Skip to navigation – Site map

Mélanie Gourarier, Alpha Mâle. Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes

Marie Duru-Bellat
Alpha mâle
Mélanie Gourarier, Alpha mâle. Séduire les femmes pour s'apprécier entre hommes, Paris, Seuil, series: « La couleur des idées », 2017, 229 p., ISBN : 978-2-02-129026-4.
Top of page

Full text

  • 1 Dulong Delphine, Guionnet Christine, Neveu Érik (dir.), Boys don't cry ! Les coûts de la domination (...)

1Anthropologue spécialiste des questions de genre, Mélanie Gourarier s’est penchée à l’occasion de sa thèse sur un phénomène en plein essor et jusqu’alors peu étudié (et qui passe d’ailleurs relativement inaperçu) en France à savoir ces confréries masculines qui, à l’instar de la « Communauté de la séduction » -au cœur de son travail- ont pour vocation de conforter la masculinité de leurs membres en les armant pour les tâches de séduction, avec pour objectif de faire de n’importe quel « looser » un « alpha mâle », un mâle dominant. La thèse est que ce groupe n’est pas seulement un avatar de la mode du coaching et de l’épanouissement personnel mais exprime aussi la peur des hommes face à un féminisme considéré comme triomphant, et plus encore la volonté de défendre ce qu’ils perçoivent comme leurs intérêts spécifiques. Ce type de groupes ou de militants est en général étiqueté « masculiniste », terme utilisé surtout jusqu’alors pour caractériser les mouvements fort médiatisés de pères divorcés revendiquant la garde de leurs enfants (voir notamment les travaux empiriques présentés dans l’ouvrage Boys Don’t Cry1). Ici, l’auteure le reprend et en donne une définition plus large, désignant ainsi « tout groupe organisé autour de la défense de la "cause des hommes" » (p. 10).

2Le fond de carte est la notion de « crise de la masculinité », thème récurrent s’il en est, qui se nourrit, chez les hommes, de la peur de la féminisation de la société, de l’indifférenciation des sexes et in fine de la fin d’une civilisation qui leur garantissait la place dominante dans les rapports sociaux. Pour regagner leur place menacée, les hommes devraient retrouver leur capacité de séduction, d’où l’explosion, d’abord aux États-Unis, de coach en séduction (avec des mentors nés entre 1958 et 1971), dont l’aura va vite devenir planétaire grâce aux réseaux sociaux et à leurs sites de discussion. Des groupes locaux se sont petit à petit mis en place et c’est en suivant de près les lieux de coaching et les séminaires organisés par la « Communauté de la séduction » française entre 2007 et 2010 que Mélanie Gourarier a conduit son approche ethnographique des séducteurs en puissance, qui se trouvent être des hommes plutôt jeunes et diplômés.

3Dans un premier chapitre consacré à la « crise » de la masculinité, l’auteure part du constat que « la crainte de la dilution du mâle est un puits sans fond au regard de l’histoire » (p. 21). Tant des historiens que des sociologues se sont attelés à décrire cette « crise », tout en laissant entendre le plus souvent qu’elle découlait des changements sociaux touchant notamment les femmes et auxquels les hommes seraient obligés de s’adapter. Pourtant, son caractère permanent suggère une autre interprétation, faisant de cette éternelle crise le mode d’existence même, du masculin et de son besoin constant d’affermissement : « ne peut-on pas penser la rhétorique de la crise de la masculinité comme le moyen de promouvoir un retour à l’ordre des genres ?», se demande-t-elle (p. 27). Une chose est sûre, cette rhétorique fonctionne comme un discours normatif, « prescrivant ce qu’un homme devrait être, en fonction de ce qu’il aurait été et ne serait plus » (p. 39), en référence à une norme idéalisée de la masculinité. Dès lors que cette dernière apparaît menacée, il est justifié de la défendre pour notamment grâce à la séduction, « ré-instituer la différenciation et l’asymétrie hommes/femmes » (p. 40).

  • 2 Soral Alain, Sociologie du dragueur, Paris, Blanche, Coll « Bibliothèque Blanche », 2004.

4La thèse clairement annoncée, l’auteure déroule ses observations (entretiens et observations de terrain dans la rue ou dans les bars), tout en les situant par rapport à toute une mouvance idéologique dont on ne soupçonne pas toujours le caractère prolifique et la virulence ouverte, de Zemmour à Soral (avec notamment l’ouvrage de ce dernier, Sociologie du dragueur2), soit une mouvance foncièrement antiféministe qui milite pour préserver la sexualité hétérosexuelle et l’asymétrie des sexes. L’enjeu n’est pas seulement de cultiver « une perspective différentialiste où l’attirance est fondée sur la complémentarité des sexes », mais, en dépassant ce désir de rééquilibrage égalitaire, de reconquérir « un territoire perdu en déplaçant le pouvoir de séduction du côté des hommes » (p. 52).

5Concrètement, les groupes d’hommes vont se retrouver entre eux, la rencontre avec les femmes n’étant qu’épisodique, même si c’est là l’objectif mis en avant. La Communauté apparaît alors comme un lieu où la transmission de la masculinité est explicite, qui ne peut se faire qu’entre hommes, et dans l’opposition aux femmes, à l’instar des rites d’initiation observés par les anthropologues comme Godelier, rites dont les hommes interrogés déplorent la disparition (avec la suppression du service militaire…). En petites équipes (constituant ce qui est appelée une « meute »), les hommes imaginent et testent des scénarios de drague en direction de « proies », battant donc le pavé dans les espaces urbains de toute nature, des territoires dans lesquels « les femmes seraient nécessairement accessibles, voire attendraient d’être séduites » (p. 100). Plus encore que le soutien réciproque, l’amitié virile est fortement valorisée, tout en étant fermement opposée à toute tentation homosexuelle (notamment lors des « camps » résidentiels également organisés).

6Subtilement, Mélaine Gourrier déroule ce qui va constituer un autre fil rouge de son travail, à savoir que « la fabrique du mâle n’est pas seulement un rouage de la domination masculine vis-à-vis des femmes, mais détermine également les rapports de pouvoir des hommes entre eux » (p. 121). Car de fait, dès lors qu’ils tentent de se conformer à un idéal masculin, les hommes se comparent sans cesse à cette aune et des inégalités sont alors inévitables dans l’apparence ou le style de vie, qui vont rendre plus ou moins accessible de devenir soi-même un parfait séducteur. L’enjeu est avant tout de s’opposer à l’image du « pauvre type frustré », et de parvenir à endosser les qualités de la « masculinité hégémonique » d’aujourd’hui, à savoir cette masculinité qui ringardise toutes les autres. C’est ainsi que les démonstrations de force physique sont dévalorisées, au détriment de l’affirmation d’une sensibilité et d’une émotivité contrôlées.

7Contrôlées… tout est là ! Car dans ce travail sur soi piloté par les coachs, l’aptitude à l’autocontrôle est essentielle. Et en l’occurrence -appliqué à la sexualité et à l’amour-, le contrôle se définit, ce qui est relativement paradoxal, par une capacité à se passer des femmes. Il faut certes les séduire, mais ne pas dépendre de leurs réactions, ne pas avoir l’air trop demandeur, et savoir se faire désirer. Il faut s’afficher comme un dominant pressé, dont le temps est compté et qui n’a pas de temps à perdre avec des femmes pusillanimes qui ne chercheraient qu’à le faire lanterner… Fondamentalement, il s’agit d’inverser l’ordre des désirs : « c’est aux hommes d’accorder leurs faveurs aux femmes en devenant eux-mêmes l’enjeu du rapport de séduction ; c’est à eux d’exercer le pouvoir de choisir en consentant ou en se refusant » (p. 171). Les hommes s’opposent ainsi à ce qu’ils perçoivent comme le caractère illimité et peu maîtrisé du désir des femmes.

8Car tous ces hommes ont intégré l’idée qu’une « révolution sexuelle » a pris place et que les femmes peuvent à présent affirmer une « libido féminine sur le modèle de la sexualité masculine à laquelle ils la réfèrent systématiquement » ; et « à leurs yeux, elle se traduit dès lors par une intensification de la disponibilité féminine au désir des hommes » (p. 174). Pour les hommes, les femmes ne sont pas seulement, à présent, libres disposer de leur corps, elles sont aussi plus disponibles, mais aussi souveraines dans leurs choix, ce contre quoi il faut précisément résister. D’où cette valorisation du contrôle de soi (avec des techniques comme la médiation), d’une certaine ascèse, voire une mise en sommeil de toute sexualité pour donner la priorité à des activités économiques, politiques ou artistiques... Il faut certes attiser le désir des femmes pour reprendre la main, mais surtout ne pas en dépendre.

9Et c’est entre hommes que se dessine cette nouvelle masculinité, nouvelle « cause collective dont l’enjeu n’est autre que la défense de prérogatives masculines » (p. 207). Il apparaît clairement que l’enjeu est fondamentalement de renforcer l’ordre du genre, et cela passe par une hiérarchisation entre hommes pour sans cesse redéfinir les normes et le classement dans la distance à la norme. Alors que la recherche sur les questions de genre souligne abondamment le poids et la redéfinition constante des normes qui définissent le « féminin », cet ouvrage propose une exploration originale de la façon dont les hommes entre eux définissent le masculin, avec des jeux de pouvoir qui leur sont spécifiques (précisément parce qu’ils sont en position dominante). Peut-être regrettera-t-on que l’auteure n’insiste pas plus sur cette asymétrie dans la production des normes elles-mêmes qui régentent l’ordre des genres. Mais ce n’était pas là son objet central et ce coup de projecteur est d’ores et déjà extrêmement suggestif.

Top of page

Notes

1 Dulong Delphine, Guionnet Christine, Neveu Érik (dir.), Boys don't cry ! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012

2 Soral Alain, Sociologie du dragueur, Paris, Blanche, Coll « Bibliothèque Blanche », 2004.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Duru-Bellat, « Mélanie Gourarier, Alpha Mâle. Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 30 March 2017, connection on 19 November 2017. URL : http://lectures.revues.org/22576

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page