Navigation – Plan du site

Nathalie Sage Pranchère, L’école des sages-femmes. Naissance d’un corps professionnel (1786-1917)

Alexandre Klein
L'école des sages-femmes
Nathalie Sage Pranchère, L'école des sages-femmes. Naissance d'un corps professionnel (1786-1917), Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2017, 456 p., préface de Jean-Pierre Bardet, ISBN : 978-2-86906-422-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Leonard, Les médecins de l'Ouest au XIXe siècle, Lille, Atelier reproduction des thèses, 19 (...)
  • 2 En particulier, la série C (Administrations provinciales) pour l’Ancien Régime, la série L (Adminis (...)

1Il y a des thèses qui ont marqué l’histoire de la santé. Ce fut le cas de celle de Jacques Léonard sur les médecins de l’Ouest au XIXe siècle, soutenue en 1976 à l’Université Paris IV1. Bien qu’elle ne fût jamais publiée sous forme d’ouvrage, elle continue de faire référence, à la fois par sa rigueur et par l’ampleur de son objet d’étude. Il y a fort à parier que ce sera aussi le cas de celle de Nathalie Sage Pranchère qui, après avoir été soutenue en 2011 dans la même université, vient d’être publiée aux Presses universitaires François Rabelais. L’ouvrage qui en est issu ne manquera pas de s’imposer comme une référence incontournable, parce qu’extrêmement bien documentée, sur l’histoire des sages-femmes en France au XIXe siècle. L’ancienne chartiste a en effet parcouru pas moins de 63 dépôts d’archives départementales, deux dépôts d’archives municipales et bien sûr les Archives nationales2, pour étudier au plus près l’émergence et la consolidation de ce corps de soignantes entre 1786 (date de la première enquête nationale sur les sages-femmes et leur instruction) et 1917. En mettant constamment en perspective les décisions et recommandations du pouvoir central d’une part, et les pratiques des acteurs ainsi que les situations locales d’autre part, elle dresse une histoire sociale complexe et très complète de la naissance et du développement de ce corps professionnel chargé des accouchements.

  • 3 Voir Olivier Faure, Histoire sociale de la médecine en France XVIIIe-XXe siècle, Paris, Économica, (...)
  • 4 Voir Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, (...)

2Après une élogieuse préface de Jean-Pierre Bardet et une introduction de l’auteure qui précise, notamment, l’inscription de ce travail dans cette histoire francophone de la santé fondée par Jacques Léonard puis développée, entre autres, par Olivier Faure3, l’ouvrage se divise en neuf chapitres, d’abord chronologiques puis plus thématiques. Le tout premier revient sur la situation, déjà bien étudiée4, des sages-femmes du XVIIIe siècle. Ce chapitre introductif rappelle qu’elles étaient alors sollicitées pour remplacer les matrones et autres accoucheuses, accusées par les élites médicales de grever l’avenir de la population française. Le second chapitre est consacré aux bouleversements introduits par la Révolution française concernant le statut et la formation professionnelle des sages-femmes. Elle reconstitue avec beaucoup de finesse les argumentaires présentés lors des débats parlementaires et explique ainsi les conditions du vote de la loi du 19 ventôse an XI (10 mars 1903) qui, avec la création le 11 messidor an X (30 juin 1802) de l’Hospice de la Maternité de Paris, marque le début de l’institutionnalisation de la profession, auquel est consacré le troisième chapitre. À nouveau, le dépouillement des archives départementales lui permet de montrer les conditions et les modalités de la réception locale de la loi et du modèle parisianocentré qui l’accompagne.

3Quittant la perspective chronologique, le chapitre suivant étudie la manière dont les effets combinés de cette impulsion du pouvoir central et de l’existence déjà ancienne de formations dans les départements, la France s’est peu à peu dotée d’un dense réseau de cours d’accouchements. Des dynamiques à l’œuvre dans la création ou l’adaptation des centres de formation, jusqu’au contenu des cours et de leur financement, c’est un portrait des plus exhaustifs que l’historienne dresse ici, et dont les grandes lignes sont résumées dans une série de cartes réunies avec quelques illustrations dans un cahier central. Ces cartes, très utiles, permettent de visualiser aisément l’organisation des formations sur le territoire français et son évolution au fil du siècle.

4Le cinquième chapitre dresse ensuite un portrait social des élèves qui suivaient ces cours et peuplaient ces formations. La sage-femme modale du tournant des XVIIIe et XIXe siècles est d’origine très modeste, bénéficiant parfois de bourses et finissant, notamment en Corrèze, par marier des hommes plus instruits et plus aisés que leur propre père. Elle est aussi souvent fille ou sœur d’accoucheuse, redoublant ainsi l’expérience acquise en formation par celle obtenue auprès de sa parente. Mais à mesure que le siècle avance, l’encadrement de la formation se renforce et se normalise, au point de faire apparaître une nouvelle figure. C’est ce qui est détaillé au chapitre six. La sage-femme française du XIXe siècle se doit d’être jeune, en bonne santé, résistante physiquement et nerveusement, d’une bonne taille et faisant preuve d’adresse, d’agilité et de force. Elle présente en outre un certain nombre de qualités morales, dont la douceur, la sensibilité, la modestie, la décence, la charité, la piété, ou encore le courage et la prudence. La sage-femme idéale doit également avoir des capacités d’apprentissage importantes, puisque c’est désormais un diplôme qui sanctionne la formation reçue et autorise l’exercice, mais aussi parce que son champ d’expertise va progressivement s’ouvrir à des pratiques médicales plus avancées, comme la vaccination et les soins au premier âge.

5L’enseignement que les sages-femmes reçoivent dans les écoles d’accouchements est d’ailleurs diversifié. C’est ce que montre le chapitre sept. Au professeur et à la sage-femme en chef, qui dirigent souvent, ensemble ou non, avec ou sans frictions, les lieux de formation, s’ajoute un ballet de petites mains, composé notamment des répétitrices et de sous-maîtresses. Il faut dire que la professionnalisation de la formation est accompagnée par le développement d’un corpus théorique et pratique de plus en plus scientifique et varié. C’est l’objet du huitième chapitre. À mesure qu’avance le siècle, les enseignements dispensés se multiplient, tandis que les savoirs enseignés se diversifient et s’approfondissent. Aux manuels et aux enseignements théoriques s’ajoutent des travaux pratiques, sur mannequin ou lit de la parturiente, sans parler de la littérature scientifique qui se développe alors pour aider l’étudiante comme la sage-femme d’expérience à se tenir informée des avancées en pédiatrie, en obstétrique, en botanique et même en microbiologie.

6Désormais reconnues par les pouvoirs publics, les sages-femmes s’imposent progressivement comme des agents de médicalisation aussi efficaces qu’incontournables, ce qui ne les empêche pourtant pas d’être l’objet de toutes sortes de critiques. Car cette professionnalisation ne s’est pas faite, on s’en doutait, sans heurts, ainsi que le détaille le neuvième et dernier chapitre. Les contestations des médecins furent nombreuses, que ce soit relativement à leur existence même comme corps professionnel, aux limites de leur champ d’exercice, ou encore à leurs pratiques, notamment en ce qui a trait à la délivrance de médicaments ou de drogues.

7Malgré ces oppositions, 60 000 sages-femmes furent formées au cours du XIXe siècle, affirmant ainsi la solidité et la durabilité d’un corps de professionnelles de santé à part entière. Néanmoins, ce dernier devra encore faire face à nombre de nouveaux défis au cours du XXe siècle, même après l’unification de la profession, finalisée en 1916 avec la suppression de la seconde classe. L’évolution des modalités d’accouchement, en particulier leur médicalisation et leur centralisation à l’hôpital, qui s’opère au cours de la seconde moitié du XXe siècle mettra en effet, de nouveau, en lumière les tensions internes de cette profession dont le domaine de pratique reste cantonné au physiologique tandis que l’exercice se voit si souvent confronté au pathologique.

8S’il leur reste encore des obstacles à surmonter, notamment en termes de reconnaissance, force est de constater que les sages-femmes forment en France une profession de santé à part entière, bien implantée et surtout reconnue par le monde médical et les pouvoirs publics. C’est le résultat d’une construction historique singulière dont Nathalie Sage Pranchère a retracé ici avec brio et précision le déroulement et les arcanes. Elle contribue ainsi à la reconnaissance de ces femmes qui ont consacré leur existence à aider les autres à donner naissance ; mais elle œuvre aussi, et de manière décisive, à l’écriture d’une histoire sociale de la santé soucieuse de mettre en évidence, contre la vielle histoire de la médecine et des médecins, la pluralité des acteurs du soin.

Haut de page

Notes

1 Jacques Leonard, Les médecins de l'Ouest au XIXe siècle, Lille, Atelier reproduction des thèses, 1978.

2 En particulier, la série C (Administrations provinciales) pour l’Ancien Régime, la série L (Administration et tribunaux de l’époque révolutionnaire) pour la période révolutionnaire puis les séries M (Administration générale et économie du département), X (Assistance et prévoyance sociale) et N (Conseil général) pour le XIXe siècle.

3 Voir Olivier Faure, Histoire sociale de la médecine en France XVIIIe-XXe siècle, Paris, Économica, 1994.

4 Voir Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Nathalie Sage Pranchère, L’école des sages-femmes. Naissance d’un corps professionnel (1786-1917)  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 04 avril 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22602

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page