Navigation – Plan du site

Catherine Wihtol De Wenden, Migrations. Une nouvelle donne

Élisabeth Schulz
Migrations
Catherine Wihtol de Wenden, Migrations. Une nouvelle donne, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Interventions », 2016, 182 p., ISBN : 978-2-7351-2273-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La présentation du livre en quatrième de couverture évoque cet enfant de trois ans, mort noyé, dont (...)
  • 2 Catherine Wihtol De Wenden, Faut-il ouvrir les frontières ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2014.
  • 3 Catherine Wihtol De Wenden, La question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations (...)
  • 4 François Crépeau, Delphine Nakache, Idil Atak (dir.), Les migrations internationales contemporaines (...)
  • 5 Voir par exemple Salim Chena, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains su (...)

1Dans son ouvrage, Catherine Wihtol De Wenden offre une lecture large et synthétique sur la réalité actuelle des migrations dans le monde et sur les politiques qui les encadrent. Face à des frontières de plus en plus difficiles à franchir, des drames humains se jouent quotidiennement, comme l’a rappelé la mort du petit Aylan Kurdi1 en 2015. Comment et pourquoi une ville comme Calais est-elle devenue un goulot d’étranglement pour les migrants désirant gagner le Royaume-Uni ? Grâce à ses connaissances précises et à une solide documentation, Wihtol De Wenden tente d’expliquer les mécanismes complexes derrière le phénomène de migration, qui touche actuellement toutes les régions du monde. Cette politologue et juriste de formation offre une fois de plus des réponses concrètes aux questions que tout un chacun peut se poser sur les migrations. Elle propose également aux instances politiques des réponses mieux adaptées aux situations qu’elles sont en charge de gérer. Dans la même perspective que ses livres précédents, Faut-il ouvrir les frontières2 et La question migratoire au XXIe siècle3, pour ne citer qu’eux, mais aussi que l’ouvrage Les migrations internationales contemporaines une dynamique complexe au cœur de la globalisation4, publié sous la direction de François Crépeau, Delphine Nakache et Idil Atak, le livre de Catherine Wihtol De Wenden apporte un regard global que des ouvrages plus spécifiques viendront approfondir5.

2L’ouvrage se découpe en six chapitres : les quatre premiers traitent, de manière graduelle, des migrations à l’échelle mondiale, européenne puis française tandis que le cinquième chapitre développe des questions autour de la citoyenneté et des États-nations au prisme des migrations. Enfin, s’inscrivant dans le sillage de ses travaux précédents, l’auteure interroge dans le dernier chapitre le droit à la mobilité.

3Catherine Wihtol De Wenden montre que les migrations sont liées à l’interdépendance des crises politiques. Elle interpelle le lecteur avec des chiffres, en soulignant que les migrations internationales concernent 244 millions d’individus, soit 3,5% de la population mondiale. Puis, elle présente le phénomène de bipolarisation des migrations, que viennent accentuer des fractures (en Méditerranée ou au Mexique, par exemple). De nombreux facteurs sont à la source de ces migrations : des facteurs politiques, environnementaux, liés à l’urbanisation ou la faim. Pourtant, les facteurs push, qui poussent les individus à partir de leur pays, semblent moins importants que les facteurs pull, c’est-à-dire les facteurs qui les attirent vers un autre pays. Ces derniers sont liés à l’existence d’une nouvelle proximité entre pays de départ et d’accueil grâce, entre autres, à internet, au téléphone et aux transports dont les tarifs sont plus accessibles. Du reste, le profil des migrants a évolué avec la présence de plus en plus importante de femmes et de mineurs isolés, par exemple. Catherine Wihtol De Wenden rappelle que l’émigration représente un bénéfice pour le pays de départ grâce aux transferts de fond car les migrants envoient des aides financières à leur famille restée au pays. L’émigration contribue également à exporter le chômage et la contestation sociale. Mais, selon la chercheuse, la mobilité constitue une source de développement économique, bénéfique non seulement pour le pays de départ mais aussi pour le pays d’accueil. Elle s’appuie sur des exemples pour affirmer que « la fuite des cerveaux », le brain drain, peut se transformer en brain gain pour chacun des deux pays. Parallèlement, la chercheuse fait le constat que plus la frontière est difficile à franchir, plus le migrant précaire se sédentarise dans le pays d’accueil ou de transit, alors que plus la frontière est ouverte, plus la mobilité est grande, permettant des allers-retours. Par ailleurs, l’objectif de ce chapitre est aussi de cerner et d’analyser les évolutions internationales et transnationales liées aux migrations. C’est ainsi qu’on constate que des pays de départ sont devenus en quelques décennies des pays d’accueil ou de transit, comme c’est le cas du Maroc, de la Turquie et du Mexique.

4Le second chapitre sur la crise des réfugiés se focalise sur trois catégories de migrations forcées : les réfugiés, les déplacés et les demandeurs d’asile. La restriction du droit d’asile en Europe, que Wihtol De Wenden illustre à l’aide de lois et de données chiffrées, s’oppose aux valeurs européennes concernant l’asile. Par ailleurs, elle soulève la question de l’apatridie, intrinsèquement liée à celle de la nationalité. Résoudre les problèmes d’apatridie nécessiterait une coordination des États à l’échelle internationale qui n’existe pas. De plus, les États qui provoquent l’apatridie massive restent actuellement impunis, comme le livre le démontre au travers de quelques cas précis.

  • 6 Qui a mis fin aux demandes multiples d’asile.

5Le troisième chapitre est central pour comprendre les contradictions d’une Europe qui défend la libre circulation mais renforce les dispositifs sécuritaires. L’auteure explique que, depuis les accords de Dublin (1990)6 et Dublin II (2003), le système européen est fondé sur le principe du one stop one shop (le migrant doit effectuer sa demande d’asile dans le premier État où il est entré). Mais cette politique se heurte au manque de solidarité des États européens pour accueillir les migrants. Or, les pays sont confrontés à l’afflux d’immigrés de manière inégale, selon notamment leur position géographique ; ainsi l’Italie et la Grèce souffrent-elles de l’indifférence des autres États. En s’appuyant sur des exemples, la chercheuse met également l’accent sur le manque d’harmonisation du droit d’asile selon les pays européens et sur les interprétations différentes des conflits. Elle décrit le contrôle de l’immigration à travers des instruments tels que les visas, les accords bilatéraux (réadmission dans le pays de départ) et la construction de murs (Ceuta) ou de camps. Catherine Wihtol De Wenden montre enfin que les accords Schengen ont donné lieu à un espace de libre circulation et de sécurité (graduellement depuis 1995). Pourtant, l’ouvrage dévoile qu’on assiste en fait à la sécurisation des frontières extérieures de l’Europe : c’est-à-dire à l’externalisation du contrôle des frontières.

6Puis, dans le chapitre sur la France et ses migrations, l’auteure tente de cerner les enjeux du multiculturalisme, qui s’opposent au mythe de l’homogénéité nationale. Elle évoque la présence de cinq millions de musulmans en France, ce qui fait de l’islam la deuxième religion dans l’hexagone. Ainsi l’ouvrage rappelle au lecteur que la France est l’État européen comptant le plus de musulmans, d’où l’importance de comprendre les enjeux économiques, éthiques et politiques liés aux migrations afin de développer des politiques adéquates.

7Ensuite, dans le cinquième chapitre, Catherine Wihtol De Wenden présente la dissociation qui existe entre la citoyenneté et la nationalité. En effet, cette dernière est une notion juridique liée au droit du sol et du sang. De son côté, la citoyenneté est hiérarchisée en Europe (selon que les individus vivent dans leur pays en Europe, dans un autre pays européen ou qu’ils viennent d’un pays tiers). L’objectif est de mettre en valeur le fait que les sans-papiers et les demandeurs d’asiles vivent en marge de ce système et ne possèdent pas de droits.

8Pour finir, le dernier chapitre souligne la contradiction entre, d’un côté un monde fluide et mouvant, notamment avec la circulation des marchandises, des idées et des fonds, et de l’autre les restrictions à la circulation des personnes. C’est ainsi que deux tiers de la population mondiale ne peuvent bouger, faute de droit d’entrée dans un grand nombre de pays. Catherine Wihtol De Wenden entraîne ainsi le lecteur à s’interroger avec elle sur le droit à la mobilité. Par ailleurs, elle met en relief le fait que les frontières ne constituent plus des lignes mais des points de passage. Dans ce contexte, les politiques migratoires de contrôle alimentent les passages tarifiés. La vulnérabilité des migrants représente la source principale de revenus des organisations criminelles. Mais les restrictions migratoires ne font que renforcer ces organisations maffieuses au détriment de leurs victimes...

9En conclusion, cet ouvrage est un outil indispensable pour comprendre les enjeux internationaux actuels et à venir, liés à la nouvelle donne migratoire. L’auteure parvient avec succès à mettre en relief les décalages entre la réalité des migrations et les politiques qui les gèrent, tout en proposant des alternatives. Si on peut lui reprocher certaines répétitions, on pourra la défendre en disant que, suivant les intérêts ou les besoins du lecteur, ce dernier pourra adopter une approche non linéaire. De plus, la présence d’un graphique et de cartes (p. 67-70) contribue à la qualité et à l’efficacité de ce livre.

Haut de page

Notes

1 La présentation du livre en quatrième de couverture évoque cet enfant de trois ans, mort noyé, dont la photo du corps échoué sur une côté turque a fait le tour du monde.

2 Catherine Wihtol De Wenden, Faut-il ouvrir les frontières ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2014.

3 Catherine Wihtol De Wenden, La question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales ; compte rendu de Kelly Poulet pour Lectures : http://lectures.revues.org/11803.

4 François Crépeau, Delphine Nakache, Idil Atak (dir.), Les migrations internationales contemporaines une dynamique complexe au cœur de la globalisation, Montréal, Presses universitaires de Montréal, 2009.

5 Voir par exemple Salim Chena, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l’exil, Paris, Karthala, 2016 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/21182.

6 Qui a mis fin aux demandes multiples d’asile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schulz, « Catherine Wihtol De Wenden, Migrations. Une nouvelle donne  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 24 février 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22386

Haut de page

Rédacteur

Élisabeth Schulz

Le Dr Schulz est actuellement chercheuse associée au CERIEC de l’Université d’Angers (EA 922) et membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités (GRSL – UMR CNRS/EPHE 8582). Titulaire d'un doctorat d'histoire et sémiologie du texte et de l'image, effectué sous la direction de Julia Kristeva à l'Université Paris VII, elle a enseigné la littérature francophone à l'université hébraïque de Jérusalem et a été professeur de Français Langue Etrangère à l'institut français de Jérusalem Romain Gary. Ses recherches portent essentiellement sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale de langue française.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page