Navegación – Mapa del sitio

Akim Oualhaci, Se faire respecter. Ethnographies de sports virils dans des quartiers populaires en France et aux États-Unis

Stéphane Héas
Se faire respecter
Akim Oualhaci, Se faire respecter. Ethnographie de sports virils dans des quartiers populaires en France et aux États-Unis, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Le sens social », 2017, 336 p., ISBN : 978-2-7535-5182-4.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Wacquant Loïc, Corps et âme. Carnet ethnographique d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone, coll. «  (...)

1Les regards socio-anthropologiques sur les activités physiques et sportives sont armés de nombreuses enquêtes de terrain, en France et ailleurs dans le monde, depuis une cinquantaine d’années au moins. Les théories mobilisées sont désormais plurielles, après avoir longtemps prolongé, pour l’essentiel en France, les approches bourdieusiennes ou relevant d’une critique radicale. Dans cet ouvrage qui propose une ethnographie multi-site, Akim Oualhaci explore, largement dans le sillage de Loïc Wacquant1 mais pas uniquement, les dispositions d’engagement de jeunes adultes résidant dans des quartiers populaires dans des pratiques de boxe anglaise et de bodybuilding aux USA, et de boxe thaïlandaise en France. Trois salles ad hoc ont été l’objet d’une observation, deux à New York et une en banlieue parisienne. Trois parties égrènent la restitution d’un travail réalisé dans le cadre d’une thèse soutenue en 2011.

2La première partie se centre sur les corps masculins modifiés et stylisés par les pratiques de combat et de renforcement musculaire hyperbolique. Dans « ces quartiers urbains marginalisés [sic] », la virilité populaire gagne une respectabilité tout d’abord locale, entre pairs, pour éventuellement s’étendre hors du quartier par l’intermédiaire des rencontres sportives. La place des femmes y est réduite, et le rapport au corps devient le vecteur d’une construction identitaire positive à force de rigueur, de codes valorisant le respect du travail, des partenaires d’entrainement et des adversaires.

3La seconde partie explore les rapports de domination et la prise d’autonomie via la carrière combattante, qu’elle soit professionnelle ou amateure. Selon l’auteur, paradoxalement, les transformations corporelles naturalisent les stéréotypes raciaux (les Noirs des ghettos américains sont musculeux alors que les Noirs-Maghrébins banlieusards français sont violents). Le travail corporel effectué avec ardeur par ces jeunes adultes vise à les rendre respectables, voire estimables, au moins dans l’entre-soi populaire. La violence y est fortement contrôlée, éloignant d’autant les bagarres de rue et les comportements déviants fortement stigmatisés à l’intérieur des espaces enquêtés. Comme le défend Stéphane face à l’enquêteur : « J’essaye de leur faire comprendre, à ceux qui pensent que la boxe thaï est un sport de voyous, que c’est un sport avec des codes et beaucoup de respect… choses que les voyous ne connaissent pas ».

4La dernière partie de l’ouvrage, dont la lecture est agréable, défend la thèse d’une conformisation aux normes légitimes de ces populations populaires, notamment de cette jeunesse considérée indûment comme violente et déviante, par l’œuvre des entraineurs ou des anciens combattants qui leur transmettent des connaissances techniques mais aussi éthiques, patiemment et fermement. Les ethnographies montrent comment l’engagement de ces jeunes hommes dans des pratiques corporelles qui forgent à donner et recevoir des coups, à prendre une carapace musculaire plus importante (vecteur d’une place sociale désirée), devient progressivement, à force de méthode et de rigueur, une véritable école de la vie… dominée.

5Car la thèse générale défendue est ambivalente. À la fois les exercices musculaires et de combat renforcent les pratiquants et leur permettent de faire face aux difficultés inhérentes à chaque vie humaine, encore davantage dans ces territoires relégués et pauvres. À la fois elles permettent à ces personnes aguerries d’être davantage normalisées et conformes aux canons relationnels et esthétiques dominants (violence réduite et contrôlée par les techniques corporelles et l’ascèse induite, politesse dans les relations interpersonnelles, confiance en soi accrue).

6Le choix des activités physiques traitées dans cet ouvrage nous semble critiquable. Les hésitations de l’auteur à propos de la dénomination même du culturisme, parfois indiqué sous le terme de « musculation », prête à confusion d’autant que les objectifs de cette dernière pratique sont largement opposés à la prise de masse. La tentative de comparaison internationale est avec honnêteté présentée – quelques rares fois au fil des pages – sous le couvert de ses faiblesses : les contextes économiques et politiques sont reconnus par l’auteur comme très différents, sans parler de la place des violences objectives dans l’espace public. Surtout, comparer des pratiques amateures et professionnelles relève presque d’une gageure protocolaire tant il est fondamentalement différent de s’engager dans une pratique ludique plutôt que dans une pratique à visée professionnelle. Surtout que les possibilités même de professionnalisation sont très différentes suivant les pratiques et les contextes nationaux (la salle de boxe américaine enquêtée a fourni de nombreux professionnels, ce qui n’est pas le cas de la salle de boxe thaïlandaise proche de Paris). Ce qui est plus délicat encore dans cet ouvrage est l’invisibilisation de travaux qui concernent spécifiquement les pratiques physiques étudiées, en France notamment. Citons la thèse d’Éric Perera sur le culturisme2 (2010, dont l’ouvrage a été édité il est vrai en ce début 2017), celle de Peggy Roussel sur les femmes culturistes3 (2000), ou bien celle de Jérôme Beauchez4 (2008, publiée en 2014) qui s’évertue justement à compléter, si ce n’est critiquer, l’approche célèbre développée par Loïc Wacquant dans Corps et âmes (2002), largement reprise par Akim Oualhaci.

7Sans doute le passage du format de la thèse à celui de l’ouvrage a-t-il exigé de nombreuses réductions. Si les apports de Pierre Bourdieu sont largement mobilisés (à propos du « sens » ou de la « raison pratique », de l’ethos, des notions de classifications légitimes, de capital culturel incorporé, etc.), ces références ne sont pas systématiquement indiquées. En revanche, Akim Oualhaci évoque plusieurs fois des bémols par rapport aux déterminismes socioculturels, ce qui renforce cette impression de prolongation théorique pas tout à fait assumée.

  • 5 Arduin Pascal, Memmi Dominique, « L’affichage du corporel comme ruse du faible : les SDF parisiens  (...)
  • 6 Goffman Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Books, 1959, p. 10.
  • 7 Weber Max, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996.

8Cette dernière faiblesse est contrebalancée par la mobilisation d’une littérature scientifique importante, notamment anglo-saxonne, en lien avec les inégalités, la relégation et la pauvreté. La thèse d’un renforcement identitaire et de la construction de nouvelles formes de solidarité est particulièrement éclairante à l’aune de feu la culture populaire ouvrière. Comme si l’engagement dans les pratiques physiques enquêtées relevait d’une culture d’atelier contemporaine avec le développement d’une réorganisation d’un lien social fort, entre-soi. Par rapport aux stigmates de violence et de déliaison sociale apposés aux quartiers populaires, l’enquête explicite les solidarités activées dans ces espaces sportifs particuliers permettant, in fine, aux pratiquants de dévier/d’être déviés… des déviances environnantes, de la violence et de l’activité « de la rue ». Un symbole de virilité est évoqué deux ou trois fois, qui subsume ce travail à la fois corporel et culturel : « rester droit » ou bien « droit et dur » ; en somme, il s’agit de se redresser face à l’adversité, d’encaisser les coups, les charges de travail corporel, pour pouvoir résister. Ici, les analyses de Jérôme Beauchez auraient été particulièrement étayantes, mais son ancrage théorique et épistémique « sensible » était sans doute trop éloigné de celui d’Akim Oualhaci pour ne pas fragiliser la démonstration. Reste que la mobilisation de nombreuses notions heuristiques – par exemple la « ruse du faible »5 (p. 183), le « consensus de travail »6 (p. 90) ou bien « l’acosmisme de l’amour »7 (p. 238) concernant la dépense physique intense jusqu’à la douleur – rend la démonstration intéressante et particulièrement riche.

Inicio de página

Notas

1 Wacquant Loïc, Corps et âme. Carnet ethnographique d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone, coll. « Mémoires sociales », 2002.

2 Perera Éric, La production du body-builder : ascèse, emprise et lien sectaire, université Montpellier 3, dir. Jacques Gleyse, 2010.

3 Roussel Peggy, Le corps féminin culturiste. Approche sociologique d’une génération de femmes culturistes françaises, université d’Aix-Marseille, dir. Jean Griffet, 2000.

4 Beauchez Jérôme, L’Empreinte du poing dans la manufacture de soi : pour une anthropologie réflexive du corps pugilistique, université de Strasbourg, dir. Bernard Michon, 2008.

5 Arduin Pascal, Memmi Dominique, « L’affichage du corporel comme ruse du faible : les SDF parisiens », Cahiers internationaux de sociologie, n° 113, 2002, p. 213-232.

6 Goffman Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Books, 1959, p. 10.

7 Weber Max, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Stéphane Héas, « Akim Oualhaci, Se faire respecter. Ethnographies de sports virils dans des quartiers populaires en France et aux États-Unis », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 17 febrero 2017, consultado el 26 marzo 2017. URL : http://lectures.revues.org/22350

Inicio de página

Redactor

Stéphane Héas

Sociologue, UFR APS, Université de Rennes 2, laboratoire VIPS2 (Violences Innovations Politiques Socialisations & Sports), EA 4636.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página