Navigation – Plan du site

Antonin Margier, Cohabiter l’espace public. Conflits d’appropriation et rapports de pouvoir à Montréal et Paris

Claudette Lafaye
Cohabiter l'espace public
Antonin Margier, Cohabiter l'espace public. Conflits d'appropriation et rapports de pouvoir à Montréal et Paris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 2017, 196 p., ISBN : 978-2-7535-5193-0.
Haut de page

Texte intégral

1La manière d’appréhender l’espace public citadin, la coprésence qu’il institue, les interactions qui s’y déploient et les conflits qui s’y déroulent constituent un objet d’investigation que sociologues et géographes ont en partage. Antonin Margier interroge la normalisation résidentielle des espaces publics de deux quartiers péricentraux : Le Village Shaugnessy à Montréal et La Goutte d’Or à Paris. Squares et rues sont devenus des espaces convoités où s’affrontent riverains et personnes marginalisées. L’auteur défend la thèse que des conflits se nouent autour d’un même enjeu d’appropriation qui prend des formes différentes : l’extension du « chez-soi » pour les riverains et la constitution d’un « chez-soi » pour les sans-abris. L’auteur montre que se joue là un jeu à armes inégales : les revendications résidentielles des riverains sont en effet relayées par des politiques publiques de sécurisation qui conduisent à la dispersion des personnes marginalisées.

2La démonstration, issue d’une thèse en études urbaines, s’appuie sur une lecture critique d’un ensemble de travaux centrés sur la production des espaces publics et sur les mécanismes qui contribuent à leur fermeture à l’égard des indésirables. Elle repose en outre sur une enquête empirique totalisant une cinquantaine d’entretiens semi-directifs réalisés à Montréal et à Paris auprès de responsables politiques et administratifs, de personnes marginalisées et de membres d’associations d’amélioration du cadre de vie.

3Contre une vision aménagiste, l’auteur plaide pour une prise en compte de l’importance des usages quotidiens dans la production des espaces publics, perspective à laquelle le sociologue ne peut qu’être sensible. L’analyse se centre sur les différentes pratiques d’appropriation des espaces publics de proximité. Puisant dans la phénoménologie de l’habiter, l’auteur montre que ces espaces sont incorporés à l’expérience résidentielle des riverains comme des personnes marginalisées dont ils contribuent à stabiliser l’identité. La sécurité ontologique des uns comme des autres repose sur des manières différentes de se les approprier : familiarité avec les lieux et interconnaissance, pour les riverains ; marquage corporel de l’espace, occupation des lieux et sociabilités attachées à cette occupation, pour les personnes marginalisées, dont la survie est liée au fait de constituer un bout de square ou un coin de rue en « chez soi », ainsi qu’en attestent des extraits d’entretiens particulièrement évocateurs. Ces manières différentes d’habiter des espaces publics entrent en tension : l’occupation des squares et des rues par les sans-abris et les usagers de drogues est alors vécue par les riverains comme une désappropriation et prend la forme de conflits virulents car elle est perçue comme une menace au caractère résidentiel du quartier et à l’espace protecteur du « chez-soi ».

  • 1 Tim Cresswell, In Place/Out of Place: Geography, Ideology, and Transgression, Minneapolis, MN and L (...)

4Le propos se fait percutant lorsqu’il analyse les discours des riverains engagés dans le processus de normalisation résidentielle des espaces publics du quartier où ils habitent en termes de « désirs de purification de l’espace » (p. 127), aboutissant à l’inscription des personnes marginalisées « out of place »1. L’auteur montre que c’est d’abord la visibilité des sans-abris et des toxicomanes dans l’espace public qui « fait désordre » pour les riverains, lesquels instituent en différence les comportements marginalisés. L’analyse est également convaincante lorsqu’elle souligne (p. 123) que l’itinérance renvoie moins à une quelconque insécurité qu’à la menace que la visibilité des personnes marginalisées fait peser sur les valeurs idéalisées du quartier, telles que la convivialité, la sociabilité ou la propreté, célébrées par les riverains.

5Dans chacun des deux quartiers, la création d’associations d’amélioration du cadre de vie permet aux riverains de contribuer à la production des espaces publics de proximité. Dans les deux cas, celles-ci parviennent à se faire reconnaître comme interlocuteurs légitimes par les pouvoirs publics et investissent les dispositifs de la démocratie participative (table de concertation, conseil de quartier) au sein desquels leurs membres tendent à monopoliser la parole et à étouffer de possibles voix alternatives. Mais alors qu’à Montréal, les riverains participent directement à la production des espaces publics du quartier à travers des plantations ou encore des corvées de nettoyage, encouragés en cela par des politiques de responsabilisation citoyenne, la participation des habitants tend, à Paris, à se limiter à une activité d’interpellation et à la conquête du conseil de quartier.

6L’analyse touche également juste lorsque l’auteur montre comment les revendications résidentielles des riverains sont relayées par des politiques publiques de sécurité. À Montréal, ces revendications s’appuient explicitement sur les théories de l’espace défendable et délèguent aux riverains des compétences en matière de sécurisation de leur lieu de vie, tandis qu’elles relèvent plus à Paris d’une morale hygiéniste et s’accompagnent d’un renforcement de l’activité policière. Qu’elles prennent le nom d’« environnement paisible » ou de « tranquillité publique », elles ont en commun de soutenir le confort résidentiel des riverains : étayées par des dispositifs physiques (éclairage public, fermeture des squares, détection de présence), elles constituent les sans-abris et les toxicomanes en intrus et aboutissent à des dynamiques de marginalisation et de dispersion douce. Il en résulte inquiétude et repli chez les personnes marginalisées qui voient se restreindre leurs possibilités de fréquenter les espaces publics.

7On a particulièrement apprécié, dans les chapitres empiriques, le croisement des deux terrains d’enquête qui permet de mettre en valeur leurs proximités (nombreuses) et leurs différences (moindres). Ceux qui s’intéressent aux espaces publics, aux phénomènes d’appropriation, aux processus d’exclusion, aux revendications habitantes ou tout simplement aux sans-abri trouveront du grain à moudre dans cet ouvrage. La thèse principale qui fait des espaces publics de proximité des espaces de normalisation résidentielle que les riverains s’emploient à intégrer à leurs propres espaces de vie est intéressante. Pour autant, elle repose sur une distinction binaire discutable entre des espaces publics centraux, caractérisés par l’anonymat, et des espaces publics de proximité, marqués par les rapports de voisinage et les modes d’habiter des résidents (p. 34).

  • 2 Voir notamment Isaac Joseph (dir.), L’espace du public. Les compétences du citadin, Paris, Éditions (...)
  • 3 Marc Breviglieri, « Penser l’habiter, estimer l’habitabilité », Tracés, n° 23, p.  9-14 ; Marc Brev (...)
  • 4 Jean-Michel Fourniau, « L’expérience démocratique des “citoyens en tant que riverains” dans les con (...)
  • 5 Carole Gayet-Viaud, « Du côtoiement à l’engagement : la portée politique de la civilité », Mouvemen (...)

8Le sociologue curieux découvrira également des travaux de géographie l’incitant à élargir l’horizon de ses futures lectures. D’où vient alors que l’on reste un peu sur sa faim ? En premier lieu, la construction de l’ouvrage faisant précéder l’analyse empirique de deux chapitres théoriques est d’un académisme prompt à rebuter. En deuxième lieu, le sociologue n’y trouve pas toujours son compte. La présentation des terrains manque de consistance et se limite à exposer des données de seconde main. Le fait qu’un travail centré sur les conflits d’appropriation des espaces publics fasse si peu de cas de leur observation directe surprend également. De ce parti-pris méthodologique résulte l’ignorance des travaux de sociologie comme de géographie ayant insisté sur les compétences des citadins à user des espaces publics2. On s’étonne aussi que la mobilisation de la phénoménologie de l’habiter néglige les travaux sociologiques l’ayant opérationnalisée sur des questions proches3. Enfin, le recours à la catégorie « riverains » plutôt qu’à celle de « résidents » renvoie d’emblée à un parti-pris sur la qualité des résidents enquêtés, qui n’est pas explicité. Parfois assimilée à celle de propriétaires (p. 109 et 154), sans qu’aucune précision ne soit jamais donnée sur la composition sociologique des groupes enquêtés, la catégorie « riverains » procède d’une réduction a priori des résidents étudiés à des préoccupations déconnectées de l’intérêt général4. Si l’analyse va dans ce sens, c’est au prix d’une autre réduction, celle de la complexité des terrains. On aurait aimé, en effet, que celle-ci soit prise à bras le corps, au risque d’amoindrir le cadre d’analyse proposé. Au sein des terrains étudiés, existent en effet, sous des formes individuelles ou associatives, des pratiques de soutien des personnes marginalisées émanant aussi de résidents de ces quartiers5. L’auteur les évoque en passant (p. 29, 88 et 111) sans jamais les prendre pour objet. L’analyse y aurait gagné en finesse sociologique.

Haut de page

Notes

1 Tim Cresswell, In Place/Out of Place: Geography, Ideology, and Transgression, Minneapolis, MN and London, University of Minnesota Press, 1996.

2 Voir notamment Isaac Joseph (dir.), L’espace du public. Les compétences du citadin, Paris, Éditions Recherches, 1991 ; Stéphane Tonnelat, « Espace public, urbanité et démocratie », La Vie des idées, 30 mars 2016, en ligne : http://www.laviedesidees.fr/Espace-public-urbanite-et-democratie.html.

3 Marc Breviglieri, « Penser l’habiter, estimer l’habitabilité », Tracés, n° 23, p.  9-14 ; Marc Breviglieri, « L’horizon du “ne plus habiter” et l’absence de maintien de soi dans l’espace public », in Daniel Cefaï et Isaac Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2002, p. 301-318.

4 Jean-Michel Fourniau, « L’expérience démocratique des “citoyens en tant que riverains” dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, n° 136, 2007, p. 149-179.

5 Carole Gayet-Viaud, « Du côtoiement à l’engagement : la portée politique de la civilité », Mouvements, n° 1, 2011, p. 57-66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Lafaye, « Antonin Margier, Cohabiter l’espace public. Conflits d’appropriation et rapports de pouvoir à Montréal et Paris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 02 mars 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/22437

Haut de page

Rédacteur

Claudette Lafaye

Claudette Lafaye est sociologue, maître de conférences à l’Université Paris 8 et membre de l’UMR LAVUE-CRH. Ses travaux portent sur différentes mobilisations urbaines et sur les mutations des quartiers populaires.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page