Navigation – Plan du site

Stéphane Van Damme, « Sciences en société, de la Renaissance à nos jours », Documentation photographique, n° 8115, 2017

Noémie Recous
Sciences en société
Stéphane Van Damme, « Sciences en société. De la Renaissance à nos jours », Documentation photographique, n° 8115, janvier-février 2017, 64 p., Paris, La Documentation Française, ISBN : 3303331281153.
Haut de page

Texte intégral

1Selon le format habituel de la revue Documentation photographique, le dossier « Sciences en société » dirigé par Stéphane Van Damme se compose d’une première partie proposant un état très complet des enjeux historiographiques et méthodologiques récents de l’histoire des sciences et des techniques, tandis qu’une deuxième partie rassemble des doubles pages thématiques, enrichies par des documents iconographiques, archivistiques ou analytiques.

2Depuis les années 1970, le récit traditionnel de l’histoire des sciences est remis en cause par les historien.ne.s, dans ses fonctions descriptives autant que normatives. Cette histoire était jusque-là centrée sur les « révolutions scientifiques », identifiées comme fondatrices d’une science positive et moderne, de laquelle auraient émergé les normes et valeurs régissant les pratiques scientifiques contemporaines. La critique de cette lecture incite à une réflexion sur la forme même de l’écriture historique, notamment, à l’abandon des histoires héroïques de pionniers et d’inventeurs et des grandes fresques de la « révolution scientifique », pour se focaliser sur des cas d’étude, tout en revalorisant les champs de savoirs écartés par le discours positiviste, à l’image de l’alchimie. L’étude des normes et formes régissant la validité des savoirs dans un contexte donné, et celle de la formation d’un éthos savant articulé à une économie morale indépendante, permettent de dépasser la question de la « formation de l’esprit scientifique », chère à l’épistémologie « à la française ».

3L’histoire des sciences et des techniques renouvelée s’articule autour de deux démarches, l’une sociale et l’autre spatiale. L’approche sociale replace les savants dans des dynamiques collectives ; les figures de « génies » sont déconstruites et réintégrées à une réflexion plus générale sur la place de l’individu dans la production des savoirs, et sur les systèmes de reconnaissance à l’œuvre dans la société. Les pratiques techniques et instrumentales sont revalorisées, ainsi que la fonction des artisans et ouvriers qualifiés, et la place de l’instrumentation dans le processus scientifique. Ces orientations entrainent l’enrichissement des corpus archivistiques avec la prise en compte des archives intellectuelles des savants, des objets contribuant à la production savante et des dispositifs matériels instrumentaux et expérimentaux. L’approche spatiale redessine une géographie de la connaissance complexe, alliant une variété de « lieux de savoir » polymorphes et complémentaires. Elle interroge les liens entre le laboratoire, nouveau lieu d’expérimentation, et le terrain, puis souligne la dimension performative de la production et de la validation des savoirs liée à l’émergence d’un public : en effet, les expériences savantes deviennent de véritables spectacles, dont la validité dépend du succès de la mise en scène et de la réception par les témoins. Enfin, elle confronte le mode d’organisation des savoirs européen à d’autres modèles existant dans le monde au même moment.

  • 1 Cette périodisation est reprise dans la partie « Thèmes et documents » du numéro. Aussi, après avoi (...)

4La chronologie de l’histoire des sciences et des techniques renouvelée peut se concevoir en trois périodes : un ancien régime courant du XVIe au XVIIIe siècle, auquel succède au XIXe siècle une période d’invention de la « science » à proprement parler, puis une période de véritable diffusion de cette science dans les sociétés par le biais des technosciences, aux XXe et XXIe siècles1.

5L’ancien régime des sciences se distingue par un effet d’étrangeté (pour des yeux contemporains) et par la complexité des enjeux philosophiques qui le traversent. De nombreuses pratiques, traitées jusque-là comme archaïques parce qu’elles ne s’inscrivent pas dans le paradigme physico-mathématique de la « révolution scientifique », appartiennent de fait pleinement au corpus des savoirs savants, à commencer par les philosophies de la nature. De manière générale, des interrogations portant sur la nature, la culture matérielle et la place de l’homme dans le règne naturel émergent, et stimulent une diversité de cultures naturalistes.

6Le développement de l’imprimé permet une réappropriation de traditions antiques et médiévales multiples et la diffusion des savoirs venus des mondes extra-européens. Les milieux ecclésiastiques sont des acteurs importants des sciences modernes, à commencer par le réseau des jésuites, qui concourt fortement à la diffusion en Europe d’observations collectées en terres de mission. La circulation des informations devient d’ailleurs un élément crucial de la production savante : les réseaux impériaux sont largement mobilisés à cette fin, et des procédures de collecte d’informations sont déterminées pour garantir la pertinence et la fiabilité des données. Les disciplines issues des cultures expérimentales se structurent, en particulier la physique puis la chimie, mais aussi l’histoire naturelle, qui se dote d’une épistémologie fondée sur la classification de la nature. Les lieux de savoir se multiplient et la création des académies génère un renouveau urbanistique favorisant l’édification de réels « complexes » académiques. Les ateliers prennent une importance nouvelle, en lien avec la codification et la diffusion des savoirs techniques. Le patronage princier puis étatique fait entrer les sciences à la cour, les transformant en événements mondains, et le public trouve une nouvelle légitimité dans le processus de validation des savoirs, en devenant le témoin à convaincre des expériences scientifiques. Ces rapports du savoir avec le pouvoir deviennent cruciaux à la Révolution, et entrainent une redéfinition des objectifs et des valeurs des pratiques de la connaissance.

7Dès la fin du XVIIIe siècle, les disciplines savantes s’autonomisent et se démarquent définitivement des horizons métaphysiques. La « science » émerge, marquée par le triomphe épistémologique de la méthode analytique, érigée en norme dans la chimie, la physique, les sciences de l’ingénieur et la médecine. Les sciences du vivant se réorganisent autour des travaux de Lamarck puis de Darwin, qui renversent les représentations de la nature et du vivant. Le XIXe siècle voit en outre l’avènement des sciences sociales : la société se change en objet d’étude à part entière, une alternative à la nature, valorisée par l’idée du progrès de la civilisation humaine. Cette « disciplinarisation » n’empêche pas les rêves d’une unité de la science, identifiée au fantasme de la toute-puissance de l’Europe sur le reste du monde. La science s’érige en valeur culturelle dominante des sociétés européennes.

8La révolution industrielle redéfinit fortement les rapports entre sciences et techniques. Les technologies s’imposent, et avec elles la figure de l’ingénieur, formé dans des écoles prestigieuses. Les lieux de savoir se multiplient dans l’espace public : observatoires, musées et parcs révèlent la portée politique, économique, culturelle et symbolique des sciences dans les sociétés européennes et coloniales. Les hôpitaux évoluent en lieux d’exercice, de recherche et d’enseignement de la médecine, en parallèle des laboratoires où fructifie la médecine expérimentale, alors que la médecine sociale et l’hygiénisme sont pris en charge par les États. Dans un contexte d’affirmation des nations, ces derniers fondent d’ailleurs de nouvelles institutions, tandis que sont organisés les premiers congrès scientifiques, qui visent à faciliter les échanges transnationaux. La territorialisation des empires coloniaux contribue en outre à l’apparition de sciences de terrain et d’un orientalisme scientifique. En métropole, les sciences de l’homme comme la sociologie, la psychologie et la psychanalyse voient le jour. Cette prolifération fait émerger un idéal scientiste, qui place les sciences au cœur du progrès vers un monde meilleur.

9À partir des années 1870, les sciences entrent dans une aire d’industrialisation et dans des logiques de production qui amorcent des changements dans les normes et le fonctionnement du monde scientifique. Le régime néolibéral, justifiant une marchandisation extrême de la nature par le système des brevets, signe la fin de l’idéal de la science comme bien commun. Les sciences se lient aux industries, notamment par l’invention de la R & D. Si la physique connaît un réel succès au XXe siècle, des domaines originaux émergent aussi, à la croisée de différents champs de recherches. À échelle du globe, de nouveaux acteurs s’affirment, comme le Japon au XXe siècle et la Chine au tournant du XXIe siècle. Mais dès les années 1960, des mouvements contestataires dénoncent la « militarisation » des recherches et l’élitisme des milieux scientifiques, fermés aux citoyens. La création de collectifs et plus récemment l’usage des réseaux sociaux produisent des réflexions sur les liens entre sciences et démocraties : les relations entre chercheurs et « profanes » sont fortement questionnées, notamment par la remise en cause d’une vision diffusionniste de la science, au profit d’une réflexion sur l’appropriation différenciée des savoirs.

10Les guerres totales du XXe siècle provoquent la mobilisation du monde scientifique, orientent les recherches vers le domaine technique et poussent à une réorganisation des savoirs : les défis scientifiques à relever sont guidés par les conflits. Le développement des technosciences entraîne une redéfinition de la nature même : celle-ci est artificialisée, conçue comme un ensemble de matériaux porteurs d’informations. Les micro-sciences et les nanotechnologies agissent directement sur la matière, tentant de la réduire à son minimum, avec pour objectif la dématérialisation de l’information. Le travail scientifique se caractérise en outre par une féminisation hétérogène mais néanmoins sensible dans les dernières décennies. La marchandisation des sciences et de la nature, permise par le recul des États et la mainmise des entreprises privées sur le monde de la recherche par le biais des financements, réduisent les scientifiques à un rôle d’exécutant, dépossédé de la capacité d’orientation de la recherche. En réaction, des mouvements militent pour une ouverture des sciences, une collectivisation des pratiques et la popularisation des pratiques et résultats via des revues, des festivals, des musées. Dans un contexte de mondialisation, la question de la gouvernance des sciences est cruciale, même si concrètement, le rôle des experts dans les organisations mondiales demeure très réduit. Néanmoins, la Terre est désormais pensée comme un objet d’étude à part entière, et l’écologie scientifique étudie l’Anthropocène, cette nouvelle ère géologique générée par l’homme depuis la révolution industrielle.

11Les sources de l’histoire des sciences et des techniques renouvelée sont mises en avant dans le dossier. Les gravures, particulièrement importantes pour la période de l’ancien régime des sciences, révèlent les cultures matérielles et imaginaires qui se créent autour de la pratique savante : la planche de l’Encyclopédie intitulée « Le laboratoire » (p. 23) présente ainsi la culture matérielle spécialisée qui se développe dans ces nouveaux lieux de savoirs, tandis que celle de l’atelier d’horlogers, tirée des Nova Reperta de Jan van der Straet (p. 31), souligne l’importance des cultures techniques et leur codification. Le frontispice de la Pharmacopée royale, galénique et chymique de Moyse Charas (p. 33) révèle le déploiement de l’imaginaire savant à l’échelle des empires, avec les personnifications de l’Amérique, de l’Asie et de l’Afrique apportant leurs richesses à une souveraine européenne. Avec l’invention de la « science » moderne, sa popularisation et le développement de l’orientalisme, les dessins et peintures mettant en scène les savants ou les lieux de savoir se multiplient. Les médecins sont particulièrement représentés : ils incarnent la figure du savant moderne, à l’image du tableau de Louis Pasteur dans son laboratoire par Albert Edelfelt, et du dessin de la vaccination organisée par Robert Koch, d’Hermann Lüders (p. 41). Avec l’avènement des technosciences et la montée des mouvements critiques des sciences, de nouvelles sources émergent, comme le Manifeste appelant à une science maîtrisée, publié dans Le Monde le 19 mars 1988 (p. 61).

12Le dossier dans son ensemble est très riche, tant par les pistes de recherche qu’il présente que par les exemples mobilisés. Ce parcours de la Renaissance à nos jours invite à repenser notre rapport à l’histoire des sciences et des techniques, en sortant d’une lecture généalogique et téléologique réductrice ordonnée par l’idée d’un progrès continu et triomphant, pour mettre en lumière les enjeux, pensées et pratiques qui structurent des programmes savants multiples et complexes. Il permet en outre d’adopter un regard distancié et critique face à notre époque et à ses dynamiques, en replaçant sciences et techniques dans leur contexte politique, économique, social et culturel. Accessible tout en conservant la rigueur et la précision de l’exercice académique, le dossier remplit d’ailleurs lui-même une mission de diffusion des savoirs dans la société, grâce à la richesse de son propos et à la variété des documents présentés.

Haut de page

Notes

1 Cette périodisation est reprise dans la partie « Thèmes et documents » du numéro. Aussi, après avoir présenté les enjeux généraux de la période, nous proposons pour chacune un résumé du contenu des doubles pages thématiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Recous, « Stéphane Van Damme, « Sciences en société, de la Renaissance à nos jours », Documentation photographique, n° 8115, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 07 février 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/22257

Haut de page

Rédacteur

Noémie Recous

Ancienne élève de l’ENS de Lyon et agrégée d’histoire, aujourd’hui doctorante contractuelle en histoire moderne à l’Université Jean Moulin Lyon III et au sein du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page