Navigation – Plan du site

Du déchet à l’objet de collection : la sociologie de l’enrichissement de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre

Lilian Mathieu
Enrichissement
Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2017, 663 p., ISBN : 978-2-07-014787-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Siniac, Femmes blafardes, Paris, Rivages/noir, 1997 [1e éd. 1981], p. 68. Sur le genre de l’ (...)

1Raymond Hurlejaume, le patron du grand magasin de la petite ville charentaise où se déroule Femmes blafardes, roman policier de Pierre Siniac, vante ses marchandises en soutenant qu’elles sont les mêmes que celles prisées par la plus haute société (« un modèle du plus haut chic étrenné en septembre dernier par la princesse Caroline de Transylvanie aux régates de Miami… »)1. Tout personnage de fiction qu’il soit, Raymond Hurlejaume est un précurseur. Dès le début des années 1980, il anticipe ce qui constitue une des dynamiques les plus puissantes du capitalisme contemporain, celle qui consiste à mettre en valeur des marchandises en les inscrivant dans une narration, en l’occurrence peuplée d’êtres exceptionnels auxquels l’acheteur pourra s’associer sous un certain rapport. Raymond Hurlejaume a plus précisément recours à cette modalité de mise en valeur qu’est la forme tendance (détaillée infra) que distinguent Luc Boltanski et Arnaud Esquerre dans Enrichissement.

2Ce terme d’enrichissement revêt dans l’ouvrage plusieurs significations. Il s’agit d’une part de la manière dont des choses sont dotées d’un prix lorsqu’elles changent de mains au cours d’une transaction commerciale — question des plus classiques en économie mais à laquelle Boltanski et Esquerre apportent des éléments de réponse proprement sociologiques. L’enrichissement est également le processus par lequel les riches construisent et entretiennent leur fortune en procédant à la valorisation des différents biens matériels qu’ils possèdent — thématique qui n’est pas sans importance dans un contexte d’accroissement considérable des inégalités de richesse. Dans les deux cas, la question centrale porte sur la valeur des choses possédées ou échangées : loin d’être la résultante inexorable de mécanismes économiques impersonnels, celle-ci mobilise des processus sociaux complexes, relevant aujourd’hui d’une économie de l’enrichissement, que le livre s’attache à décrire en détail.

Une enquête sur le commerce des marchandises

  • 2 Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1998.

3Comme les ouvrages récents (co-)signés par Luc Boltanski, et spécialement comme Le nouvel esprit du capitalisme dont il constitue un pendant2, Enrichissement présente une architecture théorique systématique, soutenue par un vocabulaire conceptuel original. Ce modèle n’est pas pour autant abstrait ou spéculatif : l’ouvrage est nourri de nombreuses données quantitatives et qualitatives, dont une étude de la patrimonialisation du bâti industriel arlésien et une enquête aveyronnaise sur la mise en valeur des couteaux de Laguiole. Comme Le nouvel esprit du capitalisme également, Enrichissement entend livrer des éléments de compréhension des transformations en cours du capitalisme mais, alors que le premier ouvrage se penchait surtout sur la sphère de la production, le second se focalise sur celle du commerce.

  • 3 L’autre registre de critique du capitalisme, la critique artiste, a été désarmé en étant intégré da (...)
  • 4 Une des principales sources d’inspiration de l’analyse de Boltanski et Esquerre est sur ce plan la (...)

4La question de la production n’est pas pour autant négligée. Révoquant la thèse selon laquelle nos sociétés seraient désormais post-industrielles, Boltanski et Esquerre rappellent que nous restons plus que jamais dans un univers de marchandises. Les plus courantes de celles consommées dans les pays occidentaux sont désormais fabriquées à moindre coût à l’étranger. Telle a été la solution que le capitalisme a trouvée pour surmonter la crise qu’il a subie dans les années 1960-1970 et qui l’avait contraint à accorder de nouveaux droits et avantages aux travailleurs : comme on sait, les délocalisations ont permis de désarmer la critique sociale3 en remplaçant les travailleurs occidentaux (réduits au chômage) par ceux, moins organisés collectivement, des pays à bas salaires. Pour autant, des marchandises sont toujours produites et, surtout, échangées dans nos sociétés, qui se caractérisent notamment par leur prix singulièrement élevé en regard de la manière dont l’économie appréhende classiquement la formation de la valeur. C’est cette étrangeté que Boltanski et Esquerre entreprennent de dissiper en identifiant une nouvelle forme d’appréciation marchande fondée sur la mise en récit. Dans cette logique, certaines choses voient leur prix majoré par une valeur d’exceptionnalité attestée dans une narration4, exaltant leur ancrage historique, la singularité de leur créateur, la rareté de leur localisation, le renom de leur ancien propriétaire, les spécificités de leur « carrière d’objet », etc.

5Il est sans doute nécessaire à ce stade d’exposer les principaux axes du modèle théorique développé dans Enrichissement. Le prix d’une marchandise est un signe fixé au cours de l’échange selon une métrique (le plus souvent la monnaie). En tant que tel, il se distingue de sa valeur qui, beaucoup plus polysémique, se réfère à un « être » de la chose (lorsqu’elle a une valeur affective, par exemple, qui la distingue des autres choses identiques et dont le prix monétaire ne peut rendre compte). La valeur de la chose considérée fonde son ou ses métaprix, c’est-à-dire les diverses formes d’appréhension du prix en amont de l’échange (le prix qu’on est prêt à payer pour la chose convoitée, celui auquel on pourrait potentiellement la revendre, celui fixé en regard d’une cotation formalisée, ou encore ceux évalués selon qu’on souhaite l’acquérir pour un usage pratique ou pour l’intégrer à une collection, etc.). Un métaprix apparaît surtout lors de cette épreuve toujours singulière qu’est l’échange, que ce soit pour justifier ou pour critiquer le prix offert.

6Qu’il puisse exister différents métaprix indique que peuvent coexister diverses manières de fonder le prix des choses mises sur le marché. Boltanski et Esquerre les appellent des formes de mise en valeur, dont ils identifient quatre types. La forme standard est la plus courante depuis l’avènement de l’ère industrielle. Elle concerne surtout des spécimens interchangeables dont le prix est réduit du fait de la diminution des coûts inhérente à une production en grande série. Le prix est maximal lorsque la chose, envisagée sous l’angle de son usage, est neuve mais il diminue à mesure de son usure (qu’on pense aux voitures d’occasion) jusqu’à ce qu’elle devienne un déchet invendable. La forme collection donne ou redonne une valeur aux objets en les situant dans un ensemble de choses relevant de la même catégorie, spécialement lorsqu’elles se singularisent sur le mode du manque : cette capsule de bouteille de bière peut paraître un vulgaire déchet mais je suis prêt à la payer cher car c’est précisément celle qui manque à ma collection. Privilégiée par Raymond Hurlejaume, la forme tendance met la chose en valeur en la raccordant à une forme d’exceptionnalité (celle de ceux qui les produisent — les « créateurs » — ou qui les utilisent), mais aussi en l’inscrivant dans une temporalité spécifique : la même marchandise peut se déplacer de l’avant-garde branchée à une diffusion de masse qui la condamne à la ringardise avant d’être éventuellement redécouverte et revalorisée comme produit vintage. La forme actif, enfin, concerne les choses achetées dans la perspective d’être revendues, soit dans une logique spéculative de court terme, soit dans un horizon plus lointain en tant qu’élément d’un patrimoine. Il s’agit bien entendu ici d’une exposition idéal-typique, la réalité assistant le plus souvent à des compromis entre ces quatre formes — comme lorsque des objets vendus selon la forme standard passent du statut de déchet à celui d’objet recherché (le vieux tacot devient voiture de collection, la ruine maison de caractère), ou lorsque des œuvres d’art contemporain (dont le statut et les échanges sont amplement étudiés dans le livre) sont acquises à la fois comme éléments d’une collection et en tant qu’actifs patrimoniaux.

L’enrichissement par la narration

  • 5 Les auteurs parlent d’un « capitalisme intégral » en ce sens qu’il fait coexister différentes sourc (...)

7Les marchandises relevant de la forme standard permettent de dégager une marge réduite de chaque unité vendue mais énorme quand les spécimens sont diffusés en très grande quantité. Cette logique de profit n’a pas disparu, on l’a dit, mais elle s’est déplacée à la fin du XXe siècle par une délocalisation des unités de production, facilitée par une mobilité accrue du capital. Parfois anciennes (les auteurs se réfèrent notamment au cousin Pons, archétype du collectionneur d’art dépeint par Balzac dans son roman éponyme), les autres formes de valorisation des objets ont indiscutablement connu un développement aussi récent que considérable5. Elles se rejoignent par une même logique de mise en valeur d’unités singularisées, dont le prix élevé se justifie par leur intégration à un récit, souvent à dimension mémorielle ou patrimoniale. Ici, ce n’est pas l’objet neuf qui se voit accorder le prix le plus élevé ; bien souvent, c’est à l’inverse son ancienneté, et plus précisément son ancrage dans un passé mémorialisé, qui justifie le montant élevé auquel il est vendu. Cette ancienne ferme n’est pas un simple bâtiment agricole désaffecté : elle est typique d’un terroir aux paysages sans égal et c’est tout un passé révolu qu’on revit sous ses vieilles poutres. Cette montre n’est pas un produit de série interchangeable qui indique l’heure ; c’est un modèle « collector » extrêmement rare que porte telle star du cinéma. Si ces formes de mise en valeur concernent avant tout des produits réservés à une clientèle fortunée, force est de constater que le marketing les privilégie fréquemment pour promouvoir des marchandises de consommation courante, en signalant le prestige associé à l’ancienneté de la marque (sa date de fondation est soulignée), son ancrage dans une tradition (« préparé selon une recette ancestrale », etc.), sa consommation par des êtres d’exception qui posent sur les supports publicitaires, etc.

  • 6 Voir à ce propos la thèse récente de Cyprien Tasset, « Les intellectuels précaires, genèses et réal (...)

8Ces nouvelles formes de mise en valeur mobilisent la contribution de différents professionnels de la narration que sont, par exemple, les historiens (à même de révéler la richesse mémorielle de tel terroir, le passé glorieux de tel site, etc.), les journalistes, les publicitaires ainsi que tous ceux que l’on qualifie globalement de « créateurs », dont l’inventivité donne son irréductible singularité aux produits qu’ils (ré-)inventent ou promeuvent. Le livre éclaire à ce titre d’un jour critique ce que l’on désigne trop rapidement comme la « classe créative » en soulignant à la fois sa fragilité statutaire (pigistes, intermittents, etc.) et son hétérogénéité interne, et donne des éléments de compréhension de la condition sociale de diplômés précaires que l’économie de l’enrichissement condamne à une forme intensive d’autoexploitation6. L’exploitation de ce gisement qu’est le passé ouvre de nouvelles potentialités rentières — comme lorsqu’on loue à des touristes son appartement situé dans un quartier patrimonialisé — et contribue à ce qui constitue un des principaux enjeux du livre, à savoir la compréhension des modalités d’enrichissement continu des plus riches, que leurs achats n’appauvrissent pas mais enrichissent encore plus puisque le fait que ce soient eux qui les acquièrent leur donne un surcroit de valeur.

Comprendre l’enrichissement des riches

  • 7 Démarche originale déjà en partie développée dans Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociolog (...)

9Enrichissement est une contribution décisive pour comprendre nombre de transformations économiques et sociales en cours. Les objets et domaines de recherche que l’ouvrage éclaire d’un jour nouveau sont extrêmement nombreux, qu’il s’agisse des processus de gentrification, de la patrimonialisation des friches industrielles, des mutations de l’espace rural (avec la transformation des « paysans » en « agriculteurs » puis en « paysagistes »), de la propension des grands patrons à investir dans l’art contemporain, des phénomènes de mode, de la publicité, du tourisme, des usages sociaux de l’histoire et de la culture, de la collection (de timbres ou de toute autre chose) ou, on l’a dit, de la condition des « intellos précaires ». Il convient également de saluer l’ambition des auteurs — manifeste chez Boltanski depuis Le nouvel esprit du capitalisme — de disputer à l’économie ses objets privilégiés et de discuter ses approches canoniques (tant néoclassique que marxiste) en les abordant sous un angle pleinement sociologique. À ce titre, la notion en apparence oxymorique de structuralisme pragmatique, exposée dans la conclusion de l’ouvrage, ouvre à une précieuse explicitation de la démarche sociologique, soucieuse d’articuler compétences des acteurs et contraintes structurelles, qui inspire le travail de Boltanski depuis plusieurs années7.

  • 8 S’il n’est pas cité, c’est notamment le populisme intellectuel de Jean-Claude Michéa qui est ici di (...)
  • 9 Le propos de Boltanski et Esquerre rencontre sur ce plan des enjeux sociaux tout à fait actuels, te (...)

10Cette ambition sociologique n’est pas sans apports proprement normatifs et c’est bien une critique du capitalisme contemporain qu’entend nourrir le livre en démontant les mécanismes de l’accroissement des inégalités. Sur ce plan également la contribution est significative : contre une dénonciation du néolibéralisme exclusivement focalisée sur le capitalisme financier et ses dérives spéculatives, l’ouvrage dissèque les logiques nouvelles d’un enrichissement qui reste fondé sur la mise en valeur d’un patrimoine de biens matériels. De même souligne-t-il combien le mépris (parfois sous-tendu par une nostalgie du « vrai peuple » industrieux aux relents réactionnaires)8 pour des travailleurs de l’enrichissement stigmatisés en « bobos », méconnait les formes et les conséquences de leur précarité9.

11La systématicité du propos de Boltanski et Esquerre a sans doute pour contrepartie un certain schématisme. Ainsi n’est-il pas assuré que la délocalisation des productions de forme standard soit aussi massive qu’ils le supposent. De même les enjeux écologiques, certes mentionnés mais peu intégrés à l’analyse, paraissent-ils sous-estimés, que ce soit sous l’angle du recyclage des objets rendus à l’état de déchets ou de l’occupation d’espaces ruraux qui, dans bon nombre de régions, restent des lieux de production (y compris sous forme standard) et ne se limitent pas à leur seule dimension de terroirs patrimonalisables. Enfin aurait-on pu attendre une discussion plus serrée, ou plus frontale, de la théorie bourdieusienne de la distinction qui, sur ces questions, constitue une référence majeure. Ces quelques réserves, en large part inhérentes à la forme même du propos, ne réduisent en rien la nécessité de cette lecture : Enrichissement est un livre dont on sort sociologiquement enrichi.

Haut de page

Notes

1 Pierre Siniac, Femmes blafardes, Paris, Rivages/noir, 1997 [1e éd. 1981], p. 68. Sur le genre de l’intrigue policière, voir Luc Boltanski, Énigmes et complots, Paris, Gallimard, 2012.

2 Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1998.

3 L’autre registre de critique du capitalisme, la critique artiste, a été désarmé en étant intégré dans les nouvelles formes d’organisation du travail ; cf. Le nouvel esprit du capitalisme, op. cit.

4 Une des principales sources d’inspiration de l’analyse de Boltanski et Esquerre est sur ce plan la réflexion de Walter Benjamin sur l’« aura » des œuvres d’art et sur les menaces que fait peser sur elle leur reproduction technique ; Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée », in Écrits français, Paris, Folio, 1991 [1936].

5 Les auteurs parlent d’un « capitalisme intégral » en ce sens qu’il fait coexister différentes sources de profit, fondées tant sur la logique industrielle de la production de masse que sur la mise en valeur de marchandises singularisées.

6 Voir à ce propos la thèse récente de Cyprien Tasset, « Les intellectuels précaires, genèses et réalités d’une figure critique », EHESS, 2015.

7 Démarche originale déjà en partie développée dans Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

8 S’il n’est pas cité, c’est notamment le populisme intellectuel de Jean-Claude Michéa qui est ici directement visé.

9 Le propos de Boltanski et Esquerre rencontre sur ce plan des enjeux sociaux tout à fait actuels, tel celui de l’ouverture des commerces le dimanche dans les zones touristiques, qui relève d’un asservissement du salariat aux exigences de l’économie de l’enrichissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Du déchet à l’objet de collection : la sociologie de l’enrichissement de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2017, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22359

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page