Navegación – Mapa del sitio

Peter Suber, Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

Jean Bernatchez
Qu'est-ce que l'accès ouvert ?
Peter Suber, Qu'est-ce que l'accès ouvert ?, Marseille, OpenEdition Press, col. « Encyclopédie numérique », 2016, 194 p., préface de Marin Dacos, traduit par Marie Lebert, ISBN : 9782821869790.
Inicio de página

Texto completo

1Dans cet ouvrage, un leader mondial de l’accès ouvert (open access), Peter Suber, explique ce phénomène qui bouleverse l’édition savante depuis les années 2000 et qui la révolutionnera prochainement, considérant les politiques supranationales, nationales et institutionnelles adoptées récemment. L’accès ouvert est le mouvement de diffusion gratuite et sans barrières des œuvres disponibles sur l’internet. Ce mouvement s’inscrit au carrefour du droit, de la philosophie, de l’administration et de la politique. Le livre propose une synthèse basée sur les recherches et sur les expériences de l’auteur : « Il se veut une présentation succincte du sujet, suffisamment longue pour présenter ses différentes facettes, et suffisamment courte pour être lue par des gens occupés » (p. 19). Le principal obstacle à l’accès ouvert est en effet attribuable, selon l’auteur, à une méconnaissance du phénomène par les membres de la communauté scientifique. C’est à ce lectorat que l’auteur souhaite d’abord s’adresser.

  • 1 Pour l’édition française de 2016 : http://books.openedition.org/oep/1600. Pour l’édition originale (...)
  • 2 CLÉO apporte son soutien à Liens Socio depuis 2008.

2Le livre a été publié en 2012 par The MIT Press sous le titre Open Access, et la présente édition française proposée en 2016 dans la collection « Encyclopédie numérique » de l’Open Edition Press. Elle est aussi disponible en format accès ouvert (gratuit1). L’ouvrage est divisé en dix chapitres, précédés d’une instructive préface à l’édition française signée par Marin Dacos du CNRS, directeur du Centre pour l'édition électronique ouverte (CLÉO2) : elle met en contexte le phénomène pour un lectorat non étatsunien. Peter Suber propose ensuite : (1) une définition de l’accès ouvert, (2) ses motivations et (3) les formes qu’il revêt ; (4) ses réglementations et (5) sa portée ; les questions liées (6) au droit d’auteur et (7) aux modèles économiques qui lui sont associés ; (8) ses dommages collatéraux, (9) ses perspectives d’avenir et (10) un guide d’auto-assistance pour ceux qui choisissent ce mode de publication. À la fin de l’ouvrage, un glossaire permet de stabiliser le vocabulaire de l’accès ouvert.

3D’emblée, Peter Suber distingue les personnes qui gagnent leur vie grâce au droit d’auteur (elles ne peuvent se permettre d’offrir l’accès ouvert à leurs œuvres) et celles qui ne tirent pas d’avantages financiers de leurs publications. C’est le cas des chercheurs universitaires et de ceux associés à des institutions publiques (voire même privées) qui sont déjà rémunérés par leurs employeurs pour produire des connaissances. Ils ont tout intérêt à ce que soient supprimées les barrières à l’accès ouvert afin que leurs publications soient lues et que le savoir produit puisse être mobilisé dans différents contextes pour décrire, comprendre, maîtriser ou transformer le monde naturel et culturel.

4Le vocabulaire consacré parle d’une « définition BBB » de l’accès ouvert, en référence aux trois déclarations publiques qui définissent et balisent le mouvement : l’Initiative de Budapest pour l’accès ouvert (2002), dont Suber est un des initiateurs et signataires ; la Déclaration de Bethesda sur la publication en accès ouvert (2003) ; et la Déclaration de Berlin sur l’accès ouvert aux connaissances dans les sciences et dans les humanités (2003). Ces conventions internationales définissent l’accès ouvert aux articles scientifiques, leur « libre mise à disposition sur l’internet public, permettant à tout usager de lire, télécharger, copier, diffuser et imprimer ces articles […] sans barrières financières, juridiques ou techniques autres que celles de l’accès à l’internet » (p. 27).

  • 3 Elsevier est l’un des plus importants éditeurs mondiaux de littérature scientifique. Depuis 2012, i (...)

5L’accès ouvert se présente comme une solution à un problème d’iniquité. Une inflation sans précédent du prix des revues scientifiques (ce prix augmente 2,5 fois plus vite que le coût de la vie) est observée, sans être justifiée. Même les bibliothèques universitaires les plus fortunées sont contraintes de réduire leurs collections. Considérant les parties prenantes dans l’édition d’articles scientifiques (auteurs, responsables de publications, membres des comités de lecture, organismes de financement de la recherche et éditeurs), « la valeur ajoutée la plus faible est celle de l’éditeur alors que celui-ci exige le plus souvent d’obtenir tous les droits » (p. 53). En 2010, les profits générés par l’éditeur Elsevier3 représentent 36 % de son chiffre d’affaires, comparativement à 28 % pour la pétrolière ExxonMobil et à 18 % pour Disney, une entreprise associée à l’industrie du loisir. Toutes les parties prenantes bénéficient de subventions publiques puisque les acteurs concernés accomplissent leurs tâches dans le contexte de leur emploi, mais les profits financiers générés sont monopolisés par les éditeurs. Leurs principales dépenses sont liées aux opérations marketing et à des mesures de protection de contenu, ce qui réduit d’autant l’accès aux publications scientifiques, pourtant essentiel aux producteurs de connaissances, comme intrants à leurs travaux de recherche. Chaque revue exerce aussi un monopole naturel puisque ses articles ne peuvent être publiés ailleurs.

6Les formes possibles d’accès ouvert sont nombreuses (webs personnels, blogues, réseaux de partage, etc.), mais les plus populaires sont les revues ouvertes et les archives ouvertes. Selon la terminologie associée au mouvement de l’accès ouvert, la « voie verte » (green open access) désigne l’auto-archivage (self-archiving) des articles scientifiques dans des archives ouvertes, qu’elles soient disciplinaires, institutionnelles ou même personnelles aux chercheurs et à leurs regroupements de recherche. Le Directory of Open Access Repositories répertorie 3334 dépôts dans le monde, dont 45 % en Europe (au 15 mars 2017), notamment Hal en France, l'archive ouverte pluridisciplinaire destinée au dépôt d'articles scientifiques et de thèses, déjà publiés ou non, émanant des établissements d'enseignement et de recherche, des laboratoires publics ou privés. La « voie dorée » (gold open access) s’applique à la publication d’articles dans des revues en accès ouvert. Le Directory of Open Access Journals est le répertoire le plus complet des revues en accès ouvert. Il regroupe 2,5 millions d’articles de plus de 9400 revues scientifiques avec comité de lecture, associées à 128 pays (en date du 15 mars 2017). Les revues en accès ouvert bénéficient d’un comité de lecture, comme les revues conventionnelles. Les archives ouvertes n’en disposent pas, mais peuvent héberger des articles qui ont été soumis déjà à l’évaluation par les pairs.

  • 4 Jean-Claude Guédon (2014), « Le libre accès et la grande conversation scientifique », dans Michaël (...)

7Les universités, leurs bibliothèques et les agences de financement de la recherche encouragent de plus en plus activement les chercheurs à privilégier l’accès ouvert, mais ce sont ces derniers qui, ultimement, font ou non le choix de ce mode de diffusion. Quelques résistances sont observées chez les chercheurs, inquiets de ce qu’implique ce changement de paradigme sur la diffusion et la reconnaissance de leurs travaux. Ce sont des obstacles culturels qu’il faut surmonter à ce moment-ci, précise Peter Suber, et pas nécessairement des problèmes techniques, juridiques ou économiques. « Les difficultés viennent (…) du fait que nous sommes dans une période transitoire entre le monde académique actuel et un monde futur dans lequel l’accès ouvert sera la solution par défaut » (p. 28). Au-delà des considérations financières, c’est une utopie qui sous-tend l’accès ouvert, la réalisation d’une « grande conversation scientifique4 » qui contribuera à structurer le champ mondial de la science, défini par de nouvelles normes associées au bien commun.

8Bref, le livre est un incontournable pour se familiariser avec l’accès ouvert. Il est heureux qu’il soit désormais disponible en français. Les exemples apportés dans l’ouvrage sont surtout glanés dans l’espace étatsunien, et il ne fait pas référence à l’actualité récente (après 2012), pourtant riche en initiatives liées à l’adoption de pratiques et de politiques favorables à l’accès ouvert. Toutefois, Peter Suber propose une synthèse du phénomène accessible (sur tous les plans) et qui rend justice aux acteurs concernés, à leurs arguments favorables ou défavorables. Il est certes un militant de la cause, mais il ne verse pas dans l’exagération. Il ne souhaite pas la disparition du modèle traditionnel de l’édition scientifique, mais il insiste néanmoins sur la promotion du bien commun, avant tout, et sur sa traduction dans le monde de l’édition scientifique par l’accès ouvert.

Inicio de página

Notas

1 Pour l’édition française de 2016 : http://books.openedition.org/oep/1600. Pour l’édition originale en anglais de 2012, actualisée et enrichie : https://cyber.harvard.edu/hoap/Open_Access_(the_book).

2 CLÉO apporte son soutien à Liens Socio depuis 2008.

3 Elsevier est l’un des plus importants éditeurs mondiaux de littérature scientifique. Depuis 2012, il est la cible d’un boycott de la part de nombreux scientifiques, à cause de ses pratiques de prix jugées excessives.

4 Jean-Claude Guédon (2014), « Le libre accès et la grande conversation scientifique », dans Michaël E. Sinatra et Marcello Vitali-Rosai, Pratiques de l’édition numérique, Montréal : Presses de l’Université de Montréal, en ligne : http://www.pum.umontreal.ca/fichiers/livres_fichiers/Pratiques-de-ledition-numerique.pdf.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jean Bernatchez, « Peter Suber, Qu’est-ce que l’accès ouvert ? », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 15 marzo 2017, consultado el 28 junio 2017. URL : http://lectures.revues.org/22510

Inicio de página

Redactor

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página