Navigation – Plan du site

Olivier Feiertag et Michel Margairaz (dir.), Les banques centrales et l’État-nation

Clément Fontan
Les banques centrales et l'État-nation
Olivier Feiertag, Michel Margairaz (dir.), Les banques centrales et l'État-nation, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Mission historique Banque FR », 2016, 688 p., ISBN : 978-2-7246-1910-2.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Olivier Feiertag et Michel Margairaz couvre l’évolution historique des banques centrales du XVIIe siècle à nos jours, par le prisme de leurs rapports aux États-nations. Plus de trente historiens ont contribué à cette somme dense (près de 700 pages) qui porte sur des terrains historiques balisés, comme la Banque de France sous Napoléon ou la Banque d’Angleterre au temps de l’Empire britannique et d’autres plus méconnus tels que la politique d’outre-mer de la Banque du Portugal et les politiques de crédit menées par les banquiers centraux sous Bretton-Wood. Les 25 chapitres de l’ouvrage sont organisés en cinq parties qui suivent, plus ou moins strictement, un plan chronologique. L’étude du rôle joué par les banques d’émission dans la construction territoriale des États- nations (partie 1) est prolongée par l’examen de la transition des banques d’émission impériales aux banques centrales nationales (partie 2) et de la crise des États-nations au début du XXe siècle (partie 3). L’ouvrage se penche ensuite sur le rôle joué par les banques centrales dans la construction des économies nationales en période d’après-guerre (partie 4) et conclut sur les mutations récentes des banques centrales à l’heure de la mondialisation et de la construction européenne (partie 5).

2La qualité principale de cet ouvrage est de resituer historiquement l’évolution des banques centrales qui, depuis leur apparition, jouent un rôle d’interface crucial entre les systèmes financiers et les systèmes étatiques. Ainsi, dès les premières lignes du chapitre introductif, Olivier Feiertag rappelle que cette démarche historique s’inscrit en faux contre la théorie standard du central banking contemporain, qui fait de l’indépendance des banques centrales envers les autorités politiques la vertu cardinale de leur modèle organisationnel. La démarche de la plupart des auteurs de l’ouvrage consiste alors à explorer l’ambivalence des rapports entre les banques centrales et les États-nations. Cette ambivalence est considérée comme le produit d’un « processus historique puissant et de nature dialectique » (p. 23) se jouant entre les dynamiques de construction du nationalisme d’une part, et les dynamiques globales des marchés (la mondialisation) d’autre part. Ce fil rouge permet de donner une certaine cohérence aux différentes contributions de l’ouvrage, qui s’inscrivent pourtant dans des contextes temporels et géographiques très hétérogènes. De ce point de vue, les chapitres les plus réussis sont sans doute ceux qui lient les enjeux propres à l’histoire des banques centrales à des questions plus larges. Ainsi, dans son étude sur l’apparition de la banque centrale belge, Emmanuel Prunaux offre un point de vue original sur les tensions de la construction de l’état fédéral au XIXe siècle. De manière similaire, la recherche d’Arnaud Manas sur la Banque de France pendant le régime de Vichy expose le caractère ambigu des relations entretenues par les autorités françaises avec les forces nazies.

  • 1 À ce sujet, voir Charles Goodhart et al., Central Banking at crossroads, Londres, Anthem Press, 201 (...)
  • 2 Pour une critique de la réponse des banques centrales à la crise, Clément Fontan, François Claveau, (...)
  • 3 Cette option est notamment évoquée par des chercheurs que l’on peut difficilement soupçonner d’host (...)

3De manière plus générale, l’ouvrage provoque chez le lecteur un intérêt et une curiosité se situant au-delà de l’apport de savoirs sur l’histoire passée des banques centrales. En effet, à l’heure où les banques centrales sont entrées dans ce qui semble constituer une nouvelle « ère » de leur histoire1, l’exploration de leurs pratiques monétaires et de leurs relations passées avec les autorités étatiques et parlementaires permet d’élargir notre conception du rôle qu’elles peuvent jouer dans nos sociétés. À cet égard, l’étude d’Anders Ögren sur la manière dont le parlement influence la banque d’émission suédoise (chapitre 2) et surtout la recherche d’Éric Monnet sur les politiques de crédit menées par les banques centrales dans l’après-guerre sous contrôle relatif des États offrent des pistes de réflexion stimulantes sur la manière dont les instruments monétaires actuels pourraient être redirigés vers des fins sociales davantage utiles2. Sur une tonalité plus sombre, les difficultés éprouvées par la banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest pour coordonner les différentes économies de sa zone monétaire et par la banque centrale lituanienne dans ses efforts de restauration d’une monnaie nationale après la chute du bloc soviétique invitent à faire des parallèles avec les tensions actuelles au sein de la zone euro et la possible sortie de la Grèce de celle-ci3.

  • 4 Voir Daniela Gabor & Cornel Ban, « Banking on bonds: the new links between states and markets », Jo (...)
  • 5 Voir Karl Polanyi, The great transformation: Economic and political origins of our time, New York, (...)

4L’intérêt suscité par ces chapitres ne se retrouve cependant pas dans d’autres contributions qui, de mon point de vue, ne resituent pas la tension entre nationalisme et mondialisation, annoncée comme le fil conducteur de l’ouvrage. Ainsi, l’étude de Jane Knodell sur l’apparition du dollar américain s’attarde sur les aspects les plus techniques de la question sans en dégager les aspects politiques tandis que l’analyse de Renaud Boulanger sur la trajectoire individuelle d’un banquier central ayant joué un rôle clé dans le processus de transnationalisation de ces institutions laisse apparaitre un aspect normatif non maitrisé, frôlant l’éloge non-circonstanciée de l’objet d’étude. À ce titre, la courte contribution de Christian Noyer, ancien gouverneur de la Banque de France, qui porte sur les défis actuels des banques centrales dérange aussi par son éloge sans nuance des politiques menées par la Banque centrale européenne, pourtant directement responsables des déséquilibres financiers ayant mené à la crise de la zone euro4. Pour éviter ces écueils, l’ouvrage aurait peut-être gagné à tisser davantage de liens avec les travaux historiques d’économie politique critique5 et à mieux explorer la deuxième facette de l’indépendance des banques centrales, à savoir les interactions entretenues avec les opérateurs financiers. L’analyse d’Olivier Feiertag sur le rôle joué par les banques centrales européennes dans la crise de change de 1992-1993 constitue une exception bienvenue à ce constat, tant l’exploitation originale des archives historiques permet de reconstituer comment les banques centrales exercent, en pratique, leur rôle d’interface entre systèmes financiers et politiques. Notons enfin que la clarté de l’écriture de la plupart des contributeurs offre une lecture agréable pour les non-spécialistes des questions bancaires et financières, même si un glossaire des termes techniques et une systématisation des chapeaux introductifs pour chacune des cinq grandes parties de l’ouvrage auraient été des ajouts bienvenus.

5Au final, l’ouvrage devrait occuper une place de choix au sein des bibliothèques des chercheurs de sciences sociales s’intéressant aux banques centrales et des historiens ayant un intérêt pour les questions économiques et financières. La diversité géographique et temporelle des terrains abordés pourrait aussi permettre d’apporter un éclairage complémentaire à des études ne portant pas directement sur les banques centrales. Espérons enfin que ces analyses riches sur les liens entretenus entre les banques centrales et les États-nations soient bientôt complétées par un projet tout autant ambitieux qui porterait sur l’autre facette, moins explorée, du rôle d’interface joué par les banques centrales, à savoir les relations développées avec les opérateurs financiers.

Haut de page

Notes

1 À ce sujet, voir Charles Goodhart et al., Central Banking at crossroads, Londres, Anthem Press, 2014.

2 Pour une critique de la réponse des banques centrales à la crise, Clément Fontan, François Claveau, & Peter Dietsch, « Central banking and inequalities: Taking off the blinders », Politics, Philosophy & Economics, vol. 15, n° 4, 2016, p. 319-357.

3 Cette option est notamment évoquée par des chercheurs que l’on peut difficilement soupçonner d’hostilité ouverte à la construction européenne. Voir Joseph Stiglitz, The euro: How a common currency threatens the future of Europe, New York, WW Norton & Company, 2016.

4 Voir Daniela Gabor & Cornel Ban, « Banking on bonds: the new links between states and markets », Journal of Common Market Studies, vol. 54, n° 3, 2016, p. 617-635.

5 Voir Karl Polanyi, The great transformation: Economic and political origins of our time, New York, Rinehart, 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Fontan, « Olivier Feiertag et Michel Margairaz (dir.), Les banques centrales et l’État-nation  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/22586

Haut de page

Rédacteur

Clément Fontan

Docteur en sciences politiques (Sciences-Po Grenoble, 2012). Ingénieur de recherche CNRS (UMR Pacte). Auteur de Do Central Banks serve the People ? (éd. Polity, à paraitre 2018).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page