Navigation – Plan du site

Philippe Juhem, Julie Sedel (dir.), Agir par la parole. Porte-paroles et asymétries de l'espace public

Emilien Schultz
Agir par la parole
Philippe Juhem, Julie Sedel (dir.), Agir par la parole. Porte-paroles et asymétries de l'espace public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 222 p., ISBN : 978-2-7535-4986-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Philippe Juhem et Julie Sedel analyse les débats dans l’espace public comme le produit de l’engagement de porte-paroles qui représentent les groupes mobilisés autour d’une cause qu’ils veulent défendre. Plus précisément, les neuf contributions se concentrent sur la capacité inégale – asymétrique – de ces porte-paroles à s’exprimer et à être entendus dans les médias. L’explication de cette efficacité différentielle à se faire entendre ne saurait se réduire aux qualités propres des acteurs, comme pourrait le présenter les récits héroïques des mobilisations, mais repose généralement sur des relations largement institutionnalisées au sein de l’espace public.

2La première partie de l’ouvrage regroupe des contributions consacrées au contrôle des arènes publiques, c’est-à-dire aux contraintes institutionnelles qui pèsent sur les acteurs, tandis que la seconde aborde les enjeux d’accès à ces espaces pour des groupes particuliers. Dans leur ensemble, ces contributions sont dans leur majorité des études de cas : la communication autour de la « crise de la vache folle » (Jérémie Nollet), la constitution d’une liste électorale dans une ville de banlieue parisienne (Samir Hadj Belgacem), la mobilisation des buralistes contre l’interdiction de fumer (Caroline Frau), les porte-paroles des « banlieues » (Julie Sedel), la couverture médiatique de l’explosion industrielle d’AZF (Stéphane Latté), la campagne de Handicap International contre les armes à sous-munition (Hélène Dufournet) ou encore les débuts de la cause en faveur de la contraception (Francis Sanseigne). Deux chapitres plus théoriques complètent ces études. Nicolas Kaciaf analyse les conditions du contrôle de la parole dans les organisations, et Philippe Juhem signe un long chapitre sur les asymétries de l’espace public.

3Le propos général de l’ouvrage, inscrit dans une approche de science politique, porte surtout sur la sphère médiatique constituée par la télévision et les journaux. Une hypothèse est explorée, celle de la centralité du « débat public » dans le « processus de production du consensus dans les États parlementaires» (p. 19). La gouvernance de ces États s’opère par « le débat contradictoire et la théâtralisation de l’affrontement des porte-paroles » (Juhem, p. 129). Prenant acte de deux stéréotypes, un débat public tout puissant qui fixerait les choix politiques et, à l’opposé, un débat politique complètement vain face à l’exécutif, les auteurs décrivent empiriquement des relations entre acteurs partiellement structurées. « Les interactions entre les entrepreneurs gouvernementaux des réformes et les groupes qui cherchent à en ralentir l’application définissent un jeu discursif désormais largement institutionnalisé, celui du “débat public”, arène concurrentielle qui participe des processus de gouvernement en régime électif » (Juhem, p. 102). La structuration de cet espace public est fortement dépendante des contraintes d’un agenda gouvernemental définissant des modes « d’accès institutionnalisés » pour s’y exprimer. La visibilité durable d’une cause est directement dépendante de la capacité de son porte-parole à le maintenir dans cet agenda. L’émergence de porte-paroles audibles passe alors souvent par un processus d’institutionnalisation durable.

4Cet espace de débat public est alors considéré comme une « arène de mobilisation des porte-paroles », dans laquelle la représentation d’une cause passe par la capacité des acteurs à y exister. Le rôle du porte-parole, dont la fonction est d’exprimer une cause, est distingué d’autre rôles similaires : « le leader naît et s’impose dans l’action (collective), quand le porte-parole est mandaté pour le discours, et le représentant investi dans un poste ou à une fonction de pouvoir » (Belgacem, p. 70). Le porte-parole est celui qui s’exprime dans l’espace public au nom d’un groupe, que celui-ci soit encore en gestation avec des contours peu ou pas définis, comme dans le cas d’une jeune association de victimes créée à la suite d’une catastrophe, ou qu’il s’agisse d’un groupe fortement organisé, comme une ONG internationale.

5Les études de cas rassemblées dans l’ouvrage dessinent ensuite les contraintes pesant sur le porte-parole dans la médiatisation de sa cause. Il est en effet contraint par ses dispositions (son aisance à parler en public, acquise par exemple dans une fonction antérieure), ses relations sociales (un réseau professionnel ou militant pouvant faciliter l’accès aux tribunes des journaux) ou par sa position (le crédit que lui octroie la détention d’un titre officiel comme celui de parlementaire). Sa capacité à être audible dans les médias dépend donc en partie de ses ressources individuelles, en premier lieu desquelles son aptitude à incarner physiquement et oralement la cause qu’il défend.

6Pour autant, ces ressources ne se limitent pas à des compétences individuelles mais sont aussi constituées par des stratégies collectives. Un syndicat est ainsi amené à fournir à ses porte-paroles des éléments de langage afin de présenter une ligne directrice claire, et une ONG doit produire un travail de communication en amont pour « accrocher » les rédactions des journaux. En effet, les propos des porte-paroles sont évalués à la lumière des règles du champ journalistique, qui choisit d’en assurer ou non la diffusion. Ainsi, les journalistes entretiennent des relations privilégiées avec certaines catégories d’acteurs dotés du « capital médiatique » que leur confère leur position institutionnelle (par exemple, les représentants du gouvernement). Les médias favorisent certaines formes de présentation des sujets (le « témoignage authentique » de la victime d’une catastrophe, par exemple). La relation entre le domaine médiatique et les porteurs de cause est donc l’objet d’instrumentalisations à plusieurs échelles. Cette instrumentalisation trouve cependant ses limites. L’une d’entre elles est l’acceptabilité d’un sujet à un moment donné. Ainsi, certaines causes comme les revendications des buralistes contre l’interdiction de fumer dans les lieux publics bénéficient-elles de moins de relais que la communication de Handicap International.

  • 1 Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, « À quoi tient le succès des innovations ? 1 : L’a (...)
  • 2 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique, Éditions Pétra, Pa (...)

7L’analyse de l’espace public à travers la figure du porte-parole éclaire les interfaces entre la société civile, les acteurs politiques et le champ médiatique. Les études de cas apportent des descriptions riches de la constitution des causes et des conditions de leur expression dans les médias. Pour autant, certaines limites de l’ouvrage peuvent être pointées. Tout d’abord, on note avec une certaine surprise l’absence de références à des travaux importants sur le sujet, en particulier dans les courants de la sociologie pragmatique. Ainsi, ne sont mentionnés ni les travaux autour de la sociologie de la traduction consacrés aux porte-paroles1, ni la réflexion sur les trajectoires d’argumentation dans l’espace public2. Un autre point nous semble plus problématique : il existe une certaine déconnexion entre les considérations générales, qui portent sur les enjeux de gouvernement, et le travail empirique, qui se concentre surtout sur la sphère médiatique. L’appréciation que les auteurs portent sur l’efficacité politique d’une cause semble alors trop fortement réduite à sa visibilité médiatique. Ainsi, en introduction, les auteurs affirment que « s’exprimer dans l’espace public […] c’est déjà gouverner les sociétés et d’abord les électeurs qui s’exposent au jeu des énonciations contradictoires ou convergentes » (p. 18). Pour autant, les conditions de réception de ces énoncés sont complètement absentes. Moins qu’une sociologie de l’efficacité des porte-paroles, le propos est celui d’une analyse de leur émergence. Et le lecteur peut alors regretter que les contributions laissent de côté les mécanismes de la circulation de l’information. En particulier, le rôle des réseaux sociaux n’est pas envisagé dans l’ouvrage, alors que sa prise en compte semble indispensable dans les discussions actuelles sur l’espace public, notamment celles relatives à l’ère de « post-vérité » dans laquelle nous serions entrés.

Haut de page

Notes

1 Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, « À quoi tient le succès des innovations ? 1 : L’art de l'intéressement ; 2 : Le choix des porte-parole », Gérer et Comprendre. Annales Des Mines, n° 11 et n° 12, 1988.

2 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique, Éditions Pétra, Paris, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilien Schultz, « Philippe Juhem, Julie Sedel (dir.), Agir par la parole. Porte-paroles et asymétries de l'espace public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22419

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page