Navigation – Plan du site

Lena Martinsson, Gabriele Griffin, Katarina Giritli Nygren (dir.), Challenging the myth of gender equality in Sweden

Marine Delaunay
Challenging the myth of gender equality in Sweden
Lena Martinsson, Gabriele Griffin, Katarina Giritli Nygren (dir.), Challenging the myth of gender equality in Sweden, Bristol, Policy Press, coll. « Gender studies / sociology », 2016, 222 p., ISBN : 9781565812314.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Esping-Andersen Gøsta, Les trois mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Par (...)
  • 2 Pour une synthèse des études comparatives ayant élaboré des idéaux-types des pays européens, voir l (...)
  • 3 https://data.oecd.org/fr/socialexp/depenses-sociales.htm.
  • 4 Dauphin Sandrine, « Action publique et rapports de genre », Revue de l’OFCE, n° 114, 2010, p. 265-2 (...)
  • 5 Sainsbury Diane et Bergqvist Christina, « Gender mainstreaming “à la suédoise” », Cahiers du Genre, (...)
  • 6 Loi n° 2016-444 du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à (...)

1Aucun pays n’a été à ce jour aussi encensé que la Suède pour son modèle d’État providence et ses politiques publiques en matière d’égalité de genre. Dans la célèbre typologie des États providence élaborée par l’économiste Gøsta Esping-Andersen1, la Suède apparaît comme le prototype du régime social-démocrate – opposé au régime libéral et au régime corporatiste. Nombre d’auteur.e.s ont également souligné les approches par le genre, le care, la culture et les systèmes patriarcaux qui caractérisent le pays2. La Suède est en effet un des pays qui dédie la plus importante part de son PIB aux prestations sociales3, qu’elle considère comme étant des droits universels et individualisés liés à la citoyenneté4. Elle se veut à l’avant-garde de l’égalité de genre par des politiques promouvant l’emploi des femmes (avec la création de structures de prise en charge des personnes dépendantes et la généreuse durée du congé parental), son arsenal législatif réprimant les violences faites aux femmes, et la pratique du gender mainstreaming – défini comme étant la stratégie de mise en œuvre de l’égalité de genre – depuis les années 19705. Cette vitrine fait du pays une source d’inspiration pour les autres, et notamment la France qui a récemment adopté une loi pénalisant les clients de prostituées6, sur le modèle de celle en vigueur en Suède depuis 1999.

  • 7 Voir notamment Hernes Helga Maria, Welfare State and Woman Power: Essays in State Feminism, Oslo & (...)
  • 8 Balkmar Dag , Iovanni Lee Ann , and Pringle Keith , « A Reconsideration of Two “Welfare Paradises”: (...)
  • 9 Berner Boel, Elgan Elisabeth et Heinen Jacqueline, Suède l’égalité des sexes en question, Paris, L’ (...)
  • 10 Lister Ruth, « A Nordic Nirvana? Gender, Citizenship, and Social Justice in the Nordic Welfare Stat (...)

2L’ouvrage s’inscrit dans une tradition résolument critique du modèle suédois qui dénonce, dès la fin des années 19807 et l’avènement du paradigme néolibéral, la fiction du « paradis » de l’égalité de genre, pour paraphraser l’ironie de certain.e.s auteur.e.s8. Ces dernier.ère.s révèlent les nombreux paradoxes qui résistent à cette égalité, telle que la ségrégation horizontale du marché du travail, qualifiée de « mur de verre »9. Ruth Lister10 identifiait d’ailleurs deux perspectives concurrentes traversant les recherches comparatives européennes au sujet des dispositifs nordiques : une optimiste, affectionnée par les études extérieures, et une plus pessimiste, privilégiée par les travaux scandinaves.

3Rassemblant onze chercheur.e.s issus de disciplines variées (travail social, littérature, sociologie, éducation, ethnologie, histoire économique) partageant un intérêt pour les gender studies, cet ouvrage collectif analyse les effets du néolibéralisme sur les politiques d’égalité de genre en Suède. Il met en lumière la dimension homogénéisante et réductrice des catégories « hommes » et « femmes » à partir desquelles ont été pensées ces politiques. Les auteur.e.s transforment le modèle en « mythe » en rendant compte de l’architecture cognitive des représentations sur lesquelles reposent les politiques de genre depuis les années 1970. Ils et elles analysent également les mécanismes d’inclusion et d’exclusion fabriqués par la notion d’égalité de genre, quand les précédentes publications s’en tenaient à démontrer la persistance des inégalités. Les huit contributions présentent des arguments qui alimentent la thèse selon laquelle si le projet de l’égalité de genre a engendré d’importantes avancées, il a pour cible privilégiée l’histoire de personnages singuliers : celle de femmes et d’hommes suédois, blancs, hétérosexuels, chrétiens inscrits dans des familles nucléaires. Ce faisant, le projet de l’égalité de genre tend d’une part à invisibiliser les rapports de pouvoirs qui se jouent respectivement au sein de ces groupes de femmes et d’hommes. D’autre part, il crée un fossé entre les différentes formes d’oppression et d’exclusion dont ces groupes font l’expérience et les discriminations dont sont victimes celles et ceux qui incarnent d’autres personnages (selon leur genre, âge, sexualité, religion, handicap, race, etc.).

4Les contributions peuvent être regroupées en trois axes qui caractérisent la politique de l’égalité de genre suédoise : cette politique comme marqueur quantifiable de modernité, comme devise de l’identité nationale et, enfin, comme mécanisme d’exclusion opérant au sein même des frontières

5Le néolibéralisme est entendu comme la mise en œuvre de technologies de règlementation, telles que la nouvelle gestion publique et la culture du contrôle, qui étendent la rationalité du marché aux institutions publiques et aux actions sociales. Lorsque le discours sur l’égalité de genre croise l’idéologie de marché, les rapports de pouvoir qui se jouent entre les femmes sont ignorés et ces dernières constituées en un groupe homogène supposé partager les mêmes expériences et intérêts. Le néolibéralisme prend part à la « dépolitisation » de la lutte pour l’égalité de genre et l’ouvrage présente deux des mécanismes responsables de ce détournement. Katarina Giritli Nygren, Siv Fahlgren et Anders Johansson analysent la manière dont la politique de l’égalité de genre et le néolibéralisme sont articulés. Dans un tel contexte socio-économique, l’égalité de genre se traduit dans les programmes par diverses réformes économiques : la distribution d’allocations sociales, la possibilité pour les individus de choisir leur secteur d’activité et leur temps de travail, sur le marché de l’emploi, ou encore la création de postes permettant d’élargir l’accès à l’emploi. Le succès de cette politique est mesuré à l’aune du taux d’insertion des femmes sur le marché du travail. Les inégalités disparaissent au profit d’une approche pragmatique de la complémentarité entre les hommes et les femmes qui valorise la « différence des sexes ». Les brochures visant à inciter les hommes à prendre leur congé parental, étudiées par Kajsa Widegren, traduisent l’idée selon laquelle l’égalité est une attitude moderne qui s’inscrit dans la culture des hommes suédois. Ainsi, le gender mainstreaming est soumis à une évaluation chiffrée qui nourrit le fantasme d’une société suédoise plus moderne que les autres (« better than »), selon la logique du marché, mais il ne s’attaque pas à la source des inégalités.

6La modernité qu’incarnent la Suède et des Suédois érige le pays en un État exceptionnel et contribue à produire une identité nationale particulière : pour appartenir à la communauté nationale, il est attendu des citoyens qu’ils adhèrent au principe de l’égalité de genre comme valeur fondamentale de la société. Nina Lykke identifie un discours public tendant à distinguer les Suédois, « nous modernes », des « autres conservateurs » par le processus de l’altérisation (« othering »). Elle étudie la manière dont les médias danois perçoivent et qualifient l’égalité de genre à la suédoise en prenant l’exemple de la crèche Egalia située à Stockholm, qui a mis en œuvre une pédagogie antidiscriminatoire et neutre du point de vue du genre, notamment par le recours au pronom suédois « hen », une fusion des pronoms « hon » (elle) et « han » (il). Ce pronom neutre permet de ne pas présupposer du genre d’une personne et d’éviter l’application de la règle grammaticale du masculin l’emportant sur le féminin dans l’accord des adjectifs. Selon les médias danois, les politiques suédoises sacrifient les subjectivités individuelles et biologiques sur l’autel de l’égalité des genres, conjuguant un certain autoritarisme à l’annihilation des différences sexuelles. Si ces médias considèrent la Suède comme étant trop orientée vers un féminisme fondamentaliste, leur critique participe néanmoins au renforcement de l’identité nationale.

7Le discours homogénéisant invite à percevoir la Suède comme une société unifiée faisant fi de la diversité des groupes hommes et femmes, discours que les auteur.e.s dénoncent comme étant porteur de racisme. Par une historiographie des mouvements sociaux suédois, Paulina de los Reyes compare les mobilisations féministes et les mobilisations antiracistes en Suède. Elle démontre que les relations étroites entre l’État et les promoteurs de l’égalité de genre reposent sur des attentes concernant la vie professionnelle des femmes qui ne se préoccupent nullement des mouvements antiracistes. Il apparaît que les mouvements antiracistes, en raison de la discontinuité des mobilisations, de leur incapacité à former un groupe fédéré et un discours politique unifié, n’ont pas su tisser de tels liens avec l’État qui célèbre alors la différence plutôt que de verbaliser les inégalités. Les mobilisations féministes, de même que la politique de l’égalité de genre, ne s’inscrivent pas dans une démarche intersectionnelle. C’est ainsi que le parti d’extrême droite, nationaliste et conservateur, Les Démocrates suédois, étudié par Diana Mulinari, a pu faire sien le principe de l’égalité de genre. Selon ce parti, il s’agit d’une valeur nationale et culturelle qui permet de stigmatiser les migrants comme nécessairement déviants à cette norme, dans la mesure où ils importent avec eux le patriarcat. Lena Martinsson analyse quant à elle les sphères militantes et académiques du féminisme suédois et pointe l’absence de représentation des personnes transsexuelles, handicapées ou âgées. L’auteure propose alors de faire le deuil d’une impossible intersectionnalité dans le féminisme suédois pour privilégier des féminismes pluriels (« different rooms », p. 201) et l’institutionnalisation d’une définition polysémique de l’égalité de genre, ce qui permettrait d’évacuer la hiérarchisation des individus.

Si la focalisation sur le verre à moitié vide est une tradition des études de genre scandinaves, cet ouvrage n’en est pas moins optimiste s’agissant de futurs que les auteur.e.s se plaisent à conjuguer au pluriel, comme autant d’histoires possibles. L’enjeu majeur pour construire un modèle de l’égalité de genre plus inclusif consiste à repolitiser la cause de l’égalité de genre tout en refusant d’en faire une caractéristique de l’identité nationale suédoise, et donc d’entretenir un racisme culturel au sein même des frontières du pays. Compte tenu de l’intérêt d’un tel ouvrage, on peut regretter qu’il s’adresse en priorité à des lecteurs.rices déjà averti.e.s sur les notions centrales de l’argumentation, telle que l’intersectionnalité, et qu’une définition du néolibéralisme ne soit explicitée que de manière diffuse et a fortiori peu stabilisée au sein des contributions.

Haut de page

Notes

1 Esping-Andersen Gøsta, Les trois mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 1999 (traduction française de The three worlds of welfare capitalism, Cambridge (UK), Polity Press, Princeton (NJ), Princeton University Press, 1990.

2 Pour une synthèse des études comparatives ayant élaboré des idéaux-types des pays européens, voir la revue de littérature de l’ouvrage : Duncan Simon, Birgit Pfau-Effinger (dir), Gender, Economy and Culture in the European Union, London & New York, Routlege, 2000.

3 https://data.oecd.org/fr/socialexp/depenses-sociales.htm.

4 Dauphin Sandrine, « Action publique et rapports de genre », Revue de l’OFCE, n° 114, 2010, p. 265-289.

5 Sainsbury Diane et Bergqvist Christina, « Gender mainstreaming “à la suédoise” », Cahiers du Genre, n° 44, 2008, p. 117-138.

6 Loi n° 2016-444 du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032396046&categorieLien=id.

7 Voir notamment Hernes Helga Maria, Welfare State and Woman Power: Essays in State Feminism, Oslo & Oxford, Norwegian University Press, 1987 ; Sainsbury Diane, Gendering Welfare States, London, Sage, 1994; Pfau-Effinger Birgit, « Gender Cultures and the Gender Arrangement. A Theoretical Framework for Cross-national Gender Research », Innovation: The European Journal of Social Science Research, vol. 11, n° 2, juin 1998, p. 147 ; Hirdman Yvonne, « State Policy and Gender Contracts: The Swedish Experience », in Drew Eileen P., Emerek Ruth, Mahon Evelyn (dir.), Women, Work and the Family in Europe, London, Routledge, 1998, p. 36-46.

8 Balkmar Dag , Iovanni Lee Ann , and Pringle Keith , « A Reconsideration of Two “Welfare Paradises”: Research and Policy Responses to Men’s Violence in Denmark and Sweden », Men and Masculinities, vol. 12, n° 2, décembre 2009, p. 155-74 ; Eriksson Maria and Pringle Keith, « Working with Men in a Gender Equality Paradise? The Case of Sweden », in Ruspini Elisabetta, Hearn Jeff, Pease Bob, Pringle Keith (dir.), Men and Masculinities around the World. Transforming Men’s Practices, Basingstoke (US), Palgrave Macmillan, 2011, p. 97-108.

9 Berner Boel, Elgan Elisabeth et Heinen Jacqueline, Suède l’égalité des sexes en question, Paris, L’Harmattan, 2000.

10 Lister Ruth, « A Nordic Nirvana? Gender, Citizenship, and Social Justice in the Nordic Welfare States », Social Politics: International Studies in Gender, State & Society, vol. 16, n° 2, juillet 2009, p. 242-278.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Delaunay, « Lena Martinsson, Gabriele Griffin, Katarina Giritli Nygren (dir.), Challenging the myth of gender equality in Sweden », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 15 mars 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/22500

Haut de page

Rédacteur

Marine Delaunay

Doctorante au Centre Émile Durkheim, Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page