Skip to navigation – Site map

Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin (dir.), « Science, technique, société », Zilsel, n° 1, 2017

Paul-Arthur Tortosa
Science, technique, société
Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin (dir.), « Science, technique, société », Zilsel, n° 1, janvier 2017, 420 p., Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, ISSN : en cours, ISBN : 9782365121019.
Top of page

Full text

1La revue Zilsel prolonge l’aventure intellectuelle engagée en ligne par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin au mois de novembre 20131. Pendant plusieurs années, les plus twittophiles des sociologues du CNRS ont proposé aux lecteurs du Carnet Zilsel notes critiques mordantes, articles pop, entretiens stimulants et réflexions épistémologiques précises. Le lancement d’une publication papier marque une nouvelle étape dans leur projet de réflexion pluridisciplinaire autour des sciences et des techniques.

2La ligne éditoriale de la revue, esquissée en introduction, est fidèle à celle du Carnet. Elle s’articule autour de trois principes fondamentaux : discipline, critique et enquête. Tout d’abord, la question disciplinaire est écartée. Pas question de se dire historien, sociologue ou philosophe : « ce qui est au cœur de notre projet, ce sont les pratiques, les opérations et les transferts de connaissance » (p. 15). Ensuite, la critique « au sens de la contre-argumentation des énoncés en circulation » (p. 15) est mise à l’honneur. Enfin, l’insistance sur le rôle de l’enquête dans la production de connaissance est l’occasion de préciser la vision de la recherche défendue par les rédacteurs en chef : « tout est bon pourvu que l’on fasse science, autrement dit que l’on produise un savoir étayé, cohérent et cumulatif, à l’opposé donc de l’essayisme [sic.] dogmatique et/ou “en roue libre” que l’on peut toujours retrouver dans les zones les plus faiblement normées des sciences humaines et sociales » (p. 16). Les ennemis étant clairement identifiés, la chasse aux charlatans et autres intellectuels autoproclamés est lancée.

3La revue se décompose en plusieurs parties. La première, intitulée « Confrontations », rassemble des articles originaux fondés sur des enquêtes. Dans ce premier numéro, il est question de sujets aussi variés que l’histoire des revues de STS, l’innovation dans la Silicon Valley, la philosophie de Joseph Agassi ou encore les trajectoires d’Alain Badiou et Alain Finkielkraut. La seconde, « Frictions », a pour vocation « d’encourager les échanges d’arguments et de contre-arguments autour de questions et d’objets de litiges intellectuel » (p. 16). Zilsel n° 1 revient sur le canular d’Anouk Barberousse et Philippe Huneman dans la revue Badiou Studies avant de se livrer à une entreprise de déconstruction minutieuse de l’ontologie mathématique du philosophe maoïste. Le ton est bien plus léger dans la rubrique « Libres Échanges », consacrée à des entretiens, inaugurée par une longue discussion avec Roger Chartier qui revient sur sa contribution décisive à l’histoire de l’écrit, ses dettes intellectuelles et ses perspectives pour l’avenir du champ historique. Le numéro se poursuit par une revue de littérature consacrée à la sociologie des savoirs ruraux. Le sillon historique est ensuite creusé par la partie « Classiques », rendant hommage à des textes ou des auteurs anciens. Outre Everett C. Hugues, c’est logiquement des travaux d’Edgar Zilsel dont il est question dans ce volume inaugural. La pincée de sel relevant le goût de ces nourritures spirituelles se trouve dans les « Critiques », rassemblant des recensions d’ouvrages récents, notamment ceux de Matthew Crawford ou Geoffroy de Lagsnerie.

  • 2 80 pages – 120 si l’on ajoute aux « Frictions » l’article des « Confrontations » consacré à une ana (...)

4Premièrement, il faut louer l’érudition et la rigueur intellectuelle des rédacteurs en chef. En particulier, leur critique extensive de l’ouvrage de Geoffroy de Lagasnerie, Juger, est un modèle du genre. Les auteurs boxent avec les mots sans retenir leurs coups, mais ils sont à mille lieues de l’invective personnelle, chaque attaque étant soigneusement construite, argumentée et référencée. Au rang des réussites à saluer, se trouve également la structure de la revue, qui offre au lecteur des axes clairs organisant des contributions variées. La diversité des thèmes et des formats rend également la lecture fluide et agréable. En revanche, la place accordée à la critique de l’œuvre d’Alain Badiou peut laisser perplexe. Est-il une figure majeure des STS ? Son ontologie mathématique est-elle si influente que sa contradiction mérite près d’un quart du volume éditorial d’une revue scientifique2 ? Au fond, de quoi Badiou est-il encore le nom ? Pourquoi aboyer au lieu de simplement laisser la caravane (tré)passer ? Finalement, surestimer l’importance de certaines figures dans le champ intellectuel conduit les auteurs à gâcher une partie de leur énergie dans une vaine lutte contre des moulins à vents. De plus, si peu de chercheurs ont une grande estime de l’œuvre de Badiou, il est peu probable que le grand public changera d’avis en lisant la Revue Zilsel. En effet, la volonté de rigueur et de précision est telle que les articles sont très techniques et peu lisibles par des non-spécialistes. Par ailleurs, si les auteurs s’en prennent à l’œuvre et à la figure de Badiou en général, leurs critiques – canular excepté – portent sur une partie seulement de son œuvre (son ontologie mathématique).

5Au-delà de l’entreprise de dynamitage des thèses du dernier des maoïstes, la revue semble peiner à sortir du cadre universitaire et à proposer des contenus susceptibles d’intéresser une plus large audience. Les articles ressemblent à des publications universitaires, le ton de l’entretien avec Roger Chartier est sérieux et les recensions sont truffées de références pointues. Cela n’est pas un problème en soi, mais le devient lorsque tant d’efforts sont déployés pour contredire des figures populaires dans les médias mais dont la vanité intellectuelle est reconnue par la plupart des chercheurs, et qu’est affichée en introduction l’ambition de produire des articles qui puissent « être lisibles au-delà des spécialistes des études sociales des sciences et techniques » (p. 9). De même, si l’introduction présente la revue comme l’émanation d’une nouvelle génération de chercheurs, on peine à y trouver d’importantes innovations formelles. Les débuts de la revue peuvent donc laisser quelque peu le lecteur sur sa faim.

6Ces remarques constituent cependant moins des critiques que des encouragements à poursuivre cette entreprise éditoriale prometteuse et à aller encore plus loin dans l’expérimentation, tant dans la revue Zilsel que dans le Carnet éponyme. La structure est solide, le style plaisant et la méthode rigoureuse, ce qui laisse présager du meilleur pour la suite du projet Zilsel.

Top of page

Notes

1 Carnet Zilsel : http://zilsel.hypotheses.org.

2 80 pages – 120 si l’on ajoute aux « Frictions » l’article des « Confrontations » consacré à une analyse croisée des carrières médiatiques des « Alains » (Badiou et Finkielkraut) – pour une revue d’environ 400 pages.

Top of page

References

Electronic reference

Paul-Arthur Tortosa, « Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin (dir.), « Science, technique, société », Zilsel, n° 1, 2017 », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 10 April 2017, connection on 24 June 2017. URL : http://lectures.revues.org/22629

Top of page

About the author

Paul-Arthur Tortosa

PhD Researcher European University Institute – EHESS.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page