte de réception que Tintin suscite dans le monde de l’information est liée à la réduction de son influence sur le cours de l’histoire. À l’époque des Soviets, la campagne de dénonciation de Tintin était immédiatement prise en charge par les médias à son retour. En revanche, dans Les Bijoux de la Castafiore, les médias se retournent contre lui : l’équipe de télévision s’introduit dans le château de Moulinsart, et la couverture de l’album le montre seul, un doigt sur la bouche. Enfin, le voyage, dans les dernières aventures, n’est plus qu’un déplacement sans intérêt, dépourvu de toute valeur politique ou personnellement initiatrice pour Tintin, et le lecteur voit son héros fréquenter désormais des vols réguliers, passager conformiste tenant Milou en laisse.

7« L’organisation du rêve », ou les structures du monde hergéen, constitue le deuxième axe de lecture suivi par Pierre Masson dans son analyse des aventures de Tintin. Les modes de locomotion sont un enjeu central de lutte, comme le signe d’un pouvoir ou la consécration d’une réussite.». Par exemple, Coke en stock aborde la question de l’aviation à travers le trafic des Mosquitos. La conquête des modes de locomotion ne se fait, toutefois, jamais sans risque. Chez Tintin, s’emparer d’un avion revient à rééditer l’aventure de Phaéton et à se brûler : la foudre le met en danger dans Le Crabe aux pinces d’or, L’Île noire et Coke en stock, et il est prisonnier d’avions en flammes dans Le Sceptre d’Ottokar. En revanche, dans les bateaux, Tintin se retrouve enfermé dans une passivité trompeuse : à bord du Sirius comme de l’Aurore, le temps paraît comme suspendu et le cocon du navire finit par assoupir le héros ; dans L’Étoile mystérieuse, cette tentation de la passivité se présente à deux reprises. Dans Le Trésor de Rackham le Rouge, c’est Haddock qui subit l’engourdissement de sa volonté.

8Dans cette organisation du rêve, l’essentiel pour Tintin et ses compagnons de voyage reste de ne pas perdre le nord. Les pôles nord et sud constituent toutefois des zones redoutées et dangereuses. Tintin n’accomplit qu’un seul voyage vers le Grand Nord, mais spectaculaire, puisqu’il est à la recherche de l’étoile mystérieuse, mélange de morceaux de soleil et de glaces de mer. Il s’y retrouve prisonnier, et l’histoire d’Adam se déroule en accéléré : dans cette sorte de paradis artificiel, il consomme la « pomme » et se retrouve expulsé hors de l’Eden qui se dérobe sous ses pieds. Selon Pierre Masson, le tropisme solaire de Tintin s’exprime lui par de fréquentes incursions en direction de l’équateur. Comme la zone polaire, la zone équatoriale est surtout pour Tintin l’occasion d’un danger qu’il faut affronter pour ensuite s’en détourner, le moyen d’apprendre qu’il existe des limites, dans le monde et en soi, mais aussi des forces hostiles qu’il faut d’abord combattre en soi-même. L’Ouest est assez peu représenté dans le monde hergéen : cinq albums seulement y conduisent, et les pays occidentaux ne semblent apporter qu’un enseignement négatif ou décevant. L’Est, au contraire, présente l’occasion d’une volonté de conquête, sur soi et sur le monde

9La dernière partie de l’ouvrage de Masson est intitulée « stratégies du voyage ». Elle explore la symbolique des aventures de Tintin, telle que celle du chiffre trois, Une telle symbolique n’est pas surprenante compte tenu de la formation spirituelle d’Hergé. L’aventure de La Licorne illustre la constitution du trio formé par Tintin, Haddock et Tournesol, les trois messages superposés annoncent la victoire de trois frères unis et indiquent en même temps que celle-ci s’obtient par la superposition de leurs efforts et de leurs contributions respectives. De même, dans Tintin au Tibet, seul le trio Tintin, Haddock et Tharkey, débarrassé des porteurs, est en mesure de parvenir à la lamaserie. La stratégie narrative de l’œuvre d’Hergé est également dominée par une construction tripartite. Une première partie de l’album sert en général à poser l’énigme, mais en la développant à un tel point que Tintin perd ses repères. Les vingt premières pages de L’Île noire, par exemple, le rendent victime de toutes sortes d’agressions. La seconde étape correspond à une prise en main partielle de la situation, mais l’action de Tintin ne lui permet que de contrer les menaces de l’adversaire. Les vingt pages suivantes de L’Île noire illustrent encore cette situation : Tintin échappe à trois agressions venues du ciel (l’avion), de l’eau (falaise au bord de la mer) et du feu (l’incendie de la villa). Il entame une course-poursuite derrière Müller et son complice, mais il ne peut qu’agir passivement et suit un itinéraire qui n’est pas le sien. Enfin, la dernière partie est celle de la victoire. Tintin reprend l’initiative, il délaisse des repères trompeurs et se décide à tracer lui-même sa propre route. Dans les vingt dernières pages de L’Île noire, ayant perdu les bandits dans le brouillard, Tintin va enfin de l’avant, seul, prenant au plus court. Les Cigares du pharaon se décompose en trois domaines distincts : la mer Rouge d’abord et les rives qui l’entourent, où Tintin, au sens propre comme au figuré, est mené en bateau. Avec le retour sur la terre ferme, la liberté de Tintin s’exprime par le fait qu’au lieu de subir ses malheurs, il les provoque, mêlant courage et imprudence. Enfin, ce n’est qu’en Inde qu’il récupère son statut de héros positif et invulnérable : il soigne un éléphant, sauve un enfant et il apprend même la langue des éléphants – anecdote burlesque qui souligne l’accord retrouvé entre le héros et le monde. La transition entre la première partie et la seconde partie marque en général le « passage de la frontière », à savoir l’imposition à Tintin d’un statut de hors-la-loi alors même qu’il se présente comme un voyageur honnête, sans histoire. Venu en enquêteur dans la plupart des albums, Tintin voit les rôles se renverser brutalement : c’est sur lui qu’on enquête, lui qui va devoir s’inventer une autre identité, une nouvelle ligne de conduite…

10Au final, le voyage chez Tintin se définit donc comme un travail de relecture du monde, avec ce que ce mot implique de reconnaissance d’un texte antérieur, parfois « enfoui sous le mensonge ou la routine, mais aussi d’interprétation et même de récréation » (p. 127), mais également comme un cheminement personnel du héros dans son ouverture sur le monde. La lecture de Pierre Masson, qui mêle l’histoire, la littérature, la psychologie et la politique, déconstruit le monde hergéen avec une grande simplicité, et met en lumière les continuités et les ruptures discrètes des aventures de Tintin.

Inicio de página

Notas

1 En 1934, Hergé rencontre l’étudiant chinois Tchang à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. C’est lui qui a fait découvrir les coutumes chinoises à Hergé. Tchang quitte l’Europe en 1935-1936, et les deux hommes se retrouvent seulement en 1981.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Pirathees Sivarajah, « Pierre Masson, On a marché sur la Terre. Essai sur les voyages de Tintin », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 06 febrero 2017, consultado el 19 noviembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22249

Inicio de página

Redactor

Pirathees Sivarajah

Élève à l’ENS de Lyon en histoire.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página