Navegación – Mapa del sitio

Yves Dutercq, Hélène Buisson-Fenet (dir.), « Les cadres de l’éducation », Recherche & formation, n° 78, 2015

Carla Campos Cascales
Les cadres de l'éducation
Yves Dutercq, Hélène Buisson-Fenet (dir.), « Les cadres de l'éducation », Recherche & formation, n° 78, 2015, 130 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847888461.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Barrère Anne, Sociologie des chefs d’établissement. Les nouveaux managers de la République, Paris, (...)

1Si la spécificité du travail des proviseurs a déjà été analysée par la sociologie française1, ce dossier a le mérite de traiter ce métier dans l’entremêlement hiérarchique et politique dans lequel il est pris. Interrogeant la particularité de ces « cadres intermédiaires » qui posent précisément les cadres de l’éducation, cette étude approfondit les caractéristiques attendues ou prescrites pour l’exercice de leurs fonctions. Elle s’efforce aussi de dévoiler la construction d’un système de pouvoir dans lequel ces cadres constituent un échelon qui assure la transition entre la gouvernance étatique et la gouvernance de la classe dans chaque établissement.

  • 2 À ce sujet, il serait intéressant de mettre en relation ce dossier avec un ouvrage paru récemment, (...)

2Les différents articles de ce dossier prennent appui sur des cas concrets analysés par une méthodologie de type qualitative, ce qui confère d’ailleurs à ce numéro de revue un intérêt particulier pour tous ceux qui s’intéressent à la sociologie compréhensive ou encore à la théorie ethnographique de la Grounded Theory2. C’est le cas, par exemple, de l’analyse de l’accès au statut de personnel de direction après les lois françaises de décentralisation des années quatre-vingt et l’autonomie partielle des établissements qui s’en est suivie, présentée par Yves Duterq ; ou encore l’émergence de la régulation locale des écoles au Portugal à la fin du XXe siècle, approfondie par Joao Barroso.

3Ainsi, se basant sur des entretiens, des analyses de cas pratiques et des témoignages de différents cadres de l’administration, les auteurs de ce numéro essayent de parcourir le labyrinthe institutionnel dans lequel est prise la direction des établissements scolaires dans plusieurs pays européens, notamment la France, le Portugal, l’Espagne et le Royaume-Uni.

4Ces contextes croisés permettent de comprendre la tendance des pays européens à unifier leurs systèmes scolaires ; cette uniformisation invite d’ailleurs à réfléchir à la concentration croissante du pouvoir à l’échelle de l’administration centrale au détriment de l’échelon local, problématique principale de l’ouvrage. D’une privatisation de l’enseignement qui se développe de plus en plus à l’homogénéisation progressive des types de formations proposées aux proviseurs, la nouvelle manière de concevoir la gestion des établissements scolaires dans les différents pays est décrite d’un point de vue diachronique depuis les années 1980, en soulignant les différentes lois et réformes qui ont instauré des changements, ce qui donne au numéro un intérêt historique.

5Cependant, chaque contexte est analysé dans son détail ; au-delà des spécificités propres à chaque pays, se dégage un clivage entre des pays dans lesquels les proviseurs enseignent (comme l’Espagne et le Portugal) et ceux dans lesquels ils ne le font pas (comme la France). Il manque, toutefois, des réponses quant aux enjeux que cette différence engendre dans le fonctionnement de l’établissement. Si Juan Salamé Sala évoque, dans l’entretien qui clôture le dossier, quelques détails sur la délicate position de ceux qui, ayant été proviseurs, reviennent ensuite parmi leurs collègues enseignants, ou encore sur la difficulté de ceux qui restent enseignants tout en endossant le rôle de véritables « chefs », c’est plus sous forme de questions que de réponses que ces problèmes sont abordés.

  • 3 Cela a été un des enjeux de la conférence organisée à Poitiers en 2008 par l’École supérieure de l’ (...)

6Mis à part ces questions professionnelles, l’ensemble des contributions semble regrouper l’analyse des différents cadres sous un seul thème : celui de la nouvelle gestion administrative ou politique des établissements scolaires. On s’aperçoit, encore une fois3, que la « gouvernance intermédiaire » du système éducatif est présentée comme de plus en plus proche de celle des entreprises, un point de vue sur le fonctionnement institutionnel à mettre en parallèle avec le fonctionnement pédagogique auquel invite « l’éducation par compétences », tout aussi proche des exigences du marché capitaliste.

7La question de l’évaluation des établissements, en termes de résultats et de performance, parcourt l’ouvrage, et. Dès l’introduction, Hélène Buisson-Fenet et Yves Dutercq expliquent comment l’administration publique s’est trouvée remise en question à cause de son manque d’efficacité et de son incapacité à réagir aux différents changements politiques qui ont eu lieu (notamment en ce qui concerne la globalisation). Ce serait la raison principale qui « a conduit à d’importantes transformations dans la manière de concevoir, d’organiser et de mettre en œuvre le service proposé dans l’ensemble des administrations des pays européens, sous l’égide du Nouveau management public (NMP), modèle alternatif organisationnel influencé par le fonctionnement des entreprises et prônant l’autonomie et la responsabilisation des unités locales de mise en œuvre et de leurs personnels, l’évaluation a posteriori et la primauté à la recherche de résultats » (p. 9).

8Au niveau épistémologique, cet ouvrage s’efforce de définir le vocabulaire technique de la gestion des établissements et de l’application des prescriptions gouvernementales. C’est surtout le concept de « leadership » qui est analysé par Laetitia Progin, présenté comme ce « processus consistant à influencer les objectifs de travail et les stratégies d’un groupe ou d’une organisation ; à influencer les acteurs d’une organisation ; à implanter des stratégies et à atteindre les objectifs ; à influencer le fonctionnement et l’identité d’un groupe et finalement, à influencer la culture d’une organisation » (p. 72).

9L’idée de pouvoir, de responsabilisation, pose alors forcément la question des « acteurs », dont ceux qui sont présents de manière sous-jacente tout au long des différents articles. La problématique la plus intéressante, quoique présentée un peu trop implicitement, est celle de la relation ou plutôt du manque de relation entre le personnel de direction ou d’évaluation et ceux qui sont confrontés directement à la pédagogie, les enseignants. Le témoignage d’un inspecteur externe interrogé par Hélène Buisson-Fenet après une visite d’évaluation de langues vivantes soulève la question de la légitimité à juger d’un métier qu’on n’exerce même pas : « Je ne me suis pas senti très bien à poser des questions très générales dans des domaines que je connaissais sans les maîtriser » (p. 29). L’article de Jacqueline Baxter qui rend compte de son enquête auprès des « school governors » britanniques montre d’ailleurs que, selon le point de vue de ces cadres de direction, la « connaissance sur l’éducation » n’est « pas du tout importante » pour l’accomplissement de leur mission (p. 59).

10Ainsi, nous comprenons les raisons du conflit dont parle Yves Duterq entre les chefs d’établissements et les enseignants. L’auteur le décrit comme renvoyant d’abord « au leadership pédagogique revendiqué par les uns et par les autres comme marque essentielle de leur légitimité : une légitimité pédagogique traditionnelle pour les enseignants, longtemps exercée de façon individuelle et qui cherche à se réaffirmer de manière collective et réflexive au sein de l’établissement ; une légitimité plus nouvelle pour les chefs d’établissements qui correspond à l’exercice contemporain de leur fonction et à l’évolution de leur statut » (p. 46) La lecture des différentes enquêtes, amène progressivement à se demander qui prend les décisions, d’autant plus qu’il s’agit là de décisions qui auront des conséquences sur les pratiques mêmes des apprenants.

  • 4 Problématiques soulevées par des auteurs comme Philippe Pettit ou encore Christian List. Vincent De (...)

11Finalement, cet ouvrage pose donc la question de la définition d’une institution ou d’une entité collective4 dès qu’on comprend les différentes strates de pouvoir et d’interprétation de cette institution comme les antécédents de l’organisation de la classe. D’où l’importance que peut avoir cette lecture pour saisir le fonctionnement même de la pédagogie, ses problèmes et ses possibilités d’amélioration. Sans en arriver à une réflexion didactique, cet ouvrage invite pourtant à penser aux retombées concrètes pour les élèves d’une évolution constante au niveau de l’administration et de l’organisation des établissements scolaires européens. Cela soulève aussi la difficulté à concilier les objectifs au plan « macro » avec les exigences du « micro » ainsi que l’expliquent dès le début Hélène Buisson-Fenet et Yves Dutercq : « Le rôle des responsables intermédiaires consiste donc principalement à résoudre la tension entre, d’un côté, l’obligation qui leur est faite de mettre en œuvre des actions s’inscrivant dans le cadre d’une politique et d’objectifs définis par la hiérarchie supérieure et supposant l’action collective et l’innovation et, d’un autre côté, la nécessité pour y parvenir, de mettre à contribution des acteurs locaux » (p. 10).

12À l’heure où nos sociétés sont de plus en plus mues par la recherche de résultats ou par la vérification de l’assimilation de compétences, cet ouvrage nous pousse à réfléchir à la nature de l’éducation, à ce qu’elle veut dire aujourd’hui, et à ce qu’on peut en faire malgré ou justement avec des prescriptions politiques et bureaucratiques souvent trop éloignées des pratiques pédagogiques.

Inicio de página

Notas

1 Barrère Anne, Sociologie des chefs d’établissement. Les nouveaux managers de la République, Paris, PUF ; Albanel Xavier, Le travail d’évaluation. L’inspection dans l’enseignement secondaire, Toulouse, Octarès, 2009.

2 À ce sujet, il serait intéressant de mettre en relation ce dossier avec un ouvrage paru récemment, et traitant de la question de l’analyse sociologique des milieux scolaires, et des problématiques engendrées par la posture de l’observateur externe : Payet Jean-Paul (dir.), Ethnographie de l’école. Les coulisses des institutions scolaires et socio-éducatives, Presses Universitaires de Rennes, 2016 ; compte rendu de Sarah Pochon pour Lectures : https://lectures.revues.org/21544.

3 Cela a été un des enjeux de la conférence organisée à Poitiers en 2008 par l’École supérieure de l’Éducation nationale « Gouvernance des établissements scolaires et performance ».

4 Problématiques soulevées par des auteurs comme Philippe Pettit ou encore Christian List. Vincent Descombes a aussi publié un ouvrage crucial pour la compréhension de la pertinence des entités collectives : Descombes Vincent, Les embarras de l’identité, Gallimard, 2013. Voir notamment la quatrième partie : « Identité collective ».

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Carla Campos Cascales, « Yves Dutercq, Hélène Buisson-Fenet (dir.), « Les cadres de l’éducation », Recherche & formation, n° 78, 2015 », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 02 marzo 2017, consultado el 27 marzo 2017. URL : http://lectures.revues.org/22436

Inicio de página

Lugar

Europa

France

Reino Unido

Portugal

España

Suiza

Québec

Inicio de página

Redactor

Carla Campos Cascales

Doctorante contractuelle en didactique de la littérature et sociologie de l’éducation. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle ED 268 (DILTEC EA 2288). Université Paris 5 Paris Descartes ED 180 (Cerlis UMR 8070). Thèse sur les objectifs politiques de l’enseignement de la littérature au lycée en France et en Espagne.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página