Navigation – Plan du site

Michaël Assous et Paul Fouchard, Michal Kalecki et l’essor de la macroéconomie

Alexandre Chirat
Michal Kalecki et l'essor de la macroéconomie
Michaël Assous, Paul Fourchard, Michal Kalecki et l'essor de la macroéconomie. Suivi de « Trois systèmes » de Michal Kalecki, Lyon, ENS Éditions, coll. « Feuillets : économie politique moderne », 2017, 120 p., ISBN : 978-2-84788-886-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les initiatives visant à traduire les œuvres des grands auteurs de l’économie sont primordiales, mê (...)

Kalecki (1899-1970) aurait pu, au regard de la qualité intrinsèque de ses premiers travaux (écrits cependant en polonais, ce qui eut pour conséquence de restreindre leur diffusion) exercer une influence majeure sur le développement de la science économique. C’est en tout cas la thèse défendue par les auteurs de ce livre. Étant donné qu’on peut effectuer un cursus universitaire en science économique sans jamais rencontrer les thèses de cet économiste, pourtant pionnier au regard de l’émergence de la macroéconomie dans les années 1930, l’exposition synthétique des grandes axes de la pensée de Kalecki est une entreprise salutaire. La lecture de ce livre est néanmoins relativement complexe. Elle est dès lors moins destinée aux profanes qu’aux étudiants confirmés et aux chercheurs, notamment en histoire de la pensée économique. Cet ouvrage a deux grands mérites. Premièrement, il condense un ensemble de travaux universitaires menés par Michaël Assous à propos de la pensée de Kalecki, lesquels sont prolongés, sous sa direction, par les recherches doctorales de Paul Fouchard. Deuxièmement, il propose la première traduction en français d’un article fondamental de Kalecki intitulé « Trois systèmes » et paru initialement en 1934 dans une revue polonaise1. Cette traduction de l’article de Kalecki, qui se trouve en dernière partie du livre d’Assous et Fouchard, est précédée d’une introduction générale et de trois chapitres.

  • 2 L’expression fait référence à l’ouvrage référence de Shackle, The Years of High Theory: Invention a (...)

Le premier de ces chapitres est une brève biographie intellectuelle. Elle donne ainsi des indications sur les évènements marquants de la vie de Kalecki, lesquels permettent de comprendre en partie l’évolution de la pensée. Kalecki, qui a mené « une vie d’exilé », a ainsi pu côtoyer les économistes de Cambridge qui gravitaient autour de Keynes. Il a également travaillé pour les Nations-Unis aux États-Unis après la seconde guerre mondiale, avant de retourner en Pologne en 1955, où il a vécu dans l’isolement. Cette biographie permet également d’enraciner la pensée de ce mathématicien de formation, économiste autodidacte et lecteur d’ouvrages marxistes, dans le contexte des années dites de « Haute Théorie2 ». Les années 1930 ont effectivement été marquées, en économie, par un foisonnement d’idées théoriques nouvelles portées par des économistes tels Sraffa, Chamberlin, Robinson, Myrdal ainsi que Keynes. Ce premier chapitre permet de surcroît aux auteurs d’introduire les thèmes fondamentaux des analyses de Kalecki : les fluctuations de l’emploi, les cycles économiques, la répartition des revenus. L’œuvre de ce dernier relève donc bien de la dynamique économique.

  • 3 La loi des débouchés, connue également sous le nom de « Loi de Say », renvoie à l’idée selon laquel (...)
  • 4 Joan Robinson, Economics of imperfect competition, London, MacMillan, 1933.

Le deuxième chapitre expose plus en détails les raisonnements de Kalecki en les confrontant aux autres pensées économiques qui lui furent contemporaines. C’est le cœur de l’ouvrage. Dans ce deuxième chapitre, le tour de force de l’exposition effectuée par Assous et Fouchard réside dans la présentation de l’article de Kalecki paru en 1934 et traduit dans la dernière partie du livre. Les auteurs affirment que si cet article avait été immédiatement accessible en anglais (ce ne sera le cas qu’en 1990), il aurait pu être une contribution fondatrice de la macroéconomie. Et que dire de l’hypothèse : « Si Keynes n’avait pas existé ? » C’est à partir de celle-ci, qui peut déplaire à certains puristes méthodologiques de l’histoire de la pensée mais qui se révèle pédagogique, que les auteurs présentent l’article intitulé « Trois systèmes ». Ils imaginent la réception qu’il aurait reçu de la part des auteurs – Hicks, Pigou, Modigliani – qui ont en réalité discuté de la Théorie Générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936). Les proximités et différences présentent dans les analyses de Keynes et Kalecki quant à leurs critiques respectives de la loi des débouchés3 ou leurs analyses des causes d’un chômage potentiellement permanent sont ainsi mises en avant. Cette méthode fondée sur les critiques imaginaires que l’article aurait reçues se révèle d’autant plus pertinente qu’elle permet de saisir les évolutions – bien réelles celles-ci – de la pensée de Kalecki. Dès 1936, il s’est notamment attaché à prendre en compte, suite aux travaux de Joan Robinson sur la concurrence imparfaite4, le pouvoir de marché des entreprises dans la fixation des prix, ce qui lui a notamment permis d’expliquer « l’indépendance des variations entre salaires réels et revenus » (p. 29).

L’article traduit est ensuite soumis à une discussion en recourant à la formalisation des fonctions qui déterminent la dynamique des trois systèmes économiques présentés par Kalecki. Le Système I est « un système classique pur ». Kalecki le présente pour ensuite l’amender en définissant le Système II, lequel repose, à l’instar des analyses de Keynes, sur la possibilité de thésaurisation ainsi que sur l’idée selon laquelle la demande de monnaie dépend non seulement du revenu mais également du taux d’intérêt. Dès lors, étant entendu que les marchés sont interdépendants, des déséquilibres sont susceptibles d’apparaître. Mais ceux-ci se résorbent par l’ajustement du taux d’intérêt. Étant supposée la parfaite flexibilité des prix, la loi des débouchés demeure valable malgré l’introduction de « l’intérêt comme argument de la fonction de demande de monnaie ». C’est dans le Système III que Kalecki présente alors la possibilité d’un chômage permanent – ou « quasi-équilibre » –, qui repose moins sur l’hypothèse de rigidité des salaires nominaux que sur l’explication dynamique des mécanismes concourant à leur détermination et la prise en compte de l’interdépendance entre les variables réelles et monétaires. Kalecki traite de la question des fluctuations dans de nombreux articles postérieurs. Ce deuxième chapitre du livre retrace ces développements, lesquelles sont non-linéaires, comme en atteste l’hésitation de Kalecki entre une analyse des cycles fondée sur des chocs aléatoires (1936, 1954) ou des chocs endogènes (1933, 1943).

Quels que soit les arguments théoriques qu’il avance, Kalecki considère que le capitalisme est « un système incapable d’ajuster de lui-même et de manière durable les ressources disponibles aux besoins » (p. 74). D’où le troisième chapitre de la synthèse consacrée à « l’économie politique du plein emploi » de Kalecki. Si, à l’instar Marx, il considère que la lutte des classes a un impact sur la dynamique économique, il se différencie nettement de l’auteur du Capital en ce que cet impact est essentiellement indirect et s’exprime avant tout par la médiation de l’État. Les rapports de force s’expriment ainsi non dans la sphère de la production mais dans la sphère de la circulation. Cette vision s’explique par le fait que le niveau des profits, chez Kalecki, est indépendant des rapports de forces entre les classes. Dès lors, la lutte des classes n’est pas tant une lutte économique à propos de la répartition qu’une lutte proprement politique, où les capitalistes agissent de telle sorte à pouvoir « garder la main sur la fixation du niveau de production et d’emploi » (p. 78). Dans le même ordre d’analyse, les cartels et les trusts sont considérés par Kalecki, en tant qu’ils participent de la dynamique économique, à partir de l’influence politique qu’ils exercent. Kalecki apparaît dès lors comme un excellent exemple d’économiste qui se refuse à naturaliser le fonctionnement des mécanismes économiques, réservant un rôle actif et déterminant à la politique dans la conduite de « réformes cruciales » du capitalisme qu’il appelle de ses vœux. Ces réformes ont, dans une certaine mesure, vu le jour dans le compromis laissé par le New Deal, dont il fut un des contemporains.

Ainsi, la lecture de ce livre permet au lecteur d’être confronté à l’entrelacs de trois histoires : l’histoire de la trajectoire intellectuelle de Kalecki, l’histoire de l’essor de la macroéconomie et enfin les grandes lignes de développement du capitalisme au XXe siècle. De plus, il offre alors la possibilité de lire l’article de Kalecki de 1934 non seulement en français mais aussi en bénéficiant des apports de la présentation préalable des grandes thèmes de sa pensée.

Haut de page

Notes

1 Les initiatives visant à traduire les œuvres des grands auteurs de l’économie sont primordiales, même si elles ne sont pas toujours reconnues institutionnellement à leur juste valeur.

2 L’expression fait référence à l’ouvrage référence de Shackle, The Years of High Theory: Invention and Tradition in economic thought, Cambridge, Cambridge University Press, 1967.

3 La loi des débouchés, connue également sous le nom de « Loi de Say », renvoie à l’idée selon laquelle tous les revenus distribués dans l’économie sont dépensés, soit sous la forme directe des dépenses de consommation soit sous la forme de l’épargne (on fait l’hypothèse qu’elle est nécessairement investie). Dès lors, si l’on adhère à cette loi, il ne peut exister de crises générales de surproduction et incidemment de chômage permanant. D’où le résumé de la loi de Say par Keynes : « tout offre crée sa propre demande ».

4 Joan Robinson, Economics of imperfect competition, London, MacMillan, 1933.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Chirat, « Michaël Assous et Paul Fouchard, Michal Kalecki et l’essor de la macroéconomie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 17 mars 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/22524

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Chirat

Doctorant en Histoire de la pensée économique, Laboratoire Triangle, Lyon 2.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page