Navigation – Plan du site

Philippe Combessie (dir.), Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques

Laurine Thizy
Corps en péril, corps miroir
Philippe Combessie (dir.), Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. « Le social et le politique », 2017, 150 p., ISBN : 9782840162629.
Haut de page

Texte intégral

1Le Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco), fondé par Philippe Combessie, réunit des chercheur.se.s en anthropologie et en sociologie autour de thèmes de recherche portant sur la santé, la sexualité, la prison, la culture et les émotions. Cet ouvrage collectif émane ainsi d’une même équipe de recherche et rassemble des articles écrits tant par des jeunes chercheur.se.s (doctorant.e.s et docteur.e.s) que par des chercheur.se.s plus avancé.e.s (HDR, professeurs) : on peut saluer d’emblée cette volonté affirmée de proposer un travail collectif qui permette à chacun.e d’exposer un travail parfois encore en construction, en favorisant les interactions entre générations de chercheur.se.s.

  • 1 Barney G. Glaser et Anselm L. Strauss, Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Res (...)

2C’est la question du « corps en péril » qui constitue l’entrée problématique commune aux différents chapitres : il s’agit d’envisager le corps dans sa vulnérabilité, mais aussi dans ses capacités émancipatoires, en s’appuyant sur une fréquentation longue des terrains – parti pris méthodologique partagé par les différents travaux. Le chapitre introductif de Philippe Combessie (qu’on lira avec profit pour une présentation rapide de l’ouvrage, des différentes contributions, et de la façon dont elles se répondent) conçoit en effet l’enquête comme « pratique d’immersion » au carrefour entre plusieurs disciplines. Dans une perspective qui se revendique de l’école de Chicago et de la Grounded theory de Glaser et Strauss1, les sociologues et anthropologues se rejoignent ainsi dans des pratiques d’enquête qui laissent la place au sensible et aux émotions. Mais, plus intrigant, il est question dans ce volume d’interpeller le lecteur ou la lectrice, de « l’encourager à chercher en lui-même ou en elle-même les résonnances des analyses présentées de ces univers singuliers » (p. 13), de soumettre l’enquête à un regard extérieur : en ce sens peut-on comprendre la seconde partie du titre, ce « corps miroir » qui renvoie chacun.e à sa propre expérience de la vulnérabilité physique et émotionnelle, et joue comme révélateur plus général de la construction sociale des corps.

3L’ouvrage s’ouvre par des problématiques liées à la sexualité, qu’il s’agisse comme dans l’article de Lucie Nayak de celle des personnes « handicapées mentales », ou de la protection de soi lors de rapports sexuels : l’article de de Catherine Deschamps montre les limites de l’information dans la prévention des comportements à risques, quand Vincent Rubio, à partir de l’exemple paradigmatique des pratiques d’un jeune escort, analyse les stratégies de ces jeunes hommes pour se protéger de la stigmatisation et d’une contamination sexuelle réelle ou symbolique. On glisse ensuite à des questionnements davantage sanitaires, puis pénaux : les articles de Clément Méric et d’Anne Vega et Guillaume Coindard envisagent le rapport des patients à leur maladie et à sa prise en charge, qu’il s’agisse d’un cancer du testicule mettant en question la représentation de sa masculinité, ou d’un traitement oncologique en hôpital de jour qui renouvelle les inégalités sociales de santé. Guillaume Brie et Lara Mahi se penchent quant à eux sur les corps des condamnés pris dans l’institution pénitentiaire. L’ouvrage se conclut par un texte de Julien Bernard sur le rapport ambigu des étudiants et professeurs de médecine aux cadavres disséqués en cours d’anatomie, montrant une tension entre la nécessaire distance émotionnelle, qui suppose de – et contribue à – considérer le corps mort comme un objet qu’on manipule, et le respect dû au cadavre en tant que dépouille d’un sujet ayant vécu.

  • 2 Didier Fassin et Dominique Memmi, Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

4Il me semble qu’au-delà ou à travers le corps en péril, le propos de l’ouvrage est avant tout de réinterroger le gouvernement des corps2 par différentes normes et institutions : il est question alors de « mettre en lumière à la fois les souffrances des acteurs sociaux confrontés aux injonctions souvent contradictoires de la société contemporaine, et les marges de manœuvre spécifiques dont ils disposent » (p. 20). Ainsi, bien souvent, les auteurs se livrent à un réexamen des problématiques foucaldiennes à travers un prisme davantage interactionniste et situé, qui les place du point de vue des acteurs, de leurs propriétés sociales, de la façon dont ils se représentent leur situation et de leurs possibilités d’action sous contrainte – ce que j’illustrerai en détaillant quelques contributions.

5Ainsi, l’article de Lara Mahi questionne la part d’autonomie dont disposent des personnes incarcérées dans la gestion de leur corps et de leur psyché. L’auteure analyse la façon dont les détenu.e.s utilisent la balance lors de consultations médicales durant l’incarcération, mais surtout la façon dont le poids est mobilisé auprès des soignants comme un argument pour obtenir des compléments alimentaires difficiles d’accès. Dans une situation où le corps des détenu.e.s est contraint par les conditions d’enfermement (alimentation collective servie par l’établissement pénitencier, faible activité…), se peser quand l’occasion se présente et parler de son poids permet aux détenu.e.s d’objectiver les transformations de leur corps, et d’en faire des repères associés à une trajectoire en prison, le poids devenant alors le marqueur de différentes étapes du processus pénal.

6C’est avec cette même attention portée aux discours et aux pratiques des acteurs que Guillaume Brie analyse le rapport des condamnés pour pédophilie aux soins médicaux. Après avoir rappelé que « la prise en charge sanitaire des auteurs d’agressions sexuelles sur mineurs constitue une politique de contrôle des corps » (p. 102), Guillaume Brie montre que ce contrôle s’exerce de façon différenciée selon les ressources, en particulier oratoires, dont disposent les condamnés : le capital culturel joue ainsi comme une variable déterminante de leurs attitudes face au traitement psychothérapeutique, qu’il s’agisse de coopérer en adhérant à l’injonction au soin ou de résister par une critique du dispositif. Ainsi, les détenus les moins dotés en capital culturel adoptent le rôle de malade que leur assigne l’institution, ou s’y résolvent avec fatalisme. Au contraire, les personnes plus dotées culturellement s’engagent dans un travail introspectif d’autoanalyse, tout en produisant des discours critiques sur le système médico-pénal.

7Coopérer ou transgresser, pour des personnes dont les possibilités d’action sont soumises à un dispositif contraignant : voici également l’axe d’analyse choisi par Lucie Nayak, lorsqu’elle étudie la sexualité de personnes « handicapées mentales » en institution. L’éducation spécialisée, en encourageant à la « santé sexuelle », produit en effet un ensemble de normes relatives à la sexualité des personnes handicapées : une sexualité non-reproductive, avec un partenaire exclusif également reconnu comme handicapé, et selon des pratiques jugées « saines ». Ces normes, identifiées en conclusion, sont rendues visibles précisément parce qu’elles sont transgressées. Ainsi, en dehors de la « sexualité conformiste normalisante » qui caractérise les personnes handicapées souscrivant aux normes sexuelles de l’institution, les trois autres types de sexualités identifiées sont considérés comme déviants, qu’il s’agisse d’un refus ou d’un désintérêt pour la sexualité (la « sexualité écartée »), d’une revendication de son autonomie et d’un traitement semblable aux personnes non considérées comme handicapées (la « sexualité revendicative »), ou de pratiques alternatives considérées comme sexuelles uniquement par les personnes « handicapées » (la « sexualité alternative »). Lucie Nayak renverse alors la perspective en montrant que ce n’est pas tant la situation de handicap en elle-même qui détermine la sexualité, mais plutôt la désignation des personnes comme handicapées qui a des effets performatifs sur leur sexualité.

8Si les auteurs se penchent sur des situations sociales faiblement visibles et offrent la possibilité d’un dialogue autour de leur terrain d’observation, on peut cependant regretter que certaines contributions s’en tiennent à un niveau davantage descriptif qu’analytique. Cela n’est peut-être pas problématique pour un ouvrage collectif qui se donne pour objectif de « [confronter le] regard du lecteur avec celui du chercheur » (p. 13), en présentant des expériences de terrain sensible. Mais on se heurte alors à une difficulté supplémentaire, une forme d’impensé : un tel positionnement semble en effet éluder le fait que tout compte rendu de terrain est déjà médié par le regard du chercheur ou de la chercheuse qui s’est posé sur lui, qui a opéré des choix dans ses descriptions, et a trouvé les mots pour le nommer. (D)écrire le réel, c’est déjà contribuer à le construire, c’est proposer une orientation au lecteur ou la lectrice qui n’a pas accès à la situation d’observation : dès lors, l’interpellation de celui ou celle qui lit semble davantage artificielle ou rhétorique que véritablement féconde sur le plan herméneutique, dans la mesure où, faute de lieu d’interaction entre auteurs et lecteurs, cette invitation au dialogue s’en tient à une déclaration d’intention.

Haut de page

Notes

1 Barney G. Glaser et Anselm L. Strauss, Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine, 1999.

2 Didier Fassin et Dominique Memmi, Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurine Thizy, « Philippe Combessie (dir.), Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22686

Haut de page

Rédacteur

Laurine Thizy

Doctorante en sociologie à l’Université de Paris 8, membre du CSU-CRESPPA et chargée de cours à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page