Navegación – Mapa del sitio

Alesia de Biase, Albert Levy, et Maria Castrillo Romon, Patrick Geddes en héritage, Espace et sociétés, n° 167, 2016

Bénédicte Coste
Patrick Geddes en héritage
Alessia de Biase, Albert Levy, Maria Castrillo Romon (dir.), « Patrick Geddes en héritage », Espaces et sociétés, n° 167, 2016, 226 p., Toulouse, Érès, ISBN : 9782749253541.
Inicio de página

Texto completo

1Consacré à l’activité urbanistique de Patrick Geddes (1854-1932), ce numéro d’Espaces et sociétés, sous la direction d’Alessia de Biase, d’Albert Levy et de Maria Castrillo Romon, propose d’évaluer sa réception et son héritage à travers cinq articles, accompagnés d’un compte rendu substantiel de publications récentes. Traitant de l’apport de concepts geddesiens chez Lewis Mumford et Benton MacKaye, et chez l’architecte John F. C. Turner, des méthodes et des cartes utilisées par Geddes en Inde et à Tel-Aviv, de la réception de sa méthode urbanistique en Espagne au XXe siècle, et de sa dette envers Aristote et l’école vitaliste, ces articles montrent que la disparition de sa pensée geddesienne du champ intellectuel n’est qu’apparente.

2Reconnu comme l’un des pères fondateurs de l’urbanisme, après une formation de biologiste, Geddes élabore une façon novatrice d’étudier les villes et les territoires basée sur une enquête préliminaire (survey) matérialisée par des cartes et des récits, fruits d’arpentages actifs, afin de comprendre le fonctionnement social de la ville, ses traditions, ses usages de l’espace public (civic survey) et son évolution morphologique (city survey). Relevant de la géographie physique et humaine, de l’écologie, de la démographie, de la sociologie et de l’histoire, le survey est le début d’un processus urbanistique (planning) incluant les habitants. Fondé sur une action et une décision collectives, c’est une pratique collaborative alliant connaissances savantes et quotidiennes. L’étude des relations entre géographie (place), économie (work) et anthropologie (folk), elles-mêmes situées dans l’histoire, amène Geddes à établir un lien entre ambiance urbaine et progrès social et à critiquer un ordre qu’il qualifie de « paléo-technique ». Opposé « radicalement aux principes de l’urbanisme moderne » (p. 18), son « urbanisme culturaliste » (Françoise Choay), est le résultat d’un parcours universitaire et intellectuel où la distinction entre sciences naturelles et sciences sociales est moins nette.

3Catherine Maumi s’intéresse à la réception d’un Geddes reconnu comme « père de l’urbanisme régional » (p. 20) aux USA. Lewis Mumford publie les six « Talks from my Outlook Tower » de Geddes dans The Survey en 1925 avant de s’inspirer de ses thèses dans Sticks and Stones (1924) et City Development. Studies in Disintegration and Renewal (1946). Ingénieur forestier, Benton MacKaye conçoit l’habitabilité sous trois modalités – physique, économique et sociale – héritées des catégories geddesiennes de place, work, folk, et définit le regional planning en 1940 dans l’Encyclopedia Britannica comme « écologie humaine » fondée sur l’étude des rapports croisés entre l’homme et l’environnement.

4José Luis Oyon et Marta Serra-Permanyer retracent le parcours de John Turner (1927-), pionnier de l’auto-construction aidée (aided self-help), professeur au MIT depuis 1965 et influencé par la position urbanistique, éthique et politique de Geddes dès sa première mission d’urbaniste au Pérou. Turner conçoit le logement et l’urbanisme dans une perspective évolutive comme une relation entre l’usager et sa maison, l’habitant et son milieu en s’appuyant sur la notion geddesienne de réalisation (fulfillment) pour promouvoir l’autonomie individuelle et collective. Célèbre avec Housing by People: Towards Autonomy in Building Environments, Ideas in Progress (1976), il cherche à « réaliser une synthèse des activités de la vie humaine » plus que nécessaire pour dépasser la catastrophe écologique imminente (p. 58).

5Jérémie Hoffmann analyse les dynamiques de transformation de Tel-Aviv entre 1909 et 2003. En 1919, Geddes se voit demander par le Haut-commissariat de Palestine des plans de la ville de Jaffa et de ses environs destinés à inclure Tel-Aviv. En 1925, il rédige un rapport intégrant les éléments environnementaux, économiques, technologiques, pédagogiques et de santé publique pour « définir un environnement résidentiel destiné aux habitants » (p. 67). À Tel-Aviv, Geddes cherche à favoriser un style de vie sain, collectif et autosuffisant. Établissant un lien entre le développement de la communauté et la planification du noyau urbain de base, le « Bloc Geddes » apparaît comme un « bloc conceptuel humain », un « assemblage de blocs en séquence produisant un tissu homogène » (p. 70) capable d’accompagner les transformations de la ville. Les orientations urbanistiques différentes à partir des années 1950 n’ont paradoxalement pas cessé de réactiver ce « Bloc » à travers « une mutation génétique » de ses intentions initiales (p. 74).

6Le survey geddesien s’est diffusé chez les urbanistes et les architectes britanniques qui l’ont infléchi vers la planification, la « rationalité technique » et le « pragmatisme opérationnel », lui faisant alors perdre son « caractère critique » et sa « compréhension globale du territoire » (p. 87). Il est également devenu le modèle d’enquête préalable aux plans d’aménagement des urbanistes espagnols. L’étude Mémoire, Information sur la ville (1929) est un document « fondamental » dans l’histoire de l’urbanisme puisque cette première enquête deviendra « le modèle d’étude préalable aux plans d’aménagement espagnols » (p. 91). Avec ses trois échelles (région, agglomération et commune), elle est l’héritière de l’approche geddesienne spatialisant les données, et se présente comme une « superposition de couches d’informations sectorielles » propre à poser un diagnostic. Mais déjà, il ne s’agit plus tant d’« éclairer l’action » que de réaliser des outils de planification. Le survey visait à « inscrire les décisions urbanistiques dans un processus vivant, celui de l’évolution urbaine » trouvant « ses sources dans la culture locale » (p. 97). Beatriz Fernandez Agueda et Javier Ruiz-Sanchez suggèrent de mener des recherches sur l’époque actuelle afin de mesurer les effets de la dérégulation urbanistique.

7Adrian Torres Astaburuaga, Éva Chaudier et Nicolas Tixier étudient l’intervention urbanistique de Geddes en Inde où il est appelé en 1914 pour réaliser des diagnostics prospectifs de plusieurs villes et villages dont Indore (1918). Héritée du civic survey d’Édimbourg, sa méthode comporte deux moments : le survey before planning et la conservative surgery. Le premier est une étude historique rigoureuse fondée sur une cartographie du vivant et une analyse socio-anthropologique des mentalités. La conservative surgery ou « microchirurgie urbaine » (p. 104) est une série d’interventions conçues pour limiter les démolitions. L’enquête et la proposition urbanistique visent à cerner le « noyau urbain », véritable « gène ancestral » contenant l’évolution future potentielle (p. 113). La microchirurgie tente de réinvestir les marqueurs urbains culturels et mémoriels les plus saillants, Geddes refusant tant l’urbanisme de la table rase que celui de la patrimonialisation susceptible de figer l’évolution. L’Indore Report fait également apparaître la solidarité des cartes et de la narration née des arpentages, propre à susciter la mémoire sociale.

8Replaçant Geddes dans une série de « collaborations amicales et fidèles », Sabine Kraus propose une « analyse de l’histoire intellectuelle et culturelle » (p. 23-24) centrée sur « les années de formation pluridisciplinaire » en Angleterre, en France et en Écosse de ce pionnier de la « constitution d’une nouvelle science […] l’écologie humaine. » (p. 122) Étudiant de T. H. Huxley et connaisseur du positivisme, Geddes effectue deux séjours à la station de biologie marine du professeur Lacaze-Duthiers à Roscoff, assiste à ses cours à la Sorbonne, découvre les théories leplaysiennes via Edmond Demolins et étudie l’habitation humaine avec les Reclus et Kropotkine. Soulignant l’opposition de Geddes au darwinisme social et l’inscription de sa pensée dans cette école disqualifiée par un monde médical techniciste qu’est le vitalisme, l’auteur pointe également, quoique sans le démontrer de façon convaincante, l’importance d’Aristote pour son approche écologique de la ville.

  • 1 Volker M. Welter, Biopolis. Patrick Geddes and the City of Life, Cambridge (Mass.) - Londres, The M (...)
  • 2 Dominique Bourg et Alain Papaux, Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige (...)
  • 3 Alberto Magnaghi, La biorégion urbaine. Petit traité sur le territoire bien commun, Eterotopia, Col (...)

9Enfin, Albert Levy présente quatre ouvrages récents évoquant l’urbaniste : la biographie intellectuelle de Volker M. Welter, Biopolis. Patrick Geddes and the City of Life (2002)1 ; le premier Dictionnaire de la pensée écologique de Dominique Bourg et Alain Papaux (2015)2 où l’entrée que lui consacre Federico Ferreti en fait un précurseur de la pensée écologiste ; La biorégion urbaine. Petit traité sur le territoire bien commun d’Alberto Magnaghi (2014)3, traité d’urbanisme militant contre la métropolisation, inspiré en partie de Valley Section de Geddes (1915).

  • 4 Bernard Kalaora et Chloé Vlassopoulos, Pour une sociologie de l’environnement, Seyssel, Champ Vallo (...)

10Pour une sociologie de l’environnement (2013)4 de Bernard Kalaora et Chloé Vlassopoulos fait également de Geddes un précurseur de l’environnement, dont l’oubli en France s’explique par le cloisonnement disciplinaire, les cadres cognitivo-institutionnels et le rôle de l’État. Les auteurs plaident pour une visibilité plus grande de la sociologie environnementale largement développée dans les pays anglo-saxons et témoignant de la politisation de l’environnement par les acteurs sociaux. Leurs questions recoupent les contributions de ce numéro d’Espaces et sociétés, soulignant la pertinence actuelle de l’urbaniste : le décalage entre pays anglo-saxons et la France, toujours dépourvue de monographie sur Geddes et de traduction de ses écrits ; l’application de son modèle d’urbanisme, comme en témoignent ses successeurs et la récupération de sa vision « vitaliste de l’histoire urbaine » (p. 21) ; et l’inflexion des thèses vers le fonctionnalisme et la légitimation de l’ordre paléo-technique. Ce numéro trace donc les perspectives de recherches futures échappant à la disciplinarisation actuelle, où urbanisme, histoire intellectuelle et politique permettront de réactiver sa pensée.

Inicio de página

Notas

1 Volker M. Welter, Biopolis. Patrick Geddes and the City of Life, Cambridge (Mass.) - Londres, The MIT Press, 2002.

2 Dominique Bourg et Alain Papaux, Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige dicos poche », 2015.

3 Alberto Magnaghi, La biorégion urbaine. Petit traité sur le territoire bien commun, Eterotopia, Coll. « Rhizome », 2014.

4 Bernard Kalaora et Chloé Vlassopoulos, Pour une sociologie de l’environnement, Seyssel, Champ Vallon, 2013.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Bénédicte Coste, « Alesia de Biase, Albert Levy, et Maria Castrillo Romon, Patrick Geddes en héritage, Espace et sociétés, n° 167, 2016 », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 24 marzo 2017, consultado el 21 agosto 2017. URL : http://lectures.revues.org/22570

Inicio de página

Redactor

Bénédicte Coste

Bénédicte Coste enseigne les études victoriennes à l’Université de Bourgogne.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página