Navigation – Plan du site

Jillana Enteen, Import/Export: Thai English as Transnational Sexuality Studies

Alice Feyeux
Import/Export: Thai English As Transnational Sexuality Studies
Jillana B. Enteen, Import/Export: Thai English As Transnational Sexuality Studies, Hillsboro, Onyx Neon Press, 2015, 246 p., ISBN : 978-0985451967.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce paradigme anglo-saxon explore la production de sexualités à l’aune des processus de « mondialisa (...)

1L’ouvrage de Jillana Enteen, au carrefour « des théories queer, post-coloniale et critique raciale » (p. 1), s’inscrit dans le cadre des transnational sexualities1. Il se propose en effet de rendre compte des appropriations de la langue anglaise en matière de genre et de sexualité, au sein de trois communautés nées du boom économique et de l’ouverture internationale qui ont touché la Thaïlande de 1986 à 1996. Il s’agit respectivement d’un groupe de thaïlandais s’auto-identifiant « gay », d’un cercle de « femmes-qui-aiment-les-femmes », issu de la classe moyenne de Bangkok, et du milieu local des ONG axées sur le droit des femmes.

  • 2 Thai-ness « est le terme qui désigne ce que cela signifie d’être Thaï. Il renvoie à la primauté des (...)
  • 3 Enquêté originaire d’Isaan, une région pauvre du Nord de la Thaïlande, restaurateur, en couple avec (...)
  • 4 Le terme Farang désigne les non-Asiatiques, en particulier les Européens et les Américains.

2L’importation du mot « gay » discutée dans le premier chapitre traduit les effets du déploiement à Bangkok d’un microcosme gay occidentalisé, centré autour de boites de nuit. À ce titre, la majorité des interrogés, caractérisés par leur participation à cet espace, travaillent dans le secteur des services touristiques (hôtellerie, restauration, etc.). S’ils s’auto-désignent gays, leurs usages du terme révèlent pourtant moins leur adhésion à une identité occidentale qu’une configuration nouvelle où se négocient les positions. Leur attachement à la culture thaï – qu’Enteen décrit à travers la notion de « Thai-ness »2 (p. 33) – s’articule, parfois difficilement, à cette identification. Ainsi Law3 décrit-il la façon dont sa participation à la communauté gay « lui a permis de mieux s’acquitter de ses devoirs de Thaï » (p. 63). À défaut d’être marié, il met son salaire au service de la construction d’une maison parentale. L’interpénétration des identités gay et thaï se retrouve dans les clubs où interagissent Thais et Farangs4. S’y déploient des « shows », où des contes et des conventions romantiques thaïlandais se voient parodiés à grand renfort de travestissements vestimentaires et de scènes de sexe burlesques. L’auteure souligne par ailleurs que les sens attribués au mot « gay » divergent. La plupart des mots thaïs pour désigner le désir homo-érotique masculin se concentrent sur des pratiques sexuelles. Si « gay » peut, en ce sens, signifier le fait d’avoir une relation sexuelle avec un Farang, pour certains enquêtés, il renvoie à une identité ou indique une participation à la communauté gay. À tous, cependant, il permet de se distinguer des « kathoey » – un troisième genre, qui regroupe les transsexuels et les travestis.

  • 5 Comme les Toms contribuent à la remise en question des binarités de genre, il m’a semblé judicieux (...)
  • 6 Littéralement, « les femmes éprouvant des sentiments érotiques ou amoureux pour d’autres femmes » ( (...)

3L’accès à l’éducation et à la stabilité financière a également permis aux femmes-qui-aiment-les-femmes de Bangkok de s’affirmer. Le chapitre trois revient de manière poignante sur les stratégies de nomination employées au sein de cette communauté naissante. Si l’usage de l’anglais brise le silence autour de la sexualité féminine, l’identité énoncée par le terme « lesbienne » est rejetée, jugée entachée d’une trop forte connotation. L’usage de mots issus de l’anglais demeure pourtant courant quand il n’existe pas d’équivalent thaïlandais. S’ils « coïncident respectivement avec les termes de butch et de femme », les vocables répandus « Dee » (de l’anglais Lady) et « Tom » (de l’anglais Tomboy) « ni ne sont des répliques de leur dérivés anglais, ni ne charrient les dynamiques américaines butch/femme » (p. 101). Le terme « Tom », remarque Enteen, semble traversé de tendances hétéroclites : défini.e.s5 tantôt par leur style masculin voyant (polos, coupe courte, clé de voiture à la ceinture, etc.), tantôt comme actives sexuellement et/ou dans la maîtrise de la relation, les Toms sont à la fois « visibles et invisibilisé.e.s » (p. 115). Par exemple, leurs liaisons avec une Dee sont souvent désexualisées et confinées à la sphère amicale. Certain.e.s Toms peuvent ainsi partager la vie de famille de leur partenaire sous les yeux de leur mari. En réalité, nombre d’interrogé.e.s usent de ces catégories moins comme d’une dichotomie que comme d’un continuum en référence auquel elles peuvent se positionner. Sur ce point, le terme thaïlandais de « yingraking »6 offre une alternative aux accommodations du lexique anglo-saxon.

  • 7 « It is unclear whether is does more to extend the romanticized image of Thai women or to encourage (...)

4Les représentations des thaïlandaises promues par les ONG axées sur le droit des femmes et véhiculées auprès d’une audience internationale, font l’objet du chapitre quatre. Enteen rappelle qu’elles se déploient, à partir des années 1990, dans le langage des droits humains universels charpentés par les pays occidentaux, légitimant de facto les voix des Thaïlandaises aux yeux de leur gouvernement. Le poids du trafic du sexe s’y trouve minoré au profit des idéaux-types esthétisants des femmes thaï. Des fondations comme Friends of Women étoffent ainsi la symbolique associée au tissage, métier traditionnellement féminin. Les artistes de l’atelier Weaving Dreams in the Name of Peace, les militantes de la FFW, les travailleuses sociales tissent métaphoriquement les progrès économiques et culturels de leur pays. Enteen souligne malgré tout l’ambivalence de ces représentations des femmes thaï, qui perpétuent des distinctions genrées, et dont « il est difficile de savoir si elles visent à diffuser des images romantiques des thaïlandaises ou à favoriser une meilleure appréhension de leur condition »7 (p. 167).

  • 8 L’auteure fait sienne (p. 12-13) la caractérisation de Judith Halberstam dans Female masculinities: (...)
  • 9 Les commissions Fulbright mises en place par les États-Unis accordent des bourses fondées sur le mé (...)

5La méthodologie « queer »8 proposée par Enteen a de quoi désarçonner. L’auteure s’adosse autant sur les entretiens et l’ethnographie qu’elle a conduits en tant que Fulbright Research Scholar9, que sur des travaux d’historiens et des dissections textuelles de journaux. Récoltés entre août 1995 et octobre 1996, ces matériaux relèvent donc d’une approche transdisciplinaire. Les sources exploitées peuvent pourtant nous paraître dissonantes qualitativement, puisque se dévoilent à la lecture à la fois des extraits de magazines, de rapports gouvernementaux, d’ouvrages académiques, de fictions, de sites web, des photos ou encore des citations d’entretiens formels ou informels, sans que ne soit établie de hiérarchie entre les sources. Le tout façonne une étonnante mosaïque, et il serait aisé, pour un lecteur familier de la sociologie telle qu’elle se pratique en France, d’y discerner un manque de rigueur. Le procédé d’Enteen se justifie toutefois. D’une part, les sources sont la plupart du temps bien contextualisées – par exemple, dans le cas des entretiens formels, les caractéristiques sociales des enquêtés sont mentionnées. D’autre part, il est clair que les usages sociaux d’une langue ne peuvent se cantonner à un lieu. Disséminés dans une variété d’objets, ils sont porteurs de tendances contradictoires, difficilement extrapolables, toujours mouvantes. L’entrelacs des données élude le risque de généralisations excessives ou de dichotomies campées et épouse donc en finesse son objet. Enfin, c’est le postulat même d’une science coupée de ses attaches sociales qui est bousculé par ce dispositif non conventionnel.

6En règle générale, les chercheurs se contentent de placarder les dessins de leurs enfants, s’ils en ont, aux murs de leur bureau. Pas Enteen, qui recourt aux dessins de ses deux filles de 6 ans pour « capturer » (p. 209) l’essence de son propos. L’un d’eux représente deux interactions identiques, cloisonnées par une ligne. Dans les deux cas, deux filles se saluent ; à « Chocago », la première se présente comme une « tomboy » ; en « Tieland », l’autre s’affiche comme une « Tom » : « le paysage et le langage sont rendus de manière non mimétique ; et chacune des scènes dépeint les différences culturelles, géographiques et linguistiques qui circonscrivent l’adaptation et le redéploiement d’un terme anglais », note Enteen (p. 211). Outre l’interconnexion entre les cultures thaïlandaise et américaine suggérée, l’esquisse révèle, dans un geste de transparence, l’ancrage social de la chercheuse – son réseau d’amis Thais à Chicago, sa position de mère et d’intellectuelle – et amarre sa production de connaissance à une expérience définitivement marquée du sceau de l’hybridation culturelle.

  • 10 Foucault met en évidence la production des identités et des sexualités à partir du XIXe siècle en O (...)
  • 11 Enteen se réfère notamment, à la page 22, aux travaux de McClintock qui écrivait en 1995 : « If pos (...)
  • 12 Appadurai Arjun, Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University (...)

7Une autre force de l’ouvrage réside dans la mise en dialogue de divers champs académiques. L’angle foucaldien10, retenu en principe par les théories queer, ne convient pas pour un pays où les sexualités se sont constituées autrement qu’en Occident ; d’où les avantages, dans le cas présent, d’une approche culturaliste. En revanche, la convocation de ces mêmes théories permet de désamorcer certains périls du paradigme post-colonial11. Comme le note Enteen, la Thaïlande, alors même qu’elle n’a jamais été colonisée, est souvent évoquée à travers « les tragédies du commerce de sexe »12, que ce soit par les médias ou par des auteurs post-coloniaux renommés. Une perspective queer permet à rebours d’exhumer les stratégies avancées par les femmes thaï qui, tout en étant « affectées » par les représentations occidentales qui les mettent en scène, « peuvent, en retour, influer sur leur production, leur circulation et leur validité » (p. 29). Enteen accomplit donc l’exploit d’ausculter le bourgeonnement de sexualités émergeant en Thaïlande, à l’intersection des catégories de race, de classe et de genre, sans évoquer le commerce du sexe – si ce n’est comme pierre de touche des stéréotypes occidentaux misérabilistes.

  • 13 Labov William , The Social Stratification of English in New York City, Cambridge (UK), New York (US (...)
  • 14 Goffman Erving et al., Les Cadres de l’expérience, Paris, Les Éditions de Minuit, 1991.

8L’auteure s’emploie donc à rendre les communautés enquêtées maîtresses des représentations qu’elles génèrent, et sonde avec verve les marges de négociation inhérentes aux usages sociaux du langage. À ce titre, l’exposé aurait pu gagner à convoquer la littérature sociologique existante. Les travaux fondateurs de William Labov13 sur les variations contextuelles des styles d’énonciation auraient permis d’analyser plus systématiquement le lien entre la situation d’entretien ou les caractéristiques sociales des enquêtés et les marges de manœuvre propres à la langue. Pareillement, il nous semble qu’un recours aux avancées ethnométhodologiques et aux analyses goffmaniennes des cadres de la conversation14 auraient soutenu une exploration plus fine de la production de sexualités au cours des interactions langagières. Autant de liens qui, en définitive, témoignent moins de lacunes que de la fécondité de l’ouvrage pour les sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Ce paradigme anglo-saxon explore la production de sexualités à l’aune des processus de « mondialisation » (p. 14), et entend, dans son étude de contextes non-occidentaux, déjouer les dialectiques souvent réductrices entre moderne et traditionnel ou mondial et local.

2 Thai-ness « est le terme qui désigne ce que cela signifie d’être Thaï. Il renvoie à la primauté des liens familiaux et des liens sociaux, au respect crucial des principes bouddhistes et du roi et, enfin, à l’existence d’un peuple thaï auquel chacun appartient » (p. 33). Pour toutes les citations de l’ouvrage, il s’agit de notre traduction.

3 Enquêté originaire d’Isaan, une région pauvre du Nord de la Thaïlande, restaurateur, en couple avec un Farang.

4 Le terme Farang désigne les non-Asiatiques, en particulier les Européens et les Américains.

5 Comme les Toms contribuent à la remise en question des binarités de genre, il m’a semblé judicieux de le refléter grammaticalement.

6 Littéralement, « les femmes éprouvant des sentiments érotiques ou amoureux pour d’autres femmes » (p. 97). Le terme a été forgé par la fondatrice d’Anjaree, une communauté créée en 1986, ouverte à toutes les femmes, où peuvent notamment se rencontrer celles engagées dans des « voies non conformistes ».

7 « It is unclear whether is does more to extend the romanticized image of Thai women or to encourage greater understanding of their conditions » (p. 167).

8 L’auteure fait sienne (p. 12-13) la caractérisation de Judith Halberstam dans Female masculinities: « I call this methodology queer because it attempts to remain supple enough to respond to the various locations of information… and betrays a certain disloyalty to conventional disciplinary methods » (Halberstam Judith, Female Masculinities, Durham, Duke University Press, 1998, p. 10).

9 Les commissions Fulbright mises en place par les États-Unis accordent des bourses fondées sur le mérite aux étudiants Américains et étrangers. Ces derniers peuvent alors mener leurs travaux dans les pays qui participent au programme, dont la Thaïlande.

10 Foucault met en évidence la production des identités et des sexualités à partir du XIXe siècle en Occident qui corrobore l’essor d’un individualisme bourgeois. Voir Foucault Michel, Histoire de la sexualité, tome 1 : La Volonté de savoir, Paris, Gallimard. 1994.

11 Enteen se réfère notamment, à la page 22, aux travaux de McClintock qui écrivait en 1995 : « If postcolonial theory has sought to challenge the grand march of Western historicism and its entourage of binaries (self-other, metropolis-colony, center-periphery, etc.), the terms post colonialism nonetheless reorients the globe once more around a single, binary opposition: colonial-postcolonial. Moreover, theory is thereby shift from the binary axis of power (colonizer-colonized itself inadequately nuanced, as in the case of women) to the binary axis of type, an axis even less productive of political nuance because it does not distinguish between the beneficiaries of colonialism (the ex-colonizers) and the casualties of colonialism (the ex-colonized) » (McClintock Anne, Imperial Leather: Race, Gender and Sexuality in the Colonial contest, New York, Routledge, 1995, p. 11).

12 Appadurai Arjun, Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1997, p. 39.

13 Labov William , The Social Stratification of English in New York City, Cambridge (UK), New York (US), Cambridge University Press, 2006 [1966].

14 Goffman Erving et al., Les Cadres de l’expérience, Paris, Les Éditions de Minuit, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Feyeux, « Jillana Enteen, Import/Export: Thai English as Transnational Sexuality Studies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 avril 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22671

Haut de page

Rédacteur

Alice Feyeux

Agrégée de sciences économiques et sociales et étudiante à l’École normale supérieure de Lyon en philosophie et sociologie depuis 2013.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page