Navigation – Plan du site

Maurice Godelier, Michel Lussault, La pratique de l’anthropologie : du décentrement à l’engagement

Etienne Faugier
La pratique de l'anthropologie
Maurice Godelier, Michel Lussault, La pratique de l'anthropologie. Du décentrement à l'engagement, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Grands débats : mode d'emploi », 2016, 102 p., ISBN : 978-2-7297-0902-0.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre est le fruit d’une initiative culturelle rhônalpine, le festival « Mode d’emploi » 1, coordonnée par la Villa Gillet2 localisée à Lyon, qui vise depuis 2012 à faire interagir les scientifiques et le grand public. Il faut saluer l’action des Presses universitaires de Lyon de rendre accessibles certains de ces débats3. Est ainsi partiellement retranscrit un échange entre Michel Lussault, géographe et directeur associé du festival, et son invité l’anthropologue Maurice Godelier4, qui a eu lieu le 23 novembre 2014 à l’Hôtel de région de Lyon. L’ouvrage s’articule en quatre parties, après une introduction dans laquelle Michel Lussault expose le contexte de l’entretien et rappelle l’œuvre de Maurice Godelier.

  • 5 Maurice Godelier, La Production des Grands Hommes : pouvoir et domination masculine chez les Baruya (...)

2Tout d’abord, Maurice Godelier revient sur son parcours et sur les rencontres qui l’ont amené jusqu’à l’anthropologie, avec notamment l’historien Fernand Braudel et les anthropologues américains Georges Dalton et Marshall Sahlins, ou encore Alfred Métraux. Maurice Godelier ne manque pas de rendre hommage à Claude Levi-Strauss qui l’orienta vers les Baruya de Papouasie Nouvelle-Guinée, objet d’étude auquel il a consacré près de sept ans de sa vie, entre 1967 et 19815. L’auteur livre ici un retour réflexif sur son travail de terrain en explicitant les difficultés des premiers contacts, la nécessité d’une « obligation du décentrement » qui consiste à savoir mettre de côté ses préjugés et ses connaissances (occidentales) pour observer en toute impartialité une société inconnue – avec le renfort de moyens techniques tels que l’appareil photographique et la caméra –, se positionner par rapport à elle et participer à son quotidien afin de la comprendre. L’ensemble de ces réflexions peuvent être assimilées à des règles de conduite et des méthodes propres à l’anthropologie et à l’ethnologie.

3Ensuite, l’anthropologue, en s’appuyant sur ses recherches chez les Baruya de Papouasie Nouvelle-Guinée, explicite divers points relatifs au système familial et aux formes de parenté. Tout d’abord, il défend la thèse suivante : le fondement de la société n’est pas la famille. Ses recherches l’amènent d’ailleurs à universaliser cette idée qu’il retrouve tout au long de l’histoire des sociétés, qu’il s’agisse des Soudanais, des Indonésiens ou bien des Inuits. Après, la parentalité – soit les devoirs qu’ont les parents vis-à-vis de l’enfant (adopté ou conçu) – est universellement encadrée par des règles tels que les principes de filiation et de descendance, les principes d’alliance, l’interdiction de l’inceste, un vocabulaire et des représentations spécifiques à chacune des sociétés. Maurice Godelier constate que les rapports de parenté et de famille en France ont changé depuis une vingtaine d’années, et il souhaite que l’État tienne compte notamment de la baisse des mariages, de l’augmentation des divorces et des familles recomposées dans les politiques sociales qu’il développe. À ce sujet, l’anthropologue suggère par exemple que les beaux-parents aient des obligations et des responsabilités reconnues par l’État vis-à-vis des enfants à charge. Plus largement, il considère de son devoir d’anthropologue de s’engager politiquement et civilement comme il l’a fait au travers de diverses consultations et commissions gouvernementales relatives à la reconnaissance des unions homosexuelles et des mères dites de substitution.

4Ensuite, Godelier explique sa participation à une réflexion collective et transdisciplinaire relative à la perception et aux représentations de la mort dans les sociétés passées et présentes, à la demande d’un collectif de médecins, juristes et politiques en 2011. Croisant ces études, il constate plusieurs invariants : pour toutes les religions, la mort n’est pas la fin de la vie puisque l’âme survit au corps. Par la suite, les religions se scindent en deux avec d’un côté le salut et de l’autre la délivrance. Ces deux remarques, aussi anodines soient-elles, prédéterminent le vécu et l’attente de la mort, soit la manière de vivre sa vie toute entière. Godelier en arrive à la conclusion que les représentations de la mort issues des pensées mythiques et religieuses n’entrent pas en contradiction avec les sciences : les religions apportent des réponses globales et totales tandis que les sciences apportent des réponses partielles et provisoires. On ne peut ignorer l’impact de ces idées si elles étaient prises en compte par la médecine lorsqu’elle soigne un patient ou bien par la politique dans ses rapports conflictuels avec la laïcité.

5Enfin, en guise de conclusion, Maurice Godelier résume ce que le métier d’anthropologue lui a appris, à savoir l’existence d’une « nature humaine ». Il entend par ce concept les conditions préalables à l’existence d’un être humain, qu’elles soient transhistoriques et transculturelles, et un corps, un langage, des représentations socioculturelles, des principes de conduite issus de son patrimoine historique plus large. Ce sont ces connaissances rassemblées et éprouvées que l’anthropologue veut mettre en valeur, pas seulement pour la communauté des chercheurs mais aussi pour l’humanité afin de lui faire connaître l’inconnu et d’élargir ses horizons culturels.

  • 6 Cette volonté de transparence relative au travail de l’anthropologue et plus largement du chercheur (...)
  • 7 Pour aller plus loin, voir : Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines : ce que nous app (...)

6Les échanges entre Michel Lussault et Maurice Godelier sont riches d’enseignements à plusieurs niveaux. De prime abord, ils dévoilent une pratique et une méthode scientifique6 ; en cela, l’anthropologue français se montre généreux en invitant les lecteurs à observer l’atelier du chercheur et donne ainsi plus de profondeur au métier qui est le sien – méthodologie, défis, posture dans la discipline, dans la société politique et auprès du grand public. Cette partie s’avère particulièrement intéressante pour les chercheurs qui veulent appréhender les méthodologies anthropologiques et favoriser l’interdisciplinarité7. Parallèlement, les thèses de l’auteur prennent toute leur ampleur puisque son expérience en Papouasie Nouvelle-Guinée est mise en lumière au regard d’autres cultures européennes, asiatiques ou américaines, avec parfois une perspective historique. De plus, l’auteur ne manque pas de proposer une analyse éclairante sur l’évolution de la structuration familiale française contemporaine qui intéressera sans doute les lecteurs. On peut remarquer le décentrement volontaire de l’anthropologue qui va étudier des peuplades lointaines et méconnues et en revient avec des idées qui éclairent la société dans son ensemble. Enfin, dernière force de cet ouvrage qui n’est pas des moindres : il faut signaler que ce petit livre d’une centaine de pages se lit très facilement et devrait donner aux lecteurs l’envie de se plonger dans les travaux plus détaillés de Maurice Godelier.

Haut de page

Notes

1 http://www.villagillet.net/portail/mode-demploi/actualites/, consulté le 28/12/16.

2 http://www.villagillet.net/, consulté le 28/12/16.

3 http://presses.univ-lyon2.fr/collection.php?id_collection=146, consulté le 28/12/16.

4 Pour la biographie de Maurice Godelier, voir : http://www.villagillet.net/fileadmin/Contenus_site/Tickets/Fiche_Auteur/GODELIER_Maurice.pdf, consulté le 28/12/16.

5 Maurice Godelier, La Production des Grands Hommes : pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Flammarion, 1982.

6 Cette volonté de transparence relative au travail de l’anthropologue et plus largement du chercheur existe chez d’autres, avec par exemple Nigel Barley, L’anthropologue mène l’enquête, Paris, Payot, 2002.

7 Pour aller plus loin, voir : Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines : ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Flammarion, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Faugier, « Maurice Godelier, Michel Lussault, La pratique de l’anthropologie : du décentrement à l’engagement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 février 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22250

Haut de page

Rédacteur

Etienne Faugier

Professeur certifié et docteur en histoire contemporaine, je suis spécialiste de l’histoire des transports et de la mobilité. Je m’intéresse plus particulièrement aux mutations entraînées par l’automobilisme en France, en Suisse et au Canada.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page