Navigation – Plan du site

Julie Pagis et Paul Pasquali (dir.), « Mobilités sociales », Politix, n° 114, 2016

Marie Lefebvre
Les mobilités
Julie Pagis, Paul Pasquali (dir.), « Les mobilités », Politix, n° 114, Louvain, De Boeck supérieur.
Haut de page

Texte intégral

1Penser les mobilités sociales au pluriel : tel est le pari du dossier coordonné par Julie Pagis et Paul Pasquali. C’est la diversité des processus de mobilité sociale qui est ainsi mise en avant par les différents contributeurs, qui critiquent en filigrane un usage jugé trop routinisé des tables de mobilité ou des analyses centrées sur le rôle de l’école et du capital culturel comme vecteurs de mobilité sociale. Les études de cas présentées dans ce dossier témoignent d’une approche multidimensionnelle des phénomènes de déplacement dans l’espace social désireuse de « rendre compte de la variété des effets possibles des mobilités sociales selon les contextes, les positions et les scansions biographiques des trajectoires sociales ».

2Cette approche permet de mettre en lumière des formes de déplacement dans l’espace social traditionnellement peu prises en compte. On peut citer en ce sens les travaux de Manuel Schotté sur la mobilité de la petite bourgeoisie d’affaires masculine des présidents de clubs de football en première division : la mobilité ascendante de ces notables ne repose ni sur l’héritage familial ni l’institution scolaire, mais plutôt sur un ancrage local fort et une inscription dans des réseaux territorialisés de sociabilité. Pauline Clech, en analysant les trajectoires de jeunes adultes socialisés au sein de la contre-culture du hip-hop en banlieue rouge, met aussi en avant d’autres ressorts de mobilité que l’école. Ces goûts et dégoûts associés à une capacité de repérage dans l’espace du hip-hop et à une vision politisée de l’ordre social sous l’angle de la conflictualité s’expriment par un ethos agonistique et définissent les ressources d’un « capital culturel illégitime » (p. 150) acquis grâce à la pratique du hip-hop, genre musical encore relativement peu légitime. C’est donc une variété d’univers sociaux qui sont présentés au sein de ce dossier pour montrer la multiplicité des vecteurs de mobilité. Les auteurs contribuent aussi, par l’hétérogénéité des cas d’études, à lutter contre une approche réductionniste des expériences subjectives du déplacement social. Paul Pasquali et Olivier Schwartz revisitent en ce sens l’ouvrage classique de Richard Hoggart, La culture du pauvre, pour proposer notamment un « usage plus contrôlé de la figure du boursier hoggartien » (p. 42), dont le vécu ne peut être réduit à des sentiments de malaise et de déracinement.

  • 1 Cayouette-Remblière Joanie, « Reconstituer une cohorte d’élèves à partir de dossiers scolaires. La (...)

3Pour « décrire plus finement les diverses formes de mobilité sociale » et leurs effets (p. 119), ce dossier rejoint un d’un mouvement général des sciences sociales, qui tendent ces dernières années à accorder une plus grande place aux méthodes qualitatives dans l’étude désormais classique de la mobilité sociale. L’observation ethnographique, en particulier, permet de « s’interroger sur les lieux de tri, de socialisation et de passage où se jouent et où se font les mobilités sociales implique […] d’expérimenter des jeux d’échelles pour donner tout son sens à la métaphore bourdieusienne de ‘‘l’espace social’’ » (p. 12). Cette nécessité de faire varier les échelles d’observation suppose aussi de « dépasser les antinomies classiques artificielles » (p. 10) en élaborant des dispositifs d’enquête mixtes, « capables d’articuler données ethnographiques et données statistiques » (p. 49). Par exemple, Cédric Hugrée emprunte le concept de statistique ethnographique1 pour effectuer une analyse secondaire des données quantitatives de l’enquête « Emploi » de l’INSEE à propos des trajectoires professionnelles de la cohorte 1975. Il montre, à partir d’une analyse quantitative réflexive, l’importance des tables détaillées de mobilité, découpant les catégories socioprofessionnelles en sous-ensembles, pour observer finement les déplacements sociaux, y compris ceux de faible amplitude.

  • 2 Strauss Anselm, The Contexts of social mobility, Chicago, Aldine Publishing, 1971.

4L’enquête ethnographique permet aussi de rendre compte des mobilités « en train de se faire », de croiser les temporalités habituellement dissociées dans les analyses, à l’instar des mobilités intragénérationnelles et intergénérationnelles, pour « mieux cerner les influences, directes ou à plus long terme, des ruptures et des tournants biographiques » (p. 11) à travers lesquels s’opèrent placements, déplacements et replacements sociaux. Ces micro-processus témoignent de la fragilité et de la réversibilité possible des trajectoires sociales de mobilité, comme le démontre Pierre-Emmanuel Sorignet à propos des danseurs contemporains, pour qui la blessure peut mettre un terme à l’ascension sociale. Pour rendre compte de ces fluctuations de trajectoires, les auteurs reconnaissent et s’inscrivent dans l’héritage d’Anselm Strauss, qui plaide pour une approche interactionniste et historicisée des mobilités sociales2.

  • 3 Beaud Stéphane et Pasquali Paul, « Ascenseur ou descenseur social ? Apports et limites des enquêtes (...)

5L’analyse ethnographique permet enfin de « mettre au jour des expériences vécues […] que les statistiques ne catégoriseraient pas comme telles » (p. 15) et d’« approfondir l’analyse de la mobilité sociale en étudiant de près […] les transformations des perceptions ordinaires des hiérarchies sociales, à l’aune des trajectoires intergénérationnelles, des espaces géographiques, des histoires migratoires et de la sociabilité locale des individus »3. Lise Bernard montre ainsi que, selon la structure de leur ménage, leurs ressources économiques, les capitaux acquis et hérités mais également les caractéristiques sociales des proches, les agents immobiliers entretiennent des perceptions très différents de leur position professionelle et en particulier de l’irrégularité des revenus liés à l’emploi d’agent immobilier. Chercher la bonne échelle de mesure des mobilités sociales induit donc une prise en compte de l’expérience vécue des acteurs sociaux, qui n’évaluent pas nécessairement la distance entre deux positions sociales de la même manière, d’où des divergences d’appréhension des positions et trajectoires sociales.

6Complémentaire aux statistiques, l’enquête ethnographique permet donc de repérer et d’analyser les mobilités sociales en train de se faire tout en prenant en compte les expériences vécues de mobilité. Stéphanie Guyon propose ainsi une analyse sur les transfuges coloniaux au sein du mouvement amérindien en Guyane française qui a le mérite d’élargir l’analyse de la mobilité sociale au-delà de la société française métropolitaine, en étudiant les enjeux postcoloniaux et les transformations structurelles de la société guyanaise. Malgré cela, les contributions du dossier concernent uniquement le cas de la société française contemporaine et l’on peut s’interroger sur la pertinence d’une transposition à une autre société. En outre, les enquêtes portent l’accent sur les ressorts des mobilités sociales ascendantes. Très peu reste dit des mobilités sociales descendantes, alors qu’on aurait pu s’attendre à un traitement plus large du sujet, le dossier souhaitant aborder la mobilité sociale sous l’angle de sa pluralité. Néanmoins, ce dossier a le mérite de croiser des études de cas qui viennent étoffer l’analyse des mobilités sociales à partir de ses formes atypiques, et replacer la mobilité comme objet central et transversal des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Cayouette-Remblière Joanie, « Reconstituer une cohorte d’élèves à partir de dossiers scolaires. La construction d’une statistique ethnographique », Genèses, vol. 4, n° 85, 2011, p. 115-133

2 Strauss Anselm, The Contexts of social mobility, Chicago, Aldine Publishing, 1971.

3 Beaud Stéphane et Pasquali Paul, « Ascenseur ou descenseur social ? Apports et limites des enquêtes de mobilité sociale », Cahiers Français, n° 383, 2014, p. 24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lefebvre, « Julie Pagis et Paul Pasquali (dir.), « Mobilités sociales », Politix, n° 114, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22420

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page