Navigation – Plan du site

Christian Savés, Max Weber, penser le paradigme démocratique

Bastien Fond
Max Weber, penser le paradigme démocratique
Christian Savés, Max Weber, penser le paradigme démocratique, Saint-Denis, Publibook, 2017, 196 p., ISBN : 9782342059847.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette thématique est d’une importance première dans l’œuvre de Christian Savés, qui y consacre régu (...)

1Avec cet essai sur la pensée politique de Max Weber, Christian Savés donne un tour nouveau à ses réflexions sur la démocratie1. À partir du point de vue wébérien, il met en dialogue l’Allemagne wilhelmienne et les démocraties contemporaines pour mieux explorer les critiques que le père de la sociologie allemande avait formulées à l’égard de la démocratie. D’entrée de jeu s’impose alors le défi de présenter Max Weber comme un penseur de la démocratie. Pour y parvenir, Christian Savés fait le pari de réévaluer les critiques wébériennes dans leur dimension constructive, avec l’ambition de mettre au jour les problèmes inhérents au paradigme démocratique. S’il réinvestit la pensée wébérienne, ce n’est pas pour rejeter le paradigme démocratique mais pour en comprendre les limites.

  • 2 L’approche compréhensive s’efforce d’expliquer les actions sociales en associant deux registres tra (...)

2Pour l’auteur, la démocratie n’est pas tant chez Weber une forme désenchantée du politique que la forme politique du désenchantement du monde. « Le monde occidental s’est en effet caractérisé par une rationalisation orientée vers l’action pratique, c’est-à-dire par une volonté de contrôle et de domination systématique de la nature et de l’homme » (p. 111), et ce processus historique n’épargne pas la sphère politique. Au contraire, il s’agit précisément de reprendre ces thématiques wébériennes pour envisager successivement le paradigme démocratique sous l’angle d’une sociologie de la domination (première partie), puis d’une sociologie de la rationalité (seconde partie). De plus, la notion de paradigme est elle-même choisie pour sa cohérence avec l’approche wébérienne compréhensive2 : Christian Savés entend décrire et expliquer les motifs des actions politiques pour mieux interpréter les défis de la démocratie.

  • 3 Forgé à partir de la formule de Heinrich von Treitschke : « Der Staat ist Macht » (« L’État est pui (...)
  • 4 Voir Bourdieu Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France, Paris, Points, 2015, p. 14 : « J’ai f (...)

3D’une part, la démocratie est un régime politique qui repose sur l’euphémisation de la violence. Elle incarne l’art « d’estomper la coercition » (p. 22) pour créer un consensus, alors même que ce consensus garantit de manière ambivalente la pérennité de rapports de domination tacites. Dans ces conditions, le Machtstaat3 wébérien repose sur une mystification de la politique, tandis que les citoyens sont sous l’emprise des instruments de domination de la société. Mais, qu’il soit question plus fondamentalement de domination charismatique ou de domination bureaucratique, Christian Savés rappelle que le paradigme démocratique wébérien repose toujours sur la reconnaissance des dominants par les dominés. Ceci tient au fait que la vie politique elle-même vise – en contexte démocratique – à « une humanisation de la domination, c’est-à-dire à une anonymisation et à une ritualisation forcée du pouvoir, afin de le rendre plus proche des citoyens, moins menaçant à leur égard et plus dépendant d’eux, moins coercitif aussi… bref, plus symbolique » (p. 28). Sur ce point, l’auteur prodigue une relecture bourdieusienne du paradigme wébérien, dans la mesure où il agrémente son propos d’une dimension symbolique non explicite dans les textes de Max Weber4. Quoi qu’il en soit, cette interprétation de la pensée wébérienne le conduit à caractériser l’establishment bureaucratique par sa légitimité formelle, tandis qu’en profondeur la démocratie de masse n’est portée par aucune autre cause politique que la lutte qui oppose les différents partis en coulisse. Selon Christian Savés, il serait même question de schizophrénie politique derrière cette confusion entre les moyens et les fins de la gouvernance. À ses yeux, la démocratie se transforme en oligarchie au fur et à mesure d’un processus de confiscation du pouvoir à des fins privées : celles des individus dominants.

  • 5 Pour Max Weber, le rationalisme scientifique qui gouverne l’Occident moderne s’avère incapable de f (...)
  • 6 Étymologiquement, le terme « démocratie » dérive du grec ancien « demokratía », lui-même formé de l (...)

4D’autre part, le cadre légal-rationnel de la démocratie – censé prévenir les abus de pouvoir pour garantir l’exercice légitime de l’autorité politique – est repris par les partis à leur avantage. De ce fait, il apparaît à Christian Savés que le régime démocratique repose aussi et surtout sur l’institutionnalisation juridique de la domination. Le droit y devient un outil de légitimation autant que de dissimulation de la coercition. Et la raison juridique s’exerce même au prix de la passion politique, ce qui ne manque pas de confronter en retour ce régime politique à la problématique wébérienne de la cage d’acier de la rationalité5. Malgré l’éradication du pouvoir de droit divin, la démocratie retombe dans l’écueil de la divinisation du pouvoir, qui « tend toujours à reconstituer son unité perdue en faisant prévaloir sa dynamique propre » (p. 134) au détriment des citoyens. C’est ainsi qu’en pratique la démocratie représentative est aux antipodes de ce qu’elle devrait en théorie représenter : la restitution du pouvoir au peuple6. De surcroît, cet abandon des valeurs du peuple laisse la démocratie en proie à une crise des valeurs. Christian Savés apparente ce constat à l’intuition wébérienne selon laquelle « la rationalité […] aurait pour conséquence première de sonner le glas de la démocratie et de l’esprit qui l’animait, bref, de la transformer en acte manqué » (p. 167). Le polythéisme des valeurs qui animait la démocratie laisse place à un relativisme d’autant plus problématique qu’il fonde l’impuissance de ce régime clientéliste. La démocratie succomberait par son consensualisme outrancier : « la discussion [y] devient le cache-sexe de l’indécision » (p. 176), alors même que la décision incarne un moment fondateur de la politique. « D’où, chez Weber, ce constat en forme de paradoxe : aucun système politique n’est, aujourd’hui, réellement démocratique et, pourtant, l’expérience politique contemporaine a incontestablement pour fondement la démocratie » (p. 186).

5Du paradigme au paradoxe démocratique, Christian Savés réfléchit sur notre époque à partir de celle de Weber. Dans ces conditions, la pensée politique wébérienne n’est guère pour lui qu’une pierre de touche, tandis que se déploie une réflexion diachronique sur la démocratie. Ce dont il est question dans cet essai, c’est de croiser les écrits théoriques et politiques de Weber pour retrouver en filigrane un paradigme démocratique avorté en raison de la mort prématurée de l’auteur. Malheureusement, cette démarche conduit régulièrement Christian Savés à prolonger les réflexions wébériennes jusqu’à l’anachronisme, pour finalement en déduire que Weber n’était pas en mesure de lire l’avenir (p. 64). Dans la même veine, il introduit précocement la perspective de la désobéissance civile (p. 132) – concédant finalement lui-même qu’au temps de Weber ce scénario aurait été inconcevable.

  • 7 Christian Savés parle notamment d’un concept d’ossification politique (p. 43) qu’il est impossible (...)
  • 8 L’influence de la pensée politique de Robert Michels n’est évoquée que superficiellement, tandis qu (...)
  • 9 Comme le signale Isabelle Kalinowski, cette appellation tend à idéologiser la pensée de Weber, tand (...)
  • 10 Cette distinction intervient pour différencier celui qui pratique la science politique en tant que (...)

6En définitive, le livre semble convenir davantage aux amateurs de réflexions personnelles sur la politique qu’aux lecteurs savants, qui risquent de trouver beaucoup à redire sur la scientificité de l’écriture. À cet égard, le propos manque souvent de références bibliographiques pour situer la réflexion7 et certaines parentés de la théorie politique de Weber auraient mérité d’être développées8. De surcroît, quelques appellations ont même tendance à induire le lecteur en erreur – qu’il s’agisse d’une simple faute de frappe pour « Machstaat » (p. 21) ou d’une omission de certains acquis récents des études wébériennes pour la restitution de Wertfreiheit par « neutralité axiologique » (p. 31)9. Et, au-delà du fond, le style de l’écriture n’est guère académique non plus. Outre les « bref » à répétition dont plusieurs citations rendent compte ci-avant, certaines envolées lyriques vont jusqu’à filer maladroitement la métaphorisation du propos (p. 159) ou personnifier la démocratie (p. 123). Comme précisé en quatrième de couverture, Christian Savés est bien politologue, non pas politiste10, et son livre doit être apprécié en connaissance de cause.

Haut de page

Notes

1 Cette thématique est d’une importance première dans l’œuvre de Christian Savés, qui y consacre régulièrement des ouvrages critiques. Parmi eux, plusieurs travaux généralistes, mais aussi un récent essai sur le socratisme, qui fonde dans le procès du père de la philosophie « l’histoire d’un échec politique que l’Occident ne cesse, encore aujourd’hui, de payer au prix fort » (Christian Savés, La Prémonition de Socrate. Nihilisme et démocratie, Saint-Denis, Publibook, 2014, p. 146).

2 L’approche compréhensive s’efforce d’expliquer les actions sociales en associant deux registres traditionnellement antagonistes : celui de l’explication causale des effets des actions sociales et celui de l’interprétation de leur déroulement par le sens subjectif qu’elles revêtent aux yeux de l’acteur. L’hypothèse fondatrice de la démarche wébérienne est « de comprendre par interprétation l’activité sociale et par là d’expliquer causalement son déroulement et ses effets » (Weber Max, Économie et société : Tome 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 1995, p. 28, trad. d’un collectif dirigé par J. Chavy et É. de Dampierre).

3 Forgé à partir de la formule de Heinrich von Treitschke : « Der Staat ist Macht » (« L’État est puissance »), ce concept apprécie l’État à l’aune de la puissance qu’il projette.

4 Voir Bourdieu Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France, Paris, Points, 2015, p. 14 : « J’ai fait, il y a déjà plusieurs années, une addition à la définition célèbre de Max Weber qui définit l’État [comme le] “monopole de la violence légitime”, que je corrige en ajoutant : “monopole de la violence physique et symbolique” ; on pourrait même dire : “monopole de la violence symbolique légitime”, dans la mesure où le monopole de la violence symbolique est la condition de la possession de l’exercice du monopole de la violence physique elle-même. Autrement dit, cette définition, me semble-t-il, fonde la définition wébérienne ».

5 Pour Max Weber, le rationalisme scientifique qui gouverne l’Occident moderne s’avère incapable de fournir une explication éthique du monde. Au contraire, « la fatalité a fait que ce manteau est devenu un habitacle dur comme l’acier (stahlhartes Gehäuse) », dans la mesure où la causalité a ouvert la voie à un univers désenchanté. D’où l’expression de « cage d’acier de la rationalité » (Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme ; suivi d’autres essais, Paris, Gallimard, 2003, p. 251, trad. J.-P. Grossein).

6 Étymologiquement, le terme « démocratie » dérive du grec ancien « demokratía », lui-même formé de l’association du « kratos » (pouvoir) au « dêmos » (peuple).

7 Christian Savés parle notamment d’un concept d’ossification politique (p. 43) qu’il est impossible de resituer dans la pensée politique de Weber, ou encore de Périclès incarnant la domination charismatique aux yeux de Weber (p. 26) sans que l’on sache non plus dans quel contexte cet exemple fut donné par le sociologue.

8 L’influence de la pensée politique de Robert Michels n’est évoquée que superficiellement, tandis que la correspondance de Weber avec Michels recèle pourtant des éléments décisifs pour comprendre plus finement la perspective wébérienne (en français, consulter notamment les annexes de Michels Robert, Sociologie du parti dans la démocratie moderne. Enquête sur les tendances oligarchiques de la vie des groupes, Paris, Gallimard, 2015, trad. J.-C. Angaut).

9 Comme le signale Isabelle Kalinowski, cette appellation tend à idéologiser la pensée de Weber, tandis que l’expression « non-imposition des valeurs » permet quant à elle une restitution plus neutre du concept de Wertfreiheit. En effet, à partir des années 1960 la neutralité axiologique fut instrumentalisée et devint au sein du champ universitaire « une arme de prédilection pour disqualifier tout engagement politique trop extrémiste » (Baciocchi Stéphane, « De la postérité universitaire de Max Weber. Wissenschaft als Beruf », Alinéa, n° 6, 1995, p. 5-24, repris dans Weber Max, La Science, profession et vocation. Suivi de « Leçons wébériennes sur la science & la propagande », Marseille, Agone, 2005, p. 193, trad. I. Kalinowski).

10 Cette distinction intervient pour différencier celui qui pratique la science politique en tant que recherche fondamentale (politiste) de celui qui privilégie la recherche appliquée (politologue). Notamment, « les cadres d’analyse mobilisés par les “politologues” prendraient moins de distance avec les façons habituelles dont les praticiens (les acteurs politiques) et les médias comprennent et rendent compte des phénomènes politiques […] que ceux des politistes » (Balzacq Thierry, Pierre Baudewyns, Jérôme Jamin, Vincent Legrand, Olivier Paye et Nathalie Schiffino, Fondements de science politique, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Fond, « Christian Savés, Max Weber, penser le paradigme démocratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22654

Haut de page

Rédacteur

Bastien Fond

Étudiant en science politique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page