Navigation – Plan du site

Abdu Gnaba, Bricole-moi un mouton. Voyage d’un anthropologue au pays des bricoleurs

Constance Rimlinger
Bricole-moi un mouton
Abdu Gnaba, Bricole-moi un mouton. Le voyage d'un anthropologue au pays des bricoleurs, Paris, L'Harmattan, coll. « Horizons anthropologiques », 2016, 266 p., ISBN : 978-2-343-10622-9.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis cinquante ans, l’essor du bricolage est constant en France, quelle que soit la conjoncture économique, en dépit de l’augmentation du pouvoir d’achat et même si faire soi-même peut revenir plus cher qu’acheter à bas coût. Si l’intérêt économique passe au second plan, quelles sont les raisons qui poussent toujours davantage de personnes à bricoler ? Pourquoi réparer plutôt qu’acheter neuf, faire soi-même plutôt que faire appel à un professionnel ? Telles sont les questions auxquelles le laboratoire d’anthropologie appliquée Sociolab a voulu répondre en menant en 2015 une étude sur les Français et le bricolage. 750 témoignages ont été recueillis suite à une enquête préliminaire sur un échantillon plus restreint. Abdu Gnaba retrace dans cet ouvrage les principaux résultats de cette enquête. Thématique après thématique (l’apprentissage, les rituels, l’outil...) il entraîne le lecteur dans son voyage à la rencontre des bricoleurs, de leurs pratiques mais également et surtout des significations et des symboles associés à cette activité, considérée par l’INSEE comme un « semi-loisir » et par l’auteur comme un art de vivre permettant d’être pleinement présent au monde. Rappelant sous certains aspects les Mythologies de Roland Barthes, il met en lumière les imaginaires et la dimension presque sacrée conférée à la bricole.

  • 1 La loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition écologique pour la croissance verte déf (...)

2Après avoir constaté que le bricolage concerne davantage les hommes que les femmes – même si les choses changent chez les plus jeunes – et le fait que l’on s’y initie le plus souvent soit dans le cadre familial soit en autodidacte, Abdu Gnaba met en lumière ce qui constitue, au-delà de la diversité des profils, l’armature de la figure du bricoleur. Se distinguant du professionnel à la fois par son champ d’action (l’espace privé), son absence de rémunération en règle générale, son implication émotionnelle ainsi que son mode de fonctionnement, fondé sur le principe « essai-erreur » (p. 186) par opposition à l’expertise de l’artisan, le bricoleur détient en quelque sorte le pouvoir de lutter contre la mort des choses. Qu’il permette de résister à l’obsolescence programmée1 des biens matériels ou de redonner vie à un vieil objet à valeur sentimentale, le bricolage sous-tend une dimension symbolique forte : celle de la résurrection. Abdu Gnaba montre que le fait de réparer ou de créer soi-même – notamment à partir de matériaux de récupération – peut s’inscrire dans une démarche écologiste et/ou altermondialiste mais pas nécessairement : le bricoleur, doté de son bon sens et de ses outils, cherche avant tout à être acteur plutôt que spectateur passif, face à ce qu’il identifie comme un problème (un objet à réparer, une fuite à colmater, un espace à décorer...). « Si le bricolage est un pays, avec un territoire, une gestion du temps particulière, une philosophie du bon sens et une esthétique, il possède aussi une politique qui lui est propre [...] la notion d’autonomie » (p. 127).

  • 2 Voir Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, L (...)

3Cette notion d’autonomie est centrale dans la thèse d’Abdu Gnaba. Dans une société qui tend à survaloriser l’intellectuel aux dépens du manuel2, qui segmente les tâches au risque d’en perdre parfois le sens, et qui encourage l’assimilation de réflexes ou d’automatismes, le bricoleur affirme son libre-arbitre : maître de son espace et de son temps – qui n’est plus celui de la productivité et des contraintes extérieures –, il peut s’affranchir des règles et expérimenter, improviser. Utilisant à la fois ses facultés cognitives et manuelles, il se reconnecte au tangible, vit pleinement l’instant présent et s’implique dans ce qu’il considère comme une mission ayant du sens. En cela il est, pour l’auteur, « un héros des temps modernes » qui réalise l’aspiration de l’ensemble des individus composant la société : « faire l’expérience du monde » (p. 207). L’engouement pour le bricolage, loin d’être motivé par des considérations purement économiques, s’expliquerait donc par le fait que ce loisir s’apparente à un art de vivre, en phase avec le besoin de reconnexion (entre la tête et le corps, le consommateur et le produit, l’homme et son milieu...) ressenti par nombre de nos contemporains.

  • 3 Christine Delphy, L’ennemi principal : Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse, (...)
  • 4 Geneviève Pruvost, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre ge (...)

4Si Abdu Gnaba s’interroge sur la notion de « bricoleur amateur » et sur ce qui distingue le bricoleur du professionnel, sa réflexion pourrait s’enrichir par les apports des féministes sur la question du travail domestique. Christine Delphy, notamment, a bien montré en quoi le travail, visible sur le marché, devient invisible dans la sphère familiale. Sous le terme de « production domestique », elle englobe l’ensemble des biens et services qui ont un équivalent marchand en dehors de la sphère domestique3. Le bricolage en fait partie, de même que le ménage ou l’éducation des enfants. Cette grille d’analyse permet à Christine Delphy de montrer que le travail domestique est bien un travail, même sans salaire ni contrat. La qualification des tâches comme « loisir », « semi-loisir » ou « travail », loin d’être anecdotique, conduit à l’invisibilisation d’un travail le plus souvent effectué par les femmes. Cette dimension n’est pas du tout évoquée par Abdu Gnaba, de même que les enjeux de genre, quasi inexistants dans son analyse. Le chapitre « La bricoleuse » passe rapidement sur les aspects politiques et énonce que le bricolage « ne fait que très peu l’objet de revendications féministes » (p. 161). Pourtant, des chantiers en non-mixité, comme à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes4, aux ateliers non mixtes de réparation de vélos, des initiatives se multiplient et invitent à se pencher davantage sur la question de la non-mixité et ses raisons.

5Rendant un bel hommage aux bricoleurs et à leur passion en dévoilant l’imaginaire riche qui l’entoure, l’ouvrage d’Abdu Gnaba ne manquera pas de séduire toute personne s’intéressant aux significations et symboliques associées aux objets et aux pratiques manuelles. L’exploration de l’objet d’enquête, présentée comme un voyage, sur fond d’une narration ponctuée rehaussée de pointes d’humour et de références au Petit Prince de Saint-Exupéry, rend la lecture particulièrement rafraîchissante.

Haut de page

Notes

1 La loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition écologique pour la croissance verte définit l’obsolescence programmée comme « l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise, notamment par la conception du produit, à raccourcir délibérément la durée de vie ou d’utilisation potentielle de ce produit afin d’en augmenter le taux de remplacement » (art. L. 213-4-1.-I, section 2bis).

2 Voir Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Essais », 2016 [2010] ; note critique de Dominique Méda pour Lectures : https://lectures.revues.org/1351.

3 Christine Delphy, L’ennemi principal : Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse, 1999.

4 Geneviève Pruvost, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste », Sociologie du travail, n° 57, 2015, p. 81-103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Rimlinger, « Abdu Gnaba, Bricole-moi un mouton. Voyage d’un anthropologue au pays des bricoleurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22401

Haut de page

Rédacteur

Constance Rimlinger

Étudiante en master 2 de sociologie spécialité « Genre, politique et sexualité » (EHESS) et en master 2 de relations internationales, spécialité « Droits de l’Homme et action humanitaire » (Sciences Po Paris).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page