Skip to navigation – Site map

Gülçin Erdi Lelandais, Bénédicte Florin (dir.), « Marges urbaines et résistances citadines », Cultures & Conflits, n° 101, 2016

Thierry Robin
Marges urbaines et résistances citadines
Gülçin Erdi Lelandais, Bénédicte Florin (dir.), « Marges urbaines et résistances citadines », Cultures & Conflits, n° 101, printemps 2016, 206 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782343094595.
Top of page

Full text

1Ce dossier tire sa substance à la fois de communications présentées lors d’un colloque à Istanbul en 2014, dans le cadre d’un programme de recherche ANR (Agence nationale de la recherche), « Marges et villes : entre exclusion et intégration. Cas méditerranéens », et de travaux de recherche complémentaires, sur le thème commun des « pratiques de résistance urbaine aux marges » (titre de l’appel à contributions pour un des workshops du colloque). De quoi est-il question par cette dernière formule ? Le constat de départ est que les adaptations constantes des villes aux besoins de l’économie néo-libérale aggravent les processus de marginalisation de certains espaces urbains. Ces espaces marginalisés, ou marges urbaines, se situent tout autant dans les péricentres et les centres que dans les périphéries des villes. Ce sont des espaces de conflictualité où se déploient des rapports de force et de domination. Les populations qui vivent dans ces marges urbaines ne sont pas toutes elles-mêmes marginales : elles sont constituées de couches sociales hétérogènes, allant des plus pauvres à des catégories aux revenus moyens. Cependant, majoritairement, les populations ou groupes sociaux traités dans ce dossier de Cultures & Conflits sont les plus pauvres et les plus marginalisées. Par exemple les migrants roms de Turin et de Marseille, les collecteurs de cartons de Tokyo, les habitants de townships sud-africaines. Le dossier porte plus précisément sur les contestations ou les résistances de ces populations aux règles du jeu introduites par les classes dominantes. Ces « résistances » peuvent s’opérer contre des politiques édilitaires leur déniant le maintien de leur mode de vie, de leur travail, ou plus largement leur refusant l’accès aux ressources urbaines (à Turin, Marseille, Tokyo). Elles expriment aussi, par exemple, le refus d’habitants pauvres d’immeubles réhabilités de voir s’envoler le montant de leurs frais locatifs (Budapest). D’autres actions de résistance visent à lutter contre des relogements ou des perspectives d’endettement, conséquences directes de grands projets urbains gouvernementaux (à Ankara). En définitive, les marges urbaines étudiées ici sont socio-spatiales et les sept contributions de ce numéro thématique ont en commun de porter plus particulièrement une attention aux résistances invisibles ou imperceptibles, individuelles ou collectives, qui du fait de leur nature même, sont nettement moins étudiées que les formes visibles, voire spectaculaires, de mobilisation ou de résistance urbaines. Chacune des contributions réunies s’efforce de détailler et d’analyser les formes de résistance, d’opposition, d’adaptation, de contournement ou de grignotage mises en œuvre par les groupes et individus étudiés.

  • 1 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris (...)

2Ainsi, Elisabetta Rosa traite le cas des migrants roms, à Turin et à Marseille, qui se sont installés dans des lieux d’habitat précaire au cours du temps, sur des espaces de marges (interstices, délaissés, friches). L’auteur souligne le fait que les politiques municipales qui ont été conduites ont généralement cherché à reléguer les roms dans des espaces marginaux, afin de les « invisibiliser », de les cacher aux regards d’autrui. Ces populations, pour affirmer leur pouvoir d’action et marquer leur appropriation d’une partie de l’espace urbain, exercent des actes subtils d’ancrage territorial : par exemple, lorsqu’ils s’apprêtent à quitter un endroit, pour quelques heures, afin de se livrer à leurs activités, lieu 1qu’ils occupent habituellement pour y vivre (terrains vagues, usines désaffectées, bâtiments abandonnés…) les migrants roms laissent de petits objets (un carton, une bouteille d’eau ou un vêtement) en guise de signes de présence . Pour limités qu’ils soient, ces actes peuvent être considérés comme des gestes de résistance car ils expriment symboliquement une volonté d’occupation des lieux, contre des politiques publiques qui refusent aux roms un « droit à la ville » ; ils constituent alors une sorte « d’infrapolitique des subalternes », pour reprendre l’heureuse expression de James C. Scott.

3En somme, ces actes, s’ils sont discrets, doivent être perçus et considérés globalement comme des actes de citadinité, et les études réunies dans ce dossier thématique ont précisément pour point commun de montrer que des manifestations de résistance, pour ordinaires et limitées qu’elles soient, sont diversifiées et témoignent que les habitants des marges ne sont pas passifs.

4Une autre contribution, écrite par Nicolas Pinet, a pour objet les Nojukusha (« sans-abris ») à Tokyo, marginaux collecteurs de cartons, de journaux et de canettes usagées. Ce groupe social bien particulier est composé d’individus qui dorment à l’extérieur, sous des tentes, par exemple dans des parcs ou en bord de rivière, dans des quartiers populaires du nord-est de la capitale japonaise. Leur principale source de revenus est le recyclage de papier ou de canettes, ou des travaux rémunérés plus ponctuels. Leurs actes de résistances visent à lutter contre des tentatives d’expulsion à leur encontre, par des manifestations face à la police ou à l’administration, ou par l’utilisation de médias dénonçant les expulsions à venir. Les Nojukusha mobilisent également d’autres moyens, comme la négociation avec des services municipaux. En fondant leur argumentation sur des éléments de nature morale (le droit à la survie, le droit à la ville, l’exercice d’une activité utile pour la société, le recyclage), ils parviennent à obtenir des avancées. À l’évidence, cette tactique de renversement des pouvoirs et de négociation, pour être efficace, passe par la construction d’un pouvoir collectif.

5L’intérêt de plusieurs des études de ce numéro thématique est de rappeler fort à propos à quel point la construction, la reconfiguration et l’aggravation des processus de marginalisation qui se jouent dans la ville participent à la fabrique néo-libérale de cette dernière, contribuant à renforcer des phénomènes de conflictualité.

6C’est ainsi le cas dans l’étude que Gülçin Erdi Lelandais consacre à la vallée de Dikmen à Ankara. Traitant des résistances des habitants de quartiers jusque-là réputés paisibles face à un projet de transformation urbaine, l’auteur souligne que les politiques du logement en Turquie depuis une quinzaine d’années s’inscrivent dans un objectif global de développer l’attractivité des plus grandes villes du pays. Il s’agit d’améliorer leur place dans la compétition internationale entre villes, et cela au détriment de la recherche d’un minimum de justice spatiale. Dans le même ordre d’idées, l’article de Ludovic Lepeltier-Kutasi et Gergely Olt porte sur les mobilisations collectives suscitées par la mise en œuvre d’un programme de réhabilitation sociale au sein d’un quartier populaire de Budapest. L’analyse qui y est développée a pour intérêt de nous rappeler, si besoin était, les limites des politiques de rénovation urbaine en matière de justice spatiale. Dans le contexte étudié, il ressort particulièrement que ce n’est pas toujours la mobilité des pauvres qui est synonyme de vulnérabilité, mais qu’au contraire, lors d’une réhabilitation, jugée a priori comme positive, le principe de maintien dans les lieux peut être aussi constitutif et marqueur de captivité sociale et de marginalité.

7Cependant, l’exemple du Maroc, développé dans la contribution de Tarik Harroud évoquant le phénomène de mise en place et de développement de centres commerciaux géants, sur le modèle des shopping malls américains (qui depuis ont fait des petits), doit nous inciter à ne pas verser dans un manichéisme sans nuance. Certes, il est indéniable que ce développement des malls constitue un marqueur de l’introduction de l’économie néo-libérale au Maroc depuis la fin des années 1980, en particulier dans la capitale. Toutefois, l’examen attentif de la question de l’accessibilité et de l’usage social des centres commerciaux géants à Rabat met en exergue la diversité des attitudes possibles à l’égard de ces derniers. La contribution de Tarik Harroud, architecte géographe de son état, met en lumière des formes de résistance très différentes, liées à des représentations et des images plus que contrastées de ces centres géants. Certains groupes résistent contre ces centres, qui leur apparaissent comme des éléments exogènes susceptibles de mettre en danger des valeurs identitaires et culturelles locales (par exemple à propos de la vente d’alcool aux populations musulmanes qui s’y pratique, alors que celle-ci fait l’objet d’une législation d’interdiction depuis la fin des années 1960). Au contraire, d’autres groupes ou individus perçoivent ces centres comme des espaces ressources, voire des espaces refuges, et leur résistance vise à s’en assurer l’accès et l’usage. En effet, ces centres commerciaux permettent à des individus ou des groupes sociaux vivant dans les quartiers populaires de Rabat, notamment des jeunes filles ou encore des femmes seules, de s’affranchir ou de se libérer de leur milieu d’origine et des contraintes qui lui sont associées, le temps d’une déambulation dans le mall, ou d’une consommation à une table de café, dans une tenue un peu décontractée.

8Si l’objet du dossier et des contributions qui le composent ne relève pas d’une volonté d’ordre taxonomique, toutes les études présentées mettent largement en lumière la dimension spatiale de ces résistances, considérées non seulement comme un arrière-plan, mais aussi comme un élément constitutif des contestations. Un des mérites de ce numéro est de réussir à croiser, assez efficacement, des approches de nature sociologique et de nature géographique.

Top of page

Notes

1 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

Top of page

References

Electronic reference

Thierry Robin, « Gülçin Erdi Lelandais, Bénédicte Florin (dir.), « Marges urbaines et résistances citadines », Cultures & Conflits, n° 101, 2016 », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 14 March 2017, connection on 19 November 2017. URL : http://lectures.revues.org/22480

Top of page

Location

Italy

Japan

Morocco

Hungary

South Africa

France

Top of page

About the author

Thierry Robin

Docteur en histoire de l’Institut d’études politiques de Paris.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page