Navigation – Plan du site

Juliette Rennes, Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualités, rapports sociaux

Sarah Jean-Jacques
Encyclopédie critique du genre
Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, La Découverte, 2016, 752 p., ISBN : 978-2-7071-9048-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces domaines d’intérêt majeur (DIM) étaient soutenus par la région Île-de-France depuis 2006.
  • 2 Cécile Daumas, « Valérie Pécresse coupe les bourses au genre », Libération, le 14 septembre 2016, d (...)
  • 3 Guillaume Erner, « La question du jour : Le pape a-t-il raison d’utiliser l’expression “théorie du (...)

1Suite à sa nomination aux élections régionales, Valérie Pécresse a décrété la suppression du financement des contrats doctoraux et des projets scientifiques portant sur les études de genre, les inégalités et les discriminations1, précisant : « Je suis pour l’égalité homme-femme, c’est à la racine de mes convictions. L’égalité oui, mais pas l’indifférenciation des sexes [qui est] un projet politique, une idéologie. On ne subventionnera pas la théorie du genre »2. Cette décision s’inscrit dans le prolongement des propos du pape François à l’égard des manuels scolaires français, qu’il accuse de répandre un « sournois endoctrinement de la théorie du genre »3. Depuis l’adoption du mariage pour tous en 2013, la société française est témoin d’un trouble dans le genre, synonyme d’une intégration progressive des études du genre tant dans la sphère académique que dans la sphère publique.

  • 3 Paru en 2013, le Dictionnaire genre et science politique est le premier ouvrage collectif recensant (...)

2C’est dans ce contexte social et politique que l’Encyclopédie critique du genre a été présentée au public le 16 décembre 2016. Cet ouvrage collectif sous la direction de Juliette Rennes (EHESS) constitue un projet avant-gardiste car il recense soixante-six notices thématiques soulignant les transformations marquantes des quinze dernières années dans le champ des études de genre, en dressant un état des lieux des dernières études et enquêtes en France et à l’étranger. D’autre part, la participation de quatre-vingt-un auteurs et autrices issues de disciplines scientifiques diverses est une première dans ce champ de recherche3. En effet, bien que les sciences humaines soient majoritairement représentées (sociologie, anthropologie, histoire, sciences politiques), d’autres disciplines comme la biologie, le droit public, les sciences du sport ou encore les sciences du langage ont analysé leur objet d’étude à travers le prisme du genre. Cette approche pluridisciplinaire est en cohérence avec l’approche multidimensionnelle ou « intersectionnelle » (articulation entre différentes dimensions des rapports sociaux) qui teinte l’ensemble des travaux sur le genre. En tant que catégorie d’analyse, le genre est consubstantiel à d’autres rapports de pouvoir tels que la race et la classe sociale mais également à d’autres catégories plus contemporaines comme l’âge, la (in)validité, l’orientation sexuelle ou l’apparence physique. Ces deux approches soulignent la diversité et la complexité des études de genre et attestent de sa dimension « critique ». Au-delà de la description des rapports sociaux entre les sexes et de la déconstruction des différences dites « naturelles » entre les femmes et les hommes, l’intérêt des études de genre est avant tout politique. Comprendre quel est le sens et les significations qui se cachent derrière cette différenciation et cette bicatégorisation, c’est-à-dire une hiérarchisation entre les sexes et ce que ces significations provoquent et impliquent en termes d’inégalités sociales, est au centre de l’ensemble des notices développées tout au long de l’encyclopédie.

3Chaque notice est organisée autour d’une introduction succincte du sujet, de plusieurs sous-chapitres présentant le contexte, l’état de la recherche et les études mobilisées, articulés autour d’une problématique intégrant une approche par le genre. Les notices s’achèvent toujours par une conclusion résumant les idées principales et les enjeux qu’une telle réflexion soulève au niveau social, politique et académique. Le renvoi aux notices en fin de texte facilite la navigation de l’encyclopédie et souligne les liens connexes entre thématiques : par exemple, la notice « Hétéro/Homo» (p. 306) renvoie à celles de « Placard », de « Drag et performance  », de « Queer » ou encore de « Scripts sexuels ». Enfin, chaque notice dispose d’une courte bibliographie, permettant aux lecteurs et lectrices d’accéder à certaines références scientifiques et d’approfondir leurs connaissances sur un sujet en particulier, s’ils et elles le souhaitent.

4Articulée à travers le triptyque corps, sexualités et rapports sociaux, l’Encyclopédie critique du genre aborde une pluralité de sujets et de problématiques faisant, dans leur totalité, l’objet d’un développement plus ou moins égal et complémentaire. En voici, quelques exemples.

  • 2 Notice « Placard », Rostom Mesli, p. 449.

5La notice « Espace urbain » (p. 242) souligne le caractère non neutre de l’espace public, qui est « traversé de normes qui cristallisent rituels et attentes sociales » (p. 248), notamment en matière de genre et de sexualités. Ces normes implicites ont pour effet l’exclusion de tout individu les transgressant et se matérialisent par des pratiques et des usages différenciés de l’espace public suivant les individus mais également selon les lieux. C’est le cas des partenaires de même sexe qui, ayant intériorisés une violence symbolique (imposition et incorporation de la norme hétérosexuelle), évitent de se rendre visibles par des gestes d’affection dans la rue, par anticipation de réactions sociales hostiles2, ou adaptent leurs comportements suivant le quartier dans lequel ils se trouvent ou selon les individus présents autour d’eux.

  • 3 Notice « Désir(s), Mathieu Trachman, p. 213.

6La notice « Plaisir sexuel » (p. 459) met en lumière la manière dont la socialisation différenciée entre les hommes et les femmes se manifeste en matière de sexualité et de plaisir, en considérant ce dernier comme un « opérateur hiérarchique du genre » (p. 461). La sexualité des femmes est l’objet d’un contrôle et d’un encadrement rigide, notamment lorsque sont observées les différences au niveau de la pratique masturbatoire. En effet, chez les femmes, cette pratique a un rôle utilitariste et est considérée comme « une technique sexologique » (p. 463) visant à se sophistiquer et à se préparer à la pénétration phallique dans le cadre d’un rapport hétérosexuel. A contrario, la pratique masturbatoire a un rôle divertissant chez les hommes, pour lesquels elle constitue une autosexualité indépendante de toute sexualité relationnelle. Socialisées comme étant objets de désir3 et non en tant que maîtresses de leur désir, les femmes n’associent pas nécessairement sexualité et plaisir. Cela traduit une vision androcentrée de la sexualité.

  • 4 Notice « Inné/acquis », Pierre-Henri Gouyon, p. 331.
  • 5 Notice « Bicatégorisation », Michel Raz, p. 87.

7Enfin, l’une des originalités de cet ouvrage réside dans l’intégration de réflexions de disciplines qui ont nouvellement « contribué à rendre problématique l’idée même d’une frontière entre un socle des différences “naturelles” (différences mâle/femelle) et la construction socio-historique des différences (“le genre”) » (p. 16). Les caractères sexuels secondaires (voix, taille, poids) ont longtemps été l’exclusivité des sciences du vivant à l’image de la biologie, de la génétique et de la médecine. Or, les récentes études en anthropologie biologique et en sciences du langage ont souligné l’importance des effets des pratiques sociales sur les corps et sur l’évolution de certains caractères physiques. La notice « voix » illustre très justement la relation de réciprocité existant entre la prédisposition anatomique de l’appareil phonatoire (inné) et l’utilisation qu’un individu en fait (acquis)4. Différentes études en sciences du langage ont souligné que la voix est utilisée comme indice pour catégoriser les individus qui s’expriment en locuteurs ou locutrices car elle est « d’emblée associée à un genre » (p. 714). De fait, la voix participe donc au processus de bicatégorisation5 de la société en deux groupes exclusifs : les femmes et les hommes.

  • 7 Notice « Incorporation », Martine Court, p. 321.
  • 8 L’hexis coporelle est une des composantes de l’habitus, développée par Pierre Bourdieu. Elle désign (...)

8Au-delà même des dispositions anatomiques, ce sont donc bien les pratiques sociales acquises lors de la socialisation (primaire et secondaire) qui façonnent artificiellement un dimorphisme vocal. Ces pratiques font écho à la notion d’incorporation7, définie comme le « processus à travers lequel le “social” c’est-à-dire très exactement, les normes, les contraintes et les hiérarchies sociales, s’inscrit dans les corps des individus, au sens propre comme au sens figuré » (p. 321). Au sens propre, le marquage physique des corps par le genre va engendrer l’adoption d’habitudes corporelles « sexuellement différenciées et différenciantes » (p. 322), à l’image de l’hexis coporelle développée par Pierre Bourdieu8. Analyser la voix – caractère sexuel secondaire – à travers la notion d’incorporation nous amène donc a dénaturaliser des différences corporelles entre les sexes qui, pendant longtemps, avaient été l’angle mort des sciences humaines et sociales et à considérer la voix non plus comme une donnée « naturelle » mais comme le résultat d’une (re)production sociale.

9À travers l’ensemble de ses notices, l’Encyclopédie critique du genre propose finalement des clés de compréhension et des pistes de réflexion relatives au champ scientifique des études de genre. Bien qu’elle ne s’adresse pas directement aux néophytes, elle représente un véritable outil conceptuel venant en complément d’autres ouvrages de référence. Et s’avère être une porte d’entrée originale afin de se familiariser aux problématiques contemporaines liées au genre et aux sexualités, ainsi qu’à l’état de la recherche dans ce domaine.

Haut de page

Notes

1 Ces domaines d’intérêt majeur (DIM) étaient soutenus par la région Île-de-France depuis 2006.

2 Cécile Daumas, « Valérie Pécresse coupe les bourses au genre », Libération, le 14 septembre 2016, disponible en ligne : http://www.liberation.fr/debats/2016/12/14/valerie-pecresse-coupe-les-bourses-au-genre_1535283.

3 Guillaume Erner, « La question du jour : Le pape a-t-il raison d’utiliser l’expression “théorie du genre” ? », France Culture, 4 octobre 2016, disponible en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/le-pape-t-il-raison-dutiliser-lexpression-theorie-du-genre.

3 Paru en 2013, le Dictionnaire genre et science politique est le premier ouvrage collectif recensant les travaux des études de genre en lien avec les sciences politiques (uniquement). Catherine Achin, Laure Bereni (dir.), Dictionnaire genre & science politique. Concepts, objets, problèmes, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Références », 2013 ; compte rendu de Maud Navarre pour Lectures : https://lectures.revues.org/13020.

2 Notice « Placard », Rostom Mesli, p. 449.

3 Notice « Désir(s), Mathieu Trachman, p. 213.

4 Notice « Inné/acquis », Pierre-Henri Gouyon, p. 331.

5 Notice « Bicatégorisation », Michel Raz, p. 87.

7 Notice « Incorporation », Martine Court, p. 321.

8 L’hexis coporelle est une des composantes de l’habitus, développée par Pierre Bourdieu. Elle désigne les postures, dispositions du corps et rapports au corps intériorisés inconsciemment par l’individu au cours de son parcours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Jean-Jacques, « Juliette Rennes, Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualités, rapports sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 07 mars 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/22460

Haut de page

Rédacteur

Sarah Jean-Jacques

Doctorante en sociologie sous la direction de Catherine Deschamps (Sophiapol - Paris Ouest Nanterre La Défense) et en géographie sociale sous la direction de Nadine Cattan (Géographie-Cités – Paris Panthéon La Sorbonne).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page