Navigation – Plan du site

Jane Winstone (dir.), Mental Health, Crime and Criminal Justice

Igor Martinache
Mental Health, Crime and Criminal Justice
Jane Winstone (dir.), Mental Health, Crime and Criminal Justice. Responses and Reforms, Palgrave Macmillan, 2016, 301 p., EAN : 9781137453877.
Haut de page

Texte intégral

1C’est peu dire que déviance et troubles mentaux ont partie liée. Pas seulement parce que les personnes affectées de tels maux sont de nos jours affublées d’un stigmate particulièrement prégnant, mais parce qu’elles se confondent fréquemment avec les auteurs de crimes ou délits, mais pas dans le sens qu’on l’imagine. Car le châtiment rend malade bien plus souvent que la maladie ne pousse au crime, contrairement à une idée reçue tenace que plusieurs contributrices et contributeurs viennent ici utilement battre en brèche, rappelant statistiques à l’appui que les personnes atteintes de maladies mentales sont bien plus souvent victimes qu’auteures de violences.

  • 1 Au sens anglo-saxon du terme, qui diffère fortement de l’entreprise d’importation de cette discipli (...)
  • 2 Erving Goffman, Asiles. Etudes sur la condition des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968 [1961].

2Quoiqu’il en soit, la relation entre santé mentale et justice pénale soulève des enjeux à la fois pluriels et importants que cet ouvrage pluridisciplinaire composé d’une quinzaine de textes permet de mettre en évidence. Les 23 auteur-e-s de la quinzaine de contributions qui composent cet ouvrage sont non seulement issu-e-s d’horizons disciplinaires variés – psychologues, juristes, « criminologues »1 ou philosophes –, mais se partagent aussi entre universitaires et professionnel-le-s au croisement de la santé mentale et de la justice. Sans présenter une unité d’analyse, tou-te-s plaident néanmoins pour un certain décloisonnement en la matière. Cela en fait un livre précieux tant pour son sujet que pour la pluridisciplinarité qu’il mobilise et ne cesse d’appeler de ses vœux, même si la sociologie est ici réduite à la portion congrue au-delà de plusieurs références çà et là aux travaux interactionnistes d’Erving Goffman, et en particulier, évidemment, à Asiles2.

  • 3 C’est-à-dire la tendance à transformer des structures publiques en agences indépendantes des décide (...)
  • 4 Pour plus de détails, voir notamment la page Wikipédia consacrée à cette structure.

3Deux grands types de questionnement sont en particulier posés par les différentes contributions qui constituent cet ensemble : le traitement pénal des personnes atteintes de troubles mentaux d’une part, et la prévention de la récidive chez les personnes condamnées, elles-mêmes bien souvent psychiquement dégradées par leur détention, d’autre part. Responsable du doctorat professionnel en justice criminelle à l’Université de Portsmouth, Jane Winstone, qui coordonne l’ouvrage, met en évidence dans son chapitre introductif le contexte général dans lequel s’inscrit cette réflexion collective au Royaume-Uni. C’est d’abord la publication largement saluée en 2009 du rapport Bradley, fruit du travail de cinq ans mené par une commission indépendante et porteur de 82 propositions invitant notamment à développer un travail de liaison collectif entre les acteurs de la santé mentale et de la justice pénale. Des conclusions, relève l’auteure, qui sont cependant « extraordinairement similaires » à celle du rapport Reed de 1992 sur les délinquants atteints de maladie mentale. L’autre élément important réside dans l’« agencification »3 du système sanitaire britannique parachevée entre 2011 et 2013 et l’arrivée à la tête de cet « organisme public non-ministériel » («  Non-Departmental Public Body » (NDPB))4, comme « PDG », de Simon Stevens. Celui-ci, comme l’explique d’entrée Jane Winstoe, a notamment annoncé dès son entrée en fonction le déploiement d’un plan quinquennal dont l’un des axes forts vise à redessiner l’organisation des services en partant de la « base », c’est-à-dire des usagers et des soignants, afin de permettre une meilleure prise en compte des besoins et situations individuels. Se posent cependant avec autant, sinon plus, d’acuité, rappelle Jane Winstone, la question des inégalités économiques et sociales et notamment les inégalités d’accès aux soins, elles-mêmes étroitement liées au manque de moyens humains et matériels des structures censées prendre en charge les personnes atteintes de troubles mentaux et prévenir ainsi de potentiels passages à l’acte criminel.

4À ces enjeux politiques et sociaux s’ajoutent également des questionnements épistémologiques relatifs aux méthodes de recherche qu’il est possible et pertinent de mettre en place, mais aussi, en amont, aux catégorisations pertinentes à utiliser, si tant est qu’il en existe vraiment, pour aborder conjointement ou séparément les maladies mentales et les infractions pénales. Celles-ci sont elles-mêmes indissociables d’interrogations éthiques tenant entre autres à l’identification de personnes psychiquement malades parmi les délinquants, à la confusion régulièrement entretenue entre les institutions carcérales et sanitaires ou encore au fait de déterminer si leur trouble mental a joué un rôle causal déterminant dans la commission des actes incriminés.

5Au-delà de leurs différences d’approches et d’analyses, la quinzaine de chapitres dont est constitué ce livre partagent également l’objectif commun de faire émerger des solutions pratiques (« best practice » comme disent significativement les Anglo-saxons) en s’appuyant simultanément sur un état de la recherche existant et sur l’expérience de certains auteur-e-s, qui ont eux-mêmes, en tant que clinicien-ne-s ou conseiller-e-s judiciaires, directement été confronté-e-s au sujet en jeu. L’ensemble est dans les faits assez disparate, entre plusieurs articles qui proposent une « méta-analyse » de la littérature existante en psychologie expérimentale, un peu indigeste, il faut l’avouer, pour le profane, mais néanmoins intéressante quant à ce qu’elles révèlent de la cuisine de la recherche et de l’établissement de la preuve dans ce domaine, et d’autres textes qui traitent davantage en détail du système britannique de prise en charge des prévenus atteints de troubles mentaux et qui convergent vers une démonstration de l’insuffisante cohérence des institutions en jeu, en passant par quelques réflexions plus générales d’ordre éthique et philosophique.

6Dans cet ensemble de facture très académique, le deuxième chapitre dénote cependant fortement. Celui-ci livre en effet le témoignage à la première personne d’une « usagère des services » psychiatriques et sociaux ainsi que se définit l’auteure, Lucy Jo Mathews. Un texte particulièrement édifiant qui parvient finalement mieux que d’autres à donner à voir la désorganisation desdits services. L’auteure explique ainsi par exemple que les multiples intervenants entre lesquels elle est ballotée ne cessent de lui rappeler qu’ils manquent de temps et de moyens alors qu’elle a précisément besoin avant tout d’’attention et de suivi. Quoique n’ayant pas elle-même eu maille à partir avec la justice, celle-ci éclaire également le sujet général de l’ouvrage en donnant un éclairage précieux sur le vécu de la maladie elle-même, en l’occurrence des troubles bipolaires, et notamment des différentes formes que peut prendre la stigmatisation quasi-permanente et souvent involontaire qui l’accompagne.

  • 5 Voir notamment sa « trilogie » composée du Culte de la performance (Paris, Calmann-Lévy, 1991), de (...)

7De même, faute de pouvoir résumer ici l’ensemble des pistes ouvertes par les multiples contributions, souvent critiques des manières de faire et de penser dans ce domaine et insistant sur la nécessité en même temps que la grande difficulté de dépasser les barrières entre les systèmes sanitaire et pénal et de favoriser la coopération entre les multiples institutions impliquées dans le suivi des malades et condamnés, on peut mentionner également le dernier chapitre signé par deux criminologues états-uniens de l’Université de Caroline du Nord à Charlotte, Bruce Arrigo et Heather Bersot. Ils présentent le courant de philosophie critique de la « jurisprudence psychologique » (« Psychological Jurisprudence »), largement imprégné des écrits de Michel Foucault ainsi que de Gilles Deleuze et Félix Guattari, qui porte sur le « risque de vivre son humanité aussi pleinement que possible dans l’ensemble de ses relations sociales et la lutte pour habiter au quotidien dans cette réalité potentiellement fortifiante et transformative » (p. 267). Concrètement, ses tenants s’appliquent, à travers des diagnostics cliniques, à tester les conditions qui dénient ou limitent (ou au contraire affirment et libèrent) cette humanité. À l’énoncé d’un tel programme, le lecteur français ne peut s’empêcher de songer aux travaux éclairants d’Alain Ehrenberg5, mais fait alors fausse piste dans une large mesure. Au-delà de l’arsenal conceptuel et méthodologique présenté et promu par les auteurs, on peut souligner leur appel à repenser complètement l’approche habituelle des délinquants atteints de troubles mentaux pour les envisager avant tout comme des êtres humains à part entière dans l’ensemble de leurs relations. Un message qui peut sembler quelque peu naïf, mais dont les implications peuvent néanmoins servir de base pour refonder le traitement politique, légal et social des personnes atteintes de maladie mentales, souligne encore Jane Winstone, en n’oubliant pas que « la plupart des personnes présentant des besoins en termes de santé mentale, même ceux qui ont enfreint la loi, sont bien plus susceptibles d’être victimes que bourreaux, et de se faire du mal à eux-mêmes plutôt qu’aux autres [et qu’ils] représentent certains des membres de la société les plus vulnérables, exclus et marginalisés » (p. 16).

  • 6 Voir sur le sujet notamment les travaux d’Alain Ehrenberg mais aussi, sur l’activation des politiqu (...)

8Au final, malgré son caractère souvent aride en raison notamment des multiples références, institutionnelles comme académiques, qu’il mobilise, cet ouvrage ouvre néanmoins de multiples pistes fécondes pour qui s’intéresse à cet enjeu majeur de la responsabilité pénale des personnes atteintes de troubles mentaux, en particulier dans nos sociétés prompts à mettre en avant la responsabilité individuelle6.

Haut de page

Notes

1 Au sens anglo-saxon du terme, qui diffère fortement de l’entreprise d’importation de cette discipline en France. Voir notamment sur ce sujet Laurent Mucchielli, Criminologie et lobby sécuritaire. Une controverse française, Paris, La Dispute, 2014, dont Sébastien Bauvet a rendu compte pour Lectures.

2 Erving Goffman, Asiles. Etudes sur la condition des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968 [1961].

3 C’est-à-dire la tendance à transformer des structures publiques en agences indépendantes des décideurs politiques et chargées d’administrer ou réguler un service public quelconque. Pour une présentation (critique) de ce processus au cœur du New Public Management à partir du cas de la région wallonne, voir par exemple Béatrice Van Haerperen, « Que sont les principes du New Public Management devenus ? Le cas de l'administration régionale wallonne », Reflets et perspectives de la vie économique, 2/2012 (Tome LI), p. 83-99.

4 Pour plus de détails, voir notamment la page Wikipédia consacrée à cette structure.

5 Voir notamment sa « trilogie » composée du Culte de la performance (Paris, Calmann-Lévy, 1991), de L’individu incertain ((Paris, Calmann-Lévy, 1995), et de La fatigue d’être soi (Paris, Odile Jacob, 1998) qui propose une analyse pénétrante de l’injonction faite à l’individu contemporain à se montrer performant dans toute les facettes de son existence et les risques d’effondrement dépressif ou de fuite en avant dans l’addiction qui s’ensuivent.

6 Voir sur le sujet notamment les travaux d’Alain Ehrenberg mais aussi, sur l’activation des politiques sociales et leur implication, ceux entre autres de Nicolas Duvoux comme L’autonomie des assistés, Paris, PUF, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jane Winstone (dir.), Mental Health, Crime and Criminal Justice », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22403

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Prag en SES à l’Université de Lille 1.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page