Navigation – Plan du site

Kako Nubukpo, Martial Ze Belinga, Bruno Tinel, Demba Moussa Dembélé (dir.), Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?

Elieth Eyebiyi
Sortir l'Afrique de la servitude monétaire
Kako Nubukpo, Martial Ze Belinga, Bruno Tinel, Demba Moussa Dembélé (dir.), Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, Paris, La Dispute, 2016, 243 p., ISBN : 978-2-84303-280-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anciennement « franc des colonies françaises d’Afrique », le CFA est désormais défini comme le « fr (...)

1Monnaie partagée par les anciennes colonies françaises en Afrique, occidentale et centrale, le franc CFA fait l’objet de diverses controverses : il lui est reproché de constituer un instrument de répression politique et économique aux mains de l’ancien colonisateur, la France, et de constituer un handicap au développement des pays utilisateurs. C’est de cette problématique que traite cet ouvrage coordonné par Kako Nubukpo, Martial Ze Belinga, Bruno Tinel et Demba Moussa Dembele. Au long de huit chapitres qui constituent son ossature, sont examinées les modalités part lesquelles le système du franc CFA1, créé le 26 décembre 1945, mais surtout les modalités par lesquelles il peut être possible de Sortir l‘Afrique de la servitude monétaire.

  • 2 Les quatre principes fondamentaux de la « zone franc » sont : la garantie de convertibilité illimit (...)
  • 3 Ouverts auprès du Trésor français au nom de chacune des banques centrales, les comptes d’opération (...)

2L’ouvrage resitue tout d’abord l’histoire et les enjeux dans la durée du franc CFA. Ainsi, Nadim Michel Kalife rappelle extensivement la genèse de cette monnaie dans le chapitre 3 et souligne qu’au titre du « pacte colonial », l’économie des pays de la « zone franc »2, c’est-à-dire les pays ayant en partage l’utilisation du franc CFA, devait être cantonnée exclusivement au rôle de pourvoyeuse de matières à la métropole, cette dernière se chargeant de les exporter ou de les transformer grâce à son tissu industriel. De ce point de vue, le CFA n’a pas été pensé en vue de permettre expressément la compétitivité de l’économie des pays qui l’utilisent. La convertibilité de cette monnaie était dès le départ garantie par le Trésor public français, « c’est-à-dire par le budget de l’État (et non pas la Banque de France) », rappelle Bruno Tinel (p. 106), qui lève également le voile sur le fonctionnement des comptes d’opération3, souvent décriés par divers activistes.

3Si la monnaie est une institution marchande, comme le montre Jérôme Maucourant dans le chapitre 2, « les sociétés ont pu disposer de systèmes monétaires hautement raffinés alors que les marchés n’existaient pas ou étaient insignifiants » (p. 77). À la fois unité de compte et moyen d’apaiser les relations entre les pays utilisateurs, en créant une alliance entre eux, la monnaie a vu sa dimension politique niée, en particulier à la faveur du renouveau de la mondialisation libérale et de la destruction des freins institutionnels qui bridaient la finance. Selon l’auteur, l’indépendance des banques centrales est réelle vis-à-vis des pouvoirs démocratiques, mais non vis-à-vis de la finance. L’ouvrage montre que le véritable problème de la monnaie, de nos jours, est d’être en quelque sorte prise au piège des logiques restrictives et parfois désincarnées de la finance.

  • 4 On lira Sarr Felwine, Afrotopia, éd. Philippe Rey, 2016, pour une intéressante analyse des dimensio (...)
  • 5 Voir Keynes John Maynard, « Proposals for an International Currency Union (second draft, 18 novembr (...)

4Le franc CFA, monnaie qui régente le développement de quinze pays depuis plusieurs décennies, apparait ainsi, à la lumière de son histoire et de ses mécanismes de fonctionnement, comme non seulement un reliquat colonial mais aussi et surtout comme un véritable frein à tout dynamisme de l’économie, et ceci justement en raison du fait que sa dimension politique est occultée. En entretenant l’économie de traite coloniale, le franc CFA semble mal répondre aux définitions théoriques de la monnaie, notamment d’un point de vue structurel. Son « artificialité » dans la gouvernance des échanges renvoie à l’image d’une économie qui a oublié sa dimension avant tout sociale et culturelle4, empêchant la réalisation du but pacificateur de la monnaie. Massimo Amato souligne qu’« une monnaie unit quand elle est utilisée pour payer et pour rendre possible le paiement » (p. 53), et constituant ainsi une « mesure de désarmement financier » au sens de John Maynard Keynes5.

  • 6 Voir Nubukpo Kako, « Politique monétaire et servitude volontaire. La gestion du franc CFA par la BC (...)

5Le franc CFA fait de plus en plus l’objet de contestations diverses, y compris au sein même des économistes, classe jusqu’alors considérée comme techniquement légitime pour débattre de questions à l’apparence compliquée pour le commun des populations. Ces dernières ont bien souvent mobilisé l’argument panafricaniste ou même indépendantiste, lorsqu’elles le pouvaient à travers quelques membres des élites, publicisant davantage le volet politique que le volet économique de la question. Si, pour certains, le franc CFA est une « servitude volontaire »6, pour d’autres cette monnaie porte essentiellement l’image de la main coloniale, empêchant une réelle indépendance des États du pré carré français. Dans cette veine, le sixième chapitre argumente sur la nécessité de rompre la tutelle coloniale pour parachever les indépendances en engageant une politique de développement et de progrès social dont le déclencheur serait la souveraineté monétaire des pays de la zone franc.

6L’ouvrage exprime un intérêt renouvelé pour la question du maintien ou non du système CFA. Les débats qui y sont relatifs sont nourris par diverses organisations et quelques experts de l’économie internationale, qui prennent le pari d’assumer une voix dissidente à propos d’une sorte de tabou politique et historique qui met en jeu divers réseaux d’intérêts postcoloniaux et élitistes. Une sortie récente de Carlos Lopez7, l’ancien secrétaire général adjoint de l’ONU, alors à la tête de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique, s’inscrit dans cet ordre d’idées : il critiquait comme désuète la convertibilité à taux fixe du franc CFA et plaidait pour un franc CFA plus fluctuant, arrimé par exemple à un panier de devises. Cette déclaration n’est pas sans rappeler les prises de position antérieures de bien d’autres « techniciens » de l’économie qui n’ont eu de cesse d’exposer leur analyse sur la question, ou même d’un Alain Deneault, qui consacre au CFA quelques réflexions dans son ouvrage La médiocratie8 – lequel montre entre autres l’avènement du règne du mou et de la conservation des positions existantes.

7Les auteurs s’appuient sur des considérations techniques et générales sur la monnaie et son fonctionnement pour essayer d’esquisser une réponse à la question à qui profite le franc CFA ? qui sous-titre l’ouvrage. Loin des débats de chapelles entre pro et anti FCFA, économistes traditionnels des banques centrales et du système idéologique dominant, ou encore activistes de toute obédience, les auteurs du présent ouvrage tiennent le pari de décrypter les mécanismes par lesquels le FCFA gouverne de nombreux États africains et assure la reproduction, quoique transmutée, d’un modèle d’exploitation d’une économie coloniale qui a du mal à assumer sa propre mue et à répondre aux besoins des citoyens. Sans donner dans une théorie de la conspiration, l’ouvrage montre aussi comment, par crainte d’une potentielle dévaluation, les banques centrales priorisent la mise en œuvre de mécanismes de prévention du déficit et limitent l’accès au crédit, contribuant fortement à endiguer toute dynamique économique de développement de la zone CFA.

8D’un point de vue anthropologique, l’ouvrage restitue de manière intéressante les conditions de la dévaluation du FCFA en 1994 : convoqués à une séance concernant la compagnie de transport défunte Air Afrique, les ministres des finances de la zone franc y sont informés de la dévaluation à 50% de « leur » monnaie. Les mécanismes de gestion de la zone Franc questionnent la capacité des pays concernés à envisager une politique monétaire adaptée à leurs besoins. L’ouvrage invite ces pays à prendre leur destin monétaire en mains, avec les risques économiques afférents, en rompant notamment avec le système du franc CFA. Ceci passe, pour certains auteurs, par la nécessité d’une sortie pure et simple de la zone franc, visant à mettre les dirigeants devant leurs responsabilités. D’autres préconisent à ces États de faire un meilleur usage des marges de manœuvre disponibles (comme l’arrimage à un panier de devises plutôt qu’uniquement à l’euro sous le couvert des institutions françaises, un ciblage moins rigide de l’inflation ; la prise en compte de la croissance ; etc.) encore largement sous exploitées par les banques centrales africaines. Déconstruisant les discours sur l’émergence économique des pays de la zone franc, Ndongo Samba Sylla insiste sur l’incompatibilité entre le développement et le système CFA et souligne la nécessité d’ « émerger du franc CFA » (p. 161). Ceci permettra d’en finir, ainsi que le prescrit Martial Ze Belinga, avec « l’éviction du champ décolonial plus large de la réinvention d’une économie politique et sociale » (p. 208), éviction attribuée au « cône monétaire français en Afrique ».

9Kako Nubukpo et ses co-auteurs, pour l’essentiel économistes, réussissent, à traiter d’une question controversée et rapidement politisée, en usant d’arguments techniques et scientifiques accessibles aux non-spécialistes de la monnaie. Ce faisant, ils tentent de dépassionner le débat en le repositionnant sur le terrain technique. Ceci a le mérite de montrer autant les faiblesses du système CFA que ses avantages potentiels, sujets à caution, lesquels semble-t-il ne sont profitables qu’aux classes dominantes dont la richesse est assise sur le capital financier ou l’importation déréglée. Si l’histoire du franc CFA est loin d’être achevée, la prise de parole scientifique au sujet de cette survivance coloniale annonce probablement des fissures dans le mur d’une monnaie à polémiques, présentée comme un instrument externe de répression politique et économique plutôt que de développement. De la capacité des élites économiques et politiques des pays concernés à repenser la place d’une politique monétaire dans le processus de développement de leurs États dépend la possibilité pour ces pays d’accéder à la souveraineté monétaire, en rompant avec l’ordre colonial et monolithique du franc CFA.

Haut de page

Notes

1 Anciennement « franc des colonies françaises d’Afrique », le CFA est désormais défini comme le « franc de la communauté financière africaine » (pour les pays d’Afrique de l’Ouest) et le « franc de la coopération financière africaine » (pour les pays d’Afrique centrale). Il a connu huit dévaluations depuis sa création.

2 Les quatre principes fondamentaux de la « zone franc » sont : la garantie de convertibilité illimitée du franc CFA par le Trésor français, la fixité des parités, la libre transférabilité et la centralisation des réserves de change. Des détails peuvent être obtenus ici : http://www.tresor.economie.gouv.fr/3517_Presentation-de-la-Zone-franc.

3 Ouverts auprès du Trésor français au nom de chacune des banques centrales, les comptes d’opération recueillent au moins 50 % des réserves de change de la zone franc, en échange d’une garantie de convertibilité et d’un découvert dit illimité.

4 On lira Sarr Felwine, Afrotopia, éd. Philippe Rey, 2016, pour une intéressante analyse des dimensions sociale et culturelle de l’économie.

5 Voir Keynes John Maynard, « Proposals for an International Currency Union (second draft, 18 novembre 1941) », in The Collected Writings of John Maynard Keynes, vol. XXV, « Activities 1940-1944 », Cambridge University Press, 1982.

6 Voir Nubukpo Kako, « Politique monétaire et servitude volontaire. La gestion du franc CFA par la BCEAO », Politique africaine, n° 105, 2007, p. 11.

7 Voir http://www.rfi.fr/emission/20161003-afrique-carlos-lopes-onu-franc-cfa-economie-monnaies-zone-franc-royaume-uni-ue.

8 On lira notamment la page 78 de Deneault, Alain. La médiocratie, Lux éditeur, coll. « Libres Lettres », 2015, 218p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth Eyebiyi, « Kako Nubukpo, Martial Ze Belinga, Bruno Tinel, Demba Moussa Dembélé (dir.), Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 février 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22322

Haut de page

Rédacteur

Elieth Eyebiyi

Docteur en sociologie, LHME/Université d’Abomey-Calavi (Bénin). Chercheur au Transpol (Canada).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page