Navigation – Plan du site

Jürgen Kaube, Max Weber, Une vie entre les époques

Bastien Fond
Max Weber
Jürgen Kaube, Max Weber. Une vie entre les époques, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 2016, 438 p., trad. Sacha Zilberfarb, ISBN : 978-2-7351-2175-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 2014, l’ouvrage est nominé pour le prix du meilleur essai de l’année à la prestigieuse foire du (...)
  • 2 « Bismarck avait laissé le Reich après son départ, dans une absence totale de personnalités politiq (...)
  • 3 Ginzburg Carlo, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, c (...)

1Première édition française d’un ouvrage salué par la critique dès sa sortie en Allemagne1, la biographie de Max Weber par Jürgen Kaube – traduite par Sacha Zilberfarb – offre un éclairage inédit sur la vie et l’œuvre de celui qui restera comme le fondateur de la sociologie en Allemagne. Comme le souligne le titre, Max Weber a parcouru bien des époques, et le monde qu’il a quitté en 1920 n’avait plus grand chose de celui qui l’avait vu naître en 1864. C’est en tout cas l’hypothèse forte de Jürgen Kaube, qui se propose de replacer Weber au cœur des changements dont il est le contemporain : urbanisation et industrialisation massives de l’Allemagne au tournant du siècle, domination politique de Bismarck de 1862 à 1890 puis bureaucratisation progressive du pays2, etc. « Parce que Max Weber est partie prenante de presque tous ces événements, parce qu’il accompagne toutes ces transformations, sa vie et son œuvre sont particulièrement à même d’éclairer l’époque au sein de laquelle s’accomplit pareil changement historique » (p. 4). Avec une démarche comparable à celle d’un Carlo Ginsburg dans Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle3, l’écriture de Jürgen Kaube se rapproche ainsi de la microhistoire. En résulte un récit de vie d’autant plus original que le cheminement du « savant le plus prometteur de sa génération » (p. 2) vient y rendre compte de l’air du temps, tandis que la volonté contextualiste de l’auteur offre aussi une lecture de la pensée de Weber qui épouse son évolution au fil du temps.

  • 4 Au sens pluriel d’une bourgeoisie à la fois intellectuelle, politique et économique.

2Cette double-démarche permet en premier lieu de retrouver dans la correspondance du jeune Weber les lectures qui ont forgé le caractère de cet enfant à la curiosité redoutable. Parmi elles, non seulement les classiques de la littérature antique ou de la littérature étrangère, mais aussi leurs commentateurs, de sorte à affûter l’esprit critique du jeune homme. Du haut de ses quatorze ans, il est déjà en 1878 un fier représentant des classes bourgeoises4, auxquelles son biographe le rattache. Outre son appétit pour les livres, il ne manque de rien sur le plan économique et se retranche volontiers dans la demeure familiale plutôt que de s’ouvrir au monde. Mais les tendances politiques du moment ne lui échappent pas pour autant, puisque son oncle Hermann Baumgarten devient un interlocuteur privilégié à ce sujet. « C’est à lui que Max Weber écrit entre 1884 et 1893 ses lettres les plus intéressantes et les plus longues ; c’est en se frottant aux idées de Baumgarten sur la situation politique et l’histoire de l’Allemagne, autant sinon plus qu’aux textes de Heinrich Von Treitschke, qu’il forme ses propres vues » (p. 39).

3Étudiant depuis 1882, Max Weber a quitté son microcosme familial pour se retirer dans les temples du savoir. Principalement, il étudie l’histoire du droit à Heidelberg, où le programme de révisions qu’il s’impose ne lui laisse qu’un temps restreint pour se prêter aux rites de passage à l’âge adulte des corporations étudiantes. Puis s’écoule une année à Göttingen, avant qu’il rejoigne Berlin en 1886, pour y préparer d’abord sa thèse jusqu’en 1889, puis son habilitation l’année suivante. C’est ainsi qu’en 1892, Max Weber donne déjà ses premiers cours, mais « il habite encore chez ses parents et a le sentiment de n’avoir pas encore commencé, socialement du moins, sa vie adulte » (p. 67). Il tente d’y remédier en épousant l’année suivante Marianne Schnitger, l’une de ses cousines éloignées, et acquiert davantage d’indépendance en 1894 avec sa première titularisation, à la chaire d’économie et de finances de l’université de Fribourg.

  • 5 Tandis que Weber réalise son « Enquête sur la situation des ouvriers agricoles à l’Est de l’Elbe » (...)

4C’est aussi l’époque des nombreux travaux de Weber sur le plein essor du capitalisme en Allemagne5, une question qui stimule ses réflexions de 1892 à 1898, jusqu’à son effondrement mental. Sa convalescence dure cinq ans, avant qu’il écrive de 1903 à 1906 ses essais méthodologiques, qui l’aident à surmonter une crise qui n’est pas seulement psychosomatique mais aussi épistémologique. « Si le fait d’avoir clarifié les fondements méthodologiques de ses recherches à venir est pour lui une libération, c’est parce qu’il a le sentiment de leur avoir trouvé un sens spécifique » (p. 136). Weber s’intéresse désormais à la formation d’idéaltypes par rapport auxquels interpréter des conduites de vie concrètes.

  • 6 Jean-Claude Monod parle de « sécularisation-transfert » pour décrire ce phénomène par lequel Weber, (...)

5À cet égard, le voyage de Max Weber aux États-Unis en 1904 est présenté par Jürgen Kaube comme un moment fort dans l’élaboration de L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme. « Weber, de retour en Europe, ajoute à son étude sur l’éthique protestante une troisième partie faisant suite à ses expériences américaines » (p. 170), au cours desquelles il a notamment observé que l’héritage du sectarisme continue de peser sur les conduites de vie qui prétendent avoir rompu avec6. De retour en Allemagne, Weber publie alors une première version de son ouvrage dès 1905, mais le projet continue de changer d’orientation sous l’influence des chercheurs en sciences religieuses auxquels il se socialise à Heidelberg : « il n’observe plus, désormais, un antagonisme entre l’habitude et la volonté, mais entre différentes visions du monde présidant à différents modes d’action » (p. 208). Aussi le désenchantement du monde devient-il un concept clé de sa réflexion sur la rationalisation, dans l’édition finale de 1920. Heidelberg est devenue dans la première décennie du siècle un foyer d’intellectuels unique au monde, et la flexibilité de certaines thèses de Weber vient elle-même du fait que sa demeure tient salon à partir de 1910 pour tirer pleinement profit de cette émulation. À ce moment, Weber est devenu un homme aux multiples facettes qui, « par exemple, changeait bien plus rapidement et fréquemment de positions politiques que d’orientations scientifiques » (p. 360).

6Ceci oblige d’ailleurs le biographe à faire des détours dans sa narration pour restituer tout le relief que mérite la vie de son protagoniste, si tant est que « vie et œuvre connaissent chacune des points d’arrêt et d’inflexion différents » (p. 360). La progression linéaire se voit par conséquent à plusieurs reprises entravée pour revenir sur des aspects laissés pour compte. C’est ainsi que s’enchaînent notamment les chapitres XVII, XVIII et XIX : d’abord l’érotisme d’un point de vue théorique, puis une remise en perspective de la libération sexuelle de Weber depuis son premier contact avec Else von Richthofen en 1897, pour qu’enfin le chapitre suivant dépasse 1912 et présente la seconde amante de Weber : Mina Tobler. Finalement, il n’est plus seulement question d’expliquer l’œuvre de Weber par la vie de son auteur. L’originalité du propos de Jürgen Kaube est de souvent prendre la tradition biographique à rebours pour expliquer aussi la vie de Weber par son œuvre.

  • 7 À ce sujet, l’avis de Catherine Colliot-Thélène sur la réception de cette conférence est plus contr (...)
  • 8 Bouretz Pierre, Les promesses du monde. Philosophie de Max Weber, Paris, Gallimard, coll. « NRF ess (...)

7Dans cette veine, l’homme que l’on a retenu pour la clairvoyance de sa conférence de 1919 sur « La profession et la vocation de politique » (« Politik als Beruf ») est pourtant celui dont l’avis était ignoré pendant la Première Guerre mondiale, de même que celui qui, lorsqu’il voulut se lancer en politique en 1918, perdit par refus de faire campagne. Et Jürgen Kaube de préciser qu’en plus sa conférence sur la politique n’avait pas vraiment emporté l’adhésion de son auditoire de l’époque7. Au demeurant, depuis sa mort, Max Weber a traversé les époques, et « si sa portée fut si large, c’est paradoxalement parce que personne ne pouvait dire en quoi exactement consistait la signification de son œuvre » (p. 393). Pour continuer d’explorer de nouvelles significations de l’œuvre de Weber, il est ainsi possible de consulter l’ouvrage de Pierre Bouretz Les Promesses du monde. Philosophie de Max Weber8 – en particulier la première sous-partie : « I. Une Riposte au défi de la phénoménologie de l’esprit », qui permet une confrontation de Weber à la tradition phénoménologique allemande, absente du présent ouvrage.

  • 9 Description remplacée par une duplication de celle de l’image précédente.

8Cette première édition française affiche malheureusement quelques ratés dans la mise en page. Parmi eux, signalons l’absence de description de l’image 199 du dossier photographique – pourtant d’autant plus intéressante qu’elle apportait dans l’édition allemande un commentaire sur le concept wébérien de domination charismatique. D’autre part, on reprochera certains choix de traduction, sûrement dus – à en juger par la bibliographie – à la consultation de traductions datées de l’œuvre de Max Weber. À cet égard, la traduction de Berufspolitiker par « homme politique de métier », sans restitution entre parenthèses du concept dans sa langue originale, ne permet pas au lecteur d’identifier la source luthérienne de ce concept, à dimension autant vocationnelle que professionnelle.

  • 10 Kaube Jürgen, Max Weber. Ein Leben zwischen den Epochen, Berlin, Rowohlt Verlag, 2014.

9En définitive, cet ouvrage aidera surtout le lecteur francophone à se familiariser avec l’œuvre de Weber, tandis que les germanistes préfèreront lire pour une dizaine d’euros de moins la version originale10. Dans tous les cas, c’est une remarquable introduction que nous livre Jürgen Kaube, dont la principale qualité réside dans un effort de contextualisation qui guidera le novice dans la compréhension des textes et concepts wébériens.

Haut de page

Notes

1 En 2014, l’ouvrage est nominé pour le prix du meilleur essai de l’année à la prestigieuse foire du livre de Leipzig.

2 « Bismarck avait laissé le Reich après son départ, dans une absence totale de personnalités politiques gouvernementales et, de plus, dans le manque d’institutions politiques susceptibles d’en former de telles », comme le souligne Wolfgang Mommsen dans Max Weber et la politique allemande, 1890-1920, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », 1985, p. 215.

3 Ginzburg Carlo, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle Bibliothèque scientifique », 1980.

4 Au sens pluriel d’une bourgeoisie à la fois intellectuelle, politique et économique.

5 Tandis que Weber réalise son « Enquête sur la situation des ouvriers agricoles à l’Est de l’Elbe » en 1892 ou encore ses travaux sur La Bourse, de 1894 à 1896, l’Agrarstaat allemand se transforme progressivement en Industriestaat.

6 Jean-Claude Monod parle de « sécularisation-transfert » pour décrire ce phénomène par lequel Weber, au-delà de la rupture entre des paradigmes régulier et séculier, met en valeur une continuité de fonction entre différentes conduites de vie associées à ces paradigmes respectifs (Monod Jean-Claude, La Querelle de la sécularisation. Théologie politique et philosophies de l’histoire de Hegel à Blumenberg, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 2002).

7 À ce sujet, l’avis de Catherine Colliot-Thélène sur la réception de cette conférence est plus contrasté. La note éditoriale qui précède sa traduction dudit texte met en valeur que malgré la déception de certains auditeurs, d’autres en ont tiré d’intéressantes pistes de réflexion (Weber Max, Le savant et le politique. Une nouvelle traduction (trad. Catherine Colliot-Thélène), Paris, La Découverte, 2003).

8 Bouretz Pierre, Les promesses du monde. Philosophie de Max Weber, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 1996.

9 Description remplacée par une duplication de celle de l’image précédente.

10 Kaube Jürgen, Max Weber. Ein Leben zwischen den Epochen, Berlin, Rowohlt Verlag, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Fond, « Jürgen Kaube, Max Weber, Une vie entre les époques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 février 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22375

Haut de page

Rédacteur

Bastien Fond

Étudiant en science politique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page