Navigation – Plan du site

Laura Atran-Fresco, Les Cadiens au présent, Revendications d’une francophonie en Amérique du Nord

Christophe Premat
Les Cadiens au présent
Laura Atran-Fresco, Les Cadiens au présent. Revendications d'une francophonie en Amérique du Nord, Québec, Presses de l'Université Laval, coll. « Langues officielles et sociétés », 2016, 264 p., ISBN : 9782763728209.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La francophonie rassemble l’ensemble des locuteurs de langue française alors que la Francophonie es (...)

1Appréhender la culture cadienne en Louisiane à partir de l’histoire, de la sociolinguistique et de la littérature, tel est le défi de cet ouvrage à la fois synthétique et précis qui analyse le contexte du français en situation minoritaire. On peut à juste titre comprendre les facteurs qui ont contribué au maintien dans le temps de cette identité culturelle bien spécifique. Il semble bien d’ailleurs que c’est grâce à une relation redéfinie à la francophonie/Francophonie1 que le français louisianais survit.

2Pour le voyageur pressé, la Louisiane garde des noms de lieux francophones (Lafayette, Bâton Rouge, Saint-Martinville) qui attestent d’une lointaine présence française. En réalité, le métissage est intimement lié à l’identité régionale puisque les premiers esclaves africains furent déportés en 1720 à la Nouvelle-Orléans puis, entre 1792 et 1809, la Louisiane devint littéralement une terre de refuge pour les exilés de la Révolution française et pour ceux qui fuirent Saint-Domingue. L’histoire de l’Acadie s’est jouée dans les nombreuses guerres intercoloniales entre la France et l’Angleterre jusqu’en 1763. Les Acadiens ont été ballotés dans la guerre entre la France et l’Angleterre pour les possessions américaines ; l’Acadie recoupait les provinces maritimes de la Nouvelle-France. L’identité acadienne s’enracine dans un traumatisme initial en 1755 qui prend le nom de Grand Dérangement lorsque les populations françaises du Canada durent prêter serment et servir la Couronne britannique sous peine d’être déportées. Vers la fin du 18e siècle, les premiers Acadiens débarquèrent en Louisiane, qui était redevenue tacitement française avant que Napoléon ne vendît définitivement ce territoire en 1803 aux États-Unis. Le 30 avril 1812, l’État de Louisiane devint le dix-huitième État américain, avec une Constitution publiée en français et en anglais. S’il y a une différence entre les Créoles blancs et les Acadiens rejetés dans les bayous, la fin de la guerre de Sécession, l’imposition de l’anglais comme langue de référence unique et la mobilité sociale ont rebattu progressivement les cartes à la fin du XIXe siècle. Certains Acadiens se sont anglicisés et intégrés à l’élite américaine tandis que les autres, au bas de l’échelle sociale, ont développé une identité culturelle qu’ils ont protégée à l’aide de la langue française. C’est certainement ce phénomène de diglossie, où la langue française a été utilisée de manière vernaculaire par un groupe social dominé, qui a retenu l’attention de l’auteure. Les nouveaux Cadiens ne sont pas les Acadiens d’autrefois : l’évolution sociale de la Louisiane a finalement créé une nouvelle identité minoritaire. Après des interdictions successives dans le domaine de l’enseignement, le français n’est plus transmis et devient rejeté à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

3Si la guerre a permis une américanisation des Cadiens, elle a favorisé leur ascension sociale et leur reconnaissance, ce qui s’est traduit par l’apparition d’une élite cadienne qui, sous l’influence de la Révolution tranquille québécoise et la mise en question des droits civiques aux États-Unis dans les années soixante, a pu générer une revendication identitaire. Le Codofil (Conseil pour le développement du français en Louisiane) a d’ailleurs été créé dans cet esprit en 1968 et a bénéficié en outre d’un contexte législatif favorable pour pouvoir faire évoluer la situation de diglossie. Cette institution a joué un rôle prédominant dans la formation francophone de la Louisiane en devenant un creuset de mobilité des enseignants. Dans les années 1970, le français est de nouveau enseigné dans les écoles de Louisiane et une nouvelle entité est reconnue publiquement sous le nom d’Acadiana en 1971 pour désigner la Louisiane francophone. Comme l’écrit Laura Atran-Fresco, « parler français en Louisiane aujourd’hui recouvre cette double dimension de la frontière ethnique, puisqu’il s’agit d’un acte à la fois de témoignage et de revendication » (p. 37). La création du Codofil, qui n’a rien à voir avec les opérateurs de la Francophonie, la francophonie louisianaise ayant été largement oubliée, coïncide avec le développement des institutions francophones. Si une reconnaissance plus forte de la minorité linguistique et culturelle permettrait de faciliter l’intégration francophone, elle demeure pour l’instant impossible. Sans bilinguisme officiel et en situation de diglossie, les Cadiens ont développé parallèlement des structures pour promouvoir leur cause, comme le Congrès mondial acadien en 1994.

4Reconnaissance culturelle et législative et enseignement du français ont revigoré l’identité cadienne. L’auteure a pu effectuer une série d’enquêtes sur les lycées du sud de la Louisiane pour comprendre les spécificités vernaculaires du français louisianais. Les classes d’immersion en langue française vernaculaire ont été une expérience suscitant un intérêt pour l’héritage cadien et créole. En plus de la langue, des composantes du folklore louisianais (musique, cuisine) sont également enseignées et transmises. L’émergence d’un patrimoine littéraire a fait son apparition puisque des écrivains français louisianais comme les poètes Barry Jean Ancelet, Jean Arceneaux, Antoine Bourque, Debbie Clifton, Revon Reed, Zachary Richard, Kirby Jambon et Sybil Kein sont de plus en plus étudiés au lycée. Le centre d’études louisianaises de l’Université de Lafayette fondé en 1973 s’est transformé en maison d’éditions en 2009. Une revue d’études francophones y avait été créée en 1986, avec pour objectif de valoriser ce patrimoine. Ces départements universitaires ont intégré progressivement un héritage cadien et créole et ont renforcé l’intérêt pour cette culture minoritaire. Au fond, cette culture trouve un écho chez les jeunes générations qui en apprennent les fondamentaux et qui militent pour sa préservation même si, professionnellement, les possibilités d’embauche restent limitées.

5Cet ouvrage, plus qu’une synthèse sur l’identité cadienne, montre comment le Codofil a su construire un véritable intérêt pour cette culture en bénéficiant de relais politiques et en favorisant des méthodologies d’apprentissage du français en immersion. La coopération éducative est très élaborée et a installé cette région durablement dans l’espace francophone. La Francophonie trouve son sens dans la reconnaissance d’une identité marginalisée. Cela étant, la position du français louisianais est inconfortable puisqu’une intégration plus poussée dans la Francophonie poserait des problèmes diplomatiques. On aurait aimé avoir une conclusion précisant davantage les défis posés à l’avenir de cette identité. En effet, depuis 2005, l’Agence de la Francophonie, devenue Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a acquis un statut politique beaucoup plus fort avec, sous la houlette de son secrétaire général de l’époque Abdou Diouf, une fusion de ses deux composantes : l’Agence internationale de la Francophonie et l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT). Si le français louisianais a été promu à l’époque d’une Francophonie plus culturelle et linguistique sous l’ACCT, le renforcement de son intégration susciterait inévitablement des tensions politiques comparables à celles des années 1970 avec la question québécoise et la position du Canada vis-à-vis de la Francophonie. Puisque le Nouveau-Brunswick et l’Ontario ont des statuts particuliers, peut-être que la Louisiane pourrait bénéficier d’un traitement similaire. L’autre aspect à prendre en compte est le contexte d’une montée en puissance des identités régionales en Amérique du Nord, aussi bien au Canada qu’aux États-Unis.

Haut de page

Notes

1 La francophonie rassemble l’ensemble des locuteurs de langue française alors que la Francophonie est une organisation géoculturelle et politique créée dans les années 1960 autour de la langue française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Laura Atran-Fresco, Les Cadiens au présent, Revendications d’une francophonie en Amérique du Nord », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 avril 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/22628

Haut de page

Rédacteur

Christophe Premat

Maître de conférences en études culturelles au département d’études romanes et classiques de l’Université de Stockholm.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page