Skip to navigation – Site map

Olivier Allard, Matthiew Carey, Rachel Renault (dir.), « Méfiance », Tracés, n° 31, 2016

Pierre France
Méfiance
Olivier Allard, Matthiew Carey, Rachel Renault (dir.), « Méfiance », Tracés, n° 31, 2016, 228 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847888607.
Top of page

Full text

  • 1 Boltanski Luc, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, 2012 ; Dewer (...)

1Poursuivant la ligne éditoriale originale et ambitieuse de la revue Tracés, ce numéro entend défricher d’une manière neuve la notion de méfiance, aux contours en apparence plus évocateurs qu’heuristiques. Riche d’un certain imaginaire, que le lexique utilisé dans le titre même des articles (secret, suspicion, crainte, prudence…) rappelle d’emblée, cette notion peut paraître au premier abord difficile à ancrer dans des terrains qui ne soient pas exotiques et d’accès difficile (les espions de Luc Boltanski ou d’Alain Dewerpe, par exemple)1, sans forcément dessiner un espace de la méfiance limité à certaines professions, certains contextes, ou surtout à un trait de caractère extrême, pathologique et dysfonctionnel (autrement dit un caractère qui ferait plutôt écho à la dimension émotionnelle du terme).

  • 2 Luhmann Niklas, La confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Économica, (...)
  • 3 Boltanski Luc, op. cit.

2L’approche de la méfiance semble solliciter d’emblée la focale macrosociologique et la démarche fonctionnaliste que Niklas Luhmann a adopté pour appréhender la confiance, à laquelle il a consacré un livre traduit en 20062 : cette dernière notion est « considérée comme une dimension vertueuse, constructrice et nécessaire de la vie sociale : elle rend possibles les relations interpersonnelles et les échanges économiques, garantit la santé psychique, sous-tend la légitimité du pouvoir politique » (p. 7). Depuis Luhmann, la question se pose de savoir si la méfiance est l’envers dysfonctionnel de la confiance (ne permettant ni anticipation, ni habitude, ni calcul), sa part « d’épreuves », c’est à dire l’un de ces moments, largement analysés par la sociologie pragmatique, où la réalité sociale ne semble ni solide ni habituelle, et fait l’objet d’interrogations et d’enquêtes3.

3Mais, comme le rappelle l’introduction et la note bibliographique de Sébastien Scher, qui constituent tous deux le cadrage théorique de ce numéro, le couple n’est probablement pas si antithétique ; par exemple, « dans certains contextes, la méfiance serait, non le contraire de la confiance, mais son “équivalent fonctionnel”, car elle mobilise aussi une anticipation du futur » (p. 11), où le calcul est plus visible et les attentes plus pessimistes.

4Pourtant, sans dédaigner le traitement de ces question, le tour de force de ce numéro est bien d’arriver à confronter ces problématiques à des terrains concrets, même si l’objet « méfiance » n’est pas en soi un domaine d’étude constitué (c’est l’objet de la note de Sébastien Scher que de procéder à une relecture et une confrontation de plusieurs travaux dans des domaines différents). Il s’agit d’y aborder « l’ordinaire de la méfiance », en faisant des aller-retour entre plusieurs objets très différents, tous situés dans l’échelle commune du face-à-face et des interactions goffmaniennes : les trahisons ordinaires de la vie quotidienne (Scher), la méfiance professionnelle chez des psychiatres, au guichet des administrations ou dans le commerce (Tessier, Lupo, Probst), les contextes de méfiance généralisée comme les guerres et crises politiques (Le Quang, Mak, Suarez-Bonilla), la méfiance qui devient un mode de vie ordinaire parmi des groupes dominés, comme celui des demandeurs d’asile ou celui des Roms (Le Courant, Foisneau). Si la méfiance plus connue de l’espion et le rapport entre méfiance et paranoïa sont abordés, c’est en toute fin de volume, sous la forme d’un très bel entretien avec un ancien officier de renseignement et d’un recueil de témoignages de psychiatres.

5Le numéro s’ouvre avec un superbe article de Stéphane Le Courant, qui montre comment l’« expulsabilité » permanente des étrangers en situation irrégulière les amène à sans cesse calculer leurs actions dans un monde social par essence pensé comme imprévisible : il s’agit d’en dire le moins possible autour de soi, de prêter sans cesse attention aux détails, de savoir dissimuler et de chercher les faux semblants chez ses interlocuteurs, y compris l’État. Le Courant décrit ainsi de manière saisissante la connaissance pratique de la « politique au guichet » acquise par ses enquêtés. Rumeurs, analyses en termes de complot ou menaces, c’est en somme toute l’économie informationnelle de la condition de ces enquêtés qui est finement retranscrite, laquelle les amène à flirter, on le devine, avec la paranoïa.

6L’article gagne à être lu en parallèle de celui de Lise Foisneau, consacré aux Roms hongrois en France. La comparaison entre ces deux groupes « périphériques à l’État » est en effet intéressante puisqu’on retrouve la thématique de la méfiance non seulement envers l’État, mais aussi entre les membres de ces groupes. De même, les deux articles partagent une grande finesse de description des interactions. Mais si les sans-papiers décrits par Le Courant enquêtent sans cesse, l’enquête est close chez les Roms hongrois, où la méfiance est stabilisée, institutionnalisée. Elle est mise en œuvre à travers des capitaux, des rôles préétablis et des scénarios d’interaction (la subtilité des classifications entre différent types de « gadjés » et les jeux d’identités de la part des Roms sont détaillés de manière passionnante), et relève même d’une culture du « vrai-mensonge », sorte de conte du quotidien, où « il faut, premièrement, que l’on ne sache pas où se trouve la frontière entre le vrai et le faux et, deuxièmement, que cette incertitude partagée conduise chacun à agir comme si le récit était vrai » (p. 108).

  • 4 L’auteur de ce compte rendu travaillant avec Grégoire Le Quang dans le cadre de la préparation d’un (...)
  • 5 Une question qui a fait l’objet d’un traitement récent au cours d’un colloque « Terrains et cherche (...)

7Suivent les articles d’Ariane Mak et Grégoire Le Quang, tous deux consacrés à un contexte de méfiance généralisée4. Ariane Mak croise dans son article une situation de méfiance envers l’enquêteur, classique dans la réflexivité ethnographique, et la question des « rumeurs et alarmes de guerres » où la peur de l’espion est abondamment décrite5. À travers l’exemple des enquêtes du Mass Observation (une organisation britannique de recherche créée en 1937 qui reprenait les méthodes de l’anthropologie pour les appliquer à la société britannique), elle montre les difficultés pratiques du travail d’enquêteur dans une société où le gouvernement pousse à la méfiance. Revenant sur plusieurs cas d’arrestations d’enquêteurs par la police ou d’incidents avec la population, l’article s’attarde en particulier sur les cartes professionnelles distribuées par l’organisation et leur usage en cas de problème. Conçues pour dissiper les soupçons, elles les renforcent parfois paradoxalement aux yeux de la police : le numéro à appeler serait-il un code convenu à l’avance, le nom des garants inscrits sur la carte n’a t-il pas une connotation étrangère ?

8Ce qui devrait aider à lever les ambiguïtés sur une situation mais contribue au contraire à l’obscurcir est aussi au cœur du papier de Laurence Tessier, consacré au diagnostic des maladies neurodégénératives (Alzheimer par exemple) dans une clinique américaine. Ce travail s’appuie sur les discussions entre médecins à propos des « informateurs », ces proches de la personne examinée qui peuvent aider à un diagnostic, malaisé dans ce genre de maladies où les premiers symptômes sont difficiles à déceler. Plus particulièrement il se penche sur les moments de friction, ceux où émerge un doute sur l’informateur (et donc sur la valeur de ses informations), soit parce qu’il est trop peu coopératif, soit au contraire parce que l’informateur est trop précis pour être honnête, ayant peut-être contribué à la folie du patient, ou bien l’ayant même inventée. Ces attitudes sont souvent traduites par les médecins comme autant d’indices (voire parfois de possibles symptômes concernant non plus le patient mais l’informateur) à prendre en compte dans le diagnostic du patient. L’article montre le processus, depuis les questions des médecins jusqu’aux décisions prises, en rendant compte des doutes et des nombreuses hésitations. Au-delà d’un diagnostic biologique difficile par la nature même de la maladie, les médecins procèdent ainsi à autre travail, plus diffus, d’évaluation de liens sociaux, en faisant rentrer dans le diagnostic du patient des questions relatives au fonctionnement de son couple ou bien de sa famille. Le même genre de problématique traverse l’entretien avec un officier de renseignement qui explique comment l’on traite les sources et leurs informations, à quel moment celles-ci sont jugées vraies ou fausses, et comment une information fausse dans son contenu peut toutefois donner bien d’autres renseignements utiles.

  • 6 Celles ci rappellent les analyses en termes de clientélisme politique. Voir par exemple Briquet Jea (...)

9Plus difficile à relier au reste du numéro, l’article de Sébastien Lupo qui aborde les rapports commerciaux entre commanditaires (patrons) marseillais et régisseurs (leurs représentants) d’un comptoir méditerranéen au XVIIIe siècle, souffre d’un propos trop riche théoriquement, aux références économiques éloignées des autres articles, tout comme s’en distance son ancrage spatio-temporel. La démarche d’élargir l’étude de la méfiance est bien entendu à mettre au crédit des coordonnateurs du numéro. Malheureusement, la lecture de l’article est difficile, particulièrement en l’absence d’un système de réécriture des extraits d’archives (en vieux français et à ce titre d’un déchiffrage parfois malaisé pour un non-spécialiste). Le fond de l’article est pourtant passionnant dans son abord de relations commerciales où l’échange est lié aux propriétés sociales des parties impliquées et non au marché impersonnel que modélisent les économistes. On se trouve ici à mi-chemin entre d’une part le contrat de droit qui lie hiérarchiquement les patrons (les commanditaires marseillais) et leurs subordonnés (les régisseurs), et d’autre part le réseau plus clientéliste de parentèles et d’obligations amicales et morales6. L’article montre comment les commanditaires manifestent en permanence une méfiance qui vire souvent à la menace et au chantage, obligeant en retour leurs régisseurs à toujours se défier et se justifier (comblant à travers leurs justifications le manque d’informations propres à ces échanges à distance, à une époque où les communications se font par lettres interposées). Ce faisant, il souligne bien à quel point l’affichage de la méfiance et la dureté des échanges font partie du monde du commerce, mais aussi, plus théoriquement, comment méfiance et confiance s’articulent sans cesse. Réinsérant l’étude de la méfiance plus seulement dans des questions de face-à-face mais dans la hiérarchie et les structures sociales, le propos n’est pas sans rappeler l’entretien avec l’ancien officier de renseignement, et ses développements sur l’économie informationnelle : rapports entre l’officier traitant et sa hiérarchie ou enjeu de servir des acteurs politiques.

  • 7 Boltanski Luc, op. cit.

10Au final, une dernière question épineuse traverse l’ensemble du numéro, de manière éparse, celle de la frontière entre la méfiance et la paranoïa (ou plus récemment le « complotisme »), celle de la différence entre l’enquête normale et l’enquête qui prend des tournures pathologiques. Jusqu’où se méfier, s’interroger, et à quel moment clore une enquête qui peut sinon ne jamais s’arrêter ? Comment éviter le risque de la surinterprétation de signes dispersés ? Les chercheurs eux-mêmes semblent parfois avoir des problématiques similaires à celles des sans-papiers sans cesse amenés à se poser des questions sur ce que la normalité et le quotidien cachent potentiellement, ou ces médecins qui peinent à diagnostiquer des maladies dont les signes sont multiples et contradictoires : l’analyse de Boltanski, sur les liens historiques et épistémologiques entre la naissance de la paranoïa et celle des sciences sociales7, n’est jamais loin et les coordonnateurs appellent de leur vœux une future étape, l’analyse des professionnels des sciences sociales avec les mêmes outils que tous les autres enquêtés de ce numéro. C’est donc une invitation plus large à interroger les frontières entre méfiance et confiance et, partant, entre vrai et faux, enquête normale et enquête « pathologique » (qui s’apparenterait à la paranoïa), démarche scientifique et profane. À ce titre la notion est peut-être promise à des usages féconds.

Top of page

Notes

1 Boltanski Luc, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, 2012 ; Dewerpe Alain, Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Paris, Gallimard, 1994.

2 Luhmann Niklas, La confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Économica, 2006.

3 Boltanski Luc, op. cit.

4 L’auteur de ce compte rendu travaillant avec Grégoire Le Quang dans le cadre de la préparation d’un colloque et d’un livre, son article est écarté de la recension, pour des raisons déontologiques.

5 Une question qui a fait l’objet d’un traitement récent au cours d’un colloque « Terrains et chercheurs sous surveillance », CHERPA Aix-en-Provence, 10 février 2017.

6 Celles ci rappellent les analyses en termes de clientélisme politique. Voir par exemple Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés modernes, Paris, PUF, 1998.

7 Boltanski Luc, op. cit.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre France, « Olivier Allard, Matthiew Carey, Rachel Renault (dir.), « Méfiance », Tracés, n° 31, 2016 », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 07 March 2017, connection on 25 July 2017. URL : http://lectures.revues.org/22458

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page