Skip to navigation – Site map

Anne Barrère, Au cœur des malaises enseignants

Louis Baldasseroni
Au cœur des malaises enseignants
Anne Barrère, Au cœur des malaises enseignants, Paris, Armand Colin, series: « Individu et Société », 2017, 208 p., ISBN : 978-2-200-61723-3.
Top of page

Full text

1Guider les enseignants par des interrogations autour de recherches en sociologie : telle est l’ambition de départ de cet ouvrage. Comme l’auteure l’affirme en introduction, ce livre a pour ambition d’aider les enseignants « avides de compréhension » (p. 13) à prendre du recul sur leurs pratiques et leurs visions du métier. L’auteure est professeure des universités en sciences de l’éducation, après avoir été professeure dans l’enseignement secondaire, expérience sur laquelle elle revient à de nombreuses reprises au cours de l’ouvrage à travers des témoignages personnels. Cette approche à la fois scientifiquement distanciée et très proche du terrain permet une analyse fine des ressentis des enseignants face aux défis auxquels ils sont confrontés et qui les amènent parfois à se sentir en difficulté.

2Cet ouvrage propose un véritable dialogue entre des enseignants et la chercheuse, fait davantage de questions à ouvrir que de réponses définitives. Ainsi, des témoignages de pratiques enseignantes ponctuent régulièrement le livre, en réponse à des réflexions plus générales tirées de recherches récentes en sciences de l’éducation ou dans divers courants de sociologie. L’auteure s’appuie sur le témoignage de dix enseignants, dont deux ne se définissent pas comme étant en proie à un « malaise », choisis en partie dans l’entourage de l’auteure Si ces enseignants n’ont pas vocation à être représentatifs, leur contribution va au-delà du simple témoignage, puisqu’ils ont été amenés à lire et discuter les cinq premiers chapitres du livre, donnant lieu à un surprenant chapitre 6 qui accentue encore chez le lecteur la prise de recul sur les questions majeures des chapitres précédents. Telle est l’originalité principale de cet ouvrage, qui n’est pas conçu comme un guide mais veut amener le lecteur à réfléchir, sur la double base de retours de pratiques enseignantes et d’apports issus de la recherche sociologique.

3Rappelant en préambule la diversité des « malaises enseignants » et l’ancienneté de l’expression, l’ouvrage adopte un plan en six chapitres, qui veille à rester concret et accessible en partant de questions actuelles sur les enseignants. Le chapitre 1pose les cadres du métier d’enseignant en insistant sur les mutations provoquées par la massification du second degré et sur le nouveau rapport des enseignants aux enfants et adolescents, qui pousse à rechercher davantage la coopération des élèves dans le cours. Ce changement de public se répercute sur toutes les tâches enseignantes et peut accroître la difficulté des « épreuves », que l’auteure définit comme des tensions structurelles du métier, qui peuvent devenir des difficultés et ainsi provoquer un « malaise ». Anne Barrère dénombre quatre épreuves principales : le « deuil de la discipline » (décalage entre la discipline étudiée par l’enseignant et ce qu’il en transmet), la « cyclothymie de la relation » (variabilité du climat de classe), le « fantôme de l’impuissance » (rôle dans l’évaluation et l’orientation) et les « enjeux de la reconnaissance » (déficit de reconnaissance dans l’établissement, voire dans la société entière). Ainsi, les causes possibles des malaises enseignants sont restituées ici dans toute leur complexité.

  • 1 Voir par exemple Antoine Prost, Du changement dans l'école, Paris, Seuil, 2013.

4Les chapitres suivants sont consacrés à des interrogations importantes qui dépassent le cadre de la sociologie et concernent le rôle social des enseignants : les enseignants « reproduisent-ils les inégalités sociales ? » (chapitre 2), « sont-ils efficaces ? » (chapitre 3), « résistent-ils au changement ? » (chapitre 5). Au-delà d’une relativisation des préjugés courants sur les enseignants (comme le conservatisme ou l’individualisme qui leur sont prêtés) – déjà abordés dans bon nombre d’ouvrages1 –, Anne Barrère veille à ancrer ses réflexions dans des débats contemporains qui traversent le milieu éducatif et dans la société en général, comme l’intérêt des enquêtes PISA ou les effets des réformes ministérielles. Ainsi, sur ce dernier point abordé au chapitre 5, l’auteure évoque la montée d’une culture des résultats dans les établissements et le rôle accru du chef d’établissement, qui rejaillissent sur les pratiques d’évaluation des enseignants et peuvent devenir sources de tension dans la relation entre enseignants et chefs d’établissement. Plusieurs témoignages de cette relation sont mobilisés pour montrer la diversité de cette tension qui explique en partie, selon elle, l’image de « résistance » enseignante au changement.

5Le style dynamique aide aussi à transmettre des idées sur des domaines parfois peu accessibles, comme la sociologie critique bourdieusienne qui vient éclairer la question de la reproduction des inégalités sociales au chapitre 2. Les théories issues de ce courant, formulées dans les années 1970, sont nuancées par des travaux plus récents, notamment à travers les interrogations autour des « pédagogies actives », qui peuvent aussi creuser les inégalités scolaires. Face à la pluralité des problématiques à l’origine des « malaises enseignants », dont la diversité et la variabilité selon les conditions d’enseignement et les individus sont soulignées tout au long de l’ouvrage, Anne Barrère mobilise plusieurs théories sociologiques dont certaines sont extérieures aux sciences de l’éducation. Ainsi, au chapitre 3, elle décrypte des recherches sociologiques plutôt quantitatives qui se préoccupent d’évaluer l’efficacité des enseignants : rappelant les biais de ces travaux et leur ambition de définir/prescrire des « bonnes pratiques », l’auteure en souligne les apports significatifs, insistant notamment sur les politiques d’établissement ou le fameux « effet Pygmalion » (p. 81). Cet effet d’« encouragement positif d’un élève par un enseignant », qui conduirait à une progression plus forte des résultats à cause d’attentes supérieures aux capacités estimées de l’élève, fait réfléchir le lecteur sur les conséquences des représentations des enseignants sur les élèves dans la relation pédagogique ou de l’adaptation des programmes vers le bas pour une classe considérée comme de faible niveau.

  • 2 Michel Crozier et Erhard Friedberg, L'acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.

6Plus original, le chapitre 4 montre comment la sociologie interactionniste éclaire les rapports entre la personne de l’enseignant et le rôle qu’il joue sur la scène qu’est la classe : cela conduit à réfléchir sur l’utilité de ce rôle comme « bouclier de la personne » (p. 109) et sur la souplesse à lui donner pour conserver une autorité légitime, face à des élèves qui jouent aussi des rôles divers. Là encore, les pratiques et sentiments individuels face à cette notion de rôle restent souverains et l’auteure ne prétend pas prescrire telle ou telle attitude. Dans ce chapitre, les témoignages sont particulièrement nombreux et sont parfois mis en perspective pour comparer des situations vécues par de jeunes enseignants avec d’autres plus chevronnés : l’auteure met en évidence le fait que le « choc d’entrée dans le métier » peut aussi être ressenti par des enseignants expérimentés qui se sentent submergés par les relations parfois conflictuelles avec les élèves. Ces réflexions peuvent être très utiles pour prendre du recul sur des situations conflictuelles vécues avec des élèves ou pour aider le professeur à gérer des cas individuels problématiques (comme celui de « l’élève stigmatisé », p. 112). Au chapitre 5, la question de la « résistance au changement » des enseignants français est nourrie par des travaux d’historiens sur les réformes de l’éducation et des recherches en sociologie des organisations se réclamant des théories de Crozier et Friedberg2. Cette approche ouvre des réflexions sur des dispositifs scolaires très concrets comme l’accompagnement personnalisé, débattu et souvent pourfendu par les enseignants, ou encore sur les enjeux du contrôle des enseignants par les chefs d’établissement.

  • 3 Anne Barrère, Sociologie des chefs d'établissement. Les managers de la République, Paris, PUF, 2006 (...)

7La grande diversité des problématiques abordées rend difficile de résumer les grandes idées de ce livre stimulant. L’auteure insiste d’ailleurs davantage sur « la mise en relation des résultats d’études sociologiques avec l’expérience enseignante » (p. 12) que sur les résultats de recherche en eux-mêmes, au risque d’une impression diffuse de mélange des genres et de morcellement. Si l’ouvrage est centré sur les enseignants de collège et de lycée, il serait intéressant de prolonger ses réflexions vers les enseignants du primaire, ou encore de les mettre en perspective avec l’étude bien connue d’Anne Barrère sur les chefs d’établissement3, lesquels peuvent eux aussi ressentir un « malaise ». Contrairement à ce qu’expriment certains enseignants « témoins-relecteurs » de l’ouvrage (p. 157), ce livre nous semble pouvoir être également utile aux hommes politiques et aux décideurs, pour nuancer les visions du métier d’enseignant et surtout initier une prise de recul sur ses enjeux à partir de réflexions scientifiques, pratique qui manque souvent cruellement dans la formation des professeurs.

Top of page

Notes

1 Voir par exemple Antoine Prost, Du changement dans l'école, Paris, Seuil, 2013.

2 Michel Crozier et Erhard Friedberg, L'acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.

3 Anne Barrère, Sociologie des chefs d'établissement. Les managers de la République, Paris, PUF, 2006.

Top of page

References

Electronic reference

Louis Baldasseroni, « Anne Barrère, Au cœur des malaises enseignants », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 03 April 2017, connection on 24 May 2017. URL : http://lectures.revues.org/22587

Top of page

About the author

Louis Baldasseroni

Doctorant en histoire contemporaine, Université Paris-Est.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page