Navigation – Plan du site

Stuart Hall, Cultural Studies 1983. A Theoretical History

Zacharias Zoubir
Cultural Studies 1983
Stuart Hall, Cultural Studies 1983. A Theoretical History, Durham, Duke University Press, 2016, 218 p., édition et introduction de Jennifer Daryl Slack et Lawrence Grossberg, ISBN : 9780822362630.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage présente les cours donnés par le sociologue, théoricien de la culture et militant Stuart Hall durant l’été 1983 à l’Université d’Illinois. Ces huit cours font un bilan provisoire des recherches et des réflexions menées au Centre for Contemporary Cultural Studies (CCCS) de 1969 à 1980. Ils sont orientés par la question de savoir quelles conditions doivent être réunies pour que la culture, entendue comme la création et la transmission de sens par les membres d’un groupe, soit constituée en un objet théorique à part entière. Cette question conduit Hall à développer une voie de milieu entre une critique littéraire peu soucieuse de situer les romans et les poèmes dans leur contexte social et un marxisme qui réduit la culture à l’expression d’une réalité supposée matérielle.

  • 1 Lukács Georg, Histoire et conscience de classe, trad. Axelos Kostas et Bois Jacqueline, Paris, Éd. (...)
  • 2 Jay Martin, Marxism and Totality: The Adventures of a Concept from Lukács to Habermas, Berkeley, Un (...)

2Dans le premier cours, Hall présente les apports des deux champs principaux à partir desquels les membres du CCCS ont forgé leur concept de culture, le premier étant celui de la critique littéraire. En attribuant un statut paradigmatique à l’appréciation de la qualité des textes issus du canon littéraire national et à la capacité de former par là des jugements relatifs à la culture dans son ensemble, quelqu’un comme F.R. Leavis a fourni les bases d’une approche sociale des objets culturels. Or, la culture populaire ne pouvait trouver une place dans cette approche qui réservait la critique aux spécialistes capables d’émettre des jugements de goût. Le deuxième champ est celui de la sociologie britannique qui tenait alors pour acquises la pluralité et la diversité des formes de création de sens dans la société mais qui, à cause de son rejet catégorique de l’École de Francfort, se privait de tout moyen de concevoir le rapport entre culture et pouvoir. Afin de remédier aux défauts de ces deux champs, le CCCS a soumis la culture à un travail théorique par une reprise critique des concepts de Marx. Pourquoi les concepts de Marx, et comment en user pour montrer que la culture constitue pour les sciences sociales un phénomène incontournable ? C’est la question que Hall traite dans la deuxième séance par le biais d’une biographie intellectuelle du critique littéraire Raymond Williams. Pour le dire avec E.P. Thompson, Williams cherchait à « sauver » les voix des individus, notamment ceux des classes populaires. Faire de la culture un objet théorique à part entière revenait alors à valoriser l’expérience vécue. De ce point de vue, la valeur du marxisme réside dans sa capacité à relier les pratiques à des significations. Hall s’inscrit par là dans une lignée que l’on peut faire remonter à Georg Lukács1 et dont Martin Jay2 a tenté de tracer les contours : celle suivant laquelle le propre du matérialisme marxiste n’est pas tant de poser que la matière est première, mais de concevoir la société comme une totalité, comme un ensemble dynamique de rapports sociaux.

3Pour situer la culture dans cette totalité sociale, il a pourtant fallu puiser dans d’autres écoles. Hall fait ressortir la singularité des travaux d’auteurs comme Durkheim, qui nous permet de penser la régulation des comportements par des normes qui les transcendent, et comme Lévi-Strauss, qui concevait les mythes comme des combinaisons infiniment variées d’un nombre limité d’éléments et de règles fondamentaux. Grâce à ces perspectives, on peut prendre en compte les processus inconscients qui sous-tendent les créations culturelles d’une société donnée, et ainsi éviter de les réduire à des phénomènes subjectifs isolés. De plus, ces perspectives ont des implications pour le marxisme, car un travail sur le concept de structure prépare les conditions pour une critique de l’opposition entre « base » et « superstructure ». C’est cette opposition qui est repensée dans le quatrième cours, où la notion de base, entendue comme une combinaison de rapports de production, se trouve soigneusement distinguée de la notion courante d’« économie ». La superstructure, elle, ne serait pas un reflet des conditions matérielles mais un ensemble d’institutions idéologiques, politiques et juridiques qui agissent en retour sur les rapports de production.

  • 3 Notre traduction.
  • 4 Voir le texte fondateur : Jameson Fredric, « Postmodernism, Or, The Cultural Logic of Late Capitali (...)
  • 5 Hirst Paul, On Law and Ideology, Londres, Macmillan, 1979.

4Dans les cinquième et sixième séances, Hall explicite les enjeux de cette combinaison du marxisme et du structuralisme par une lecture d’Althusser. Hall souligne bien la tension qui traverse les textes de ce philosophe. D’un côté, Althusser restitue la complexité de la société grâce à sa distinction entre différents « niveaux » : le politique, l’économique, l’idéologique et le mode de production. Les activités et objets qui constituent la culture peuvent ainsi être situés dans une totalité sans être réduits à des expressions univoques de celle-ci. Cela est à son tour rendu possible par le concept de « surdétermination » hérité de l’interprétation freudienne des rêves. De la même manière que le symbole est au carrefour d’une diversité de chaînes de sens, un événement comme celui de la révolution de 1917 fut surdéterminé par des causes multiples. D’un autre côté, les textes d’Althusser pâtissent d’une tendance au fonctionnalisme, puisque l’idéologie véhiculée par des institutions comme l’école ou l’Église n’est comprise que comme un élément qui contribue à la reproduction de la société bourgeoise. Or, entre les deux pôles de cette tension, on trouve le concept d’articulation, « la forme d’une connexion ou d’un lien qui peut faire l’unité de deux éléments différents »3 (p. 121). Ce concept implique que le rapport entre les différents éléments d’une idéologie – par exemple celle du rastafarisme, qui allie luttes anticoloniales et lectures bibliques – ainsi que le rapport entre cette idéologie et le sujet politique qui va l’adopter – en l’occurrence, une génération de jeunes Jamaïcains – sont eux-mêmes les produits des luttes sociales qui opèrent ces articulations. Ainsi, les premières cultural studies ont pu éviter l’orientation prise par Foucault dans son rejet de toute unité des différents phénomènes sociaux qu’il étudie, par exemple ce qu’il appelle les micro-pouvoirs. Selon Hall, il faut plutôt chercher à tenir ensemble l’hétérogénéité de ces phénomènes et la structure qui les unifie, en l’occurrence l’État. Les cultural studies des débuts se démarquent aussi par là de la focalisation de Derrida sur le caractère changeant des significations d’un discours, car l’idéologie est précisément ce qui vient fixer le sens de ce discours en établissant des séries d’équivalences (par exemple, banlieue = criminalité = danger). Il est frappant d’observer que ces critiques des différents courants post-structuralistes sont formulées au moment même de leur émergence. Se distinguant ainsi de Jameson4 qui, à la même période, définit le postmodernisme comme un moment historique, Hall cherche à remonter aux présupposés épistémologiques des nouvelles théories de son temps. L’exigence d’une absence totale de correspondance entre les choses chez Paul Hirst5, par exemple, n’est en fait que l’opposé de la revendication tout aussi unilatérale d’une correspondance nécessaire entre les choses.

5Dans la septième séance consacrée à Gramsci, le propos de Hall se fait plus doxographique, moins problématisé, sauf sur un point : la notion d’hégémonie, qui désigne la situation dans laquelle une certaine idéologie parvient à créer un consentement plus ou moins général chez les dominés. Bien que l’idéologie se caractérise par la fixation de sens, elle est le lieu de luttes permanentes pour déterminer ce sens et pour étendre l’influence d’un certain projet. On aurait espéré que la dernière séance propose une élaboration synthétique du concept de culture ou du moins une distinction entre culture et idéologie, mais Hall s’en tient à confirmer les acquis des séances précédentes. Cependant, le chercheur y présente sa conception de la résistance culturelle, définie non pas tant comme le développement de contre-cultures aux marges de la culture dominante mais comme une forme de réappropriation et de réinterprétation des composantes de celle-ci. Pour l’illustrer, Hall, lui-même issu de l’ex-colonie britannique qu’est la Jamaïque, décrit le cas d’une Église baptiste à Kingston où les colonisés modifiaient les rythmes des cantiques suivant le modèle de la musique religieuse traditionnelle, ou encore la manière dont le signifiant du phénotype « noir » varie en fonction des contextes sociaux (de la Jamaïque à l’Angleterre) sans jamais être uniformément relié à une certaine classe sociale.

  • 6 Voir notamment Cervulle Maxime et Quemener Nelly, Cultural studies. Théories et méthodes, Paris, Ar (...)

6Dans ces passages truffés de références historiques et sociales, on regrette que l’appareil éditorial de Cultural Studies 1983 soit si restreint, d’autant plus que les savoirs des éditeurs Jennifer Daryl Slack et Lawrence Grossberg et leur expérience propre du champ académique du début des années 1980 leur aurait permis d’expliciter certaines allusions ou références implicites dans ces cours. Ces derniers forment néanmoins à eux seuls une excellente introduction à un moment des cultural studies trop souvent négligé dans les présentations qui en sont disponibles en langue française6 : celui où la culture était encore conçue comme un élément d’une totalité sociale, qui ne pouvait se substituer à cette totalité.

Haut de page

Notes

1 Lukács Georg, Histoire et conscience de classe, trad. Axelos Kostas et Bois Jacqueline, Paris, Éd. de Minuit, coll. « Arguments », 1960.

2 Jay Martin, Marxism and Totality: The Adventures of a Concept from Lukács to Habermas, Berkeley, University of California Press, 1984.

3 Notre traduction.

4 Voir le texte fondateur : Jameson Fredric, « Postmodernism, Or, The Cultural Logic of Late Capitalism », New Left Review, n° 146, juillet-août 1984, p. 59-92.

5 Hirst Paul, On Law and Ideology, Londres, Macmillan, 1979.

6 Voir notamment Cervulle Maxime et Quemener Nelly, Cultural studies. Théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zacharias Zoubir, « Stuart Hall, Cultural Studies 1983. A Theoretical History », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22356

Haut de page

Rédacteur

Zacharias Zoubir

Élève de l’ENS de Lyon, agrégé de philosophie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page