Navigation – Plan du site

Corentin Bultez, Zygmunt Bauman. La nouvelle question éthique

Olivier Cléach
Zygmunt Bauman
Corentin Bultez, Zygmunt Bauman. La nouvelle question éthique, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2016, 219 p., ISBN : 978-2-343-10172-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, il n’y a d’entrée à son nom ni dans l’Encyclopedia of Ethics (de Lawrence C. Becker et (...)

1Au moment de rendre compte de l’ouvrage de Corentin Bultez, tiré de son mémoire de master en philosophie politique dirigé par Michel Hastings (Sciences Po Lille), nous avons appris le décès du sociologue anglo-polonais, Zygmunt Bauman (né en 1925, décédé le 9 janvier 2017), dont l’auteur expose ici les principaux travaux. Ce livre est bienvenu, entre autres parce qu’il nous livre une présentation de la pensée du sociologue qui, malgré ses nombreuses productions, demeure assez peu (re)connu en France, et moins encore pour ses réflexions sur l’éthique1.

  • 2 Il tient ainsi à se démarquer des ouvrages en langue française de Pierre-Antoine Chardel (Zygmunt B (...)
  • 3 Zygmunt Bauman, Modernity and The Holocaust, Cambridge, Polity Press, 1989.
  • 4 Zygmunt Bauman, Postmodern Ethics, Cambridge, Basil Blackwell, 1993.
  • 5 Zygmunt Bauman, L’éthique a-t-elle une chance dans un monde de consommateurs ?, Paris, Climats/Flam (...)
  • 6 Keith Tester, Conversations with Zygmunt Bauman, Cambridge, Polity, 2001.

2En effet, Corentin Bultez ne considère ici que les travaux du sociologue qui portent sur l’éthique et la moralité2, à partir des années 1990, essentiellement : Modernity and The Holocaust3, Postmodern Ethics4, L’éthique a-t-elle une chance dans un monde de consommateurs ?5 et l’entretien qu’il a accordé à Keith Tester6). Si les réflexions morales en sociologie ne sont pas nouvelles (pensons par exemple à Émile Durkheim ou, plus près de nous, aux travaux de Paul Ladrière ou encore à ceux de Patrick Pharo), elles deviennent plus prégnantes pour Bauman à cette période. Et ce même si, selon l’auteur, on peut considérer que « l’œuvre entière de Zygmunt Bauman est traversée par un questionnement éthique et moral devenu plus pressant encore dans son analyse de la modernité liquide » (p. 17).

  • 7 Concept inauguré à la fin des années 1990 pour critiquer la notion de postmodernité, dans le même m (...)
  • 8 Même si, pour cette dernière, nous ne sommes pas sûr d’avoir identifié son intérêt pour le propos d (...)

3Nous pourrions résumer ainsi la question centrale de l’ouvrage : quelles sont les conséquences éthiques et morales du passage d’une « société solide » à une « société liquide »7 ? Pour répondre à cette question, tout au long des trois chapitres qui constituent l’architecture de l’ouvrage, l’auteur nous indique qu’il y a deux prérequis : d’abord (chapitre 1) connaître des éléments clés de la biographie de Zygmunt Bauman (juif polonais ayant connu l’antisémitisme, combattu le nazisme, éprouvé l’exil, épousé Janina qui a vécu l’expérience du ghetto de Varsovie…) pour mieux comprendre pourquoi il s’est intéressé à ces questions (totalitarisme, Shoah, consumérisme, liberté et sécurité…) et qu’elles ont été ses influences théoriques (Hannah Arendt8, Nechama Tec, Emmanuel Lévinas…). Le second préalable (chapitre 2), consiste à prendre en considération le contexte macrosocial dans lequel Bauman inscrit ses réflexions sur la modernité, son diagnostic social et sa vision du monde. Car, il mobilise essentiellement les notions d’éthique, de moralité et de responsabilité afin de comprendre et de critiquer la société « liquide » (pour ne pas dire postmoderne), la société de consommation et ses dérives (néolibéralisme).

  • 9 Autant de changements qui facilitent l’avènement de tragédies comme les génocides, les massacres…
  • 10 Avec l’impression qu’auparavant, l’éthique était portée seulement par l’État (p. 133), sans que cet (...)

4Dès lors, Zygmunt Bauman s’est s’attaché à saisir les enjeux éthiques et moraux des changements sociétaux qu’il constatait : le passage des sociétés « solides », formes d’organisation sociale héritières du siècle des Lumières, symbolisées par l’État-nation et sa bureaucratie, par la recherche d’un ordre social normalisateur fondé sur des statuts et des rôles sociaux assignés, par le développement d’une « éthique sans moralité » (p. 128)9, vers des sociétés « liquides ». Ces dernières sont de nouvelles formes d’organisation sociale caractérisées par la fluidité, la flexibilisation et le changement permanent, par l’ambivalence, par la prégnance de marchés dérégulés du fait de la mondialisation et le développement du néolibéralisme, par le triomphe du consumérisme, par un ordre plus chaotique, plus incertain et plus insécure, par des États renvoyés à leurs fonctions régaliennes au profit d’organisations transnationales, par « une moralité sans éthique »10 (p. 132), etc. L’éthique et la moralité deviennent en quelque sorte pour Bauman les nouveaux analyseurs sociaux de la modernité et d’un ensemble d’événements comme les guerres, les génocides, les barbaries, les surveillances généralisées au nom de la sécurité (cf. affaire Snowden), etc.

5Zygmunt Bauman s’intéresse en effet aux enjeux éthiques et moraux de cette « société liquide » devenue une machine à exclure car, comme le rappelle l’auteur, « la modernité liquide, par l’emprise qu’a pris le néolibéralisme dans cette dernière, produit des rebuts, des êtres en trop et administre cette exclusion » (p. 97). Toujours selon Corentin Bultez, l’intérêt porté aux travaux de Bauman sur la société liquide permet « de constater l’importance des changements en marche dans une modernité arrivée à un stade dit liquide. La modernité liquide en ce qu’elle est sous l’emprise de l’ordre néolibéral et de la prévalence du marché sur les existences individuelles et collectives, en ce qu’elle traduit une intégration sociale incertaine et sans cesse remise en question par la consommation et son absence de limite spatio-temporelle, en ce qu’elle produit une exclusion généralisée et des angoisses devenues obsessionnelles, interroge individuellement et collectivement sur la possibilité d’action et sur les moyens d’une refondation éthique et morale telle que soulignée par Bauman » (p. 105). Bref, les sens et les visions du monde, les responsabilités individuelles et collectives, les régulations sociales, devenus incertains doivent être repensés dans leurs aspects éthiques et moraux. Vaste programme ! Pour ce faire, le sociologue s’efforce de « dépasser les standards éthiques et moraux de la loi, de la règle, pour définir une moralité non rationnelle, non universalisable, aporétique, sans fondement ontologique qui implique directement le moi dans sa rencontre avec l’Autre comme transcendance, comme altérité radicale » (p. 123). Du fait que la configuration des sociétés liquides remet en cause les manières dont se constituent les interactions sociales, Zygmunt Bauman nous indique l’impératif de repenser l’éthique et la morale, car « l’insensibilité morale » et la « cécité morale » (p. 146) guettent.

  • 11 Sans que les travaux de cette approche ne soient cités (cf. par exemple, Pascale Molinier, Sandra L (...)

6Au final, il reste l’impression d’une sorte d’hagiographie érudite (et quelquefois absconse) de Zygmunt Bauman. Si l’auteur semble bien connaître les principaux travaux du sociologue et qu’il nous en offre une lecture personnelle, une interprétation souvent stimulante, il est dommage qu’il n’entame pas la discussion critique desdits travaux, de la posture engagée de son « objet », de ses références théoriques et de ses approches parfois peu nuancées. Par exemple, il nous faut reconstituer au fil de la lecture la conception que Bauman se fait de l’éthique et de la morale (essentiellement inspirée par les travaux d’Emmanuel Lévinas et de Jacques Derrida), avec une certaine ambivalence : éthique et morale sont parfois confondues, synonymes, et à d’autres moments distinguées (p. 118), mais jamais clairement définies, sans que l’on sache vraiment si cette ambiguïté est due à l’auteur, à ses interprétations, ou si elle ressort des travaux de Bauman. De plus, ces aspects ne sont nullement confrontés à d’autres approches de référence sur ces questions (nous pensons, par exemple, à l’école québécoise d’éthique appliquée : Georges A. Legault, Luc Bégin, André Lacroix…) qui établissent, elles, une distinction nette entre l’éthique (qui relève du domaine de la valeur) et la morale (qui renvoie à celui de la règle, de la norme). Dans cette perspective, des expressions comme « code éthique » ou « loi éthique » ont peu de sens. Ainsi, ici où là, nous pouvons rapprocher la pensée de Bauman de l’éthique du care11 (p. 119 ; p. 135) ou des vertus, d’une critique des formes « d’éthique de conformité » ou de « l’éthique comme loi » (p. 128) qui renvoient davantage à l’approche déontique… Si l’auteur nous indique que la conception éthique baumanienne est caractérisée « par un refus de l’éthique comme loi » (p. 135), par une « éthique de l’autre », de l’altérité (dans la lignée de Lévinas ou de Derrida), il ne nous renseigne guère ni sur l’ambiguïté de l’expression qui renvoie l’éthique à une norme (caractéristique des sociétés solides), ni sur l’amalgame entre éthique et moralité. Lorsque l’auteur parle de « crise de l’éthique comme responsabilité » (p. 138), nous attendons en vain, là encore, des éléments d’explication sur l’association entre les deux notions. Dans la même veine, si la décision éthique n’est pas guidée par des règles (« une invention sans règles » p. 148), cela ne signifie pas qu’il n’existe pas d’autres éclairages possibles (les valeurs).

  • 12 Que Bauman critique à loisir, alors même qu’il existe une proximité entre leurs deux typologies.

7De plus, l’auteur ne fait aucun rapprochement entre la démarche macrosociologique du sociologue à travers sa typologie (la société solide vs la société liquide) et les distinctions qu’opèrent des sociologues « classiques » comme Émile Durkheim12 (sociétés à solidarité mécanique vs sociétés à solidarité organique), Max Weber (communalisation vs sociation) ou encore Ferdinand Tönnies (communauté vs société). Chacun de ces sociologues (nous pourrions également citer Georg Simmel) rend compte, dans des contextes certes différents, de changements sociétaux, présente une théorie de la société et de la modernité (les effets de la révolution industrielle, de la société de production pour les uns, l’évolution de la société de consommation pour l’autre). Quels éléments supplémentaires Bauman apporte-t-il, si ce n’est d’adapter sa typologie à l’époque de la société de consommation, en termes de réseaux, de flux, etc. ?

8En conclusion, nous recommandons la lecture de cet ouvrage comme première approche des travaux de Zygmunt Bauman, comme découverte, mais surtout comme invitation à les lire dans le texte.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, il n’y a d’entrée à son nom ni dans l’Encyclopedia of Ethics (de Lawrence C. Becker et Charlotte B. Becker (dir.), New York, Garland Publishing Inc., 1992), ni dans le Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale dirigé par Monique Canto-Sperber (Paris, PUF, 1996 / 2004), pour ne citer qu’eux. Dans toutes les lectures que nous avons pu faire sur ces questions, nous n'avons que rarement constaté la mobilisation des travaux de Zygmunt Bauman.

2 Il tient ainsi à se démarquer des ouvrages en langue française de Pierre-Antoine Chardel (Zygmunt Bauman Les illusions perdues de la modernité, Paris, CNRS éditions, 2013) et de Simon Tabet (Le projet sociologique de Zygmunt Bauman. Vers une approche critique de la postmodernité, Paris, l’Harmattan, 2014 ; compte rendu de Aldo Haesler pour Lectures : https://lectures.revues.org/15992) ; même si le pari n’est qu’en partie réussi, notamment dans les sections biographiques : la thématique n’est pas abordée avant la page 60.

3 Zygmunt Bauman, Modernity and The Holocaust, Cambridge, Polity Press, 1989.

4 Zygmunt Bauman, Postmodern Ethics, Cambridge, Basil Blackwell, 1993.

5 Zygmunt Bauman, L’éthique a-t-elle une chance dans un monde de consommateurs ?, Paris, Climats/Flammarion, 2009 [2008].

6 Keith Tester, Conversations with Zygmunt Bauman, Cambridge, Polity, 2001.

7 Concept inauguré à la fin des années 1990 pour critiquer la notion de postmodernité, dans le même moment où le sociologue s’intéresse aux enjeux éthiques et moraux.

8 Même si, pour cette dernière, nous ne sommes pas sûr d’avoir identifié son intérêt pour le propos de l’auteur au regard de la thématique retenue.

9 Autant de changements qui facilitent l’avènement de tragédies comme les génocides, les massacres…

10 Avec l’impression qu’auparavant, l’éthique était portée seulement par l’État (p. 133), sans que cet aspect soit discuté, sans que le rôle de la société civile soit réellement abordé par l’auteur.

11 Sans que les travaux de cette approche ne soient cités (cf. par exemple, Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman, Qu’est-ce que le care ?, Paris, Payot, 2009).

12 Que Bauman critique à loisir, alors même qu’il existe une proximité entre leurs deux typologies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Corentin Bultez, Zygmunt Bauman. La nouvelle question éthique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22355

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page