Navigation – Plan du site

Laurent Gardin et Florence Jany-Catrice (dir.), L’économie sociale et solidaire en coopérations

Nicole Roux
L'économie sociale et solidaire en coopérations
Laurent Gardin, Florence Jany-Catrice (dir.), L'économie sociale et solidaire en coopérations, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Économie et société », 2016, 233 p., ISBN : 978-2-7535-5094-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce réseau se réunit tous les ans et privilégie chaque année une entrée. En mai 2017, l’assemblée se (...)

1Cet ouvrage donne accès à un ensemble de textes permettant de trouver un panorama presqu’exhaustif et complexe de ce que recouvre la notion de coopération, à partir de l’analyse de réalités pratiques de coopérations dans l’économie sociale et solidaire (ESS). Les coordinateurs de cet ouvrage ont eu à sélectionner et organiser 19 contributions parmi une centaine des communications issues des XIVe rencontres du Réseau interuniversitaire de l’ESS, consacrées aux coopérations, qui se sont déroulées à Lille en 20141. L’ouvrage donne à lire, comme l’indiquent les auteurs eux-mêmes, une « grammaire des coopérations » qui se déclinent en de multiples « co-construction », « co-production », « partenariat », « collaboration » mixant des acteurs à statuts variés : associations, collectivités, entreprises. Au-delà des descriptions, c’est une véritable plongée dans la dynamique sociale de l’ESS au sein du capitalisme contemporain que nous pouvons appréhender dans sa complexité et ses contradictions.

238 auteurs et co-auteurs sont finalement retenus pour cette publication, surtout des économistes (15), mais aussi 5 chercheurs en sciences de gestion, autant de professionnels du secteur de l’ESS, des étudiants ainsi que quelques sociologues, juristes, historiens et politistes. La contribution des économistes apparaît dominante, mais à l’issue de la lecture de l’ouvrage nous n’avons pas l’impression d’avoir été happé par une discipline ou l’autre, car les auteurs/acteurs de l’ESS mobilisent tous les outils des SHS pour analyser et comprendre des situations de coopérations au pluriel.

3L’introduction de l’ouvrage explique les quatre parties organisant des communications, qui apparaissent finalement plus ou moins disparates selon le chapitre considéré. Cela est peut-être dû au fait que, plus le nombre de communications regroupées sous un intitulé augmente (cela varie de six pour les chapitre 1 et 3, à trois pour les chapitres 2 et 4), plus le lecteur éprouve un sentiment de dispersion. Face à ces contributions multiples, qui font aussi la richesse de l’ouvrage, il est impossible de reprendre de façon exhaustive les apports des différents auteurs et de tous les citer. Cette note propose juste de souligner quelques idées forces retenues à la lecture.

4Le premier chapitre s’ouvre avec un questionnement juridique de David Hiez qui pointe les paradoxes de regroupements à finalité capitaliste pour l’ESS. Ces regroupements concernent quelques grandes coopératives agricoles, banques, mutuelles ou assurances qui s’agrègent pour asseoir leur stabilité sur un marché concurrentiel. Qu’en est-il de la transposition, de l’adaptation d’outils comme ceux des alliances nécessaires aux développements capitalistes et libéraux dans l’ESS ? Que reste-t-il de la coopération dans des formes d’organisation centralisant le pouvoir entre les mains des plus puissants ? Les textes suivants mettent en évidence une certaine neutralisation des systèmes idéologiques, qui semble opérante pour trouver un registre consensuel d’intérêt commun bien compris entre partenaires afin de faire émerger des profits sociaux de la croissance et du développement. Dans cet univers de compétition, de concurrence, il convient de définir le cercle des « amis », des « alliés » configurant un réseau en coopérations. À partir de cas très concrets (les structures et les organisations pour l’accueil des jeunes enfants, les associations de solidarité, le développement local), les auteurs établissent des typologies descriptives et analytiques, synthétisées sous forme de tableaux permettant de comprendre la pluralité des solutions d’hybridation qui sont mises en œuvre. Quelques compromis, ajustement sur certaines valeurs, souvent au nom du service rendu à la population, aux usagers et aux coopérateurs, sont autant de réponses concrètes aux diverses tensions qui s’exercent sur les porteurs de valeurs de l’ESS en prise avec des logiques de marché à régulation publique variable.

5Dans la deuxième partie sur le secteur à but lucratif, le clivage entre ce qui fait coopération ou non apparaît de façon plus claire, évidente et périlleuse, autour des questions d’arrangement entre entreprises sociales et entreprises capitalistes, entre organisations à but lucratif et non lucratif. Le pragmatisme socio-économique viendrait tordre le cou à l’utopie d’un monde sans capitalisme, sans propriété, qui générerait une autre forme de gouvernement. L’article de Pascal Glémain et Thibault Cuénoud (avec la participation de Stéphanie Morin) sur la finance solidaire et la finance participative expose un panel des possibles, interrogeant la diversité des pratiques au regard de ce qui fait « collaboration » ou « coopération ». Selon la vision ou l’horizon affirmé lors de l’appel à contribution financière, s’ouvre un modèle de société plus ou moins solidaire, plus ou moins distant, entre contributeurs et développeurs du projet. Plus généralement, dans le cadre des arrangements entre entités quasiment antinomiques, les formes de coopération servent d’abord les partenaires eux-mêmes, qui affichent leurs objectifs respectifs et des objectifs communs où le sens de leur action peut se lire à partir les retours sur investissement attendus, symboliques ou pécuniaires.

6Les configurations de coopération évoquées dans la troisième partie ne sont pas moins en tension que les précédentes dynamiques sociales exposées dans le secteur privé. En effet, les formes de coopération avec les pouvoirs publics conduisent à appréhender une relation asymétrique, avec des divergences ou convergences entre l’intérêt collectif et l’intérêt général. Ce dernier est souvent mobilisé par les élus et les fonctionnaires, comme argument écrasant toute possibilité d’initiative. Peut-être finira-t-il par perdre un peu de sa superbe devant l’intérêt commun ? Même si les pouvoirs publics occupent une position dominante, les exemples analysés montrent que le terreau se révèle plus ou moins opportun pour trouver un accord sur un projet en coopération : l’échelle locale semble plus favorable, les élus sensibles aux questions sociales plus à l’écoute, et la mobilisation des acteurs de la société civile apparaît nécessaire. Il ne semble pas y avoir réellement de modélisation possible des coopérations ; chacun des textes de cette partie nous emmène dans un monde social très différent, avec des interactions propres aux acteurs en situation. Bien au-delà des exemples (la terre, la santé, la monnaie, le développement), chaque contribution soulève une dimension particulière du rapport au pouvoir et des rapports de force, entre une société civile active et des pouvoirs publics qui se veulent les garants d’un cadre établi.

7La quatrième partie commence par un texte de cadrage historique du champ de l’ESS, de Danièle Desmoustier et Simon Lambersens. Les coopérations entre chercheurs et acteurs œuvrant dans un champ commun à différents moments socio-historiques sont questionnées dans une perspective politique entre un « nouveau militantisme “argumenté” [et] une nouvelle approche scientifique “citoyenne” ». Outre le rapport entre ces acteurs sociaux, la transmission d’une connaissance du champ et des outils de l’ESS est interrogée dans le dernier texte. Les auteurs, Hervé Defalvard, Viviane Leroy et Joseph Sangiorgio, commencent par souligner les difficultés de l’ESS à trouver une place au sein de l’éducation nationale, et montrent qu’au début des années 2000 un regain d’intérêt incite au développement de formations dans l’enseignement supérieur, illustré par l’encadré des étudiants du master 2 des entreprises de l’ESS de l’université de Reims. Avec l’émergence des chaires, interfaces de partenariats, et le dynamisme social des nouvelles générations formées dans le champ de l’ESS, à étendre à celui du développement durable, toutes les conditions semblent réunies pour que s’ouvrent des chantiers de coopération innovants.

8Dans les pages de conclusion, les coordinateurs de l’ouvrage articulent leur propos entre diversité et commun et soulignent le pluriel des coopérations anciennes et nouvelles, sur les bases d’un existant et pour un devenir potentiel. Il y a à la fois une sédimentation d’expériences précédentes, car toutes n’ont pas cédé aux sirènes du capitalisme, et un nouveau contexte susceptible d’éveiller les consciences. Ces coopérations sont en tension et en conflit, comme toutes les dynamiques sociales qui s’invitent et interviennent dans les mécanismes de régulation et d’ajustement au sein d’un ordre social inébranlable. Les auteurs tentent cependant d’ouvrir la fenêtre sur des raisons d’espérer dans la possibilité de faire autrement, même si c’est trop souvent à la lisière, en minorité, et de croire dans un capitalisme social, à visage humain.

Haut de page

Notes

1 Ce réseau se réunit tous les ans et privilégie chaque année une entrée. En mai 2017, l’assemblée se préoccupera de formation à l’ESS et des questions d’engagement, citoyenneté et développement ; en 2016, comme dans une grande partie du champ académique, « les communs » étaient à l’honneur ; en 2015, c’était l’entrepreneuriat dans le champ de l’ESS qui faisait l’objet de leur attention ; et en 2014, les coopérations ont été discutées dans 19 ateliers et 3 tables rondes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Roux, « Laurent Gardin et Florence Jany-Catrice (dir.), L’économie sociale et solidaire en coopérations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 avril 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22672

Haut de page

Rédacteur

Nicole Roux

Maître de conférences en sociologie, université de Brest, LABERS EA 3149.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page