Navigation – Plan du site
La France des marges

La France des marges

Olivier Milhaud, « La France des marges », Documentation photographique, n° 8116, mars-avril 2017, 64 p., Paris, La Documentation Française, ISBN : 3303331281160.
Notice publiée le 20 mars 2017

Présentation de l'éditeur

La France des marges est un défi lancé à la sagacité du cartographe, condamné en première approche à dresser du territoire national un portrait en mosaïque. Rarement une notion géographique aura autant nécessité l’emploi du pluriel, que devront toujours avoir à l’esprit les candidats aux concours de recrutement des professeurs d’histoire-géographie invités à y réfléchir. Les marges invitent à une exploration de la France à travers des espaces tant visibles et médiatiques qu’invisibles et oubliés. Elles sont des lieux marqués par la pauvreté, l’exclusion ou les vestiges d’un passé révolu, mais qui sont aussi, parfois, les laboratoires de modes de vie alternatifs où se dessine l’avenir. Olivier Milhaud, dont les premiers travaux ont porté sur le monde carcéral, examine dans ce dossier les différents types d’espaces marginaux, qu’ils soient marqués par l’éloignement comme le rural profond, la haute montagne et l’outre-mer, ou qu’ils se nichent beaucoup plus près des centres, au cœur des métropoles. Dans certains cas, les marges sont caractérisées par la marginalité des groupes sociaux par lesquels ils sont investis – campements des personnes non sédentaires, jungles des réfugiés, mondes de la pauvreté. Leurs habitants subissent des formes de relégation. Ils sont rendus invisibles, comme peuvent l’être les personnes handicapées, ou condamnés à porter leur appartenance à la marge comme un stigmate, à l’instar des banlieusards vivant dans des quartiers réputés “difficiles”. Toutefois, les marges sont aussi des espaces d’opportunité pour des militants politiques et des artistes. Éloignées ou centrales, subies ou choisies, les marges s’avèrent un objet géographique complexe et difficilement saisissable. D’autant qu’elles s’inscrivent dans le temps et dans l’histoire des sociétés : à ce titre, la marginalité des espaces est réversible. Sujet éminemment politique, La France des marges intéressera donc les professeurs d’histoire-géographie en devenir. En cette année de grande mobilisation démocratique, le dossier interpellera tout autant le citoyen soucieux de l’avenir du pacte républicain et des politiques publiques à même d’intégrer la société française dans toute sa diversité.

Haut de page