Navigation – Plan du site

Vincent Martigny, Dire la France. Culture(s) et identités nationales 1981-1995

Sébastien Zerilli
Dire la France
Vincent Martigny, Dire la France. Culture(s) et identités nationales (1981-1995), Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « références académiques », 2016, 376 p., ISBN : 978-2-7246-1945-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une utile « Chronologie politique, culturelle et intellectuelle » clôt d’ailleurs l’ouvrage (p. 345 (...)

1« Ce livre a pour ambition de comprendre pourquoi et comment la référence à la culture française est devenue centrale dans le débat sur l’identité nationale » (p. 13). Dès l’entame de l’étude de Vincent Martigny, on saisit tout l’intérêt d’un heureux décentrement : non pas participer au concert des anathèmes et des louanges qu’entretiennent « néo-réacs » anxieux et voltairiens exaltés à propos de l’avenir de l’hexagone, mais saisir pourquoi en France culture, identité et politique se sont à un moment étroitement liées. Si le marasme intellectuel et les tensions politiques actuels confèrent à cette problématique un aspect presque salutaire, l’objectif que se fixe l’auteur lui permet surtout d’éclairer sous un jour nouveau le déroulement d’une séquence historique (1981-1995) pourtant déjà abondement documentée et commentée. Aussi nous a-t-il paru justifié d’insister ici, plutôt que sur l’abondant contenu factuel de l’ouvrage que l’historien exploite remarquablement (depuis les éléments les plus tangibles comme la mise en place de politiques publiques de la culture, jusqu’aux plus informels comme la publication d’ouvrages témoignant d’un changement diffus de l’atmosphère intellectuelle1), sur les arguments qu’il développe dans ces pages.

  • 2 Jean Baudrillard, La gauche divine, Paris, Grasset, « Figures », 1985, p. 76.
  • 3 François Cusset, La décennie, Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, « Poche », (...)

2C’est avec la campagne présidentielle menée par les socialistes en 1981 et l’élection de François Mitterrand que la culture devient ce qu’on pourrait appeler un opérateur politique. Les contemporains de l’époque comme les historiens de la période l’on déjà noté : « Le nouveau pouvoir se veut culturel2 » ; la décennie 1980 voit naître « un socialisme entièrement culturalisé3 ». Alors que la culture n’était considérée pendant la période gaullienne, et malgré le panache d’un André Malraux, que comme un « [o]rnement de la République » (p. 25), elle apparaît tout à la fois pour les socialistes comme un enjeu et un moyen de gouvernement. Ce revirement n’est pas dénué d’aspects stratégiques. Il permet à la gauche au pouvoir de se démarquer des communistes, qui considèrent que culture et politique ne doivent pas être mêlées, et de la droite, dépeinte comme étant asservie aux puissances de l’argent et sourde à cette thématique. Ce choix fonde pourtant un véritable projet politique : alors que la France s’enfonce dans le marasme économique et que l’American way of life se diffuse à l’échelle planétaire sur fond de Guerre Froide, « les socialistes proposent un “ redressement national ” dont la culture et la clé » (p. 54).

3Cette « culturalisation des enjeux politiques » (p. 165) se couple à ce que l’auteur qualifie « d’anthropologisation de la culture » (p. 121) : le projet socialiste est effectivement porté par une extension de sa définition. « Elle n’est plus limitée aux œuvres de l’esprit, mais englobe l’ensemble des modes de vie et des conceptions relatives à un groupe donné. » (p. 37) Culture, identité et politique se mêlent alors de façon inédite et révèlent une manière originale de Dire la France : dans la lignée des revendications de Mai 1968, les particularismes des minorités que l’auteur qualifie (p. 180) de « régionales » (Bretons, Basques), « nationales » (Juifs, Arméniens, Tsiganes) et « non territoriales » (c’est-à-dire immigrées) sont reconnus et nourrissent la vision d’une France plurielle et métissée qui consacre alors le « droit à la différence ».

4Ce tournant est bien sûr critiqué. L’aile souverainiste et jacobine du Parti Socialiste, emmenée par Jean-Pierre Chevènement, voit dans cette ode à la diversité une entaille faite à l’universalisme abstrait du modèle classique d’intégration républicain. La droite libérale critique quant à elle l’étatisation de la culture, dont les réformes les plus emblématiques, portées par le charismatique Jack Lang (prix unique du livre, soutien massif à certains secteurs des industries culturelles comme le cinéma, politique de grands travaux), sont les symboles éclatants.

5En 1986, à la faveur de la victoire de l’opposition aux élections législative et de la première cohabitation, s’enclenche un saisissant glissement. La droite mène alors une contre-attaque idéologique en s’appropriant et en renversant les éléments narratifs du récit socialiste. Les pages que Vincent Martigny consacre à cette séquence décisive sont sans aucun doute les plus intéressantes du livre. Elles permettent de saisir pourquoi et comment les thèmes de la culture et de l’identité, originellement portés par la gauche, ont migré de l’autre côté de l’échiquier politique, espace dans lequel ils évoluent encore aujourd’hui et dont on pense à tort qu’il est leur lieu de naissance.

6Prenant acte de la focalisation opérée par leurs adversaires politiques sur une culture dont les contours se sont élargis, les membres du Rassemblement pour la République (RPR) et de l’Union pour la démocratie française (UDF) vont opérer une redoutable « culturalisation » de l’enjeu migratoire. Une autre façon de raconter la France va alors s’imposer, qui exploite pourtant les mêmes éléments discursifs que ceux initialement mobilisés par la gauche. « Car si la droite se pose en rupture avec le récit socialiste, elle réitère la ligne principale de ce dernier : la France tire sa grandeur de sa culture, qui constitue le ciment de la nation. » (p. 265) Rejetant le paradigme différentialiste associant culture, identité, diversité et métissage, « elle déplace la question culturelle sur le terrain de l’immigration, identifiant culture et identité nationale à travers le refus d’une France pluriculturelle » (p. 252).

  • 4 Voir, par exemple, François Ricci et Jean Bramant (dir.), Gramsci dans le texte, Paris, Éditions So (...)

7Originellement élaborée par des intellectuels conservateurs et réactionnaires nourris des thèses du communiste italien Antonio Gramsci (1891-1937) sur « l’hégémonie culturelle4 », cette nouvelle matrice intellectuelle insistant sur l’homogénéité que garantit théoriquement la philosophie assimilationniste de la République va pourtant se diffuser dans tout l’espace politique. La célébration du bicentenaire de la Révolution française en témoigne d’ailleurs subtilement selon l’historien. L’exaltation du métissage que célèbre ce moment festif n’est que théâtrale et spectaculaire, avance Vincent Martigny. Dans le foisonnement des sons et des couleurs qu’il génère, on ne distingue aucun message politique en faveur de la diversité. Plus concrètement paraissent à cette époque plusieurs ouvrages rédigés par des intellectuels, alors classés à gauche (l’auteur se penche sur des textes de Régis Debray, Dominique Schnapper et Pierre-André Taguieff), qui soulignent tous les vertus intégratrices du système républicain.

8Une ultime séquence doit enfin être distinguée selon l’auteur, qui s’ouvre autour de 1993 lors des négociations de l’Uruguay round sur le commerce international des services dans le cadre du General Agreement on Tariffs and Trade (GATT). Alors que la teneur partisane de l’enjeu culturel s’estompe pendant cette deuxième période de cohabitation, gauche et droite se rejoignent pour défendre la notion « d’exception culturelle ». Elle est élaborée pour contrer la puissance des productions mainstream américaines et protéger en France le secteur de l’audiovisuel. « L’unanimisme autour de [ce principe] cristallise une conception de la culture comme constitutive d’une dimension intime et essentielle d’un peuple », écrit Vincent Martigny (p. 323). Consacrée dans sa singularité à l’échelle internationale, la culture française est pourtant en quelque sorte dans le même mouvement stéréotypée : la reconnaissance d’identités culturelles nationales efface effectivement leur richesse et leur diversité internes.

9Plusieurs facteurs, au premier rang desquels l’individualisation des pratiques culturelles et la multiplication du nombre des acteurs de la culture, expliquent aujourd’hui que les liens entre politique, culture et identité se distendent, avance l’auteur en conclusion. Actuellement, poursuit-il, ce qui fonde l’identité compte moins dans notre climat politique tendu que la délimitation symbolique des frontières nationales (p. 336).

  • 5 Quoique de manière éparse, Frédéric Martel développe plusieurs arguments dans le sens de cette rema (...)
  • 6 Cette expression compose l’intitulé de la thèse de doctorat de l’auteur, dont l’ouvrage ici comment (...)

10Au terme de la lecture, une interrogation affleure : n’existe-t-il pas et n’a-t-il pas toujours existé dans tous les pays des récits à la trame narrative changeante permettant à des communautés nationales de « se dire » en articulant politique, culture et identité5 ? Le « nationalisme culturel français6 » n’a-t-il pas autant d’avatars qu’il existe de frontières territoriales ? Formuler ces hypothèses n’enlève quoiqu’il en soit absolument rien à la richesse et à l’originalité de cette étude qui propose de l’histoire politique française récente une lecture vraiment stimulante.

Haut de page

Notes

1 Une utile « Chronologie politique, culturelle et intellectuelle » clôt d’ailleurs l’ouvrage (p. 345-353), qui ordonne sous forme de tableau les très nombreuses données mobilisées par l’auteur.

2 Jean Baudrillard, La gauche divine, Paris, Grasset, « Figures », 1985, p. 76.

3 François Cusset, La décennie, Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, « Poche », 2008 [2007], p. 326.

4 Voir, par exemple, François Ricci et Jean Bramant (dir.), Gramsci dans le texte, Paris, Éditions Sociales, 1975.

5 Quoique de manière éparse, Frédéric Martel développe plusieurs arguments dans le sens de cette remarque à propos des États-Unis dans De la culture en Amérique, Paris, Flammarion, « Champs / Essais », 2011 [2006], chap. xi, « La diversité culturelle », p. 605-684.

6 Cette expression compose l’intitulé de la thèse de doctorat de l’auteur, dont l’ouvrage ici commenté est une adaptation : Le nationalisme culturel français : récit national et usages politiques de la culture en France (1981-1995) : http://www.theses.fr/2012IEPP0003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Vincent Martigny, Dire la France. Culture(s) et identités nationales 1981-1995  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 19 février 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22352

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page