Navegación – Mapa del sitio

Gianfranco Rosi, Fuocoammare

Élisabeth Schulz
Fuccoammare
Gianfranco Rosi, Fuccoammare. Par-delà Lampedusa, Blaq Out, 2017.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Pietro Bartolo fait cette réflexion dans le bonus du film. Lire aussi : Pietro Bartolo et Lidia Til (...)
  • 2 Comme le souligne Gianfranco Rosi, « Les médias montrent toujours Lampedusa de la même façon, quand (...)

1« On nous intoxique avec des chiffres, nous perdons le contact avec la réalité, avec ce qui se passe réellement », déplore Pietro Bartolo1, médecin et directeur de l’hôpital de Lampedusa. L’objectif du réalisateur italo-américain Gianfranco Rosi, qui a décroché l’Ours d’or à la Berlinale de 2016, est de faire comprendre aux Occidentaux ce qui se passe réellement dans l’île de Lampedusa tant médiatisée mais dont la réalité quotidienne échappe à tous2. Tout en donnant à partager le quotidien des Lampédusiens, le film montre les conditions de la traversée de la mer Méditerranée qu’affrontent les personnes migrantes en provenance de la rive sud. Or, dans Fuocoammare, bien que l’île soit petite, il n’y a pas d’interaction entre les insulaires et les migrants, comme si ces deux mondes vivaient en parallèle.

  • 3 Sorti en septembre 2015, Mediterranea a reçu le prix Lux 2015 en compétition et la mention spéciale (...)

2Les documentaires précédents de Gianfranco Rosi, Sacro GRA (2013), El Sicario Room 164 (2010) ou Below Sea Level (2008), se caractérisaient déjà par la même méthode de travail qui consiste à attendre le bon moment pour saisir des instants de vie des protagonistes plutôt que de leur poser des questions. C’est pourquoi le réalisateur a séjourné un an à Lampedusa, établissant un contact étroit avec des insulaires, parmi lesquels Samuele, l’enfant qui est devenu le personnage principal du film. Quand Rosi commence à filmer, il ne sait pas où il va. C’est au moment du montage que le dernier sauvetage en mer, qui apparaît à la fin, devient le point culminant du film. Au terme de quarante jours passés en mer, Rosi assiste en effet à un énième sauvetage qui s’avère être une tragédie : des centaines de personnes, hommes, femmes et enfants périssent dans les cales du bateau. Après cet épisode tragique, Gianfranco Rosi cesse de filmer et se consacre au montage du film, qu’il envoie à Berlin. Il ajoutera juste une scène, filmée entre temps, celle dans laquelle le docteur Bartolo montre des photos de sauvetages et déclare qu’il ne peut s’habituer à cette détresse humaine. Rosi montre donc la réalité. Le montage ne sert qu’à créer une atmosphère et un cadre narratif. La démarche de Rosi est donc bien différente de celle de Jonas Carpignano, le réalisateur du film Mediterranea3, consacré lui aussi aux migrants clandestins, qui s’appuie sur un scénario travaillé, inspiré du parcours de l’acteur principal, Koudous Seihon. Il parvient ainsi à faire partager le monde des migrants d’un point de vue intérieur tandis que Rosi adopte un point de vue extérieur. Ces deux films donnent donc deux perspectives très complémentaires sur le thème migratoire.

  • 4 Olivier Favier, Chroniques d’exil et d’hospitalité. Vies de migrants, ici et ailleurs, Le passager (...)
  • 5 Avant octobre 2013, les insulaires venaient directement en aide aux personnes migrantes qui arrivai (...)
  • 6 Les passagers des canots sont tellement enduits de fuel que, lorsque les pécheurs tentent de sauver (...)

3Les quatre bonus proposés avec le DVD de Fuocoammare. Par delà Lampedusa viennent apporter un éclairage essentiel au film à travers les réflexions non seulement du réalisateur et du docteur Bartolo mais également grâce à deux autres entretiens. En effet, dans un des bonus, Olivier Favier4, reporter, historien et traducteur, explique au spectateur l’évolution des relations entre migrants et insulaires depuis octobre 20135. Puis, dans le dernier bonus, Éric Valmir, correspondant permanent de Radio France à Rome de 2006 à 2011, évoque la valeur géostratégique de l’île ainsi que le traumatisme des habitants qui ont été en contact direct avec la mort6.

4Dans le film, deux mondes cohabitent sans se croiser : d’un côté, on observe le quotidien des insulaires, pécheurs de génération en génération, marqués par une anxiété latente qui renvoie au monde occidental ; de l’autre, on assiste au calvaire des migrants et à leur sauvetage. La mer unit ces deux mondes, même si c’est en apportant la nourriture aux uns et en prenant la vie des autres. Mais la mer ne peut être tenue responsable : ce sont des hommes qui envoient d’autres êtres humains à la mort. En filmant le quotidien de Samuele et de quelques insulaires parallèlement aux personnes migrantes, Rosi entend raconter l’île au travers de ses habitants. Samuele devient non seulement le fil rouge du film mais il est aussi la source de métaphores frappantes. Ainsi, après une visite chez l’opticien, il doit faire travailler son œil « paresseux », tout comme les Européens doivent apprendre à regarder ce qu’ils ne font plus l’effort de voir. C’est en tout cas à quoi le film incite le spectateur. À la fin, Samuele a évolué, il caresse un oiseau et lui parle, alors que, durant tout le film, il chassait ses congénères avec sa fronde. Le message implicite de Rosi est d’inviter le monde occidental à adopter ce changement d’attitude face aux personnes migrantes qui tentent de gagner l’Europe.

5En fait, Lampedusa représente la porte de l’Europe car il s’agit de l’île européenne la plus au sud du continent. Dès le début du film, le cadre est posé : d’une superficie de 20 km2, elle se situe à 70 miles de l’Afrique et a vu passer sur son sol plus de 400 000 migrants ces vingt dernières années. Pour faire comprendre cette réalité, le réalisateur conduit progressivement le spectateur au cœur du tragique. Ainsi, au début du film, une voix féminine se fait juste entendre : il s’agit de la voix d’une passagère anonyme appelant du secours tandis que son canot coule : « Nous sommes en train de couler ! Il y a beaucoup de petits enfants à bord ! », crie-t-elle désespérée. Mais un pas est franchi quand, dans la dernière partie, le spectateur est confronté au silence des sauveteurs désemparés puis au silence de la mort dans les cales du bateau, jonchées de cadavres, que Rosi a décidé de montrer à l’écran.

  • 7 D’où l’expression des habitants de l’île de Lampedusa : « Che fuoco a mare che c’è stasera ».
  • 8 Valeria di Brida, « “Fuocoammare” anche la canzone è un gioiello prezioso », in Il Fatto Quotidiane (...)

6Le titre du film, Fuocoammare, prend alors sens : il s’agit d’une fusée de détresse lancée à l’attention des spectateurs occidentaux. Comme les fusées qui donnent l’impression que la mer devient rouge, le film montre une mer rouge de sang humain. Ce titre provient d’un chant populaire lampédusien qui fait référence au bombardement du navire Maddalena en 1943. Lorsque celui-ci prit feu dans le port, la mer a semblé prendre feu à son tour et l’île en fut illuminée7. Si seules quelques bribes de paroles sont restées en mémoire, en revanche la partie instrumentale est connue et jouée partout sur l’île. À la demande de Rosi, Giuseppe Fragapane, dit il Pippo, a enregistré plusieurs versions de la chanson avec des musiciens de Lampedusa : c’est l’une d’entre elles qui constitue la musique phare du film8. Outre ce fragment mémoriel préservé, Rosi a la chance d’être témoin d’un autre temps musical dans les locaux d’un centre d’accueil. Un groupe venant du Nigéria psalmodie son histoire. Sur ce fond mélodieux, s’élève la voix vibrante d’un homme qui chante ; le témoignage de son terrible périple à travers le Sahara et la Lybie nous rappelle que son enfer est la conséquence des actes d’autres hommes. Mais il remercie alors Dieu de les avoir sauvés. Le réalisateur montre des gens abattus, des femmes en pleurs, des enfants exténués mais, en même temps, il filme la volonté de continuer de vivre qui anime ces personnes. On assiste par exemple à un tournoi de foot dans la cour du centre d’accueil qui fait presque oublier ce que ces êtres viennent de subir.

7D’autre part, le témoignage du docteur Bartolo représente une clé de compréhension dans le film : son métier l’a conduit à devenir le porte-parole de ces milliers de victimes. Lors de l’échographie d’une femme érythréenne enceinte de jumeaux, il explique que la femme et les fœtus ont subis un très grave traumatisme à cause de la traversée. Plus tard, il commente des photos montrant comment de nombreuses personnes meurent, pas seulement noyées mais aussi déshydratées dans les cales des bateaux. Il évoque aussi la « maladie des canots » qui touche essentiellement les femmes et les enfants, restés des journées entières en contact avec le mélange d’essence (servant à alimenter les moteurs des canots) et l’eau de mer. Ce mélange chimique occasionne des brûlures graves, voire mortelles, sur les passagers. Des gardes du centre d’accueil font d’ailleurs la remarque que l’odeur est tellement forte que si on allumait un feu, les migrants s’embraseraient comme des torches...

  • 9 Voir le bonus.

8Dans le bonus du film, Pietro Bartolo souligne que ces êtres, réduits à des chiffres dans les médias, sont en réalité des personnes courageuses qui ont parfois traversé un véritable enfer, notamment en Lybie, avant de s’embarquer pour ce voyage si risqué. Mais, comme le chante un migrant, la vie est elle-même un risque. Ce film constitue un témoignage poignant qui a pour objectif d’entrainer une prise de conscience chez le spectateur. En effet, comme Pietro Bartolo le dit, le cinéma peut devenir une arme puissante qui touche les cœurs9.

Inicio de página

Notas

1 Pietro Bartolo fait cette réflexion dans le bonus du film. Lire aussi : Pietro Bartolo et Lidia Tilotta, Lacrime de sale : la mia storia quotidiane di medico di Lampedusa fra dolore e speranza, Ostiglia, Arnoldo Mondatori Editore, 2016.

2 Comme le souligne Gianfranco Rosi, « Les médias montrent toujours Lampedusa de la même façon, quand il s’y passe une tragédie ». Entretien de Gianfranco Rosi avec Frédéric Strauss, « Lampedusa est l’île des migrants mais on n’y voit pas de migrants », Télérama.fr, 28 octobre 2016, en ligne : http://www.telerama.fr/cinema/gianfranco-rosi-lampedusa-est-l-ile-des-migrants-mais-on-n-y-voit-pas-de-migrants,148024.php.

3 Sorti en septembre 2015, Mediterranea a reçu le prix Lux 2015 en compétition et la mention spéciale du festival de Munich. Le long-métrage raconte le périple d’Ayiva et de son ami Abas qui partent du Burkina Faso pour le sud de l’Italie en passant par le Sahara, la Lybie et la Méditerranée. Jonas Carpignano, Mediterranea, Blaq Out, 2016 ; compte rendu d’Élisabeth Schulz pour Lectures : http://lectures.revues.org/21006.

4 Olivier Favier, Chroniques d’exil et d’hospitalité. Vies de migrants, ici et ailleurs, Le passager clandestins, 2016. On trouve dans cet ouvrage des reportages, des entretiens ou encore des portraits rédigés entre 2013 et 2016.

5 Avant octobre 2013, les insulaires venaient directement en aide aux personnes migrantes qui arrivaient sur l’île mais ensuite, face aux besoins débordants des arrivants, l’État est intervenu. Les bateaux sont interceptés en mer puis, une fois sur terre, les survivants sont pris en charge par des bus qui les conduisent dans un centre d’accueil sur l’île. Le film ne montre pas d’interaction entre ces derniers et les habitants car il a été réalisé à partir de 2014.

6 Les passagers des canots sont tellement enduits de fuel que, lorsque les pécheurs tentent de sauver les hommes à la mer, ces derniers leur glissent littéralement entre les mains et se noient sous leurs yeux, malgré tous leurs efforts.

7 D’où l’expression des habitants de l’île de Lampedusa : « Che fuoco a mare che c’è stasera ».

8 Valeria di Brida, « “Fuocoammare” anche la canzone è un gioiello prezioso », in Il Fatto Quotidiane.it, 29 février 2016.

9 Voir le bonus.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Élisabeth Schulz, « Gianfranco Rosi, Fuocoammare », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 10 abril 2017, consultado el 26 mayo 2017. URL : http://lectures.revues.org/22623

Inicio de página

Redactor

Élisabeth Schulz

Le Dr Elisabeth Schulz est actuellement chercheuse associée au CERIEC de l’Université d’Angers (EA 922)). Titulaire d'un doctorat d'histoire et sémiologie du texte et de l'image, effectué sous la direction de Julia Kristeva à l'Université Paris VII, elle a enseigné la littérature francophone à l'Université hébraïque de Jérusalem et a été professeur de Français Langue Etrangère à l'institut français Romain Gary de Jérusalem. Ses recherches portent essentiellement sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale de langue française.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página