Navigation – Plan du site

Marc Joly, La révolution sociologique

Matthias Fringant
La révolution sociologique
Marc Joly, La révolution sociologique. De la naissance d’un régime de pensée scientifique à la crise de la philosophie (XIXe-XXe siècles), Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2017, 583 p., ISBN : 9782707183118.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Après la publication en 2012 de sa thèse d’histoire portant sur la réception de l’œuvre de Norbert (...)
  • 2 Pour les études ne se centrant pas uniquement sur la France, voir à titre d’exemple : Lepenies Wolf (...)

1Le sociologue Marc Joly, spécialiste de Norbert Elias1, propose dans La révolution sociologique une analyse érudite de l’émergence à la fin du xixe siècle d’un régime de pensée scientifique transnational bouleversant en profondeur les manières de se représenter l’humanité. Si la question de la naissance de la sociologie peut paraître maintenant bien documentée2, un des intérêts de l’ouvrage réside dans la manière de l’appréhender, guidée par deux principes de recherche majeurs : l’étude privilégiée des correspondances, permettant de se tenir au plus près des acteurs ; et un accent mis sur des pans et des acteurs méconnus de l’histoire de la sociologie, visant à clarifier des problèmes fondamentaux de la discipline. D’un point de vue plus théorique, Marc Joly indique s’être placé dans le sillon de plusieurs démarches, telles que la sociologie des champs de production de Pierre Bourdieu, la sémantique historique allemande et de l’école de Cambridge, ainsi que la sociologie processuelle de Norbert Elias.

  • 3 Kilminster Richard, The Sociological Revolution. From the Enlightenment to the Global Age, Routledg (...)

2Ce cadre conceptuel accolé aux principes pratiques de recherche mentionnés permet à Marc Joly de reprendre à nouveaux frais cet objet, et d’en déplacer les questionnements. Ainsi, contre la thèse de Wolf Lepenies selon laquelle la sociologie se serait constituée entre les sciences de la nature et la littérature, le sociologue indique que – c’est l’idée-force de l’ouvrage – la discipline s’est au contraire frayée entre 1880 et 1910 un chemin entre la philosophie et la psychologie, achevant par là un processus de révolution scientifique entamé dès le début du xixe siècle. Ce régime de pensée, inédit en ce qu’il offre une représentation réaliste de l’humanité par la prise en compte de ses dimensions biologique, psychologique, et sociologique, a en retour contraint la philosophie à sans cesse se redéfinir par rapport à lui. C’est ce qui autorise l’auteur à utiliser le terme de « révolution sociologique », emprunté à Richard Kilminster3. Pour soutenir cette thèse fondamentale, Marc Joly procède en trois temps.

3Une première partie consiste en une étude de cas centrée sur la France. Conformément aux principes de recherche retenus, Marc Joly a ici fait le choix d’étudier la figure de Gabriel Tarde, car celle-ci permet d’adopter un point de vue privilégié sur les mutations des rapports entre philosophie, psychologie et sociologie à la fin du xixe siècle dans l’espace français. Tarde, né en 1843, se fait connaître en tant que criminologue dans les années 1880 grâce à la publication de La Criminalité comparée (1886). Il vit jusqu’à 1894 dans une ville proche de Sarlat, dans laquelle il rédige Les Lois de l’imitation. Étude sociologique, publié en 1890. Cet ouvrage mêle alors psychologie scientifique, philosophie et sociologie. L’idée principale de cette première partie de l’ouvrage de Marc Joly est que l’intensité et la brièveté du succès de Tarde (que l’auteur date de 1890 jusqu’à sa mort en 1904) s’expliquent par le fait que son œuvre, et particulièrement le couple conceptuel imitation/invention développé dans Les Lois de l’imitation, constituait alors un compromis acceptable pour les différentes fractions de producteurs intellectuels placées en situation de concurrence par la montée des sciences sociales. D’une part, l’œuvre tardienne a permis de concilier les universitaires professionnels, qui affrontaient les savants amateurs liés à l’Académie des sciences morales et politiques. Par ailleurs, au sein de l’université, la psychologie sociale de Tarde a constitué une voie de transition éphémère entre les philosophes métaphysiques universitaires et les pionniers de la sociologie durkheimienne auxquels ils s'opposaient. Marc Joly montre comment les trois philosophes Gaston Richard, Paul Lapie, et Daniel Essertier, d’abord tentés par la sociologie développée par l’équipe de L’Année sociologique, ont finalement infléchi selon des modalités différentes la psychologie sociale de Gabriel Tarde pour l’accorder avec les habitudes de pensée philosophiques dominantes.

  • 4 Cette image est très proche de ce que Norbert Elias nommait l’ « homo clausus », contre lequel il a (...)

4Une deuxième partie porte sur l’Allemagne. Pour envisager ce cas, Marc Joly a analysé les exposés prononcés par Georg Simmel, Ferdinand Tönnies et Max Weber lors du premier congrès de la Société allemande de sociologie organisé à Francfort du 19 au 22 octobre 1910. L’intérêt de cette archive est qu’elle permet de répondre aux deux questions suivantes : ce que ces trois figures entendaient par « sociologie », et ce que le fait de se revendiquer ou non comme sociologue impliquait pour chacun d’eux. La spécificité du cas allemand tient sans doute à la contrainte que le mouvement philosophique néokantien – privilégiant une image du « moi » adulte isolé et raisonnant par lui-même4 – exerçait alors sur l’espace des possibles universitaire. Par rapport à cet horizon dominant, Simmel, Tönnies et Weber ont adopté trois stratégies distinctes. Le premier a tenté d’échapper à la sociologie en soulignant son inscription au sein du référent philosophique, le second a persévéré au sein de la sociologie alors marginale, tandis que le troisième a trouvé une voie intermédiaire en conciliant l’exigence de mener des enquêtes empiriques tout en mettant ces dernières sous l’autorité de la logique kantienne, ce qui lui permit ainsi de ne pas remettre en cause l’ordre disciplinaire établi.

5Dans le dernier chapitre de la partie, Marc Joly élargit la focale temporelle, en indiquant en quoi la théorie des interdépendances de Norbert Elias constitue certainement « un exemple achevé de consentement à la contrainte du régime conceptuel des sciences humaines et sociales » (p. 276, souligné par l’auteur), dans un contexte de mutation du champ académique. En effet, la création de chaires de sociologie et d’instituts spécialisés dans les universités de Heidelberg et de Francfort après la Première Guerre mondiale, ainsi que l’acceptation d’une sociologie cessant d’être, comme la concevait Simmel, limitée à une étude abstraite des formes sociales, ont rendu possible la sortie du tête-à-tête avec le néokantisme initiée par les trois pionniers allemands de la sociologie. C'est en définitive dans cet espace des possibles transformé que Norbert Elias a pu, en intégrant les apports de Marx et de Freud, mener des enquêtes empiriques concrètes aboutissant à une « véritable image scientifique des êtres humains – en tant que processus fonctionnellement et affectivement interdépendants » (p. 281, souligné par l'auteur), en rupture nette avec la philosophie.

  • 5 Outre les nombreuses études de cas que fournit l’ouvrage, on pourra trouver un développement relati (...)

6Enfin, la dernière partie prend la forme d’un essai reposant sur les deux études de cas précédentes. Le premier chapitre entend montrer ce que nos manières de penser actuelles doivent au développement du régime étudié. Les suivants défendent tous l’idée selon laquelle la philosophie a été contrainte, face à l’achèvement vers 1900 par la sociologie d’un nouveau régime de pensée scientifique, de se réinventer selon différentes modalités en marge des sciences. Joly analyse alors les prises de positions philosophiques allant du pôle infra- au pôle supra-scientifique, c’est-à-dire visant à fonder ou au contraire à s’affranchir des sciences. Le point central de ces chapitres, appuyé par de nombreuses analyses empiriques5, peut-être résumé ainsi : « C’est qu’on peut tourner et retourner le problème dans tous les sens et distordre les mots à l’envi : lorsqu’on prend congé du point de vue du « moi » autofondé, isolé et autosuffisant pour adopter le point de vue des êtres humains au pluriel, issus de l’évolution naturelle darwinienne et inscrits dans des sociétés spécifiques en développement constant, on cesse de philosopher » (p. 493, souligné par l’auteur).

7Ces trois moments permettent en définitive à l’auteur de conclure par quelques points essentiels. Vers 1900 est né un régime conceptuel des sciences humaines et sociales, qui imposait à la fois d’articuler les dimensions biologique, psychologique et sociologique, mais aussi de se défaire des schèmes de pensée dualistes et réifiants. L’autonomie de la théorie sociologique s’est d’abord jouée dans ses rapports de rivalité avec la philosophie, puis avec la psychologie. L’avènement de ce régime sociologique a non seulement permis de prendre conscience qu’un ensemble de déterminations fixant une nouvelle image globale des êtres humains pesaient sur l’existence humaine, mais aussi que ces déterminations étaient objectivables par un ensemble de disciplines indépendantes de la philosophie. Sans remettre en cause le caractère véritablement stimulant et novateur de cette remarquable étude, on peut toutefois formuler quelques remarques et questions à son propos.

  • 6 Dans Les Trois cultures, Wolf Lepenies prend en effet pour objet les cas français, allemand et brit (...)

8Le foisonnement de cas empiriques souvent très peu connus et l’érudition dont fait preuve l’auteur peut parfois rendre difficile à suivre le propos global, particulièrement dans l’essai dont la construction nous apparaît moins claire que celle des deux premières parties. On pourrait également se demander, puisque Marc Joly indique prendre position par rapport à la thèse de Wolf Lepenies, ce qui justifie l’exclusion de la Grande-Bretagne de son champ d’investigation6. En effet, une troisième étude de cas aurait certainement permis de rendre compte de manière plus nuancée des modalités selon lesquelles la sociologie a clôturé un régime véritablement transnational de pensée scientifique. Il n’en reste pas moins en définitive que cet ouvrage constitue une impressionnante somme de connaissances renouvelées en matière d’histoire sociale des sciences sociales. La richesse et la qualité des matériaux étudiés associées au fort ancrage théorique permettent à l’auteur de proposer une histoire constamment contextualisée dans le champ des possibles et des pensables socio-historiques.

Haut de page

Notes

1 Après la publication en 2012 de sa thèse d’histoire portant sur la réception de l’œuvre de Norbert Elias en France, Marc Joly a contribué à la présentation et à la traduction de différents textes inédits en français du sociologue allemand. Voir : Joly Marc, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d’un processus de reconnaissance scientifique : la réception française, Paris, Fayard, coll. « Histoire de la pensée », 2012 [https://lectures.revues.org/9106] ; Elias Norbert, Au delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Laboratoire des sciences sociales », 2010 [http://lectures.revues.org/1358] ; Elias Norbert, Théorie des symboles, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 2015 ; Elias Norbert, La dynamique sociale de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2016 [http://lectures.revues.org/22237].

2 Pour les études ne se centrant pas uniquement sur la France, voir à titre d’exemple : Lepenies Wolf, Les Trois Cultures. Entre science et littérature l’avènement de la sociologie, MSH, Paris, 1990 ; Berthelot Jean-Michel, La construction de la sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1991 ; Heilbron Johan, Naissance de la sociologie, Paris, Agone, coll. « Banc d’essais », 2006.

3 Kilminster Richard, The Sociological Revolution. From the Enlightenment to the Global Age, Routledge, New York, 1998.

4 Cette image est très proche de ce que Norbert Elias nommait l’ « homo clausus », contre lequel il a bâti une majeure partie de sa sociologie des interdépendances.

5 Outre les nombreuses études de cas que fournit l’ouvrage, on pourra trouver un développement relatif à la position d’Alain Badiou dans : Joly Marc, « Du chauvinisme en philosophie », Zilsel, n°1, 2017, p. 217-231.

6 Dans Les Trois cultures, Wolf Lepenies prend en effet pour objet les cas français, allemand et britannique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthias Fringant, « Marc Joly, La révolution sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 mars 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22440

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page