Navigation – Plan du site

Frances S. Hasso, Zakia Salime (dir.), Freedom without Permission. Bodies and Space in the Arab Revolutions

Yasmine Berriane
Freedom without Permission
Frances S. Hasso, Zakia Salime (dir.), Freedom without Permission. Bodies and Space in the Arab Revolutions, Durham, Duke University Press, 2016, 294 p., ISBN : 9780822362418.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse critique de cette littérature voir par exemple Bennani-Chraïbi Mounia et Fillieule (...)
  • 2 Wiarda Howard J., « Arab Fall or Arab Winter? », American Foreign Policy Interests, vol. 34, n° 3, (...)

1Cet ouvrage aborde de manière fine et différenciée le lien entre les révoltes qui ont secoué l’Afrique du Nord et le Moyen Orient en 2011 et la question du changement. Ces mobilisations protestataires ont donné naissance à une littérature foisonnante qui s’est surtout penchée sur les effets politiques des révoltes, mesurant la « réussite » de ces dernières à leur capacité à renverser les régimes en place1. Face à la résilience de ces régimes, au retour en force d’anciennes élites et à l’émergence de conflits violents, la référence au « printemps » a vite laissé place à celle « d’hivers arabes » qui met notamment l’accent sur « l’échec » de ces mobilisations protestataires à induire un quelconque changement2. L’ouvrage dirigé par Frances S. Hasso et Zakia Salime, deux sociologues connues pour leurs travaux portant sur le genre et les sexualités dans le monde arabe, nous propose une perspective différente qui permet de penser la pluralité des transformations qui accompagnent les moments révolutionnaires, et ce même en l’absence d’un changement de régime politique.

  • 3 Kréfa Abir, « Les rapports de genre au cœur de la révolution », Pouvoirs, n° 156, 2016, p. 119-136  (...)

2En s’intéressant tout particulièrement à la politisation des corps et des sexualités ainsi qu’à l’émergence de nouvelles pratiques spatiales, les auteures de cet ouvrage collectif qui regroupe diverses approches disciplinaires (sociologie, anthropologie, études littéraires, géographie) mettent ainsi en évidence des reconfigurations qui touchent aux rapports sociaux basés sur le sexe, la classe et l’ethnicité. Elles s’inscrivent par-là dans une littérature émergente qui déplace la focale de l’échelle macro des régimes politiques vers les micro-transformations de normes, représentations et rapports de pouvoir qui ont précédé, accompagné et suivi les mobilisations observables dès 2011 dans divers pays du monde arabe. Cette tendance concerne tout particulièrement les travaux traitant des « printemps arabes » à travers le prisme des rapports de genre et de sexualité3.

3Pour ce faire, les auteures font plusieurs choix épistémologiques et méthodologiques que les deux directrices de publication explicitent dans le chapitre introductif. Elles optent pour une définition large du terme de « révolution », qui ne limite pas cette notion au sens strict de changement de régime politique résultant d’un moment révolutionnaire précis. Les auteures privilégient plutôt des perspectives processuelles qui situent les mobilisations dans le temps long, intégrant dans l’analyse les périodes qui ont précédé et suivi 2011. Par ailleurs, elles incluent dans leur analyse des révolutions en contexte autoritaire, les transgressions et arrangements inédits qui sont observables à l’échelle de l’intime, des sentiments, de l’imaginaire, ou encore des manières de s’approprier l’espace. Pour cela, elles choisissent de prendre les corps des protestataires et les espaces de contestation comme principales unités d’analyse, postulant par-là de la centralité politique de ces deux dimensions. Enfin, si chaque contribution met l’accent sur un espace en particulier, elles ont toutes en commun de privilégier un jeu d’échelles qui permet de montrer comment divers corps et différents types d’espaces sont interconnectés et comment cette interrelation permet de brouiller, voire de transgresser, les limites spatiales qui sont habituellement faites entre le privé et le public, le matériel et le virtuel, le formel et l’intime.

4Parmi les types d’espaces étudiés, apparaissent tout d’abord les médias sociaux et notamment les blogs personnels. Ceux-ci sont au centre de la contribution de l’anthropologue Sonali Pahwa qui étudie des blogs de femmes en Égypte pour illustrer comment ces espaces digitaux, conçus et utilisés par leurs auteures comme des espaces d’expression autobiographique, se sont transformés durant les mobilisations en espaces de débat politique et ont donné naissance à un répertoire discursif nouveau et hybride qui allie sentiments et politique. Les blogs sont également au centre de la contribution de Karina Eileraas qui étudie le parcours de Aliaa Elmahdy, une bloggeuse égyptienne qui a choisi – en pleine période révolutionnaire – de questionner le contrôle et la « tabouisation » du corps des femmes en s’affichant nue sur son blog. L’auteure montre comment la « nudité oppositionnelle » de Elmahdy s’est peu à peu transformée, passant d’une prise de position à travers les médias sociaux à une mise en scène dans la rue, fruit d’une collaboration avec des militantes du mouvement Femen en Suède.

5Un autre type d’espace est représenté par des lieux urbains et matériels. L’anthropologue Susanne Dahlgreen se concentre sur le mouvement de contestation au Yémen du Sud qu’elle a observé in situ, analysant les modalités d’investissement des places publiques. À travers cette étude, l’auteure décrit comment les protestataires se réapproprient ces places comme espaces d’expression d’une « politique civile » (civil politics) et comment émergent, dans ce contexte, de nouvelles subjectivités et pratiques genrées. En partant du cas des soulèvements qui ont eu lieu à Bahreïn sur la place de la Perle, Frances S. Hasso développe la notion de sect-sex-police nexus qui traduit comment le régime en place instrumentalise l’appartenance sectaire et religieuse ainsi que les catégories de genre pour réprimer les mouvements contestataires. L’auteure illustre comment ces mobilisations ont pourtant contribué à reconfigurer ces mêmes divisions et catégories sociales, en mettant notamment en scène de nouveaux acteurs, dont les femmes. Le chapitre de la politologue Susana Galán sur la campagne Women2Drive décrit des « espaces interstitiels » (tels les malls et les voitures) où le personnel et le politique se rencontrent lorsque des femmes en Arabie Saoudite protestent individuellement contre l’interdiction de conduire et de fréquenter des espaces mixtes. À travers cet exemple, l’auteure démontre ensuite comment les médias sociaux permettent de transformer plusieurs actions individuelles et non coordonnées (comme de conduire une voiture) en une action collective et contestataire. Virtuelle et anonyme, cette action collective est difficilement contrôlable par les autorités publiques.

6Le troisième type d’espaces pourrait être qualifié d’artistique et médiatique. Ainsi, la contribution de Lamia Benyoussef repose sur l’analyse de textes produits par des artistes en Tunisie et, plus particulièrement, par des musiciens et des caricaturistes. Spécialiste de littérature maghrébine, l’auteure décrit comment coexistent quatre récits idéals typiques (populiste, pluraliste, laïque et islamiste) renvoyant à des références historiques diverses, à des imaginaires différents et à des registres genrés distincts. Elle souligne qu’il est important de saisir les moments de rencontre de ces différents récits pour mieux comprendre la révolution qui a secoué la Tunisie et pour mieux saisir les tensions qui s’en sont suivies. Le Mouvement du 20-Février se trouve au cœur du chapitre de Zakia Salime portant sur le cas du Maroc. En analysant des campagnes médiatiques, des mises en scène artistiques et des entretiens réalisés avec des militant(e)s, elle développe l’idée selon laquelle ce mouvement a contribué à créer de nouveaux espaces féministes et politiques, à introduire des normes de participation basées sur le principe d’égalité des sexes et à façonner des catégories identitaires qui s’articulent autour de l’appartenance à une même nation. Le chapitre final écrit par Banu Gökariksel traite des mobilisations qui ont eu lieu en Turquie autour du parc Gezi et de la place Taksim et offre d’intéressants éléments de comparaison avec les cas traités dans les chapitres précédents tout en s’inspirant d’approches développées par la géographie féministe. L’auteure se concentre sur cinq photographies iconiques qui ont été largement médiatisées et mobilisées, soit par les protestataires soit par leurs opposants. À travers l’analyse de ces supports visuels, elle illustre l’importance politique des corps et de leur mise en scène en contexte révolutionnaire puis met en lumière les processus de domestication de l’espace public qui contribuent à brouiller les limites entre les domaines du « privé » et du « public ».

7Ces diverses contributions tendent à mettre l’accent sur les processus d’émancipation par le bas et sur la créativité des protestataires qui s’opposent à l’élite au pouvoir, au statut quo et aux inégalités sociales. Par leur transgression – généralement décrite comme étant non violente et non hiérarchique – des normes et représentations hégémoniques, ces acteurs sont les agents d’un changement que Frances S. Hasso et Zakia Salime qualifient de « chaos au sens positif » (p. 17). Cette posture renvoie à une vision normative du changement qui sous-tend l’ensemble de l’ouvrage. Pourtant, elle n’empêche pas les auteures de mettre l’accent sur les divisions constitutives de ces actions protestataires et de rester vigilantes aux contradictions inhérentes aux transformations qu’elles observent.

8Ainsi, tout en montrant comment les pratiques d’appropriation des places publiques durant les révoltes au Yémen du Sud et à Bahreïn ont contribué à inclure les femmes comme acteurs politiques de poids, Susanne Dahlgreen et Frances S. Hasso observent, respectivement, que la division du travail militant et l’organisation de l’espace contestataire restent soumises aux normes de genre dominantes et que la participation des femmes est restreinte et disciplinée par les hommes du mouvement. La collaboration de Aliaa Elmahdy avec le mouvement Femen en Suède a certes permis à l’opposante égyptienne de gagner en visibilité mais, comme le note Karina Eileraas dans sa contribution, cette alliance a contribué à effacer l’identité politique de Elmahdy en associant l’action de cette dernière à une vision eurocentrique – voire raciste – de l’émancipation féminine. Enfin, les corps médiatisés par les photographies étudiées par Banu Gökariksel questionnent des normes hégémoniques mais elles reproduisent en même temps d’autres idéologies et représentations dominantes. Ces différents exemples sont particulièrement éclairants dans la mesure où ils mettent l’accent sur l’importance d’étudier les révolutions en multipliant les échelles d’analyse, pour mettre en évidence les continuités et les transformations qui sont à la fois multiples et contradictoires.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse critique de cette littérature voir par exemple Bennani-Chraïbi Mounia et Fillieule Olivier, « Pour une sociologie des situations révolutionnaires. Retour sur les révoltes arabes », Revue française de science politique, vol. 62, n° 5, 2012, p. 767-796.

2 Wiarda Howard J., « Arab Fall or Arab Winter? », American Foreign Policy Interests, vol. 34, n° 3, 2012, p. 134-137 ; Tetreault Mary Ann, « The Winter of the Arab Spring in the Gulf Monarchies », Globalizations, vol. 8, n° 5, 2011, p. 629-637 ; Daguzan Jean-François, « L’hiver après le printemps ? La transformation arabe à l’aune des processus politico-militaires », Maghreb Machrek, n° 210, 2011, p. 19-34.

3 Kréfa Abir, « Les rapports de genre au cœur de la révolution », Pouvoirs, n° 156, 2016, p. 119-136 ; Hafez Sherine, « Bodies that protest: The girl in the blue bra, sexuality, and state violence in revolutionary Egypt », Signs: Journal of Women in Culture and Society, vol. 40, n° 1, 2014, p. 20-28 ; Al-Ali Nadje, « Gendering the Arab Spring », Middle East Journal of Culture and Communication, vol. 5, n° 1, 2012, p. 26-31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yasmine Berriane, « Frances S. Hasso, Zakia Salime (dir.), Freedom without Permission. Bodies and Space in the Arab Revolutions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 mars 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/22444

Haut de page

Lieu

Maghreb

Moyen-Orient

Tunisie

Turquie

Égypte

Arabie saoudite

Yémen

Maroc

Haut de page

Rédacteur

Yasmine Berriane

Yasmine Berriane est maitre assistante à l’Université de Zurich. Elle a obtenu son doctorat en sociologie politique à l’Institut d’études politiques de Paris. Auteures de Femmes, associations et politique à Casablanca (Éd. Centre Jacques Berque, 2013), elle mène actuellement des recherches sur les transformations sociopolitiques observables dans des contextes de marchandisation intensifiée de la terre en Afrique du Nord.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page