Skip to navigation – Site map

Stéphane Carcillo, Des compétences pour les jeunes défavorisés. Leçons américaines

Mina Hafezi
Des compétences pour les jeunes défavorisés
Stéphane Carcillo, Des compétences pour les jeunes défavorisés. Leçons américaines, Paris, Les Presses de Sciences Po, series: « Sécuriser l'emploi », 2016, 176 p., ISBN : 978-2-7246-1925-6.
Top of page

Full text

1Cet ouvrage présente plusieurs expériences ayant pour objectif de faciliter la réussite sociale des jeunes de milieu modeste aux États-Unis. Comme l’annonce le titre du livre, l’auteur entend en tirer des enseignements pour la France.

2L’optique adoptée dans ce livre se comprend à la lumière de la formation de son Stéphane Carcillo. En effet, celui-ci est économiste ; plus précisément, il utilise des méthodes et un cadre théorique caractéristiques de l’orthodoxie économique. Aussi son ouvrage est-il quasiment exempt de tout développement ou de toute référence à la sociologie de l’éducation. Pour l’essentiel, l’auteur s’inspire d’une part de recherches en économie utilisant des méthodes d’expérimentation économique, et d’autre part de travaux en psychologie. L’analyse sociologique en est largement écartée.

3Le premier chapitre de l’ouvrage, intitulé « Améliorer les traits de personnalité », illustre bien cette approche. L’économiste met en parallèle tests de QI et tests de personnalité. Il expose comment peuvent être construits ces tests. Globalement il s’agit de partir du constat que certains traits de personnalité, en particulier « l’ouverture à l’expérience et le caractère consciencieux » (p. 16), prédisposent à la réussite scolaire. Ce constat résulte d’« études statistiques en psychologie ». L’auteur conclut à la nécessité d’introduire et de promouvoir des expériences visant précisément à « influencer les traits de personnalité ». Il expose plusieurs de ces expériences, dont les « Job corps ». Il s’agit de centres de remise à niveau de jeunes décrocheurs scolaires, qui sont logés sur place. La particularité de ces centres est d’inclure dans leur programme un travail sur la « motivation » et les « capacités interpersonnelles des jeunes ».

4Le deuxième chapitre, « Intervenir le plus tôt possible » poursuit cette réflexion en précisant que ces interventions sont d’autant plus efficaces qu’elles sont menées auprès de tout jeunes enfants. Il évoque plusieurs expériences soutenant ce propos, notamment la « Nurse-family partnership », une action menée auprès de mères de milieux modestes. Il s’agit pour des infirmières de visiter des femmes enceintes, issues de classes populaires, pour les enjoindre, par exemple, à arrêter de fumer et, plus globalement, leur montrer comment s’occuper d’un nouveau-né. Selon l’auteur, l’impact en termes de baisse de la criminalité et d’intégration sociale est positif. Ici, on peut s’interroger sur la manière dont Carcillo définit son objet. S’il s’agit bien, comme l’indique le titre de l’ouvrage, de s’interroger sur les difficultés des jeunes défavorisés à trouver un emploi, il semble en fait qu’implicitement, le chercheur assimile criminalité, pauvreté, chômage et décrochage scolaire.

5Les expériences mises en évidence ont le mérite de mener à une réflexion pratique sur des solutions à des problèmes sociaux. Carcillo pousse d’ailleurs la réflexion à son terme puisqu’il évoque le coût « peu onéreux » de ce type d’opérations. Son objectif semble donc moins être de développer une réflexion théorique et scientifique élaborée que de mettre en évidence les avantages pratiques de ces expérimentations.

6L’auteur défend ensuite une vision décentralisée et diversifiée de l’école. En substance, il est délétère selon lui de se référer à une seule méthode, un seul programme : « les méthodes et les programmes standards sont nettement moins efficaces pour faire progresser certains jeunes, notamment ceux qui ne peuvent pas recevoir le soutien nécessaire à la maison » (p. 47). Il cite plusieurs expériences américaines de diversification des méthodes et des contenus scolaires. Par exemple, depuis 1987, la « Success for all » a pour objectif de remédier à des carences de lecture en mettant « l’accent sur la phonétique ». L’auteur ne détaille pas vraiment de quoi il s’agit. Son but semble être de montrer qu’il faut cesser d’avoir une vision centralisée et unifiée de l’éducation et laisser la place aux expérimentations. Il tempère néanmoins son propos en précisant que si les écoles sont différentes, elles doivent toutes être évaluées rigoureusement selon des critères communs d’efficacité.

7Carcillo insiste ensuite sur l’importance d’établir une relation de confiance interpersonnelle entre les adolescents et les formateurs chargés de les re-scolarisés. Ici, le propos parait un peu flou. Concerne-t-il les jeunes en général ou bien seulement les plus défavorisés ? On se heurte peut-être au fait que l’objet de l’auteur n’a pas forcément été défini très rigoureusement au préalable. Toujours est-il que celui-ci met ici l’accent sur le problème de la défiance des jeunes envers l’institution : il faut trouver des moyens de restaurer le lien social entre l’enfant, a fortiori défavorisé, et la culture scolaire en créant une relation affective, interpersonnelle avec les formateurs. Il cite ainsi des programmes évocateurs, tels « Big brother, big sister ».

8L’auteur poursuit ensuite avec l’idée qu’il faut que les programmes d’éducation soient plus en phase avec ce qui attend les jeunes à la sortie du lycée : le monde actif. Il promeut ainsi les programmes de stages d’été, tels que le « Summer opportunity project ».

9Le chapitre VI développe véritablement le cadre théorique qui sous-tend l’ouvrage. Il s’intitule « Déléguer la mise en œuvre, mais exiger des preuves ». En somme, l’auteur revient sur les exigences d’évaluation qu’il faut avoir envers les programmes qu’il promeut. Il s’inscrit ainsi dans le sillage de la théorie des incitations, et en particulier dans la théorie des contrats incomplets. Se fondant sur ce modèle d’analyse, il déclare qu’il est plus efficace de déléguer aux acteurs privés, décentralisés l’établissement de programmes d’éducation (ce qu’il tentait de montrer dans le chapitre II : il ne faut pas se référer à un seul programme mais agir au cas par cas, en fonction de la spécificité de chaque terrain). Mais, pour cela, il est nécessaire que la puissance publique mette en place les bonnes incitations. Il s’agit d’instituer des sanctions et des rétributions pour obliger les acteurs à remplir les missions qui leur sont assignées, notamment par la création d’indicateurs de performance. Plus exactement, il faut faire en sorte que les contrats passés avec les acteurs privés soient « complets », c’est-à-dire qu’il n’existe pas de zone de flou sur les objectifs qui leur sont assignés. Le chapitre VII poursuit cette idée en revenant sur l’importance de l’évaluation des programmes. Pour Carcillo, il s’agit de la clé de la réussite des programmes américains. L’évaluation permet de « faire le tri entre les programmes qui marchent et ceux qui ne marchent pas ». En réalité, par évaluation, l’auteur entend essentiellement la mise en place d’expérimentations aléatoires. Finalement, les « leçons » que les États-Unis peuvent donner à la France semblent résider dans cette volonté de généraliser l’évaluation des politiques publiques.

10Ce point de vue situe le chercheur dans la droite ligne du courant du « New Public Management ». En définitive, il s’agit d’abolir la distinction entre les méthodes du secteur public et celles du secteur privé. Plus exactement, les méthodes propres au secteur privé, c’est-à-dire la mise en concurrence des acteurs, la décentralisation de l’action, la mise en place d’un système d’incitations financières pour atteindre des objectifs précis, devraient être généralisées à des missions, telles l’éducation, d’ordinaire considérées comme relevant du service public.

11En résumé, l’optique de Carcillo dans ce livre semble être d’appeler à une rationalisation des programmes éducatifs, en les fondant sur des objectifs précis et évaluables. Cet ouvrage, même s’il semble contenir assez peu de développements théoriques, s’inscrit finalement dans une logique bien particulière, empruntant à l’économie publique orthodoxe. En définitive, l’intérêt de l’ouvrage tient moins à la restitution d’expérimentations éducatives américaines qu’au fait qu’il applique un raisonnement théorique orthodoxe à la question de l’éducation.

Top of page

References

Electronic reference

Mina Hafezi, « Stéphane Carcillo, Des compétences pour les jeunes défavorisés. Leçons américaines », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 13 February 2017, connection on 23 September 2017. URL : http://lectures.revues.org/22307

Top of page

About the author

Mina Hafezi

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page