Navigation – Plan du site

Antoine Idier, Les vies de Guy Hocquenghem. Politique, sexualité, culture

Jean Zaganiaris
Les vies de Guy Hocquenghem
Antoine Idier, Les vies de Guy Hocquenghem. Politique, sexualité, culture, Paris, Fayard, coll. « À venir », 2017, 324 p., ISBN : 978-2-213-70202-5.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage d’Antoine Idier sur Guy Hocquenghem a plusieurs mérites. Tout d’abord il ressuscite de l’oubli un penseur important du XXe siècle, en insistant sur ses différents champs d’appartenance (champ militant, champ intellectuel, champ littéraire et champ journalistique). Dans un contexte où les débats autour du « mariage pour tous » ont fait resurgir des discours homophobes au sein de l’espace public, relire les positions de Guy Hocquenghem, notamment au sein du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire, fondé en 1971), et repenser l’héritage de Mai 68 dans le cadre d’une objectivation non réactionnaire, est une entreprise intellectuelle salutaire. Ensuite, l’ouvrage aborde un corpus de textes important à partir d’une démarche interdisciplinaire, mobilisant à la fois des approches sociologique, philosophique et littéraire pour penser les enjeux politiques contemporains. Enfin, il démontre que la constitution d’un livre biographique peut s’avérer heuristique si l’on parvient à rendre compte des composantes plurielles qui constituent une existence singulière : « Ainsi peut-on rendre compte des vies de Guy Hocquenghem. Des vies, au pluriel, contre l’idée qu’existe “la vie”, et comme manière d’opposer à “l’arbitraire” du nom propre et à la “constante nominale” la multiplicité des positions et des actions qui composent la trajectoire d’un individu » (p. 297).

  • 1 Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.
  • 2 Guy Hocquenghem, Le désir homosexuel, Paris, Fayard, 2000 [1972].
  • 3 L’expression machines-désirantes renvoyant à l’ouvrage de Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’Anti- (...)
  • 4 Ce qui ne l’a pas empêché de lire et d’utiliser la pensée de Michel Foucault tout au long de son œu (...)
  • 5 Guy Hocquenghem, L’amphithéâtre des morts. Mémoires anticipées, Paris, Gallimard, 1994.

2Consacrer un travail biographique à Guy Hocquenghem amène à penser la forme d’une « politique hérétique, libertaire et radicale qui prend appui sur une sexualité et une subjectivité minoritaire » (p. 10). Cet auteur a opéré une « révolution symbolique » dans les champs qu’il a investis, transformant profondément les structures sociales des mondes militants, littéraires ou intellectuels. Pour ne prendre que ce dernier domaine, Antoine Idier montre bien de quelle façon une pensée critique et érudite se construit hors d’un certain système universitaire sclérosé par les logiques mandarinales, les discours jargonneux et les allégeances aux pouvoirs de l’État. Au début des années 1970, l’une des réflexions les plus pertinentes sur ce que Didier Eribon nomme « la question gay »1 ne provient pas des dominants du monde académique, y compris de personnalités telles que Michel Foucault, qui sont engagés politiquement, mais d’individus qui sont à ses marges. En 1972, Le désir homosexuel2 est publié par un chargé de cours précaire, qui n’a pas de poste permanent au sein de l’université et qui fait des piges dans des journaux. Cet essai rend compte des stigmatisations dont les homosexuels sont victimes et du déni de reconnaissance d’une orientation sexuelle légitime ; il évoque la violence immanente et subversive des « machines désirantes » non hétéronormatives (p. 93-105)3. Sa relation avec René Schérer a amené Hocquenghem à revisiter l’utopie et à revoir son regard agiographique non seulement vis-à-vis du maoïsme (avec lequel il prend très vite ses distances, dans le contexte de Mai 68) mais aussi à l’égard de certains de ses maîtres tels que Gilles Deleuze ou bien Michel Foucault (qu’Hocquenghem représentera dans l’un de ses romans comme « la grande folle » honteuse qui n’ose pas rendre publique son homosexualité connue de tous)4. Ce travail sur l’auteur de L’amphithéâtre des morts5 n’est pas une réhabilitation agiographique. Antoine Idier évoque également les errements, l’arrogance, le manque de travail et l’écriture parfois rapide de Hocquenghem. Il restitue également les critiques qui lui ont été adressées, notamment par les féministes et les lesbiennes (ces dernières estimant être très peu prises en compte dans les représentations de l’homosexualité opérées par Hocquenghem). Comme cela est énoncé dans l’introduction, l’enjeu est, d’une part, de « s’intéresser à l’habitus d’un militant et intellectuel homosexuel, qui a grandi dans la bourgeoisie parisienne et qui est passé par l’École normale supérieure. Il s’agit d’autre part de reconstituer un ensemble de champs, de “moments” politiques, culturels ou intellectuels, de retracer autour de quelles tensions ces espaces s’organisent et la place singulière qu’Hocquenghem y a occupée » (p. 14).

  • 6 Guy Hocquenghem, Ève, Paris, Albin Michel, 1987.
  • 7 Guy Hocquenghem, René Schérer « Co-ire : Album systématique de l'enfance », Recherches, n° 22, 1976
  • 8 Sur ce point, voir Jean Zaganiaris, « Du ré-enchantement de la sexualité et des corps : pour une ap (...)
  • 9 Guy Hocquenghem, La beauté du métis. Réflexion d’un francophobe, Paris, Serge Safran éditeur, 2015 (...)
  • 10 Guy Hocquenghem et al., Trois milliards de pervers. Grande encyclopédie des homosexualités, La Buss (...)

3Soucieux de montrer l’ambivalence et les contradictions des pratiques sociales, Antoine Idier relie un « habitus militant », un « habitus intellectuel », « un habitus artistique » et un « habitus sexuel », mettant en perspective différentes dispositions socialement incorporées. Les publications littéraires d’après Mai 68 (où Hocquenghem se distingue par son attitude critique de romanciers tels qu’Olivier Rolin, qui vivent douloureusement le début des années 1970) ou bien des débuts du journal Libération révèlent les mutations parfois très rapides qui habitent l’œuvre de cet intellectuel. Son roman Ève6, en compétition en 1987 pour le Goncourt (remporté cette année-là par Tahar Ben Jelloun), montre un éloignement désinhibé avec le marxisme et un regard mélancolique, mais non misérabiliste, sur le corps malade. Les thématiques abordées durant sa trajectoire, notamment le texte « Co-ire »7 rédigé avec René Schérer au sujet de la dépénalisation de la sexualité des mineurs à partir du moment où il y a consentement, montrent qu’il n’avait pas peur de se confronter à une critique parfois virulente à son égard ainsi qu’à des poursuites judiciaires et des censures de l’État. C’est sans doute à ce niveau que Antoine Idier a raison de parler d’une « révolution symbolique réussie », sans nous inviter par ailleurs à partager les points de vue de Hocquenghem sur ces questions. Là encore, les réactions et les débats autour des thèses de cet auteur atypique, échappant à toute catégorisation, sont restitués avec minutie. Il aurait été d’ailleurs intéressant, nous semble-t-il, de s’étendre davantage sur la question des représentations des corps du Maghreb dans l’œuvre de Hocquenghem et de croiser également les habitus « militant » « artistique » et « sexuel » à ce niveau pour saisir les conditions sociales de production de ces représentations définies rétrospectivement comme orientalistes8, et non pas réduire des textes tels que La beauté du métis (1979)9 ou Trois milliards de pervers10 (1973) comme étant uniquement la reproduction plus ou moins inconsciente des discours racistes de l’époque (p. 115-121).

4La force de l’ouvrage d’Antoine Idier est de mettre en évidence toute l’ambivalence d’une œuvre multiforme, où différents systèmes de pensée cohabitent parfois au sein d’un même livre, et de montrer empiriquement, à partir d’une contextualisation par archives et entretiens avec les témoins de cette période, les mutations et les évolutions d’une pensée radicale soucieuse de s’attaquer aux phénomènes intolérables de la société.

Haut de page

Notes

1 Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.

2 Guy Hocquenghem, Le désir homosexuel, Paris, Fayard, 2000 [1972].

3 L’expression machines-désirantes renvoyant à l’ouvrage de Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’Anti-Œdipe (Paris, Éditions de Minuit, 1972) qui a marqué profondément Guy Hocquenghem.

4 Ce qui ne l’a pas empêché de lire et d’utiliser la pensée de Michel Foucault tout au long de son œuvre ; voir notamment p. 205.

5 Guy Hocquenghem, L’amphithéâtre des morts. Mémoires anticipées, Paris, Gallimard, 1994.

6 Guy Hocquenghem, Ève, Paris, Albin Michel, 1987.

7 Guy Hocquenghem, René Schérer « Co-ire : Album systématique de l'enfance », Recherches, n° 22, 1976.

8 Sur ce point, voir Jean Zaganiaris, « Du ré-enchantement de la sexualité et des corps : pour une approche comparée des littératures marocaine et française », Miroir/Miroirs, n° 7, 2016.

9 Guy Hocquenghem, La beauté du métis. Réflexion d’un francophobe, Paris, Serge Safran éditeur, 2015 [1979].

10 Guy Hocquenghem et al., Trois milliards de pervers. Grande encyclopédie des homosexualités, La Bussière, Éditions Acratie, 2015 [1973].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Antoine Idier, Les vies de Guy Hocquenghem. Politique, sexualité, culture  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 mars 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/22453

Haut de page

Rédacteur

Jean Zaganiaris

Enseignant chercheur CRESC, Faculté de Gouvernance, sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page