Navigation – Plan du site

Jean Corneloup, Sociologie des pratiques récréatives en nature. Du structuralisme à l’interactionnisme

Florian Lebreton
Sociologie des pratiques récréatives en nature
Jean Corneloup, Sociologie des pratiques récréatives en nature. Du structuralisme à l'interactionnisme, L'Argentière La Bessée, Editions du Fournel, coll. « Sportsnature.org », 2016, 384 p., ISBN : 978-2-36142-095-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Corneloup Jean, Les théories sociologiques de la pratique sportive, Paris, Presses universitaires d (...)
  • 2 Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984.
  • 3 Pociello Christian, Sport et société, Vigot, 1981.
  • 4 Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984.
  • 5 Pociello Christian, Sport et société, Vigot, 1981.

1Le dernier ouvrage de Jean Corneloup s’inscrit dans la continuité du précédent consacré aux théories sociologiques de la pratique sportive1. Proposant une lecture « structuro-interactionniste » des pratiques récréatives de nature, l’auteur ambitionne de « passer de l’un à l’autre » des paradigmes structuraliste et interactionniste et ainsi de « les associer dans une lecture conjointe et enchevêtrée du même objet » (p. 364) de manière à rompre avec les habituelles frontières épistémologiques. La référence au structuralisme, nous dit Jean Corneloup, privilégie une vision structurante de l’action sociale permettant de constituer « un style (en interne) » (p. 20) construit selon des jeux d’opposition avec d’autres styles et pratiques au sein d’un espace des positons sociales2 et d’un espace des styles de pratique3. En ce sens, ce cadre permet de penser les trajectoires et goûts culturels (notamment sportifs) car ils sont déterminés par des habitus résultant d’une imprégnation progressive et de jeux symboliques entre groupes sociaux pour légitimer une position sociale4. D’autre part, la référence au paradigme interactionniste est envisagée, selon l’auteur, de manière à saisir dans un deuxième temps, les relations que ce « style organise et construit avec l’extérieur » (p. 20). L’ouvrage se découpe en trois parties distinctes mais pourtant bien complémentaires. Cette organisation facilite une lecture cohérente des propos et des focales sociologiques avec lesquelles les objets sportifs et récréatifs (alpinisme, escalade, etc.) sont traités par l’auteur. Dans une première partie, le structuralisme sociologique est mobilisé pour étudier l’espace des styles de pratiques en escalade qui se réfère à « la place que l’on occupe dans la société [qui] conditionne le type de rapport que l’on entretient avec son corps, [qui] détermine grandement les usages, notamment sportifs, que l’on en fait »5. Le style peut être qualifié « par certaines dimensions culturelles et variables sociologiques » (p. 19) : une logique sociale (âge, sexe, catégorie sociale, religion, région, etc.), une logique sportive (technique de jeu, niveau de pratique, logique interne, etc.) et des usages sociaux de pratique (sociabilité, espaces de pratique, alimentation, lecture, hébergement, vestimentaire, etc.). La seconde partie vient ensuite introduire les cultures sportives estivales en montagne pour présenter les rapports et les relations sociales et culturelles que les pratiques « contemplatives et dilettantes » (flâneries, contemplations de faune et de flore, etc.), « esthétiques et hédonistes » (parcours kayak, canyoning ou randonnées à la journée) puis « performantes et compétitives » (p. 154) entretiennent avec la montagne. Enfin, dans une dernière partie, l’auteur introduit les « structures stylistiques de la pratique » pour développer la thématique des « jeux du corps et des relations symboliques » que les randonneurs et alpinistes éprouvent au contact « de la nature, des autres et de l’environnement » (p. 364), dans un cadre interactionniste et esthétique des pratiques récréatives de nature.

  • 6 Lahire Bernard, L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

2L’idée originale de cette publication réside dans la combinaison de modèles théoriques, non pas pour les mettre à distance et les couper d’une réalité sociale et culturelle à l’œuvre (la transmodernité sportive) mais pour montrer différentes conceptions des pratiques individuelles et collectives en escalade et en alpinisme. L’enjeu se situe dans cette mise en tension de plusieurs lectures du social pour tenter d’asseoir un paradigme qui permette de « naviguer » entre le structuralisme et l’interactionnisme. La référence au « structuro-interactionnisme » est, selon l’auteur, un cadre qui, d’une part, comprend les styles de pratiques (« présence de principes et de processus communs à l’ensemble des pratiquants » (p. 277) et les identités multiples6 des pratiquants en escalade (« les trajectoires d’entrées » ou « processus d’ancrage » des jeunes aux pratiques de l’alpinisme ; « les formes de pratiques affectionnées ») et, d’autre part, d’étudier les formes sensibles de la pratique qui caractérisent cette proximité entre les corps et la nature : effort physique, odeurs, senteurs et émotions notamment (« interactions de proximité » ; « configurations communautaires » ; « expériences vécues propres à chacun »). En d’autres termes, la problématique revient à s’interroger sur les raisons pour lesquelles un individu construisant sa propre « biographie » sportive (trajectoire d’« entrée » dans une discipline sportive) n’est pas simplement linéaire mais résulte de « jeux de construction qui diffèrent selon les expériences vécues propres à chacun » (p. 14).

  • 7 Pages Jean-Pierre, Démocratie délibérative et perception des risques, rapport de recherche, Agoramé (...)

3La méthodologie mise en œuvre par Jean Corneloup s’inscrit dans l’étude des styles de pratique, dont l’objectif est d’« observer comment par le jeu des relations entre variables sociales, des individus en retiennent certaines pour se “fabriquer” un style qui exprime une cohérence collective et partagée avec d’autres » (p. 53). Ces styles sont analysés selon quatre dimensions : la logique sportive (chaîne d’assurance, géographie de la pratique, secours et logistique, filières énergétiques, etc.), les usages sociaux de la pratique (sociabilités, vêtements, nourritures, rapports aux médias, etc.), les représentations et les oppositions stylistiques (images affectionnées, valeurs défendues, etc.). La posture de l’auteur se veut volontairement à distance d’un « structuralisme froid qui s’imposerait de l’extérieur aux individus » (p. 53) et qui caractériserait le style des pratiques et des opinions récréatives. Pour cela, il entend saisir, par l’intermédiaire de l’espace des postions sociales et des styles (Bourdieu, Pociello) et la théorie des opinions et des conflits7, « le système des oppositions stylistiques via les variables du style » qui sont ensuite « croisées avec la logique sociale » (p. 54) de manière à contextualiser l’histoire des cultures de l’escalade en France avec les représentations, symboles, opinions et styles de pratiques modernes (questionnaires, tris à plats, tris croisés analyse en composante principale ACP). Cette démarche vise à répondre à des questions telles que : « Les [styles] californiens marquent les usages actuels de la nature ? », « Que reste-t-il du style alpin-cafiste aujourd’hui ? » (p. 54).

4La première partie dresse un historique des cultures sportives de l’escalade et des différents styles culturels de pratique, que l’auteur organise en quatre période : les « alpins-cafistes » (1870-1970), « la grimpe californienne » (1970-1980), « la grimpe hédosportive » et la compétition sportive (depuis 1980), et enfin les métissages entre grimpe en milieu naturel et grimpe urbaine. Pour ce faire, Jean Corneloup se réfère à une lecture structuraliste permettant de construire l’espace des styles de pratique, lui-même élaboré selon des jeux de différenciation sociale. Ainsi, les logiques sociale et sportive, les usages sociaux de la pratique et les représentations sociales montrent des styles de grimpe marqués tantôt par l’histoire de la modernité, tantôt par celle de la postmodernité. Si les « cafistes » privilégiaient un style construit sur les valeurs originelles de la montagne (morale, masculinité, devoir-être, religion, sommet, techniques alpines, chaussures rigides, refuge, grimpe statique, plein air, outdoor, etc.), les « californiens », quant à eux, privilégiaient une approche alternative de la grimpe alpine-cafiste pour « prendre ses distances avec l’alpinisme et toutes formes de récupération institutionnelle » (p. 26) (marginalité, libertaire, hautes falaises, paroi, baroque, wildoor, etc.). Enfin, les hédosportifs, en « modifiant en profondeur les principes californiens » (p. 32), forment deux sous-groupes de pratique : les hédonistes (priorité au plaisir, petites falaises sans contraintes, expérimentation des gestuelles, etc.) et les sportifs compétiteurs (logique de performance, plans d’entrainement, régimes alimentaires, etc.). À ces mouvements historiques viennent s’ajouter des « marges géographiques » (p. 45) dans la manière de réceptionner ces mouvements pour créer des mouvements alternatifs et parfois spécifiques aux territoires. Par exemple, l’auteur présente un microcosme de l’escalade situé dans la forêt de Fontainebleau pourtant éloigné des espaces montagnards. Des dynamiques de styles apparaissent dans la fabrique des territoires sportifs, et le cas de cette forêt « participe à la production d’un effet territorial qui s’immisce dans la définition des usages culturels du site sans cependant en altérer les évolutions structurelles » (p. 45) mentionnées précédemment. Une culture locale de l’escalade émerge, dont la finalité est d’« inscrire [les pratiquants] dans l’univers de la montagne en se préparant à l’alpinisme mais aussi [de les] inviter à devenir des bleusards » (p. 46). Collectif pionnier de l’escalade à Fontainebleau (1930-1950), les bleusards valorisent un mode de vie en plein-air, en immersion dans la forêt, et développent une morale alternative. Cette dernière consiste à se familiariser avec les techniques de l’alpinisme d’une part et à prendre du plaisir à pratiquer le bloc d’autre part. Aujourd’hui, les styles de grimpe pratiqués sur ce site se sont diversifiés sur le même registre que les différents mouvements culturels repérés par Jean Corneloup (bleusard, cafiste, hédoniste et « grimpe socialiste »). Cette succession de styles nous montre la grande diversité qui marque l’histoire des cultures de l’escalade.

5La seconde partie, consacrée aux cultures sportives estivales en montagne, présente les résultats d’une enquête (2001-2002) portant sur l’analyse culturelle et sportive de la montagne. Ainsi, différents mouvements culturels sont repérables et participent à qualifier les usages de la nature. Dans cette histoire culturelle et sportive de la montagne, quatre périodes émergent en fonction de rapports différenciés au corps, à la nature, à l’espace ainsi qu’à « l’ici et à l’ailleurs » montagnard. L’auteur montre que ces périodes se sont construites sur la base de relations traditionnelles, modernes, postmodernes et écologiques avec les « espaces de la verticalité » (p. 134) qui structurent le rapport à la montagne. La première période, qualifiée de « traditionnelle », est caractérisée sur la base des « activités utilitaires en nature » (chasse, pêche, cueillette), les « jeux et fêtes traditionnels » (danse, folklore, jeux villageois), les « pèlerinages et les pratiques ou jeux guerriers ». L’espace de la haute montagne n’est alors pas encore totalement pratiqué comme il l’est aujourd’hui mais davantage représenté symboliquement dans les « images telluriques, maléfiques et spirituelles » (p. 135). Le second mouvement culturel correspond à l’« ère moderne » lorsque la « montagne se transforme en espace à conquérir » (p. 135). Peuvent y être identifiées des « pratiques d’engagement » (alpinisme, kayak), des « activités d’itinérance douce », des « sports classiques » (golf, tennis, etc.) et des « activités touristiques » sans oublier les « mouvements de jeunesse » (colonies, etc.). Au tournant des années 1970-1980, l’espace montagnard se transforme alors en profondeur et de multiples pratiques viennent bouleverser la « dynamique culturelle de la montagne » traditionnelle. Y sont identifiées des « pratiques californiennes, fun et free ride » (escalade, falaise et bloc, VTT, base-jump, etc.), des « néo-sports modernes » (escalade compétitive), des « pratiques ludiques » (parcs aventure, accrobranche, etc.), des « hédo-sports » (canyoning, via ferrata, etc.), des « produits de services » (stages, sentiers thématiques, etc.), des raids-nature ou autres évènementiels sportifs en tout genre. Enfin, le mouvement éco-culturel « participe à la mise en place d’autres relations avec la nature, les populations locales, les produits de consommation, les activités professionnelles et les pratiquants » (p. 137). Privilégiant un contact en profondeur avec la nature, les adeptes pratiquent des « formes d’itinérance sportive » de longue durée (randopédestre, randovtt, etc.) et des « expériences écologiques ou aventures dans un milieu extrême ». Ces périodes sont ainsi marquées, nous dit l’auteur, par des structures sémantiques qui viennent organiser le « champ des pratiques sportives de montagne » (p. 138), tout comme l’étude des « actions affectionnées » (p. 152) révèle des différences et des marquages socio-culturels ou la sémiométrie (p. 170) relative aux univers symboliques de la culture montagnarde. Ce passage par l’étude des structures sociales puis des structures culturelles et récréatives constitue une « épistémologie transmoderne ». Cette dernière caractérise l’émergence de nouvelles pratiques en milieu montagnard (ancrage à l’alpinisme, communautés de pratique, culture vététiste, etc.) et découle d’un mouvement de transition récréative où « les individus sont engagés dans des formes culturelles et des mondes sociaux qui interviennent, orientent et façonnent les relations sensibles, esthétiques, interactionnelles ou structurelles qui émergent dans le monde vécu au quotidien » (p. 350).

  • 8 Ingold Tim, Marcher avec les dragons, Bruxelles, Éditions Zones sensibles, 2013 ; Andrieu Bernard, (...)

6Dans une troisième partie, Jean Corneloup introduit l’étude des esthétismes et interactions à l’œuvre dans les pratiques récréatives de nature. Il présente tout d’abord le processus d’ancrage aux pratiques de l’alpinisme, véritable « matrice d’enculturation » (p. 276) et montre le rôle majeur que jouent les interactions sociales et écologiques ainsi que les stratégies motrices, sociales et culturelles dans la socialisation sportive des jeunes pratiquants (situation familiale, nature des récits, initiations à la pratique, etc.). Il introduit ensuite différents travaux relatifs à une anthropologie des sens et développe l’idée d’une écologie esthétique, relationnelle et sensible entre les corps sportifs et les milieux de pratique8. L’environnement esthétique joue alors un rôle dans la « fabrication des univers culturels appréciés » (odeurs, touchers, etc.). Les propos nous conduisent progressivement vers une ouverture au paradigme du sensible, des imaginaires et du quotidien mettant en scène une poétique de la montagne. Les dernières sous-parties de l’ouvrage orientent ainsi le lecteur vers la question du genre en alpinisme, la féminisation des itinérances ou encore la question de la « quête fanatique » et récréative (p. 294) avec l’exemple de la communauté des grimpeurs d’Aix-les-Bains qui développent une « habitabilité de proximité » et une « relation affectuelle avec les lieux de pratique » (p. 296), illustrant à leur tour une forme d’« enculturation transmoderne » comme mode d’habiter la nature (p. 343).

7En conclusion, on appréciera la lecture cohérente des différentes théories sociologiques qui viennent se superposer les unes aux autres pour montrer que la question de l’habitabilité récréative permet à certaines populations de s’approprier un lieu et de développer, via la pratique sportive ou récréative, une écologie culturelle et corporelle, enracinée dans leur quotidien. Au sein des structures sociales, conclut l’auteur, s’activent des interactions permettant aux populations de « devenir des habitants de la terre et de leur lieu de vie » (p. 369) et révélateur d’une transition culturelle transmoderne.

Haut de page

Notes

1 Corneloup Jean, Les théories sociologiques de la pratique sportive, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

2 Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

3 Pociello Christian, Sport et société, Vigot, 1981.

4 Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

5 Pociello Christian, Sport et société, Vigot, 1981.

6 Lahire Bernard, L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

7 Pages Jean-Pierre, Démocratie délibérative et perception des risques, rapport de recherche, Agoramétrie, 1999.

8 Ingold Tim, Marcher avec les dragons, Bruxelles, Éditions Zones sensibles, 2013 ; Andrieu Bernard, Prendre l’air, Biarritz, Atlantica, 2009 ; Griffet Jean, Aventure marines, Paris, L’Harmattan, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Lebreton, « Jean Corneloup, Sociologie des pratiques récréatives en nature. Du structuralisme à l’interactionnisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 24 mars 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22567

Haut de page

Rédacteur

Florian Lebreton

Maitre de conférences à l’Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO), Sociologue à la Maison de recherche en sciences humaines, laboratoire « TVES » (EA 4477), mes recherches sont axées principalement sur les usages sportifs et récréatifs de l’espace et le développement des territoires (urbain, littoral, maritime) et sur les cultures corporelles et immersives dans les milieux naturels (écologie corporelle, pratiques physiques de plein air et environnement).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page