Navigation – Plan du site

Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique

Anne-Charlotte Millepied
L'eau a-t-elle une mémoire ?
Pascal Ragouet, L'eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d'une controverse scientifique, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2016, 230 p., ISBN : 978-2-912107-87-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Inserm est l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.
  • 2 Elizabeth Davenas, Francis Beauvais, Judith Amara, Menahem Oberbaum, Boaz Robinzon, Antonio Miadonn (...)

1Issu de son mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, le livre de Pascal Ragouet s’intéresse à la controverse scientifique autour des travaux de l’unité 200 de l’Inserm1, dirigée par le biologiste Jacques Benveniste. Dans un article2 paru en juin 1988 dans la revue Nature – internationalement reconnue comme une revue de « haut niveau » –, Benveniste et son équipe présentaient les résultats de leurs recherches sur les hautes dilutions et affirmaient la possibilité d’un effet moléculaire sans présence physique de molécules – qui pourrait notamment expliquer l’efficacité de l’homéopathie. La parution de cet article marque le début de la controverse autour de la « mémoire de l’eau ».

  • 3 Il s’agit de : Michel de Pracontal, Les Mystères de la mémoire de l’eau, Paris, La Découverte, 1990 (...)
  • 4 Francis Beauvais est docteur en médecine et en biologie. Il est entré à l’unité 200 pendant son tra (...)

2Pour mener à bien l’analyse de cette controverse, l’auteur s’est appuyé sur plusieurs types de sources dont, en premier lieu, l’article de 1988 publié dans Nature, ainsi que les résultats de l’enquête diligentée par cette même revue quelques semaines après, et les commentaires critiques qui les accompagnaient. La chronologie de la controverse a été établie grâce aux données présentes dans quatre ouvrages émanant directement du champ de la controverse3 et dans des articles de la presse généraliste comme de la presse spécialisée. Pascal Ragouet s’est également référé à trois articles sociologiques publiés sur le sujet qui se focalisent sur la « dimension communicationnelle » et « laissent dans l’ombre le contenu cognitif de la dispute » (p. 24). Un entretien avec Francis Beauvais4 est venu compléter les informations recueillies dans les lectures. Enfin, une analyse plus quantitative a été réalisée grâce aux données fournies par le Web of Science (le nombre de citations) pour retracer l’« itinéraire thématique » et la « trajectoire réputationnelle » de Benveniste, ainsi que pour mesurer l’usage de ses travaux aujourd’hui.

  • 5 Jean-Michel Berthelot, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris, PUF, 2008, (...)

3L’ouvrage se veut une contribution au champ de recherche sur les controverses scientifiques, lesquelles représentent, comme le formule Jean-Michel Berthelot, un « puissant révélateur social ; elles laissent émerger les forces que dissimule le fonctionnement ordinairement euphémisé de la science »5 (cité p. 11). Pascal Ragouet positionne la controverse de la « mémoire de l’eau » comme soulevant des problématiques intéressantes qui permettent de renouveler l’approche des controverses scientifiques. Face aux approches constructivistes et relativistes des controverses, il entend proposer deux thèses alternatives. La première soutient que trois normes organisent la pratique scientifique des savants : la norme de réalisme, la norme de cohérentisme et la norme de scepticisme. La seconde thèse est que la nature intervient toujours dans le processus de délibération des scientifiques.

4Dans le premier chapitre, l’auteur retrace d’abord l’itinéraire de Benveniste pour comprendre comment il en est arrivé à travailler sur les hautes dilutions. La carrière du biologiste est « classique », c’est-à-dire caractérisée par une mobilité thématique faible et une ascension réputationnelle forte. Ses recherches en immunologie en font un scientifique reconnu pour ses pairs : c’est lui qui découvre le PAF-acether, un médiateur de l’inflammation allergique, ce qui lui vaut la médaille d’argent du CNRS en 1972. C’est à partir des années 1980 qu’il entreprend des travaux sur les hautes dilutions, une « bifurcation à risque » qui se fait dans le contexte de la question homéopathique, mise à l’ordre du jour politique en 1984 par la décision de Georgina Dufoix, alors ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, d’autoriser le remboursement des médicaments homéopathiques au même titre que les médicaments allopathiques. Cela provoque de « vifs conflits » au sein du champ médical entre 1984 et 1986 : l’Académie de médecine demande une évaluation large de l’homéopathie sur la base d’expériences méthodologiquement contrôlées et des médecins s’opposent à la délivrance d’un diplôme d’homéopathie dans les facultés de médecine. À cette époque, l’unité 200 dirigée par Benveniste travaille déjà sous contrat avec Boiron et les Laboratoires homéopathiques de France, sous l’impulsion d’un jeune docteur en médecine intéressé par l’homéopathie, arrivé dans l’équipe en 1980 et dont Benveniste accepte de diriger les travaux, tout en restant, au début, « sceptique ». C’est ainsi qu’il est amené à mener des expériences sur les hautes dilutions, dont les résultats le surprennent et le conduisent dès 1986 à proposer un article à Nature. Les expériences dont les résultats sont présentés dans l’article sont cependant faites sur un modèle expérimental volontairement différent de celui utilisé dans les expériences en homéopathie, ce qui correspond selon Pascal Ragouet à un « souci stratégique de démarquage par rapport au protocole homéopathique » (p. 48), en raison du caractère controversé de l’homéopathie. Le terme même d’« homéopathie », présent dans la version initiale, est d’ailleurs absent de la version publiée.

5Les chapitres 2, 3 et 4 sont consacrés à l’analyse de la dynamique de la controverse, que Pascal Ragouet divise en trois phases. La première est celle du débat « relativement confiné » entre Benveniste et la revue Nature, avec des tractations qui commencent en 1986, deux ans avant que la revue finisse par accepter de publier l’article. Les réticences de Nature sont liées au caractère invraisemblable des résultats des expériences menées par l’unité 200 de l’Inserm : ils chamboulent les lois élémentaires de la physique. Face à la difficulté de faire reconnaître la légitimité de ses résultats et face au risque de passer pour un « hérétique », Benveniste met en avant son capital réputationnel : « en rappelant qu’il est doté d’une autorité scientifique, il tente de donner à ses énoncés performatifs une autorité susceptible de leur permettre de réussir » (p. 67). La revue finit, en 1988, par accepter de publier l’article, mais celui-ci est précédé d’un éditorial destiné à mettre en garde le lecteur face à des résultats si extravagants ; quelques mois plus tard, Nature organise une contre-enquête destinée à vérifier ces résultats qu’elle vient pourtant de publier. Celle-ci est réalisée par une équipe composée de quatre personnes : John Maddox, responsable éditorial de la revue et principal interlocuteur de Benveniste pendant les tractations, le biologiste Walter W. Stewart, l’illusionniste James Randi, accompagné par un ami artiste de 19 ans nommé José Alvarez. La composition de l’équipe « a de quoi surprendre », comme le souligne le sociologue (p. 72). Randi est célèbre pour avoir démasqué un prestidigitateur qui prétendait avoir des dons de psychokinésie, tandis que Stewart est un expert en fraude. Ce dernier était pourtant referee pour l’article et était favorable à sa publication. L’équipe passe trois jours au sein de l’unité 200 afin d’assister à toutes les étapes du protocole expérimental, et publie rapidement un rapport qui conclut que les résultats des expériences ne sont pas valables. La critique est avant tout d’ordre méthodologique : « un contrôle statistique défaillant, une absence totale d’effort pour vérifier la présence d’erreurs systématiques […], une tendance critiquable à ne pas prendre en compte les mesures allant contre la thèse défendue » (p. 74). Benveniste considère la contre-enquête comme une « véritable comédie scientifique » (cité p. 78) et refuse d’accepter sa conclusion, accusant les enquêteurs d’amateurisme et dénonçant le climat oppressant qu’ils ont créé. Sa réponse ne se « situe pas pleinement dans le registre scientifique » (p. 79) et alterne différents registres argumentatifs, celui de la preuve et de la polémique, ce qui s’explique en partie, selon Pascal Ragouet, par la médiatisation des débats, examinée dans le chapitre suivant.

6La deuxième phase de la controverse est ainsi celle de son « déconfinement », lié à sa médiatisation. Les résultats des travaux de Benveniste et son équipe sont médiatisés avant même d’être publiés : le biologiste s’exprime sur ses recherches dès 1985, à la télévision et dans la presse écrite. En mai 1988, un mois avant la publication de l’article dans Nature, il présente les résultats de ses travaux sur les hautes dilutions au Congrès national d’homéopathie, qui fait l’objet d’une couverture médiatique. L’article est ensuite présenté dans Le Monde le jour-même de sa publication, le 30 juin 1988.Pascal Ragouet souligne que cette médiatisation entraîne une « désectorisation du champ scientifique : le monopole que les savants avaient jusque-là de commenter la qualité des résultats obtenus par Benveniste et son équipe leur est retiré » (p. 84). Les journalistes proposent leurs propres conjonctures, ce qui contraint les acteurs de la controverse à s’affronter à la fois dans le champ scientifique et dans le champ médiatique. Dans ce dernier, la « rhétorique de la promesse » se substitue à la « rhétorique de la preuve » : Benveniste présente ses résultats comme des faits qui poussent à « entrer dans un autre monde conceptuel » (cité p. 86) et permettent d’envisager de nombreuses applications pharmacologiques. Pour Pascal Ragouet, le déplacement de l’argumentation au sein du champ médiatique induit une « opacification du débat » et un « brouillage des registres argumentatifs » (p. 93).

7La troisième phase de la controverse est celle du « reconfinement » du débat au sein du champ scientifique. Ce « rappel à l’ordre », qui contribue à la « réassurance symbolique des frontières entre la science et la non-science » (p. 115), se décline sous deux formes : des sanctions institutionnelles qui ont entraîné la stigmatisation et le déclassement de Benveniste et son équipe ; un surinvestissement du biologiste dans le domaine expérimental. Il se met en quête d’un nouveau protocole dans l’espoir de convaincre ses pairs. Le terme de « quête » vise à insister sur la « dimension tragique des controverses » (p. 134). Le laboratoire de Benveniste est finalement fermé à la fin de l’année 1993, si bien qu’il est réduit à poursuivre ses recherches dans un préfabriqué installé sur le parking du bâtiment principal de l’Inserm à Clamart (l’équipe continue à recevoir des crédits de fonctionnement jusqu’à l’été 1995). Benveniste connaît donc un déclassement réputationnel et positionnel, qui ne l’empêche pas de poursuivre ses recherches sur les hautes dilutions, en faisant évoluer ses protocoles expérimentaux, entre 1988 et 2004 (année de son décès).

8L’analyse des phases de la controverse permet à Pascal Ragouet de mettre au jour le « substrat normatif qui structure et oriente le travail scientifique » (p. 25), dans le cinquième chapitre. Il montre qu’un désaccord existe entre Benveniste et ses détracteurs : pour le premier, la stabilité des résultats suffit à les considérer comme légitimes, tandis que pour les seconds, la stabilité est insuffisante, les résultats doivent aussi être vraisemblables. Ainsi, « la controverse consiste en un affrontement concernant le statut des résultats et les critères de définition de ce qu’est un résultat acceptable » (p. 139). Benveniste voulait lancer un débat interdisciplinaire à partir de ses résultats, qu’il sait « perturbants », voire « hérétiques », mais il se heurte au rappel à l’orthodoxie : « l’acceptation d’un fait suppose non seulement qu’il soit doté d’une stabilité mais aussi d’une certaine vraisemblance » (p. 139). Ces deux critères correspondent pour Pascal Ragouet à deux normes épistémiques qui régissent l’activité scientifique, celle de « réalisme » et celle de « cohérentisme », auxquelles s’ajoute la norme du « scepticisme », qui traverse l’espace agonistique que constitue le champ scientifique. La norme de réalisme consiste à affirmer l’existence d’une réalité, dont il faut rendre compte en en démontrant la stabilité et en identifiant les conditions de possibilité de cette réalité, tout en acceptant « d’être critiqué par rapport à cette réalité » (p. 141). D’après la norme de cohérentisme, un énoncé scientifique n’est considéré comme digne d’un échange scientifique que s’il est vraisemblable, c’est-à-dire « si son existence n’est pas interdite par ce qui est considéré dans la communauté scientifique comme des acquis de la science » (p. 142). La norme de scepticisme correspond à l’acceptation par tout savant de soumettre ses travaux à la critique de ses pairs, dont il doit aussi critiquer les travaux. Ces trois normes sont le « substrat normatif de la science normale » et « orientent les échanges argumentatifs qui composent la trame du débat » (p. 143). Dans la suite du cinquième chapitre, le sociologue reprend les caractéristiques de la controverse à la lumière de ces trois normes.

9Dans le sixième et dernier chapitre, Pascal Ragouet examine les conditions de possibilité des divergences à l’égard du « consensus négatif » – ou « consensus sceptique » – dont les travaux de Benveniste font l’objet. Il avance que l’existence de voix divergentes dérive d’une part de la fragilité de la norme de cohérentisme, moins forte que la norme de réalisme, et, d’autre part, du contexte d’Internet qui permet à la divergence de s’exprimer. Le chapitre se referme sur le « cas Montagnier » : Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008 pour ses recherches sur le sida, a repris les travaux de Benveniste, qu’il présente publiquement dans un reportage diffusé sur France 5 en 20146, ce qui constitue un pas supplémentaire dans la publicisation des expériences scientifiques. Contrairement à Benveniste, Montagnier ne cherche pas à légitimer ses recherches par le biais de publications dans les grandes revues comme Nature ; il choisit plutôt de multiplier les communications dans des colloques et dans l’espace médiatique, et de chercher le financement d’investisseurs privés intéressés par les applications médicales de ses recherches.

10Pascal Ragouet conclut ainsi que « l’étude de la controverse sur la mémoire de l’eau permet de poser des questions sur l’un des possibles traits saillants de la transformation du champ scientifique, à savoir la diversification des voies de légitimation des énoncés scientifiques » (p. 205). Son ouvrage est d’un intérêt certain pour tout-e chercheur-se intéressé-e par la sociologie des controverses scientifiques, dont il participe assurément à renouveler les problématiques.

Haut de page

Notes

1 L’Inserm est l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

2 Elizabeth Davenas, Francis Beauvais, Judith Amara, Menahem Oberbaum, Boaz Robinzon, Antonio Miadonna, Alberto Tedeschi, Bruce Pomeranz, Patricia Fortner, Philippe Belon, Jean Sainte-Laudy, Bernard Poitevin, et Jacques Benveniste, « Human basophil degranulation triggered by very dilute antiserum against IgE », Nature, n° 333, 1988, p. 816-818.

3 Il s’agit de : Michel de Pracontal, Les Mystères de la mémoire de l’eau, Paris, La Découverte, 1990 ; Michel Schiff, Un cas de censure de la science. L’affaire de la mémoire de l’eau, Paris, Albin Michel, 1994 ; Jacques Benveniste, Ma vérité sur la « mémoire de l’eau », Paris, Albin Michel, 2005 ; Francis Beauvais, L’Âme des molécules. Une histoire de la « mémoire de l’eau », Breinigsville, Mille Mondes, 2007.

4 Francis Beauvais est docteur en médecine et en biologie. Il est entré à l’unité 200 pendant son travail de thèse, a ainsi participé aux expériences sur les hautes dilutions et fait partie des signataires de l’article de 1988.

5 Jean-Michel Berthelot, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris, PUF, 2008, p. 63-64.

6 http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-28-2014/articles/p-20549-On-a-retrouve-la-memoire-de-l-eau.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Millepied, « Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 07 mars 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/22459

Haut de page

Rédacteur

Anne-Charlotte Millepied

Doctorante en sociologie à l’EHESS (IRIS) et à l’Université de Genève (Institut des études genre)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page