Navigation – Plan du site

Emiliano Grossman, Nicolas Sauger, Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?

Tatiana Fauconnet
Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?
Emiliano Grossman, Nicolas Sauger, Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2017, 172 p., ISBN : 9782724620108.
Haut de page

Texte intégral

1C’est dans le contexte si particulier de la campagne présidentielle française de 2017, que Nicolas Sauger et Emiliano Grossman ont choisi d’offrir une analyse de la crise contemporaine française de la représentation politique. De façon abrupte, les premières lignes posent les termes de la relation de défiance entre les citoyens et leurs représentants : « Nous n’aimons pas nos politiques » (p. 5). Ce constat, symptôme de la crise contemporaine, est pris au sérieux par les deux chercheurs, qui l’interrogent à la fois dans le temps et dans l’espace. La thèse qu’ils défendent est tout à fait originale : la crise contemporaine de la représentation politique que traverse la France n’a rien d’exceptionnel. Même si cette crise présente certaines spécificités, il n’en demeure pas moins qu’elle s’inscrit dans un cycle de crises que connaissent toutes les démocraties occidentales. Voulant déterminer la nature précise de la crise politique hexagonale, les deux auteurs s’attachent à mettre en évidence les particularités de la vie politique française, revenant notamment sur les cycles de crise et de stabilisation politiques propres au pays. L’intérêt de cette analyse, exclusivement centrée sur le cas français, réside en effet dans les modalités d’une méthodologie à la fois historique et comparative. Soucieux de saisir le « sentiment » des Français à l’égard de la démocratie ou d’établir le degré de « confiance » entre les citoyens et leurs représentants, les deux chercheurs s’intéressent à des indicateurs subjectifs de perception. Les enquêtes nationales et internationales d’opinion constituent alors un outil d’analyse privilégié, en ce qu’elles représentent la « voie la plus directe pour saisir les représentations et les perceptions d’échantillons représentatifs de la population » (p. 15). Afin de répondre à leur double exigence méthodologique, les auteurs ont choisi de restreindre leur sélection d’enquêtes d’opinion à celles qui avaient opté pour une démarche similaire d’analyse historique et comparative entre pays. À partir d’un croisement de données subjectives et objectives, les chercheurs proposent alors d’identifier les discontinuités dans le « sentiment » des Français, en soulignant les mouvements de rupture de la « confiance » des Français en leurs représentants.

  • 1 Leonardo Morlino identifie les trois dimensions suivantes : la procédure démocratique, qui renvoie (...)
  • 2 Putnam Robert D., Bowling Alone: The collapse and Revival of American Community, New York, Simon an (...)

2Le chapitre premier permet de préciser la démarche méthodologique adoptée, et de tester la pertinence de différents indicateurs susceptibles de mesurer le degré de mécontentement des citoyens vis-à-vis de leurs représentants. Avant de donner une définition de la notion de « confiance » nécessaire au déploiement de leur argumentaire, les auteurs s’emparent des trois dimensions proposées par le chercheur italien Leonardo Morlino1 pour juger de la « qualité » d’une démocratie. Afin de dévoiler les ambiguïtés du lien entre la notion de « confiance » et celle de « démocratie », ils ont recours aux résultats d’une étude menée par Robert Putnam2. Cette dernière rend compte de l’impact d’une diminution de la confiance des citoyens sur le développement de la démocratie, tout en reconnaissant qu’une démocratie est en mesure de fonctionner sans confiance sociale et politique. Différents graphiques permettent de mettre en parallèle le soutien à la démocratie et la confiance dans les dirigeants, visualiser le degré de satisfaction démocratique de la France par rapport à celui d’autres pays, et mettre en avant les différences de confiance envers les dirigeants politiques en fonction du revenu. Grâce à ces représentations, les auteurs entérinent la possibilité méthodologique de saisir le sentiment de confiance des citoyens vis-à-vis de leurs représentants.

  • 3 Précisons que cette thèse a déjà été développée dans l’ouvrage : Boy Daniel, Cautrès Bruno et Sauge (...)

3Du chapitre deux au chapitre cinq, les auteurs testent différentes explications pouvant rendre compte de la défiance actuelle des citoyens vis-à-vis des hommes politiques. Aussi explorent-ils quatre pistes que l’on peut présenter comme suit. Ce désaveu des Français peut-il s’expliquer par la médiocrité des politiques publiques mises en place par nos représentants ? Nos élites sont-elles suffisamment représentatives pour œuvrer dans l’intérêt commun ? Les Français, du fait de leur tempérament « gaulois », ne sont-ils pas ingouvernables ? Et enfin, l’organisation de notre système politique répond-elle véritablement à notre exigence démocratique ? Pour explorer la première piste, les deux chercheurs s’intéressent au degré de satisfaction des citoyens dans trois domaines : l’éducation, la santé et les inégalités sociales. Ils mettent ainsi en évidence la sévérité du jugement des citoyens français vis-à-vis des politiques publiques relatives à ces domaines, en confrontant leur analyse subjective aux données objectives des résultats de ces politiques publiques. Ces dernières révèlent que la France se situe, pour ces trois domaines, dans la moyenne des pays d’Europe ou de l’OCDE. Constatant une faible corrélation entre l’analyse subjective des citoyens concernant l’efficacité des politiques publiques et leur appréciation du gouvernement, les auteurs admettent que la qualité de ces dernières n’est pas déterminante dans l’explication du divorce entre les citoyens et la classe politique. Pour explorer la deuxième piste, ils se penchent sur le concept de représentativité en interrogeant la ressemblance entre les élus et leurs mandants (le genre, l’origine sociale, la catégorie socioprofessionnelle, le cursus universitaire ou encore l’appartenance régionale ou ethnique). Si les élites politiques ne sont pas représentatives de la diversité de la population française, la France est loin d’être un cas exceptionnel. Il apparaît également que, si la confiance envers les élus est faible, la reconnaissance du lien de représentation reste réelle. Avec une grande acuité, Emiliano Grossman et Nicolas Saugier livrent une analyse originale des effets de l’introduction de la parité et des primaires « ouvertes » dans les partis, en examinant deux réformes de la vie politiques vues a priori comme un moyen d’augmenter le degré de représentativité de la classe politique. Ils montrent que ces réformes ont une propension à nourrir la frustration des citoyens vis-à-vis de la classe politique, du fait du décalage entre le principe de ces réformes et leur réalisation concrète. Ils mettent donc en évidence le paradoxe suivant : alors que les pouvoirs publics prennent des décisions visant à augmenter la transparence en politique et à contraindre les politiques dans leurs fonctions, la confiance générale des citoyens en leurs représentants ne cesse de décliner. La troisième piste explorée est plutôt surprenante, mais signe l’originalité de la démarche de Nicolas Sauger et d’Emiliano Grossman. En effet, l’hypothèse de marqueurs identitaires nationaux les conduit à proposer une analyse intéressante des comportements électoraux des Français et de leur culture de la protestation. Démontrant la cohérence des choix politiques des Français, exhibant l’absence de polarisation de la société française et nuançant l’aspect « protestataire » de certains votes, ils finissent par invalider l’hypothèse de la spécificité des attitudes politiques des français3. Enfin, la quatrième piste explorée fait émerger les effets pervers des institutions politiques françaises. Selon eux, c’est à ce niveau que se situent les particularités de la crise politique française. Le caractère central de l’élection présidentielle aurait un impact négatif sur le rythme de la vie politique, en cristallisant des attentes de plus en plus démesurées autour de la figure du président et en reléguant au second rang l’élection législative. L’organisation institutionnelle semble alors responsable, dans une large partie, de la crise contemporaine de la représentation politique.

4Finalement, cette enquête aide à situer la France dans une crise de la représentation politique plus générale, et vient rappeler que le propre de la démocratie réside dans sa constante remise en cause. Elle présente un dernier intérêt, celui d’émettre des propositions concrètes quant à la résorption de la crise institutionnelle qui semble gouverner la démocratie française. Constatant que la spécificité de la crise française est à chercher du côté de son organisation institutionnelle, c’est à ce niveau que se situent les propositions de réforme des deux auteurs. Les cinq propositions succinctement présentées à la toute fin de l’ouvrage ont été pensées sans nécessité de recours direct à un changement de constitution, invitant ainsi le politique à s’emparer rapidement de ces questions.

Haut de page

Notes

1 Leonardo Morlino identifie les trois dimensions suivantes : la procédure démocratique, qui renvoie aux conditions de l’accès à la prise de décision ou de représentation des citoyens ; les contenus des politiques, qui supposent de juger la mise en place des politiques publiques en fonction des promesses électorales ; et enfin, les résultats obtenus qui permettent de juger de la qualité du gouvernement. Morlino Leonardo (dir.), « Architectures constitutionnelles et politiques démocratiques en Europe de l’Est », Revue française de science politique, vol. 50, n° 4-5, 2000, p. 679-711.

2 Putnam Robert D., Bowling Alone: The collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster, 2001.

3 Précisons que cette thèse a déjà été développée dans l’ouvrage : Boy Daniel, Cautrès Bruno et Sauger Nicolas (dir.), Les Français sont-ils des Européens comme les autres ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Fauconnet, « Emiliano Grossman, Nicolas Sauger, Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 05 avril 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22606

Haut de page

Rédacteur

Tatiana Fauconnet

Doctorante en science politique à l’ENS de Lyon – Laboratoire Triangle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page