Navigation – Plan du site

Pascale Molinier, Rebecca Rogers (dir.), Les femmes dans le monde académique, perspectives comparatives

Élise Martin
Les femmes dans le monde académique
Rebecca Rogers, Pascale Molinier (dir.), Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2016, 226 p., ISBN : 978-2-7535-5052-0.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble des communications présentées lors d’un colloque qui s’est tenu en 2015 et avait pour thème la place des femmes (étudiantes et enseignantes-chercheuses) dans le monde universitaire. Le corpus de 14 textes, pluriel et riche, regroupe les contributions d’historiens, de sociologues ou encore de chercheuses et chercheurs en sciences de l’éducation. L’ensemble paraît varié d’un point de vue géographique puisque les auteurs analysent la situation des femmes dans des universités (ou ensembles d’universités) en Haïti, en Suisse, en Côte d’Ivoire, en Allemagne, en France et encore au Québec. Les cadres de production des travaux présentés sont tout aussi variés (projet européen, groupe de recherche…), de même que les méthodes d’investigation employées (travail d’archives, entretiens, traitement de bases de données).

2L’ouvrage se décompose en trois parties. La première partie, intitulée « Les pionnières dans l’enseignement supérieur : obstacles et stratégies », regroupe des contributions qui décrivent l’évolution historique de la place des femmes à l’université ; elles s’appuient sur trois études de cas : la féminisation du public étudiant en histoire médiévale à l’École pratique des hautes études (EPHE) aux XIXe et XXe siècles, avec une focalisation sur trois anciennes élèves devenues des figures matricielles de la discipline ; la féminisation du corps enseignant dans les universités toulousaine entre 1968 et 1939 ; et enfin la façon dont les femmes de la bourgeoisie se sont progressivement imposées dans les rangs des facultés de médecine et de sciences à Paris au XXe siècle. La deuxième partie, intitulée « Carrières académiques », présente des contributions qui ont trait aux perceptions des femmes (articulation entre vie professionnelle et vie privée, rapport à la hiérarchie…) et aux représentations collectives (figure normée de l’universitaire, norme masculine de réussite). La dernière partie, intitulée « Transformations institutionnelles », réunit des études de cas concernant la mise en place de mesures et de programmes spécifiques (au Québec, en Allemagne, en Suisse et en Haïti) qui visent à démocratiser l’accès aux postes à responsabilité et à tendre vers une égalité hommes-femmes à l’université.

  • 1 D’après une note du comité éditorial de l’ouvrage.

3Toutes les contributions partagent un constat unanime : les femmes sont beaucoup moins présentes que les hommes dans le milieu universitaire. C’est le cas par exemple à l’université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, étudiée par Marguerite Akossi-Mvongo et Hassan Guy Roger Tieffi : en 2013-2014, on comptait seulement 364 femmes parmi les 1 892 enseignants-chercheurs. De façon généralisée, les auteurs décrivent tous un déséquilibre marqué entre le nombre d’hommes et le nombre de femmes aux postes de décisions. En 2016, sur les 75 universités qui maillent le territoire français, seules 9 étaient présidées par des femmes1. De nombreuses contributions pointent aussi des disparités entre les disciplines. « Les disciplines qui résistent le plus aux femmes sont presque toujours les mêmes dans tous les pays du monde », note Nicky Le Feuvre (p. 67). Il s’agit, entre autres, des sciences de l’ingénieur, des mathématiques ou des sciences liées aux nouvelles technologies.

4Les auteurs avancent des facteurs explicatifs qui participeraient à la création de ce « plafond de verre » et à la rareté des femmes à des postes clés dans le monde académique. Ces facteurs relèvent de trois dimensions principales : une dimension dispositionnelle, une dimension sociétale et enfin une dimension institutionnelle. Certains auteurs font mention d’un manque d’ambition et de traits de caractère qui seraient synonymes d’autocensure de la part de certaines enseignantes-chercheuses, mais l’approche dispositionnelle est peu abordée en tant que telle. Nicky Le Feuvre déplore d’ailleurs un manque de recherches « de type longitudinal qui interroger[aient] explicitement le processus d’auto-sélection des femmes », lequel « pourrait être à l’origine de leur sous-représentation dans les échelons supérieurs de la hiérarchie académique» (p. 69).

  • 2 Les postdoctorants sont « soumis à une forte concurrence pour des postes rares, dont l’accès se fai (...)

5Globalement, les auteurs se concentrent davantage sur l’analyse de la dimension sociétale, autrement dit sur les facteurs extérieurs qui freinent l’avancée des carrières féminines (normes et représentations collectives). Ainsi Nicky Le Feuvre explique que « le défaut de disponibilité des femmes du fait des charges domestiques et familiales » est toujours un des principaux remparts à leur ascension (p. 70). Plusieurs auteurs vont dans son sens. C’est le cas de Pascal Barbier et Bernard Fuselier dont la contribution porte sur les postdoctorants du Fonds national de la recherche scientifique de Belgique, public particulièrement intéressant car se situant à « un moment charnière du parcours de vie »2. Leur enquête fait ressortir le fait que « les femmes consacrent plus de temps au travail parental », soit environ « sept heures de plus que les pères (28,9 heures contre 22 heures par semaine) », et encore que « 50% des pères profitent d’une mise à temps partiel de leur conjointe pour prendre en charge les enfants, alors que ce n’est le cas que de 20% des mères chercheuses » (p. 86). Par conséquent, les hommes et les femmes semblent inégalement impliqués dans le travail dit domestique. Les femmes ressentent d’ailleurs plus que les hommes une tension entre le travail et la famille. Barbier et Fuselier observent encore que « 77% des mères considèrent que les deux rentrent en compétition, alors que 63% des pères le pensent » (p. 87).

  • 3 Cacouault Marlaine, « La féminisation d’une profession signifie-t-elle une baisse de prestige ? », (...)

6Plusieurs auteurs montrent aussi que les logiques institutionnelles participent au mal-être des femmes à l’université. Pour Sophie Lhenry, qui a mené une enquête auprès des enseignants-chercheurs de l’université Paris 7, les femmes seraient confrontées à une « norme masculine de réussite » reposant sur trois qualités : l’autorité, l’ambition et la disponibilité, qualités dont les hommes seraient « naturellement dotés ». L’auteure reprend les trois modèles de femmes enseignantes-chercheuses décrits par Marlaine Cacouault3, modèles qui « produiraient une attente de l’entourage professionnel et fonctionneraient comme une injonction à s’inscrire dans une catégorie prédéfinie », à savoir la femme maternante et douce, la séductrice ou encore la vieille fille (p. 110). Autant de représentations qui persistent et freinent les femmes dans leur potentielle ascension professionnelle. Sophie Lhenry enjoint les différents acteurs de l’université à réfléchir à « un autre modèle de réussite, moins excluant pour les femmes et, de manière plus générale, plus adapté aux contraintes extraprofessionnelles » (p. 116). Dans cette dynamique, des programmes et initiatives pour l’égalité des hommes et des femmes se multiplient déjà dans nombre d’universités, notamment en Suisse et en Allemagne, mais les résultats ne sont pas flagrants. La conclusion de l’ouvrage se veut même alarmante puisque Catherine Marry fait le constat suivant : « les femmes ont toujours une carrière moins rapide et aboutie que les hommes quelle que soit leur situation familiale » (p. 104).

  • 4 Nicky Le Feuvre développe l’idée d’une « approche analytique comparative plus systématique » est fo (...)

7Il convient de noter que ce livre vient combler un vide. Chaque analyse prise séparément apparait enrichissante. Cependant, la ligne directrice de l’ouvrage semble insuffisamment définie. Le lecteur peine à trouver un fil qui traverse l’ensemble des contributions et le découpage des parties n’apparaît pas forcément logique. Si l’approche historique donne sa cohérence à la première partie, l’axe conducteur des deux autres s’avère plus incertain. Dans la conclusion de l’ouvrage, Catherine Marry pointe elle-même certaines limites des travaux présentés : l’absence d’analyse concernant les conjoints, l’absence de questionnements sur le « choix des postes requérant une mobilité géographique » (p. 204-205) et le manque d’enquêtes prenant en compte le contexte social et économique de l’espace étudié, variables qui ont pourtant une incidence sur la carrière des femmes à l’université. Enfin, j’ajouterais qu’il aurait été intéressant de mettre en avant la contribution de Nicky Le Feuvre qui est l’une des seules à proposer une réflexion purement méthodologique4. Catherine Marry le concède, « les terrains d’enquête restent le plus souvent juxtaposés dans les publications collectives, y compris dans cet ouvrage » (p. 202). Ce livre reste cependant très utile pour qui cherche à mieux cerner la situation des femmes à l’université dans un espace précis (ville, région, pays), sa richesse reposant avant tout sur la pluralité géographique des cas étudiés.

Haut de page

Notes

1 D’après une note du comité éditorial de l’ouvrage.

2 Les postdoctorants sont « soumis à une forte concurrence pour des postes rares, dont l’accès se fait sur la base de critères flous et discutés de l’excellence scientifique et, du point de vue privé, se situent dans un âge où l’on est exposé à des choix décisifs au plan conjugal et parental » (p. 86-87).

3 Cacouault Marlaine, « La féminisation d’une profession signifie-t-elle une baisse de prestige ? », Travail, Genre et Sociétés, n° 5, 2001, p. 93-115.

4 Nicky Le Feuvre développe l’idée d’une « approche analytique comparative plus systématique » est fondée sur une analyse de situations contextualisées et singulières, qui dépasserait la conception selon laquelle « LE monde académique est régi selon des logiques universelles » (p. 68).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Martin, « Pascale Molinier, Rebecca Rogers (dir.), Les femmes dans le monde académique, perspectives comparatives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22595

Haut de page

Rédacteur

Élise Martin

Étudiante en master 2 de sciences sociales mention « Espaces » à l’ENS de Lyon. Intéressée par les angles morts et autres objets à la marge en sciences sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page