Navigation – Plan du site

Dominique Thomas, Générations djihadistes. Al-Qaïda – État islamique, histoire d’une lutte fratricide

Théo Blanc
Générations djihadistes
Dominique Thomas, Générations djihadistes. Al-Qaïda - État islamique : histoire d'une lutte fratricide, Paris, Michalon, 2016, 224 p., ISBN : 978-2-84186-824-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lasserre Isabelle, « Dominique Thomas : Daech et Al-Qaida peuvent s’allier pour frapper l’Occident  (...)

1La multiplication des attentats en Europe est souvent décrite comme la conséquence de l’hégémonie du groupe État islamique (EI) sur la mouvance djihadiste. Pourtant, le massacre de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 par des militants d’Al-Qaïda (AQ) vient rappeler avec force que l’organisation initiatrice du djihad global est loin d’avoir été éclipsée1. En réalité, AQ et EI se livrent une bataille idéologique et stratégique pour le « monopole du djihadisme » (p. 153). Leur divergence sur les finalités du djihad, mais aussi sur ses stratégies, est à l’origine d’une « surenchère opérationnelle » (p. 201) et médiatique visant à discréditer le rival en termes tant de capacités matérielles que de légitimité islamique. C’est à la fois la résilience d’AQ et le conflit générationnel avec l’EI que Dominique Thomas, spécialiste des réseaux djihadistes, décrit dans cet ouvrage au moyen de sources primaires issues de la littérature djihadiste.

  • 2 Pour une description de l’idéologie djihadiste, voir p. 29 et p. 37-38 notamment.
  • 3 Thomas Dominique, Les hommes d’Al-Qaïda, Paris, Michalon 2005.
  • 4 Ansar al-Sharia présente des similitudes avec le milieu djihadiste du Londonistan dans les années 1 (...)
  • 5 Leur assassinat a été pourtant été revendiqué par deux militants de l’État islamique, aux pages 60- (...)

2On pourrait, de but en blanc, objecter à l’auteur qu’AQ a largement perdu de son influence après le démantèlement du sanctuaire afghan par les États-Unis en 2001. Il est vrai que, depuis cette intervention, « AQ a cessé d’être un mouvement dirigé par un commandement unifié » (p. 17) et s’est transformé en une nébuleuse de « petits émirats localisés » (p. 18) : AQ centrale, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Al-Qaïda en péninsule arabique (AQPA), Al-Qaïda dans le sous-continent indien (AQSI), Shebab et Jabhat An-Nusra, entre autres. Toutefois, cet éclatement a paradoxalement entrainé « la dissémination de l’idéologie djihadiste sur l’ensemble du monde musulman, du Maroc aux Philippines »2, favorisé les phénomènes de « djihad individuel » (p. 19), renforcé les « idées djihadistes hors du monde arabe » (p. 20) et recentré les « combattants djihadistes arabes vers leur pays d’origine » (p. 21). La mort de Ben Laden en mai 2011, en plus de constituer la perte du visage du djihad, a accentué ce phénomène d’éclatement et marqué « la fin de la primauté du djihad global au profit de logiques locales, territorialement plus homogènes » (p. 26)3. Dans ce contexte de redistribution des pôles d’influence, AQPA est devenu « l’axe stratégique principal du djihad global » (p. 28). Constitué autour d’un noyau d’ex-foreign fighters revenus d’Afghanistan, la filiale parvient à survivre aux « démantèlements successifs des réseaux saoudiens entre 2004 et 2007 » (p. 83) grâce à la libération d’activistes yéménites en 2006 et à la fusion des cellules yéménites et saoudiennes en janvier 2009. La révolte houthiste de la minorité chiite zaydite (40% de la population yéménite) fournit à AQPA l’opportunité de tisser des liens avec « les couches populaires tribales sunnites qui tentent de stopper l’avancée » (p. 87) de la rébellion. De 2011 à mai 2012, l’organisation se territorialise sur plus de 600 km de littoral, sur l’axe entre Abyan et Mukalla, et obtient un large soutien populaire en se posant comme l’alternative principale au système clientéliste et autoritaire d’Ali Abdallah Saleh. L’assaut de l’armée yéménite sur le territoire d’AQPA en mai 2012 met fin à cette « administration qaïdiste embryonnaire » (p. 96) et contraint l’organisation à « revenir à la forme de clandestinisation qui prévalait avant 2011 » (p. 100). Son implantation reste toutefois importante en raison de la situation sécuritaire chaotique et de la forte popularité des djihadistes. À vrai dire, cette popularité n’est pas propre au théâtre yéménite. En Tunisie, en Libye, en Égypte et en Jordanie, le groupe Ansar al-Sharia s’est constitué une large base sociale en fournissant des denrées alimentaires aux populations marginalisées et en substituant l’impératif de l’application de la sharia à celui du djihad armé. Ce positionnement « néo-djihadiste » (p. 39) consiste en effet à éviter la confrontation avec les autorités au profit d’actions ponctuelles de protestation et d’activités de prédication (da’wa)4. En Tunisie, Ansar al-Sharia est toutefois interdite à la suite des assassinats des députés Choukri Belaïd en février 2013 et Mohammad al-Brahimi en juillet 20135. Elle a par ailleurs contribué au départ de quelques 7 000 djihadistes pour la Syrie et a été inscrite sur la liste des organisations terroristes en janvier 2014, notamment en raison de ses liens avec AQMI.

  • 6 Thomas Dominique, « Les spécificités idéologiques de l’État Islamique dans l’espace jihadiste globa (...)
  • 7 Dabiq, « Al-Qa’idah of Waziristan. A testimony from within », n° 6, décembre 2014-janvier 2015 (Rab (...)

3De son côté, le groupe État islamique d’Irak (EII), proclamé en octobre 2006, affiche également le « projet d’instaurer une véritable structure étatique djihadiste » (p. 136). Étendu sur un territoire de 300 000 km² à son apogée en 2015, l’EI établit de fait une véritable administration en cooptant des acteurs locaux (fonctionnaires, tribus) et en rétablissant certains services sociaux. Face au gouvernement chiite de Baghdâd et au chaos syrien, l’EI s’efforce – comme AQPA au Yémen – de s’imposer comme la seule alternative possible. En avril 2013, la filiale syrienne de l’EII refuse la fusion avec l’organisation-mère irakienne et rejoint AQ sous le nom de Jabhat An-Nusra. Ce rejet mène à une situation de conflit direct entre AQ et l’EI à la fois pour les ressources et pour « le monopole de l’autorité » (p. 152). « La Syrie devient alors un espace de compétition dans une lutte pour le monopole du djihadisme » (p. 153) dans le cadre de laquelle la proclamation du Califat par l’EI en juin 2014 constitue une tentative de « se présenter comme la seule institution légitime du monde musulman » (p. 157). Cette tentative est en violation des principes de consultation et de territorialité (tamkῑn) selon AQ6, qui reproche à l’EI son extrémisme et notamment sa pratique à outrance du takfir (excommunication). L’EI mène quant à lui une stratégie médiatique de ringardisation d’AQ, à qui il consacre un numéro entier de son magazine Dabiq7.

  • 8 Ce terme, souvent employé dans les médias, ne fait pas référence à Olivier Roy, qui utilise la noti (...)
  • 9 Thomas Dominique et Hénin Nicolas, « Pour comprendre l’hydre djihadiste », Le Point, 01/12/2016, en (...)

4Les apports de l’ouvrage de Dominique Thomas sont triples. D’une part, l’auteur note la grande résilience d’AQ malgré les démantèlements successifs des réseaux afghans (2001), saoudiens (2004-2007) et maliens (2013-2014) et en dépit de sa compétition avec l’EI. D’autre part, il décrit les multiples expériences de gestion territoriale par l’EI en Irak-Syrie et par AQ en Afghanistan, au Yémen, au Maghreb et au Sahel, et explique pourquoi elles ont relancé les débats sur la capacité des groupes djihadistes à « se politiser et renoncer à la violence » (p. 208). Le djihadisme, rappelle l’auteur, constitue bien « un courant hybride de l’islam politique », et le qualifier de « terrorisme nihiliste »8 (p. 12) empêche de saisir sa rationalité en le dépolitisant au profit d’explications psychologisantes Il est ainsi plus pertinent, tant scientifiquement que socialement (scientifically and socially relevant), d’étudier avec l’auteur la capacité de la mouvance djihadiste à obtenir un soutien populaire. C’est d’ailleurs là que réside la dernière qualité de l’ouvrage : celle d’apporter de la subtilité dans l’analyse des révolutions arabes en rappelant qu’elles ne procèdent pas seulement d’une quête de la démocratie mais qu’elles ont aussi ouvert une fenêtre d’opportunité aux djihadistes ; ces derniers vont-ils se transformer en mouvement politique de type salafiste ? En tous cas, il est clair que le conflit d’autorité entre AQ et EI a été largement amplifié par les révoltes arabes dont l’élan révolutionnaire présentait un potentiel d’universalisation pour les djihadistes9. Le grand mérite de l’ouvrage réside donc dans sa capacité à établir un état des lieux impartial de la mouvance djihadiste, loin des apriori normatifs et des formules médiatiques. Il s’agit, sans aucun doute, d’un ouvrage d’expertise très précieux tant pour ses analyses que pour les questions qu’il soulève.

Haut de page

Notes

1 Lasserre Isabelle, « Dominique Thomas : Daech et Al-Qaida peuvent s’allier pour frapper l’Occident », Le Figaro, 06/10/2016, en ligne : http://www.lefigaro.fr/international/2016/10/05/01003-20161005ARTFIG00262-dominique-thomas-daech-et-al-qaida-peuvent-s-allier-pour-frapper-l-occident.php.

2 Pour une description de l’idéologie djihadiste, voir p. 29 et p. 37-38 notamment.

3 Thomas Dominique, Les hommes d’Al-Qaïda, Paris, Michalon 2005.

4 Ansar al-Sharia présente des similitudes avec le milieu djihadiste du Londonistan dans les années 1990. Voir Thomas Dominique, Le Londonistan. La voix du djihad, Paris, Michalon 2003.

5 Leur assassinat a été pourtant été revendiqué par deux militants de l’État islamique, aux pages 60-61 du numéro 8 de Dabiq, paru en avril 2015 (Jumada al-Akhirah 1436)

6 Thomas Dominique, « Les spécificités idéologiques de l’État Islamique dans l’espace jihadiste global », Dossier stratégique Lettre IRSEM, n° 1, 2016, disponible en ligne : http://www.defense.gouv.fr/content/download/447237/7023670/file/Dossier_Strategique_Lettre_IRSEM_n1_2016.pdf.

7 Dabiq, « Al-Qa’idah of Waziristan. A testimony from within », n° 6, décembre 2014-janvier 2015 (Rabi’ al-Awwal 1436).

8 Ce terme, souvent employé dans les médias, ne fait pas référence à Olivier Roy, qui utilise la notion de nihilisme dans le seul cas des terroristes européens.

9 Thomas Dominique et Hénin Nicolas, « Pour comprendre l’hydre djihadiste », Le Point, 01/12/2016, en ligne : http://www.lepoint.fr/monde/pour-comprendre-l-hydre-djihadiste-01-12-2016-2087106_24.php.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théo Blanc, « Dominique Thomas, Générations djihadistes. Al-Qaïda – État islamique, histoire d’une lutte fratricide », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 février 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/22313

Haut de page

Rédacteur

Théo Blanc

Étudiant du master Moyen-Orient à Sciences Po Grenoble.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page