Navigation – Plan du site

Marc André, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation

Soraya Laribi
Femmes dévoilées
Marc André, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l'heure de la décolonisation, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2016, 380 p., ISBN : 9782847888409.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc André, « Des Algériennes à Lyon (1947-1974) », thèse soutenue le 4 avril 2014 à l’Université d (...)
  • 2 Djamila Amrane, Les femmes algériennes dans la guerre, Paris, Plon, 1991.

1Biographie collective des Algériennes arrivées dans l’agglomération lyonnaise avant l’indépendance, cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat1. Marc André aborde la problématique de la « catégorisation » et de la « réification » (p. 11) des Algériennes, dont les parcours ont bien souvent été « tronqués » (p. 12) dans les archives et la presse où elles apparaissent comme des figures secondaires. Il s’agit donc pour l’historien, qui complète le travail majeur de Djamila Amrane2, de mettre d’abord en lumière le rôle de ces Algériennes dans le contexte de la décolonisation, comme le souligne le titre de son livre, mais aussi le contexte de l’émancipation des femmes et celui de l’émergence d’une société de consommation, en suivant, par conséquent, le « paradigme de l’histoire croisée » (p. 18). Le choix de l’auteur de centrer son étude sur les Algériennes de l’agglomération lyonnaise s’explique par leur forte représentation durant la période étudiée, à savoir de 1947 à 1962. L’auteur a ainsi pu retracer la trajectoire précise de 135 femmes nées entre 1923 et 1940, sur les 1 300 Algériennes recensées à cette époque par les autorités françaises, et établir une base de données qui permet de définir « des caractéristiques communes liées à leur parcours migratoire et à leur engagement » (p. 14).

2L’étude s’appuie sur un corpus de sources très variées constitué d’archives (nationales, départementales et municipales, mais aussi archives de la justice militaire et civile et archives photographiques) et de sources imprimées. De plus, et c’est l’un des principaux mérites de l’ouvrage, Marc André a recueilli 69 entretiens entre 2011 et 2013, en France et en Algérie. 37 Algériennes, dont les notices biographiques figurent dans les annexes se sont en effet confiées à l’historien sur leur engagement politique mais aussi sur leur vie personnelle. Ainsi, dans son livre, Marc André leur donne corps, raconte leur histoire. Il leur accorde également la parole, en retranscrivant de nombreux extraits d’entretiens, ce qui rend la lecture vivante. Afin de compléter ces témoignages, parfois livrés difficilement, l’auteur a également interrogé des membres de leur entourage, soit, 5 Français, 3 Françaises, 7 épouses d’Algériens et 17 Algériens. Suivant une présentation diachronique, en lieu et place d’une simple analyse chronologique, le livre est divisé en quatre grandes parties respectivement intitulées : « Anonymats », « Rencontres », « Engagements » et « Conditions d’une double présence ». L’ensemble est soigneusement illustré. Des figures et des cartes agrémentent l’ouvrage, de même que de nombreuses photographies. Ces archives privées, que l’historien a pu se procurer lors de ses entretiens avec les témoins, sont longuement commentées, ce qui revêt un intérêt particulier.

  • 3 L’Assemblée algérienne créée le 20 septembre 1947 comporte néanmoins deux collèges. Les Algériens v (...)

3L’arrivée des Algériennes dans l’agglomération lyonnaise est progressive et grandement facilitée par le « statut de 1947 » qui leur accorde la citoyenneté, alors qu’elles avaient auparavant le statut de « sujet » et étaient soumises au Code de l’indigénat. Cette citoyenneté demeure incomplète car elles n’ont pas le droit de vote, contrairement aux hommes3 – et elles ne l’obtiendront, in fine, qu’en 1958 – mais elle leur permet de franchir aisément la Méditerranée. Ainsi, comme l’explique Marc André, « la catégorie résiste au changement de statut. Les Algériennes restent des “femmes musulmanes” » (p. 11). Toutefois, l’historien note que les autorités françaises manifestent un certain désintérêt face à ces premières migrations. Les Algériennes sont avant tout perçues comme des épouses et ne sont pas surveillées ou fichées. S’appuyant sur les témoignages, l’auteur met d’abord en évidence l’angoisse des premiers moments, à l’instar d’un « petit fait vrai » (p. 25), l’arrivée de la jeune Mansouria Blaha dans l’agglomération lyonnaise. Désorientée, esseulée – ayant laissé le reste de sa famille à Valbonne – elle doit son salut à un Algérien rencontré dans le train qui, par sollicitude, l’accompagne de la gare de Perrache jusqu’à son hôtel situé rue de la Monnaie. Marc André insiste ensuite sur le poids des clichés, véhiculés notamment par la presse métropolitaine. L’image de la « Fatma » ou celle de la femme voilée sont des topoï bien ancrés dans l’imaginaire collectif. D’abord qualifiées d’« inadaptées », les Algériennes sont peu ou prou accueillies – en particulier à la Maison de l’Afrique du Nord (MAN), rue du Dauphiné – alors que la guerre d’indépendance algérienne commence en 1954. Plusieurs dispositifs sont instaurés afin d’« instruire, soigner [et] loger » (p. 118) ces immigrées – avec par exemple les cours de français dispensés par l’ESSANA (Études sociales et services des Nord-Africains), une association lyonnaise dirigée par Henri Le Masne. De nombreuses Algériennes résistent cependant à cette prise en charge. Dans le même temps, les Algériennes mettent en place des réseaux d’entraide afin de se soutenir moralement, matériellement ou de s’apporter une aide mutuelle pour garder les enfants, avec l’organisation de colonies de vacances notamment. Bien souvent réduites à un statut de femmes au foyer, peu politisées, les Algériennes vont prendre position pendant la guerre.

  • 4 Diane Sambron, Femmes musulmanes. Guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Autrement, 2007. Natalya Vinc (...)

4Alors que l’historiographie traditionnelle minore le rôle des moudjahidates en métropole et ignore celui des militantes du Mouvement national algérien (MNA), Marc André met en exergue les divers engagements politiques des Algériennes à Lyon. Il complète ainsi les travaux antérieurs qui avaient davantage mis la focale sur l’enjeu que les femmes représentaient entre « les trois acteurs du conflit » (p. 215), c’est-à-dire le gouvernement français, le Front de libération nationale (FLN) et le MNA4. Étudiant d’abord cet engagement par le prisme de la justice militaire, il note que les femmes sont l’objet d’un « effacement » (p. 175). Jouant sur les stéréotypes et les représentations que l’on se fait d’elles pour échapper aux contrôles, elles sont souvent relâchées par les autorités quand les hommes comparaissent d’office devant le Tribunal permanent des forces armées (TPFA). Le traitement judiciaire des femmes est, par conséquent, différent de celui des hommes. Plusieurs lieux de détention féminins ont néanmoins été inventoriés par l’auteur dans l’agglomération lyonnaise (la prison de Montluc, le commissariat de la rue Vauban…).

5Les témoins masculins interrogés par Marc André minimisent le rôle des Algériennes dans la lutte pour l’indépendance. Pourtant celles-ci ont eu indéniablement plusieurs activités clés. Agents de liaison entre les réseaux nationalistes à Lyon intra muros mais aussi à l’extérieur, elles transportent des armes, de l’argent ou transmettent des informations. Leur engagement dans la guerre d’indépendance est aussi étudié à l’aune du conflit fratricide qui oppose les partisans du FLN à ceux du MNA, dont l’un des fiefs à Lyon était situé au Café des Sept Chemins, 69 rue Mazenod. Les Algériennes subissent les dommages collatéraux de ces affrontements comme en témoignent les exemples d’Aïcha Bahri et de Rose Mokhtar, victimes d’attentats pour leur activisme au sein du MNA, et de Fatima Hamsala, assassinée pour son refus d’engagement politique. Certaines Algériennes sont obligées de fuir mais la lutte pour l’indépendance se poursuit à l’étranger, en Suisse, en Allemagne, au Maroc et en Tunisie, jusqu’à l’année 1962.

  • 5 Fatima M’Rabet, Les femmes algériennes, Paris, François Maspero, 1967.

6Le désengagement des Algériennes est consécutif à la fin de la guerre d’indépendance. Marc André porte ainsi son attention sur « les choix politiques » des Algériennes après l’indépendance, ce qui constitue une approche novatrice. De fait, les précédentes études avaient mis l’accent jusque-là sur la question de l’émancipation de ces femmes5. Si, au sortir de la guerre, de nombreuses Algériennes rejoignent notamment l’Amicale des femmes algériennes (AFA) et tentent de transmettre à leurs filles une conscience nationale, elles se mettent ensuite peu à peu en retrait. Marc André relève deux facteurs explicatifs. D’une part, les hommes « reprennent la main » (p. 270) et les excluent des réunions politiques. D’autre part, elles ne font pas véritablement de démarches afin d’obtenir une reconnaissance de leur rôle pendant la guerre, ou ne réunissent pas les trois témoins requis pour bénéficier d’une pension. La plupart des « Françaises musulmanes », devenues des « Algériennes » en 1962, ne retournent pas s’installer en Algérie après l’indépendance. Pourtant l’attachement à l’Algérie reste profond, comme en témoignent le refus de la majorité de ces Algériennes de demander la naturalisation et leur volonté d’être inhumées en Algérie.

7En somme, cet ouvrage d’une grande richesse documentaire met en relief le rôle social et politique croissant des Algériennes dans l’agglomération lyonnaise de 1947 à 1962, la guerre d’indépendance constituant, à ce titre, une rupture qui transforme les « discrètes » Algériennes en militantes et en « actrices du conflit » (p. 12). Il contribue à apporter un éclairage nouveau sur ces femmes qui représentent aujourd’hui encore une composante importante de la population en France. Sa lecture s’avère essentielle pour qui veut compléter son étude de la décolonisation, de la condition féminine en France et de l’immigration algérienne.

Haut de page

Notes

1 Marc André, « Des Algériennes à Lyon (1947-1974) », thèse soutenue le 4 avril 2014 à l’Université de Paris IV Sorbonne sous la direction du Professeur Jacques Frémeaux. Le jury était composé des Professeurs Olivier Dard (Paris IV), Jim House (Leeds), Benjamin Stora (Paris 13) et Sylvie Thénault (CNRS).

2 Djamila Amrane, Les femmes algériennes dans la guerre, Paris, Plon, 1991.

3 L’Assemblée algérienne créée le 20 septembre 1947 comporte néanmoins deux collèges. Les Algériens votent dans un collège séparé, à savoir le « second collège », ce qui instaure une nouvelle inégalité. Pour de plus amples informations sur ce point précis, on se référera à l’article suivant : Patrick Weil, « Le statut des musulmans en Algérie coloniale. Une nationalité française dénaturée », Histoire de la justice, n° 16, 2005, p. 93-109, disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-histoire-de-la-justice-2005-1-page-93.htm (consulté le 22 mars 2017).

4 Diane Sambron, Femmes musulmanes. Guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Autrement, 2007. Natalya Vince, « To be a moudjahida in independent Algeria: itineraries and memories of women, veterans of the Algerian war », Phd in History, Queen Mary, University of London, 2008. Neil McMaster, « L’enjeu des femmes dans la guerre », in Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale, 1830-1962, Paris & Alger, La Découverte, Barzakh, 2012, p. 539-546 ; note critique d’Augustin Jomier pour Lectures : https://lectures.revues.org/12995.

5 Fatima M’Rabet, Les femmes algériennes, Paris, François Maspero, 1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soraya Laribi, « Marc André, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/22554

Haut de page

Rédacteur

Soraya Laribi

Docteure en histoire et ATER à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Sa thèse porte sur les disparus d’Algérie après les accords d’Évian.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page