Navigation – Plan du site

Thibaut Besozzi, La société des galeries marchandes

Samuel Coavoux
La société des galeries marchandes
Thibaut Besozzi, La société des galeries marchandes. Un petit monde de personnes âgées au coeur du centre commercial, Paris, Téraèdre, coll. « L'anthropologie au coin de la rue », 2017, 227 p., ISBN : 978-2-36085-080-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’ethnographie des lieux publics défendue par les sociologues de l’École de Chicago n’est pas une approche très répandue dans la sociologie française contemporaine. C’est pourtant dans cette perspective que s’inscrit résolument l’ouvrage de Thibaut Besozzi, issu d’une thèse de doctorat. Il prend pour objet un lieu typique de la modernité urbaine, le centre commercial ; mais plutôt que de le saisir comme on le fait habituellement par les pratiques de consommation, il l’appréhende par ses marges. L’auteur rend ainsi compte d’une immersion ethnographique de huit mois au sein de ceux qu’il appelle les « habitués » du centre, un groupe de personnes le plus souvent âgées qui fréquente régulièrement, voire quotidiennement, ses allées et ses aires de repos, mais peu ses magasins. Outre l’étude des sociabilités urbaines, l’ouvrage contribue ainsi à la sociologie de la vieillesse comme à celle des modes de vie des classes populaires.

2L’enquête consiste en une étude de cas, au sein d’un centre commercial urbain, situé dans le centre-ville d’une grande agglomération française (l’auteur souligne que l’on n’observerait pas les mêmes comportements dans des galeries marchandes plus éloignées des centres urbains). Construit dans les années 1970, ce centre commercial est organisé autour d’un grand supermarché et abrite 105 boutiques sur deux étages, accueillant 8 millions de visites par an. Huit « aires de repos » sont aménagées dans les couloirs du centre, délimitées parfois par des tapis, sur lesquels sont disposés plusieurs sièges amovibles. C’est dans ces aires que les habitués passent plusieurs heures par jour, à discuter, regarder passer les clients, et parfois dormir ou lire le journal.

3L’auteur distingue trois groupes d’habitués : les « piliers fixes », les « participants transversaux » et les « passagers occasionnels ». Les piliers fixes sont des membres quasi permanents, présent souvent de façon quotidienne et insérés dans un groupe privilégié, que Besozzi qualifie de « groupe ratifié ». En effet, chaque aire fait l’objet d’une appropriation privilégiée par un groupe : les dames du rez-de-chaussée se retrouvent dans l’aire qui fait face à la pharmacie, les hommes de l’étage près de l’ascenseur et les « Italiens » restent debout près de la rambarde de l’escalier. Le genre et la « culture d’origine » constituent ainsi deux principes de différenciation des groupes. Le genre produit des effets nombreux : sur les profils des participants (les femmes sont le plus souvent veuves, alors que plusieurs hommes vivent en couple mais viennent au centre sans leur épouse), sur la forme des sociabilités (les hommes se tutoient, les femmes se vouvoient), sur le contenu des discussions (l’humour est plus masculin, tout comme le sont les commentaires sexualisés à propos des passantes). Les participants transversaux sont également des habitués dont la fréquentation des couloirs est assidue, mais qui naviguent entre les groupes, assurant au passage une forme de circulation de l’information. Parmi les piliers fixes et les participants transversaux, on trouve principalement des retraités de milieux populaires. Enfin, les passagers occasionnels, moins souvent présents, ont des profils plus variés : certains ont un usage commercial du centre, et s’arrêtent pour discuter avant ou après leurs courses (tandis que les habitués, eux, fréquentent peu les boutiques) ; d’autres, comme les sans-domicile, subissent une injonction à la discrétion plus importante que les habitués, leur présence au centre étant conditionnée à la bienveillance des vigiles : ils ne sont tolérés que dans les aires de repos les plus périphériques, principalement l’hiver, et sous une condition tacite de discrétion.

4La négociation des places, en nombre limité, dans les aires de repos est complexe pour les habitués. Ils sont en effet mal perçus par la direction du centre, qui a d’ailleurs modifié la configuration de ces aires de repos après avoir découvert les premiers résultats de l’enquête, pour dissuader les habitués de s’installer trop longuement. Le personnel de surveillance a pour consigne de faire respecter le règlement intérieur du lieu, espace à la fois public (en ce qu’il est d’accès libre) et juridiquement privé (appartenant à la société exploitant le centre). Il est par exemple interdit de dormir ; les habitués somnolent parfois, en prenant soin de mettre des lunettes de soleil. Ils prennent également soin de se déplacer régulièrement, afin de ne pas être perçus comme trop sédentaires. Lorsqu’ils attendent qu’un siège se libère, aux heures d’affluence, les habitués discutent, debout, avec d’autres habitués assis, ou alors flânent autour de l’aire de repos, regardant les vitrines pour avoir l’apparence de clients. Mais outre le personnel de surveillance, ce sont aussi les autres usagers du lieu avec lesquels les relations sont parfois difficiles. L’auteur décrit alors les « tactiques d’apitoiement » mises en œuvre par les habitués pour s’assurer d’une place assise.

5Enjeux de luttes, les places assises sont aussi le symbole de l’intégration dans le groupe. Les habitués se les transmettent, forme première du système de dons qui organise leurs relations. Donner sa place à quelqu’un que l’on connaît, la refuser à un étranger au groupe des habitués sont des façons de montrer son appartenance, mais aussi de bénéficier d’un tel service en retour, le moment venu. Pour l’ethnographe, céder sa place a été une façon de s’intégrer parmi ses informateurs, intégration qu’il a considérée comme réussie le jour où, à son tour, on lui a proposé de s’asseoir. Après les places, on échange les salutations : serrer les mains des habitués, saluer d’un « bonjour » est une activité importante, à la fois temporellement et symboliquement, pour les habitués. L’interconnaissance, pourtant, se limite le plus souvent au centre commercial : à quelques exceptions près comme celle des ouvriers retraités qui étaient collègues de travail, les habitués ne se fréquentent pas en dehors du centre commercial. Enfin, les habitués discutent. Les sujets de conversation sont limités : la météo, la santé personnelle des participants – mais pas d’autres sujets personnels –, la vie du groupe d’habitués – qui est là aujourd’hui, qui était là hier, qui n’est pas venu depuis longtemps… –, et les clients que l’on voit passer, qui font l’objet de commérages.

6L’ouvrage dessine ainsi le portrait d’une vieillesse populaire fragilisée. Sa fragilité est d’abord économique. La quasi-totalité des participants appartient aux classes populaires. Les mieux dotés, retraités ayant travaillés durant toute leur vie active, ne peuvent toutefois pas se permettre de loisirs dispendieux ; les plus fragiles, veuves aux faibles retraites, chômeurs, précaires, ne peuvent parfois pas manger à leur faim ou chauffer leur logement, si tant est qu’ils en aient un et ne vivent pas dans un foyer, voire dans la rue. La fragilité est aussi sociale : des liens professionnels affaiblis par la retraite, des liens familiaux également affaiblis par l’éloignement des enfants et le veuvage, etc. La fréquentation du centre commercial est sinon un remède, du moins une ressource contre ces fragilités : elle permet d’entretenir, au quotidien, un lien social.

7Au-delà de ce qu’il montre des difficultés de la vieillesse dans les milieux populaires, l’ouvrage contribue en creux à l’ethnographie des lieux publics. Derrière l’apparente simplicité de l’objet – le caractère public des pratiques étudiées pourrait laisser croire que l’ethnographe n’a qu’à être présent et à enregistrer les activités qui se déroulent –, se cachent de nombreux obstacles. Les habitués ne se laissent pas approcher facilement, se méfient de l’ethnographe, refusent presque systématiquement les entretiens, même lorsque l’enquêteur est devenu familier dans ce petit groupe et ils parlent peu d’eux-mêmes. Il est difficile de justifier une enquête sur le quotidien, comme de décrire des interactions simples, apparemment pauvres. La présentation de l’enquête sous forme de récit ethnographique, si elle nuit, de mon point de vue, à la force de l’ouvrage, en séparant un peu artificiellement les données (première partie de l’ouvrage) de leur interprétation sociologique (deuxième partie), a pour vertu de mettre au jour et de discuter ces difficultés de l’ethnographie des lieux publics. La société des galeries marchandes tire ainsi d’un objet simple des fils sociologiques nombreux et passionnants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Thibaut Besozzi, La société des galeries marchandes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22653

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Sociologue, chercheur au laboratoire SENSE, Orange Labs. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page