Navigation – Plan du site

Rod Earle, Convict Criminology: Inside and out

Arthur Vuattoux
Convict Criminology
Rod Earle, Convict Criminology. Inside and out, Bristol, Policy Press, coll. « New horizon in criminology », 2016, 176 p., ISBN : 978-1447321866.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notons toutefois un panorama de ces recherches réalisé par Grégory Salle, qui explique bien les spé (...)

1Rod Earle est un criminologue britannique qui travaille depuis plusieurs années sur les questions d’identité et d’ethnicité en prison. Rien d’original a priori (ce type de recherches s’étant considérablement développé depuis plusieurs décennies), si ce n’est que Earle travaille ces questions à partir de sa position singulière d’ex-détenu. Il s’inscrit dans ce courant de la criminologie anglo-saxonne que l’on appelle convict criminology, relativement peu connu en France1. La convict criminology est une criminologie produite par des chercheurs ayant une expérience de la prison, et pouvant donc élaborer une réflexion épistémologique sur la double position d’insider et d’outsider au sein d’une institution caractérisée par la coupure affichée entre le dedans (la vie carcérale, les détenus) et le dehors (la vie extérieure, le débat académique sur la prison).

  • 2 À ce propos, voir Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épi (...)

2L’ouvrage développe cette réflexion épistémologique sur le statut de l’enquêteur criminologue / ex-détenu, bien plus qu’il ne présente des résultats d’enquête. De nombreux articles ont été publiés par Earle à propos d’enquêtes menées en détention, mais il s’agit ici d’un exercice de prise de recul, de positionnement méthodologique et épistémologique. En cela, Earle s’inscrit pleinement dans les réflexions féministes autour de « l’épistémologie du point de vue »2, qui invitent à reconsidérer la neutralité du sujet savant dans la production de savoir. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Earle est largement influencé par la littérature féministe et des études de genre, qu’il mobilise tout au long de son livre, ainsi que par les cultural studies. La préface de Shadd Maruna évoque également cette influence, en notant que, de même qu’on n’imagine pas des études LGBTQ (Lesbiennes, gays, bi, trans et queer) sans la parole des premiers concernés, on ne peut construire un savoir sur la prison sans écouter les prisonniers (p. xiii).

  • 3 Voir Loïc Wacquant, « The Curious Eclipse of Prison Ethnography in the Age of Mass Incarceration », (...)
  • 4 Un monde académique qui, comme le note Wacquant (op. cit.), se caractérise à cette époque par des a (...)

3L’ouvrage ne se réduit cependant pas à une réflexion épistémologique sur le point de vue d’un chercheur ex-détenu. Il revient, dès ses premiers chapitres, sur les origines américaines et européennes de la convict criminology. Earle rappelle que les États-Unis ne sont pas le premier producteur de criminologie par hasard, puisque ce pays est également celui de l’incarcération de masse3. Dès les années 1960, à travers la figure de John Irwin, concomitante de changements importants dans la politique pénale et carcérale étasunienne, des paroles d’ex-détenus commencent à émerger dans le monde académique4. De nombreux travaux critiques apparaissent, certains écrits par des détenus ou ex-détenus. Cependant, lucide à propos de ce courant qu’il entend incarner, Earle note dans son troisième chapitre que cette nouvelle criminologie s’inscrit malgré elle dans un processus de sélection sociale propre au monde académique : alors que la population pénale américaine est massivement racialisée et issue des classes populaires, celle des criminologues ex-détenus est essentiellement blanche et de classe plus favorisée. De même, ce champ de recherche est essentiellement masculin (ce qui est davantage dû, sans doute, à la faible présence des femmes en prison).

4Retraçant la généalogie de la convict criminology, Earle essaye d’aller au-delà de l’institutionnalisation de ce courant aux États-Unis en cherchant des racines plus profondes, notamment en Europe, à travers les écrits de Kropotkine, mais aussi de Gramsci et Foucault (les deux premiers ayant écrit à partir de leur expérience de la prison, et le troisième à partir d’un travail de politisation des voix des détenus, via le Groupe d’information sur les prisons).

  • 5 Earle et Philipps complètent en cela les réflexions de Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien sur leur (...)

5Mais le cœur de l’ouvrage de Earle se situe sans doute dans ses derniers chapitres, consacrés à la fois à une réflexion épistémologique sur la convict criminology et à un travail de mise en récit de son expérience carcérale, distillé à travers de petites pastilles introductives et non dénuées d’intérêt. Dans le chapitre cinq, il raconte par exemple les conditions de son arrestation, et les apprentissages qu’il a tirés, en tant que chercheur, de ses trois mois d’incarcération. Il décrit les dynamiques de racialisation propres aux prisons britanniques, avec une sur-incarcération des « Noirs », des « Arabes », mais aussi des « pakistanais » et « Bangladais » (p. 97), et explique comment il articule ces faits à son expérience d’enquête en tant qu’homme blanc. Il évoque notamment sa collaboration avec une chercheure noire, Coretta Phillips, et ce que cette collaboration a pu apporter à leur enquête commune en termes de réflexivité et de compréhension des mécanismes carcéraux, dans la confrontation aux agents pénitentiaires (p. 119)5.

6Earle, au-delà de la réflexion épistémologique tissée tout au long de l’ouvrage, explique que le point de vue de l’intérieur, celui des criminologues ex-détenus, permet aussi de lutter de manière performative contre les stéréotypes véhiculés à propos des détenus, qui tendent à délégitimer leur parole a priori, en tant qu’ils n’auraient pas les ressources nécessaires pour produire sur eux-mêmes un savoir digne d’intérêt. Toutefois, Earle ne verse pas dans l’illusion naïve d’une « vérité pure » de la parole des détenus, dans laquelle certaines recherches issues de la convict criminology tendent à tomber. En mobilisant Foucault, il rappelle que la « vérité » ne se mesure pas à l’authenticité de l’expérience, et qu’elle est toute relative, du côté des insiders comme de celui des outsiders. Néanmoins, l’un des apports de l’ouvrage consiste à réaffirmer une chose que les chercheurs qui enquêtent sur le monde carcéral savent très bien (qu’ils soient ou non d’ex-détenus) : dans un monde clos et aux codes si spécifiques, les enquêtés savent se montrer très bons sociologues. L’ethnographie gagne alors à prendre au sérieux la parole des détenus et son potentiel analytique, de même qu’elle gagne à objectiver les propriétés sociales (de genre, de race, de classe, d’âge, etc.) des ethnographes.

Haut de page

Notes

1 Notons toutefois un panorama de ces recherches réalisé par Grégory Salle, qui explique bien les spécificités de ce courant et sa faible réception dans le contexte francophone. Voir Grégory Salle, « Une sociologie des “taulards” : la convict criminology », Genèses, vol. 3, n° 68, 2007, p. 132-144.

2 À ce propos, voir Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épistémologies du “point de vue” », Cahiers du genre, n° 53, 2012, p. 99-120.

3 Voir Loïc Wacquant, « The Curious Eclipse of Prison Ethnography in the Age of Mass Incarceration », Ethnography, vol. 3, n° 4, 2006, p. 305-322.

4 Un monde académique qui, comme le note Wacquant (op. cit.), se caractérise à cette époque par des approches essentiellement théoriques, sans réel travail de terrain.

5 Earle et Philipps complètent en cela les réflexions de Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien sur leur enquête en détention, qui permettait notamment de réfléchir aux implications de l’âge et de la position sociale dans l’enquête. Voir Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien, « Les registres sexués de la relation d’enquête en prison : retour sur l’expérience d’une équipe de recherche mixte », in Montjaret Anne, Pugeault Catherine, (dir.), Le sexe de l’enquête, Lyon, ENS Éditions, 2014 ; compte rendu de Myriam Chatot pour Lectures : https://lectures.revues.org/15885.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Vuattoux, « Rod Earle, Convict Criminology: Inside and out », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 avril 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22627

Haut de page

Rédacteur

Arthur Vuattoux

Arthur Vuattoux est docteur en sociologie (Université Paris 13, IRIS), chercheur associé à l’INJEP (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire), où il réalise une enquête sur la santé et la sexualité des jeunes détenus.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page