Navigation – Plan du site

Riccardo Ciavolella et Eric Wittersheim, Introduction à l’anthropologie du politique

Florian Besson
Introduction à l'anthropologie du politique
Riccardo Ciavolella, Eric Wittersheim, Introduction à l'anthropologie du politique, Louvain-la-Neuve, De Boeck, coll. « Ouvertures politiques », 2016, 253 p., ISBN : 9782807302143.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Lepoutre, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 2001.
  • 2 Marc Abélès, Anthropologie de lÉtat, Paris, Armand Colin, 1990.

1L’ouvrage rédigé par Riccardo Ciavolella et Eric Wittersheim est avant tout un manuel, clairement destiné à des étudiant.e.s découvrant l’anthropologie politique : il comprend notamment des résumés de fin de chapitre ou encore des questions permettant de réviser les acquis. De ce point de vue, c’est un excellent manuel, à la fois très clair, très bien écrit et très bien construit. Les auteurs font en effet le choix d’un plan mixte : les premiers chapitres, chronologiques, permettent de retracer l’histoire du développement de l’anthropologie du politique, de Rousseau au post-colonialisme ; les derniers chapitres, thématiques, sont articulés autour des grandes questions qui intéressent les chercheurs contemporains : les inégalités sociales, les résistances, l’État-nation et la globalisation. L’ouvrage met bien en valeur les évolutions rapides de la discipline : on est passé d’une anthropologie dominée par la question de la formation de l’État à un intérêt pour les jeux de pouvoir ; d’une focalisation sur la figure du chef à une étude plus fine des contestations et des résistances. Ces évolutions recoupent les grands débats du temps, notamment philosophiques et économiques ; derrières les différents moments de l’anthropologie du politique, on reconnaît le moment structuraliste, marxiste, foucaldien, ce qui rappelle avec force que l’anthropologie occupe une place majeure dans l’histoire intellectuelle du xxsiècle. Au fil du siècle, la discipline a évolué d’un point de vue méthodologique, notamment en se rapprochant de la sociologie, ou en empruntant certaines méthodes à la littérature et à l’histoire. Elle a enfin su s’inventer de nouveaux terrains de recherche, d’abord en déplaçant son regard du lointain vers le proche, de la forêt amazonienne aux banlieues françaises étudiées par David Lepoutre1, des Big Men polynésiens à la pratique mitterrandienne du rituel politique, objet d’analyse de François Abélès2 ; ensuite et surtout, en dénichant du politique dans toutes les formes de relations sociales.

  • 3 Max Gluckman, « The Peace in the Feud », Past and Present, no 8, 1955, p. 1-14.
  • 4 Antonio Gramsci, Cahiers de prison, Paris, Gallimard, 1983 ; Michel Foucault, Surveiller et punir. (...)
  • 5 Peka Hämäläinen, LEmpire comanche, Toulouse, Anacharsis, 2012.

2Le plan adopté entraîne quelques répétitions, probablement inévitables dans un tel ouvrage et qui restent de toute façon assez peu nombreuses. Il permet surtout à chaque chapitre de fonctionner comme une entité autonome, que l’on peut lire et utiliser indépendamment des autres, ce qui est extrêmement utile dans un manuel. Qui dit manuel, bien sûr, dit souci de faire court, pour rester lisible : certains passages sont dès lors un peu rapides, voire survolés. Les premières pages, sur les ancêtres philosophes des anthropologues, sautent ainsi de Hobbes à Rousseau et Montesquieu : mais quid de Montaigne et de ses réflexions sur les cannibales ou, plus encore, de Jean de Léry, parfois considéré comme le « premier anthropologue » ? Quant à la page consacrée à la pensée d’Ibn Khaldūn, elle sonne un peu comme une concession faite à un auteur récemment mis à la mode, qui est davantage un philosophe politique qu’un anthropologue. Les auteurs auraient également pu proposer, dès leur introduction, une définition claire des termes étudiés, à la fois « anthropologie » et « politique », car ces définitions viennent un peu tard dans l’ouvrage. Enfin, la seule chose qui manque véritablement est une réflexion, qui aurait pu tenir en quelques pages ou en quelques encadrés, sur la façon dont l’anthropologie politique a influencé d’autres disciplines : pour ne prendre que deux exemples, les travaux de Max Gluckman3 et de ses successeurs sur le rôle des conflits en général et de la vengeance en particulier ont poussé les historiens médiévistes anglo-saxons puis français à penser autrement la violence de la société féodale. Quant au courant dit des « subaltern studies », irrigué par la pensée de Gramsci et de Foucault4, il a pu en retour influencer de récents ouvrages historiques importants, comme celui de Peka Hämäläinen sur l’empire comanche5. Il aurait été utile et intéressant de souligner systématiquement ces influences, pour montrer comment l’anthropologie du politique a pu à son tour nourrir d’autres disciplines.

3En plus du texte proprement dit, les auteurs ont à cœur de proposer de très nombreux « encadrés », qui permettent de présenter, en quelques lignes, un auteur – Polanyi, Bourdieu, Leiris, De Certeau... –, un concept – la tribu, le lignage – ou encore une théorie particulière. Certains permettent de définir un terme avec précision, comme ethnologie, élites, globalisation ; d’autres offrent d’utiles ouvertures vers des disciplines connexes, notamment l’histoire ou la sociologie.

4L’ouvrage propose enfin un très grand nombre de notes de bas de pages, qui renvoient à des références bibliographiques invitant le lecteur à découvrir les travaux d’un auteur ou à approfondir un point évoqué un peu rapidement, faute de place – ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, de la réflexion sur les frontières (p. 75). On aurait pu souhaiter une bibliographie finale, qui aurait repris l’ensemble des références évoquées et aurait pu être organisée autour de grands thèmes, ou par terrains de recherche : un tel outil aurait sans nul doute été utile à ceux qui vont utiliser l’ouvrage comme un manuel.

  • 6 Clifford Geertz, Ici et là-bas. Lanthropologue comme auteur, Paris, Métailié, 1992 ; James Cliffor (...)

5Mais cette utilisation n’est pas la seule possible : comme le notent bien les auteurs dans leur introduction, l’ouvrage est également rédigé pour « tous ceux et celles qui cherchent à mieux comprendre le monde et le politique », autrement dit pour un public de non-spécialistes. Dans cet objectif, les auteurs s’attachent notamment à contextualiser avec finesse les travaux, en soulignant le poids du contexte historique, de la personnalité de l’auteur, du public visé par l’ouvrage. En évoquant quasi-systématiquement les critiques faites à toutes les théories, les auteurs déjouent un risque très réel, bien souligné par Clifford Geertz et James Clifford6 : les ouvrages anthropologiques, généralement très bien écrits, séduisent leurs lecteurs qui ont alors tendance, en refermant un livre d’Evans-Pritchard, de Clastres ou de Lévi-Strauss, à prendre pour argent comptant les analyses proposées. Au contraire, dans cet ouvrage, aucune théorie n’est placée au-dessus d’une autre : toutes sont présentées comme des objets construits dans un contexte précis, et donc forcément orientés.

  • 7 Pierre Clastres, célèbre notamment pour son ouvrage La Société contre lÉtat (Paris, Les Éditions d (...)
  • 8 Marshall Sahlins, auteur entre autres d’Âge de pierre, âge dabondance. Léconomie des sociétés pri (...)
  • 9 Emmanuel Terray, anthropologue spécialiste de la Côte d’Ivoire (LOrganisation sociale des Dida de (...)
  • 10 David Graeber est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la démocratie (La Démocratie aux marges, Paris (...)

6Si les auteurs insistent autant sur la distance critique qu’il faut garder face à chaque recherche, c’est aussi parce que l’anthropologie politique prend un rôle politique de plus en plus important. Les auteurs soulignent en effet l’utilité pratique de l’anthropologie politique : dans un contexte marqué par l’émergence de nombreux courants et propositions cherchant à réinventer la politique, elle permet d’offrir des exemples, des modèles ou des contre-modèles ; elle peut surtout jouer un rôle, par ses conclusions, dans le débat public, voire provoquer des transformations politiques ou sociales, ce qui pose la question de l’engagement de l’anthropologue dans la cité. Après Pierre Clastres7, Marshall Sahlins8 ou encore Emmanuel Terray9, les auteurs évoquent ainsi en conclusion la figure de David Graeber10, autant d’auteurs qui ont articulé leurs engagements politiques à leurs recherches anthropologiques, et vice-versa. L’anthropologie serait-elle donc une nouvelle façon de faire de la politique ?

Haut de page

Notes

1 Daniel Lepoutre, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 2001.

2 Marc Abélès, Anthropologie de lÉtat, Paris, Armand Colin, 1990.

3 Max Gluckman, « The Peace in the Feud », Past and Present, no 8, 1955, p. 1-14.

4 Antonio Gramsci, Cahiers de prison, Paris, Gallimard, 1983 ; Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1976.

5 Peka Hämäläinen, LEmpire comanche, Toulouse, Anacharsis, 2012.

6 Clifford Geertz, Ici et là-bas. Lanthropologue comme auteur, Paris, Métailié, 1992 ; James Clifford, « De l’ethnographie comme fiction », Études rurales, n° 97-98, 1985, p. 47-68.

7 Pierre Clastres, célèbre notamment pour son ouvrage La Société contre lÉtat (Paris, Les Éditions de Minuit, 1974), est également engagé dans des revues libertaires, voire anarchistes.

8 Marshall Sahlins, auteur entre autres d’Âge de pierre, âge dabondance. Léconomie des sociétés primitives (Paris, Gallimard, 1976), est l'une des grandes figures de la protestation contre la guerre du Vietnam.

9 Emmanuel Terray, anthropologue spécialiste de la Côte d’Ivoire (LOrganisation sociale des Dida de Côte d'Ivoire. Essai sur un village dida de la région de Lakota, Abidjan, Annales de l’Université d'Abidjan, 1969), lutte pour la cause des travailleurs clandestines à partir des années 1990.

10 David Graeber est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la démocratie (La Démocratie aux marges, Paris, Le Bord de l’Eau, 2014), une œuvre qui l’amène à s’impliquer dans des mouvements protestataires comme Occupy Wall Street.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Riccardo Ciavolella et Eric Wittersheim, Introduction à l’anthropologie du politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/22404

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page