Navigation – Plan du site

Hubert Peres, Christophe Roux (dir.), La démocratie espagnole. Institutions et vie politique

Laura Chazel
La Démocratie espagnole
Hubert Peres, Christophe Roux (dir.), La Démocratie espagnole. Institutions et vie politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact Sciences politiques », 2016, 308 p., ISBN : 978-2-7535-5034-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Hubert Peres et Christophe Roux s’avérera sans doute incontournable pour quiconque espère comprendre les récentes mutations qui ont eu lieu dans la vie politique espagnole. Les auteurs invitent en effet leurs lecteurs à « considérer l’Espagne » (p. 9) et leur offrent pour cela une très riche analyse historique et politique. Cet ouvrage, auquel ont contribué 19 auteurs, ne comprend pas moins de 12 chapitres. Il revient, entre autres, sur la fin de la dictature franquiste en 1975, la transition démocratique espagnole, le fonctionnement des institutions issues de la Constitution de 1978, le système partisan, la situation économique et sociale du pays, les principales politiques publiques mises en place depuis l’instauration de la démocratie, mais aussi sur l’histoire de « l’État-nation » espagnol. Il permet ainsi de saisir au mieux les principaux enjeux qui ont structuré et qui structurent aujourd’hui la vie politique espagnole.

  • 1 Quatre approches sont présentées et débattues : la « théorie de la modernisation », « l’approche st (...)
  • 2 Lorsqu’ils se réfèrent aux systèmes « majoritaire » et « consensuel », les auteurs du chapitre, Ric (...)

2D’abord, l’ouvrage rappelle d’une part les conditions dans lesquelles la transition démocratique espagnole s’est déroulée, et d’autre part le système politique qui en est né. La transition débute en 1975 avec la mort de Francisco Franco et s’achève en 1982 avec la première alternance politique et la victoire du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). La mort du Caudillo met fin à plus de trente années d’une dictature issue de la guerre civile (1936-1939), années marquées par l’autoritarisme, le rejet de l’héritage républicain, l’interdiction des organisations syndicales et partisanes, la prohibition de l’usage des langues dites « périphériques », l’importance de l’armée, la centralisation de l’État et la célébration de valeurs conservatrices et traditionalistes. Elle a longtemps été qualifiée de « success story » (p. 35) et considérée comme l’exemple même d’un processus pacifiste ayant réussi à poser les bases d’une démocratie solide et stable. La transition a souvent été décrite comme une « rupture négociée » caractérisée par l’importance du consensus entre les différents acteurs politiques. Bonnie N. Field et Kerstin Hamann présentent et mettent en débat les différentes approches qui entendent expliquer comment le choix de la démocratie comme régime politique s’est imposé1. De cette transition est née la Constitution espagnole de 1978, qui définit l’Espagne comme un État démocratique de droit. Son régime politique est la monarchie parlementaire. L’exécutif revient au gouvernement, le législatif aux Cortes Generales (Congrès et Sénat) et le judiciaire aux juges et magistrats indépendants (ses principales institutions sont le Conseil général du pouvoir judiciaire et le Tribunal constitutionnel). L’État, décentralisé, est divisé en 17 communautés autonomes qui disposent de leur propre parlement, de leur propre gouvernement et d’un nombre important de compétences. Le système démocratique espagnol répond, dans l’ensemble, à une logique majoritaire mais du fait de cette décentralisation poussée, les relations « fédérale-unitaires » sont caractérisées par une logique consensuelle2. Richard Gunther et José Ramón Montero reviennent longuement sur le fonctionnement de ces institutions.

3Cependant, l’ouvrage déconstruit à plusieurs reprises les mythes qui entourent la transition et qui ont fait de l’Espagne un « cas modèle » aux yeux de nombre de commentateurs. D’abord, les auteurs remettent en cause le supposé caractère pacifique de la transition et soulignent l’extrême violence qui a marqué cette période. Sophie Béroud rappelle notamment que 700 assassinats politiques ont été commis entre 1975 et 1982. Plus loin, Luis de la Calle observe que plusieurs événements – par exemple la légalisation du Parti communiste d’Espagne (PCE) en 1977 ou l’assassinat en 1973 de Luis Carrero Blanco, alors président du gouvernement – peuvent être mis en relation avec des violences terroristes (chapitre 9 : « La violence politique »). Ensuite, les auteurs rappellent que de nombreux et vifs débats ont émergé concernant la loi d’amnistie née de la transition, qui a permis d’amnistier les responsables des crimes franquistes. Troisièmement, en raison de l’importance du consensus qui prévalait à l’époque, l’ouvrage souligne que la question territoriale n’a pas été clairement définie dans la Constitution de 1978, d’où une « formulation constitutionnelle ambiguë » (p. 40). Elle a été à l’origine des nombreux conflits liés aux revendications autonomistes, conflits qui structurent la démocratie espagnole depuis sa naissance. Enfin, si la vie politique espagnole a longtemps été caractérisée par la modération et la stabilité, le conflit partisan a commencé à s’accroître dans les années 2000. Cette polarisation s’est encore accentuée avec la crise de 2008. Elle a connu son apogée avec l’émergence de deux nouveaux partis politiques, Podemos et Ciudadanos, lors des élections de décembre 2015. Autre point important, directement lié à ce dernier fait, mais qui n’est pas mentionné explicitement dans l’ouvrage, le jeune parti politique Podemos, qui a obtenu 21% des voix aux dernières élections générales de juin 2016, est directement né en déconstruisant lui-même le récit de la transition. Il a en effet formulé une critique directe de ce que les fondateurs du parti nomment la « culture de la Transition » et le « régime de 78 ». Tous ces éléments révèlent que l’Espagne contemporaine est animée par de nombreux débats qui remettent en cause le « mythe » de la transition, et que la Constitution de 1978 montre de ce fait certaines limites.

4Les défis qui sont aujourd’hui posés à « l’Espagne des autonomies » soulignent certaines limites de la Constitution. L’article 2 de la Constitution de 1978 proclame « l’indissoluble unité de la nation espagnole » mais aussi « le droit à l’autonomie des nationalités et des régions qui la composent ». Les analyses historiques de Stéphane Michonneau (chapitre 1) et  de Luis de la Calle (chapitre 9) rappellent l’importance et la complexité des revendications autonomistes. Y est par exemple déconstruit le mythe de l’ancienneté de l’État-nation espagnol, ce qui permet de bien comprendre l’importance des sentiments nationaux en Catalogne et au Pays basque en mettant en avant la faiblesse du sentiment national espagnol. Cette approche va à l’encontre d’une vision « castillano-centrée » de la nation espagnole (p. 27). Dans le chapitre 4, Richard Gunther, Jean-Baptiste Harguindéguy, José Ramón Montero et Romain Pasquier reviennent longuement sur l’organisation territoriale de l’Espagne et sur les différents débats afférents (par exemple, la réforme du Sénat). Cette organisation a donné naissance à de nombreux partis politiques nationalistes, autonomistes et régionalistes. De fait, dans certaines communautés autonomes, la vie politique se polarise autour de ces questions. Les auteurs parlent ainsi de « sous-systèmes de partis nationaux » et de l’existence de plusieurs « Espagnes électorales » (p. 96). Les différents chapitres de l’ouvrage qui traitent de la question rendent intelligibles la montée des revendications indépendantistes et autonomistes. L’exemple récent le plus parlant n’est autre que la « question catalane ». La mise en place d’un vote sur l’indépendance de la Catalogne, non reconnu par le Tribunal constitutionnel espagnol en novembre 2014, la victoire en sièges des indépendantistes aux élections autonomiques en Catalogne de septembre 2015, l’annonce d’une déclaration unilatérale d’indépendance dix-huit mois après cette victoire et la très récente condamnation (mars 2017) d’Artur Mas, ancien président du Parlement catalan, à deux ans d’inéligibilité suite à l’organisation du référendum de 2014 sont autant d’éléments qui témoignent de la dégradation des relations entre les indépendantistes catalans et Madrid.

  • 3 À ce sujet, voir le chapitre 11 de l’ouvrage (« L’État-providence espagnol et la crise de l’assista (...)

5Enfin, l’ouvrage permet de comprendre les récentes transformations du système politique espagnol. Sophie Béroud revient en détails sur les quarante ans de mobilisations sociales qu’a connus l’Espagne depuis la mort de Franco et analyse l’évolution de la structure des opportunités politiques. Un nouveau cycle de mobilisations, caractérisées par la spontanéité et la méfiance envers toute forme de récupération politique, apparaît dans les années 2000. Ce cycle est intensifié par la crise économique et financière de 2008 et par la mise en place de mesures d’austérité pour répondre à cette crise. Après trois ans d’austérité, ce cycle connaît son apogée en mai 2011 avec le mouvement horizontal et assembléiste du 15-M (« les Indignés »). En août 2011, le gouvernement socialiste de Zapatero constitutionnalise la stabilité budgétaire en réformant l’article 135 de la Constitution, choix qui a représenté aux yeux de nombre d’observateurs et de citoyens une des manifestations les plus importantes de la crise de l’État-providence3. Mariano Torcal Loriente décrit l’évolution de la désaffection politique au cours de ces quarante dernières années. Les crises économique, social et politique débutées en 2008 ont converti beaucoup de citoyens en « citoyens critiques » qui, « tout en critiquant le fonctionnement des institutions, manifestent un intérêt croissant pour la politique » (p. 167).

6Les récents bouleversements du système partisan, et en particulier la percée électorale de Podemos (dont les fondateurs répètent régulièrement que « Podemos n’aurait pas pu exister sans le 15-M »), témoignent de ce renouveau politique que l’Espagne vit. Dans la postface de l’ouvrage, les auteurs soulignent, à raison, que la coalition Unidos Podemos n’a pas réalisé, lors des dernières élections de juin 2016, le « sorpasso » espéré, en dépassant en nombre de voix le PSOE. Cependant, il convient d’ajouter que Podemos a réussi à pousser le PSOE dans ses contradictions, d’abord lorsque l’ex-leader socialiste, Pedro Sánchez, qui refusait de s’abstenir pour laisser gouverner le Parti Populaire (PP), a été forcé de démissionner en octobre 2016 ; suite à cette démission, la majorité des députés socialistes se sont abstenus, permettant ainsi l’investiture du candidat conservateur Mariano Rajoy.

7Au total, cet ouvrage collectif, dont on ne saurait trop recommander la lecture, permet donc de découvrir le fonctionnement de la démocratie espagnole et les principaux enjeux auxquels elle est confrontée. Il permet ainsi de re-contextualiser ses plus récentes mutations, parmi lesquelles les fortes mobilisations sociales qui ont marqué l’Espagne durant les deux dernières décennies, la récente recomposition du système partisan ou encore la montée en puissance des revendications indépendantistes en Catalogne. Le choix de la première de couverture une photo de Pablo Iglesias, secrétaire général de Podemos, le poing levé au Parlement peut d’ailleurs laisser penser que c’est précisément l’un des buts de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Quatre approches sont présentées et débattues : la « théorie de la modernisation », « l’approche stratégique élitaire », le « rôle de la société civile et des masses » et le « rôle des facteurs internationaux ».

2 Lorsqu’ils se réfèrent aux systèmes « majoritaire » et « consensuel », les auteurs du chapitre, Richard Gunther et José Ramón Montero, retiennent la définition d’Arend Lijphart. Les institutions consensuelles permettent de refléter « précisément la diversité des préférences politiques de l’électorat » alors que les institutions majoritaires « facilitent la formation de majorités parlementaires soutenant des gouvernements monoclores durables et puissants » (p. 54).

3 À ce sujet, voir le chapitre 11 de l’ouvrage (« L’État-providence espagnol et la crise de l’assistance ») ; et pour aller plus loin, voir Manzano Murcia Alejandro, Podemos: populismo y posmarxismo en la crisis del estado del bienestar en España, mémoire de science politique, Université Carlos III, Madrid, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Chazel, « Hubert Peres, Christophe Roux (dir.), La démocratie espagnole. Institutions et vie politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22585

Haut de page

Rédacteur

Laura Chazel

Doctorante en science politique (PACTE, Sciences Po Grenoble).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page